AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782258119154
552 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (12/05/2016)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 6 notes)
Résumé :
L'empereur chinois Qin Shi Huang fit exécuter en une fois 460 intellectuels et brûler tous les livres de son empire. Simon de Montfort ordonna qu'on crève les yeux de tous les défenseurs d'une ville dont il venait de faire le siège. Le sultan Abdülhamid II organisa le massacre de plus de 200 000 Arméniens et l'enlèvement de 100 000 femmes pour ses harems. Kadhafi faisait retransmettre à la télévision les exécutions publiques de ses opposants. Des 20 000 personnes qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
RosenDero
  03 avril 2018
Merci aux Presses de la Cité et à Babelio pour cet ouvrage si différent de ce que je lis d'habitude.
Je vous avouerai que quand j'ai coché "les maîtres de la terreur" pour la précédente Masse Critique, je croyais avoir à faire à un essai sur les auteurs de fiction spécialistes du genre horrifique. Mais rassurez-vous, la réalité dépasse souvent la fiction !
De Gengis Khan à Amin Dada, des Borgia aux nazis, 24 portraits historiques (et à mon goût un peu trop romancés et sensationnels) d'hommes et de femmes qui, par leur folie ou leur génie du mal, sont entrés dans l'histoire.
Les plus proche de nous nous glacent encore le dang, les plus éloignés nous rendent incrédules, mais l'objectif de l'oivrage est atteint : montrer l'horreur dont l'humain est capable, lier pouvoir et franchissement des limites, mais également mettre en contexte et fournir des pistes et des éclaircissements géo politiques ou historiques bienvenus, même si parfois on peut douter des informations avancées qui semblent un peu trop tape à l'oeil et conditionnelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Walex
  06 avril 2018
En recevant ce livre à la couverture rouge sang peu engageante, une question me taraude : mais qu'est-ce qui m'a pris de m'intéresser à un tel livre ? Sans doute que le visionnage de l'excellente chaîne YouTube « horror humanum est », websérie documentaire qui rapporte les actes les plus horribles de l'Histoire de façon ludique et cynique, y est pour quelque-chose. Mais je me rends compte que ce ne sera forcément pas pareil, et je sens déjà poindre la déception. Je crains de devoir faire face à des quantités de pages de détails sordides s'accumulant pour justifier l'apparition dans le livre de tel ou tel esprit dérangé, sans avoir de réelle consistance derrière. Et pourtant, il n'en est rien.
Dès la (très courte) préface, je me sens tout de suite rassuré par mon choix de lecture : le livre se veut pertinent, et ça me plaît. Et le premier portrait, dédié à Frédégonde, est réellement fascinant, je recommande vraiment sa lecture (prévoyez seulement un crayon et un papier pour vous y retrouver parmi touts ces noms trop ressemblants).
En fait, il m'apparaît bien vite que j'ai à nouveau affaire à un livre au titre très mal choisi. En terme de terreur, les différents portraits passent vite sur les détails. Sur plusieurs pages, les actes d'abominations ne sont parfois qu'évoqués, ou rapidement quantifiés. C'est plutôt dommage ; je craignais une surabondance de faits, me voilà frustré. Il s'agit en réalité plutôt de courtes biographies de grands sociopathes, qui ont été prêts à absolument tout pour obtenir (et surtout garder) le pouvoir sur les autres. Jusqu'à étouffer son propre enfant, entre autres choses.
Il y a à boire et à manger dans ce livre. Concernant certains comme Attila, Barberousse ou Hérode, j'ai l'impression que l'auteur a voulu rétablir une réalité moins cruelle, ou du moins moins spectaculaire que ce que ne disent leurs légendes. Pour d'autres par contre, comme Himmler, Monfort (dont j'ignorais tout) ou Vlad l'empaleur, leurs présences dans ce livre sont parfaitement justifiées au vue de toutes leurs horreurs commises.
Je dois dire que les portraits que j'ai véritablement apprécié, sont ceux des plus opportunistes, qui ont grandit dans l'ombre et ont réussi à tirer leur épingle du jeu pour accéder au pouvoir en supprimant sans état d'âme leurs opposants au passage : les reines et impératrices, comme Frédégonde, donc, mais aussi Agrippine et Wu Zetian, ou bien Beria, le bourreau de Staline.
Il est intéressant de constater que certains n'étaient absolument pas prédestinés à de telles vies : Frédégonde (on y revient), Beria, Himmler… ils doivent la vie qu'ils ont vécue d'abord au hasard, puis seulement, à une persévérance sans faille.
Malgré mes doutes avant de commencer ma lecture, j'ai finalement trouvé cet ouvrage très intéressant, car il m'a procuré une vision bien différente de l'Histoire que je connaissais. J'aurais toutefois préféré un peu plus de détails, certes, mais j'avoue qu'il est impossible de rester indifférent à (presque) tous ces récits, et qu'une fois un chapitre entamé, il est très difficile de s'arrêter.
Livre découvert à l'occasion d'une opération Masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Labibliogirly
  16 mars 2018
Frédégonde, Agrippine, Attila, Pol Pol,Vlad….. Autant de noms connus dans l'histoire et qui traversent les époques, se répétant, s'exposant. Mais les connait-on vraiment ? Ce que l'on nous dit d'eux, est-ce la réalité ou une image atténuée ?
Dans ce livre, Patrick Pesnot présente 24 personnes. 24 hommes et femmes, dont le meurtre de masse fut un élément caractéristique de leur vie. 24 personnes dont le parcours fut tracé dans le sang de leurs ennemis. Ils ont fait de la tuerie un instrument du pouvoir.
J'ai adoré cette lecture. Une vraie leçon d'histoire qui nous montre à quel point le meurtre fut usité de tous temps, pour obtenir ou maintenir le pouvoir entre les mains de quelques personnes.
Une belle découverte à lire. Une réflexion sur l'exercice du pouvoir et les leçons tirées du passé
Lien : http://labibliogirly.over-bl..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
RosenDeroRosenDero   19 avril 2018
Guillaume de Puylaurens rapporte qu'après avoir constaté la défection d'un chevalier qui s'était préalablement rallié à lui Simon de Montfort s'est écrié : "Je ne veux plus avoir affaire avec les hommes de cette maudite race provençale !"
Commenter  J’apprécie          160
RosenDeroRosenDero   03 avril 2018
En Avril 1979, Idi Amin Dada doit fuir. Il trouve d'abord refuge chez son ami Kadhafi, puis en Arabie saoudite, où la monarchie, généreuse, lui permettra de résider douillettement jusqu'à la fin de sa vie en 2003. Il n'aura donc jamais rendu le moindre compte pour les quelque trois cent mille crimes qu'il a perpétrés.
Commenter  J’apprécie          60
WalexWalex   07 avril 2018
Un an plus tard, la reine sanguinaire s’éteignit paisiblement dans son lit, sans avoir manifesté le moindre remord […]
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Patrick Pesnot (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Pesnot
La suite...
autres livres classés : portraitsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2055 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre