AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070302475
160 pages
Éditeur : Gallimard (25/10/1968)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 84 notes)
Résumé :
Les voici mûrs, ces fruits d'un ombrageux destin. De notre songe issus, de notre sang nourris, et qui hantaient la pourpre de nos nuits, ils sont les fruits du long souci, ils sont les fruits du long désir, ils furent nos plus secrets complices et, souvent proches de l'aveu, nous tiraient à leurs fins hors de l'abîme de nos nuits ... Au feu du jour toute faveur ! Les voici mûrs et sous la pourpre, ces fruits d'un impérieux destin. Nous n'y trouvons point notre gré.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Charybde2
  19 mars 2013
Saint-John Perse à son sommet...
- RELECTURE -
Lors d'une séance de dédicace (merci aux éditions Attila !) la semaine dernière, le grand Jacques Abeille a eu cette belle phrase (en substance) : "C'est seulement au fil des années que l'on réalise la chance d'avoir été baigné aussi bien par Saint-John Perse que par Frédéric Dard".
On ne saurait être plus d'accord... et grâce au grand styliste, une irrépressible envie de relire du Saint-John Perse, mon poète favori, de loin, des années lycée / prépa - et souvent relu ensuite -, m'a saisi.
Avec "Vents" en 1945-46, le souffle épique est à son apogée sans doute, plus fort que dans "Anabase" que j'eus la chance de disséquer jadis avec un autre grand styliste, Jean-Marc Agrati, et moins précieux peut-être que dans le redoutable "Amers". L'ironie, saine, y a aussi fait son apparition, discrètement.
"C'étaient de très grands vents sur toutes faces de ce monde,
De très grands vents en liesse par le monde, qui n'avaient d'aire ni de gîte,
Qui n'avaient garde ni mesure, et nous laissaient, hommes de paille,
En l'an de paille sur leur erre... Ah ! oui, de très grands vents sur toutes faces de vivants !
Flairant la pourpre, le cilice, flairant l'ivoire et le tesson, flairant le monde entier des choses,
Et qui couraient à leur office sur nos plus grands versets d'athlètes, de poètes,
C'étaient de très grands vents en quête sur toutes pistes de ce monde,
Sur toutes choses périssables, sur toutes choses saisissables, parmi le monde entier des choses..."
"Au chant des hautes narrations du large, elles promenaient leur goût d'enchères, de faillites ; elles disposaient, sur toutes grèves, des grands désastres intellectuels,
Et sur les pas précipités du soir, elles instituaient un nouveau style de grandeur où se haussaient nos actes à venir ; (...)
Elles infestaient d'idées nouvelles la laine noire des typhons, le ciel bas où voyagent les beaux édits de proscription, (...)"
Avec "Chronique" en 1959-1960, au moment de la réception du prix Nobel, on est dans la conclusion de l'oeuvre (il n'y aura que le presque bizarre "Oiseaux" ensuite).
"« Prédateurs, certes ! nous le fûmes ; et de nuls maîtres que nous-mêmes tenant nos lettres de franchise – Tant de sanctuaires éventés et de doctrines mises à nu, comme femmes aux hanches découvertes ! Enchères aux quais de corail noir, enseignes brûlées sur toutes rades, et nos coeurs au matin comme rades foraines... (...)
« Nous n'avons point tenure de fief ni terre de bien-fonds. Nous n'avons point connu le legs, ni ne saurions léguer. Qui sut jamais notre âge et sut notre nom d'homme ? Et qui disputerait un jour de nos lieux de naissance ? Éponyme, l'ancêtre, et sa gloire, sans trace. Nos oeuvres vivent loin de nous dans leurs vergers d'éclairs. Et nous n'avons de rang parmi les hommes de l'instant. (...)
« Grand âge, nous voici. Rendez-vous pris, et de longtemps, avec cette heure de grand sens."
Toujours aussi étonnante, toujours aussi inspiratrice, cette poésie d'une force extraordinaire continue à irriguer les sens et l'intelligence des lecteurs et des écrivains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BrunoA
  21 octobre 2017
Vents est un magnifique recueil des poèmes de Saint John Perse.
Ses textes, s'ils peuvent paraître hermétiques au premier abord, sont d'une beauté telle qu'ils transportent le lecteur dans des sensations d'une force et d'une intensité incomparables.
Lire ces textes c'est se retrouver dans des contrées lointaines en présence de personnages mi-réels, mi fantastiques.
Commenter  J’apprécie          140
chrislav
  17 avril 2015
Ah que c'est beau !
Plus je le lis- le savoure plutôt, à l'infini, tel un nectar de bonheur- et plus j'en suis béate face à tant de beauté indescriptible.
La poésie est d'un autre monde, un autre univers : elle ne se "critique" pas, elle n'est que tentative de partage d'émotions intenses, intimes.
Commenter  J’apprécie          40
VACHARDTUAPIED
  27 mars 2013
De par ses textes, Vents paraît être une oeuvre exigeante mais qu'importe, il est bon de se laisser aller à la lecture des mots de Saint John-Perse.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
neimad6891neimad6891   06 octobre 2010
C'étaient de très grands vents, sur toutes faces de ce monde,
De très grands vents en liesse par le monde, qui n'avaient d'aire ni de gîte,
Qui n'avaient garde ni mesure, et nous laissaient, hommes de paille,
En l'an de paille sur leur erre... Ah ! oui, de très grands vents sur toutes faces de vivants !
Commenter  J’apprécie          610
JcequejelisJcequejelis   16 septembre 2014
Les voici mûrs, ces fruits d'un ombrageux destin. De notre songe issus, de notre sang nourris, et qui hantaient la pourpre de nos nuits, ils sont les fruits du long souci, ils sont les fruits du long désir, ils furent nos plus secrets complices et, souvent proches de l'aveu, nous tiraient à leurs fins hors de l'abîme de nos nuits ... Au feu du jour toute faveur ! Les voici mûrs et sous la pourpre, ces fruits d'un impérieux destin. Nous n'y trouvons point notre gré.

1993 - [Poésie/Gallimard n° 36, p. 113]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
TREMAOUEZANTREMAOUEZAN   06 décembre 2016
- Plus loin, plus loin, où sont les îles hautes - îles de pierre ponce aux mains de cent tailleurs d'images ; lèvres scellées sur le mystère des écritures, pierres levées sur le pourtour des grèves et grandes figures averses aux lippes dédaigneuses...
... Et au-delà, dernières en Ouest, l'île où vivait, il y a vingt ans, le dernier arbrisseau : une méliacée des laves, croyons-nous - Caquetage des eaux libres sur les effondrements de criques, et le vent à jamais dans les porosités de roches basaltiques, dans les fissures et dans les grottes et dans les chambres les plus vaines, aux grandes masses de tuf rouge...
... Et au-delà, et au-delà, qu'est-il rien d'autre que toi-même - qu'est-il rien d'autre que d'humain ? ... Minuit en mer après Midi... Et l'homme seul comme un gnomon sur la table des eaux... Et les capsules de la mort éclatent dans sa bouche...
(IV - 2, pp. 102-103)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
karamzinkaramzin   25 décembre 2020
... Eâ, dieu de l'abîme, les tentations du doute seraient promptes,
Où vient à défaillir le Vent ... Mais la brûlure de l'âme est la plus forte,
Et contre les sollicitations du doute, les exactions de l'âme sur la chair
Nous tiennent hors d'haleine, et l'aile du Vent soit avec nous !

Car au croisement des fiers attelages du malheur, pour tenir à son comble la plénitude de ce chant,
Ce n'est pas trop, Maître du chant, de tout ce bruit de l'âme ―
Comme au grand jeu des timbres, entre le bol de bronze et les grands disques frémissants,
La teneur à son comble des grands essaims sauvages de l'amour ...

« Je t'ai pesé, poète, et t'ai trouvé de peu de poids.
« Je t'ai louée, grandeur, et tu n'as point d'assise qui ne faille.
« L'odeur de forges mortes au matin empuantit les antres du génie.
« Les dieux lisibles désertaient la cendre de nos jours. Et l'amour sanglotait sur nos couches nocturnes.
« Ta main prompte, César, ne force au nid qu'une aile dérisoire.

« Couronne-toi, jeunesse, d'une feuille plus aiguë !
« Le Vent frappe à ta porte comme un Maître de camp,
« A ta porte timbrée du gantelet de fer.
« Et toi, douceur, qui vas mourir, couvre-toi la face de ta toge
« Et du parfum terrestre de nos mains ... »

Le Vent s'accroisse sur nos grèves et sur la terre calcinée des songes !
Les hommes en foule sont passés sur la route des hommes,
Allant où vont les hommes, à leurs tombes. Et c'est au bruit
Des hautes narrations du large, sur ce sillage encore de splendeur vers l'Ouest, parmi la feuille noire et les glaives du soir ...
Et moi j'ai dit : N'ouvre pas ton lit à la tristesse. Les dieux s'assemblent sur les sources,
Et c'est murmure encore de prodiges parmi les hautes narrations du large.

Comme on buvait aux fleuves incessants, hommes et bêtes confondus à l'avant-garde des convois,
Comme on tenait au feu des forges en plein air le long cri du métal sur son lit de luxure,
Je mènerai au lit du vent l'hydre vivace de ma force, je fréquenterai le lit du vent comme un vivier de force et de croissance.
Les dieux qui marchent dans le vent susciteront encore sur nos pas les accidents extraordinaires.

Et le poète encore est avec nous. Et c'est montée de choses incessantes dans les conseils du ciel en Ouest.
Un ordre de solennités nouvelles se compose au plus haut faîte de l'instant.
Et par là-bas mûrissent en Ouest les purs ferments d'une ombre prénatale ― fraîcheur et gage de fraîcheur,
Et tout cela qu'un homme entend aux approches du soir, et dans les grandes cérémonies majeures où coule le sang d'un cheval noir ...

S'en aller ! S'en aller ! Parole de vivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
neimad6891neimad6891   06 octobre 2010
Les vents sont forts ! la chair est brève !… […] Qu'on m'enseigne le ton d'une modulation nouvelle !

Et vous pouvez me dire : Où avez-vous pris cela ? — Textes reçus en langage clair ! versions données sur deux versants !… Toi-même stèle et pierre d'angle !… Et pour des fourvoiements nouveaux, je t'appelle en litige sur ta chaise dièdre,

Ô Poète, ô bilingue, entre toutes choses bisaiguës, et toi-même litige entre toutes choses litigieuses — homme assailli du dieu ! homme parlant dans l'équivoque !… ah ! comme un homme fourvoyé dans une mêlée d'ailes et de ronces, parmi des noces de busaigles !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Saint-John Perse (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Saint-John Perse
SAINT-JOHN PERSE – Un siècle d'écrivains : 1887-1975 (DOCUMENTAIRE, 1996) Émission « Un siècle d'écrivains », numéro 70, diffusée sur France 3, le 1er mai 1996, et réalisée par Jean-Denis Bonan et Jean-Paul Brighelli.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
898 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre