AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266288008
Éditeur : Pocket Jeunesse (21/06/2018)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Dylan est dyslexique. Mais il s'est juré que personne ne le saurait jamais.
La " dyslexie ", un mot étrange et impossible à prononcer, pourtant c'est bien ce qu'on m'a diagnostiqué. Moi, Dylan, quatorze ans, j'ai des problèmes de connexion, je suis dys-connecté. Cette particularité ne m'empêche pas de vivre, par contre elle ne me facilite pas les choses, surtout à l'école...
" Dylan, arrête de faire le guignol ! "
" Dylan, tu pourrais t'appliq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
lebazarlitteraire
  11 juin 2019
Dylan a quatorze ans et est en classe de 4ème. A son entrée à l'école primaire, on lui a rapidement diagnostiqué une dyslexie et une dysorthographie. S'en est suivie une longue route d'apprentissage avec son orthophoniste pour déjouer les pièges des lettres qui dansent devant ses yeux. Cahin-caha, il a mené son bonhomme de chemin à l'école sans trop de mal pour s'en sortir. Surtout grâce à ses deux meilleurs amis, toujours prêts à le soutenir, Pauline et Martin. Jusqu'au jour où, alors qu'il est en 5ème, son orthophoniste déménage, laissant un Dylan désemparé et qui refuse de continuer ses exercices avec un nouveau médecin. Mais puisqu'il refuse de poursuivre avec un orthophoniste, cela veut aussi dire que toutes les procédures enclenchées à l'école pour l'inclure dans l'établissement seront aussi closes. A partir de ce moment, ses professeurs ne seront plus tenus au courant de sa dyslexie et ne l'épargneront donc pas en classe. Pas d'adaptation pour lui, et hantise de la lecture à haute voix devant tous ses camarades. Dylan va se renfermer quelque peu. D'autant plus que les problèmes à la maison s'aggravent aussi.
Je vais commencer par le positif que j'ai trouvé dans ce livre.
Tout d'abord, un ouvrage qui aborde la dyslexie, c'est magnifique. Malgré de gros efforts fait en ce sens dans les écoles et un diagnostique qui peut arriver de plus en plus tôt, au lieu de laisser des enfants s'enliser pendant des années, cela reste tout de même mal connu et peut encore faire des ravages (notamment au niveau social) si les enfants qui en sont atteints ne sont pas pris en charge correctement. C'est donc une vraie bouffée d'air frais de voir un thème comme celui-ci abordé dans un roman pour adolescents.
En effet, cela va permettre à de nombreux jeunes de comprendre ce qu'est ce trouble de la lecture, qui n'est pas « soignable » mais pour lequel il faut faire de gros efforts continuellement afin de mieux vivre avec. On ne s'en débarrassera jamais, mais on peut apprendre des stratégies pour contrer les effets des lettres qui se mélangent sans cesse. Cela permet donc à des jeunes lecteurs (mais aussi des adultes) de comprendre ce trouble et surtout de comprendre qu'il ne faut pas en blâmer les personnes qui en sont atteintes, ne pas non plus avoir pitié (un sentiment mal vécu par les personnes dyslexiques) ou encore s'en moquer. C'est également un livre à mettre d'urgence entre les mains de parents désemparés devant le trouble de leur enfant.
Cela nous montre également qu'être dyslexique ne veut pas dire être différent en tout. Dylan est un jeune homme absolument identique à n'importe quel autre adolescent de son âge. Il a ses peines de coeur, des difficultés dans certaines relations amicales, et vit également des problèmes à la maison avec ses parents qui se disputent sans cesse. En somme, une vie banale quand on a quatorze ans. le happy-end est un peu classique, mais permet de bien montrer que la dyslexie n'est pas une fatalité.
Ce livre est donc un petit bijou en ce qui concerne son fond. Il a d'ailleurs été salué par l'ANAPEDys, Association Nationale des Adultes et Parents d'Enfants Dys, qui s'enchante de cette initiative qui permet de dédramatiser ces troubles.
En revanche, là où cela pêche pour moi, c'est sur la forme. Ben oui, Dys sur 10 est tout de même un livre. de près de 190 pages. Bourré de mots, comme tout bon livre me direz-vous. Mais donc bourré de piège et de petites bêtes peu ragoutantes pour un dyslexique. C'est donc un bon outil pour faire connaître ce trouble à des non-dys, mais pour les dys en eux-mêmes, c'est plus compliqué.
Pourtant on peut quand même saluer l'effort d'édition de cet ouvrage. Il est sorti simultanément en version audio aux éditions Lizzie, alors qu'il faut souvent attendre pour voir des livres publiés en version audio plusieurs mois ou années ensuite. Il est d'ailleurs lu par Fred Testot, un comédien susceptible d'être apprécié par les jeunes, ce qui donnera une envie supplémentaire de l'acheter sous cette forme. Les éditions Pocket Jeunesse possèdent également une plateforme numérique, les éditions 12/21, qui a publié cet ouvrage en version numérique, avec une version spécifique pour les dyslexiques à la fin (version lecture confort, qu'ils appellent ça). Belle initiative également, mais sur leur site, aucune possibilité d'accéder à un échantillon ou explication montrant en quoi la lecture est adaptée pour les dyslexiques dans cette version numérique. Un peu compliqué de donner envie à un dyslexique ou un parent de dyslexique d'acheter le livre dans ces conditions.
Tout cela part donc d'une bonne initiative et que le roman soit paru en autant de versions différentes d'un coup pour le rendre accessible à un large public est vraiment super. Mais pourquoi la version papier n'a pas eu le droit au même traitement de faveur ? J'en connais des dyslexiques qui ont appris à aimer lire, mais rencontrent encore de grandes difficultés et qui auraient été ravis que cet ouvrage paraisse en version papier avec adaptation pour dyslexique.
Lien : http://lebazarlitteraire.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
NanouAnne25
  26 mai 2019
10/10 pour ce roman sur les dys !
Dylan est en 4ème. Il a été diagnostiqué dyslexique et dysorthographique à 7 ans. Concrètement, ça veut dire quoi ? « ça veut dire que je ne fais pas bien le lien entre le mot écrit, le son et le sens. J'emmêle les lettres, je mélange les syllabes… » nous explique-t-il. Lassé d'être catalogué et rangé dans une case par les professeurs du fait de son handicap, il a décidé, pour son année de 4ème, de ne pas faire connaître ses troubles dys. Ce qui évidemment, va l'amener sur un terrain très glissant. Devant son manque d'application dans l'écriture, les fautes d'orthographes incessantes, ses difficultés à lire, les professeurs le rangent dans la case « fainéant ». Ce à quoi il va répondre par un comportement agité, perturbateur et impertinent. Ainsi s'enclenche un cercle vicieux pour Dylan. de plus, même s'il a le soutien de sa maman, à la maison son père refuse le handicap de son fils. Dylan pourrait se trouver dans une impasse. Mais un professeur va venir à son aide.
Par un récit fictionnel, le livre raconte le parcours du combattant qui commence pour une personne dys avant même la pose du diagnostic : consultation d'un nombre incalculable de spécialistes avant, pendant et après le diagnostic. Puis ensuite, à l'école, il faut se battre avec l'écrit. Vous avez déjà essayé de lire un roman dont la police d'écriture est adaptée à des personnes atteintes de troubles dys ? Moi j'en ai ouvert un récemment. Je l'ai refermé au bout de quelques secondes, dérangée par une police et une taille de caractères que je ne trouvais pas spécialement agréables pour mes yeux. Eh bien du coup, j'ai compris la difficulté pour un dys de lire des écrits dans nos polices habituelles. Dylan d'ailleurs le fait remarquer, ce qu'il a devant lui, ce sont des hiéroglyphes. L'image est parlante, elle permet de visualiser la complexité des rapports dys-lettres.
Le récit se veut positif, une personne dys n'est pas un incapable ni un déficient intellectuel. Dylan va trouver un intérêt dans une discipline à l'école qui va lui permettre de continuer brillamment ses études, et c'est tout à fait réaliste. A la condition toutefois que chacun (institution-parents-élèves) y mette du sien.
C'est un roman très utile pour tous, élèves et adultes, dans la tolérance et la compréhension du handicap. Les élèves dys s'identifieront à Dylan, les autres élèves pourront comprendre les réelles difficultés auxquelles un élève dys est confronté. Idem pour les adultes.
Une expression a retenu mon attention : à un moment, la principale du collège va foudroyer Dylan « d'un regard élèvicide ». J'ai adoré l'expression. Evidemment, quand j'écris ce mot, il est surligné en rouge. Il faudra contacter l'académie française pour qu'elle permette le rajout du mot dans les dictionnaires car je le trouve très parlant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
zazimuth
  13 novembre 2018
Coup de coeur pour ce roman pour ados intelligent, sensible et tendre.
On découvre la vie de Dylan, adolescent dont la joie de vivre est "pourrie" au collège par une dyslexie à laquelle il se heurte sans arrêt.
J'ai trouvé très intéressant de voir les différentes étapes et périodes que traverse le héros. La prise en charge pendant quelques années par une orthophoniste avec laquelle il définit des stratégies et trouve des astuces pour progresser. le refus de continuer un quelconque suivi quand elle change de région. L'enfermement dans un rôle de cancre rigolo qui cache la douleur de ne jamais voir ses efforts et son travail remarqués et le découragent.
Et puis cette année de quatrième qui a si mal commencé jusqu'à la découverte du théâtre...
C'est aussi une très belle histoire d'amitié et d'entraide. Mais elle permet avant tout de comprendre la souffrance de l'enfant confronté au doute quand à sa volonté et ses capacités réelles.
A lire et faire lire !
Commenter  J’apprécie          110
Takalirsa
  09 juin 2019
Entre colère et détresse, le quotidien d'un adolescent handicapé par sa dyslexie.
"Tous les échecs à la queue leu leu, toutes les désillusions", tous les efforts vains, Dylan n'en peut plus. Alors il se rebelle à sa manière : "C'est ma technique de révolte passive. Puisque l'école me résiste, il est hors de question de collaborer"... mais c'est par un conseil de discipline que débute le roman! La première partie est donc le récit rétrospectif de tous les moments charnières qui ont mené l'adolescent dans cette situation extrême. Il explique ses premières difficultés dès l'entrée à l'école et en quoi elles consistent exactement, les stratégies mises en place tout au long des années avec l'orthophoniste et ses parents (notamment la reprise des leçons le soir), la fatigue qui en résulte, les sales notes bien qu'il "travaille dur", et surtout, le sentiment de nullité qui a grandi avec lui.
Alors quand Mlle Nas, son professeur de français en cette année de 4e, lui demande de lire à voix haute devant la classe, c'est l'humiliation de trop ("J'ai honte de ma lenteur, honte de ma différence"). Déjà, à la maison, Dylan a le sentiment d'être "un minable aux yeux de mon père" ("Je ne serai jamais à la hauteur de ses espérances") et celui que sa mère a renoncé à trouver des solutions. Il y a beaucoup de non-dits entre eux trois, des quiproquo également ("Pourquoi tu ne leur parles pas?"), et les disputes entre les parents (souvent à son sujet) ne facilitent pas la communication. Dans sa classe, l'adolescent retrouve ses amis de toujours, Martin et Pauline, mais il n'est pas évident de leur avouer "cette certitude d'être un bon à rien".
Petit à petit, la situation va heureusement se débloquer grâce à certains enseignants. L'écoute de livres audio, l'utilisation de l'ordinateur en classe, la mémorisation kinesthésique (qui consiste à apprendre en mouvement), la participation à un atelier théâtre, un test initié par la conseillère d'orientation, une rencontre avec le professeur principal vont amener Dylan à reprendre confiance ("Je n'ai plus envie de m'apitoyer sur mon sort"). La parole se libère enfin et il prend conscience que "c'était aussi idiot de nier ma dyslexie que de la brandir au moindre échec. Elle était un obstacle bien réel, mais peut-être pas insurmontable". Les miracles n'existent pas mais désormais Dylan est plus serein et n'a plus peur d'être lui-même ("Je me sens à ma place"). Car même si le chemin est sinueux et ardu, "on arrive toujours quelque part".
Lien : https://www.takalirsa.fr/dys..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sam_L
  19 juin 2019
Un livre qui fait du bien :-)
Ce roman jeunesse écrit avec humour montre comment Dylan, un jeune ado dyslexique, a réussi à composer sa vie, sa personnalité avec son handicap malgré toutes les difficultés que celui ci implique.
Mon métier me conduit à accompagner au quotidien des jeunes « dys » et je ne manquerai pas conseiller ce livre à certains. Ce titre est également édité en format audio afin d'être accessible à tous.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Ricochet   01 octobre 2018
Education sentimentale, éducation morale et sociale constituent ce roman d’adolescents dense, plein d’empathie pour les héros.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
TakalirsaTakalirsa   09 juin 2019
Est-ce que l'image qu'on renvoie aux autres est toujours aussi différente de ce qu'on est à l'intérieur ?
Commenter  J’apprécie          20
agelagel   06 novembre 2018
A partir de ce moment, et jusqu'à la fin de mon CE1, j'ai été embarqué dans le manège des mots en "ique" : bilan ophtalmologique, orthoptique, neurologique, orthophonique, psychologique. A faire tourner la tête. A la fin, j'ai été diagnostiqué dyslexique et dysorthographique. Ça veut dire que je ne fais pas bien le lien entre le mot écrit, le son et le sens. J'emmêle les lettres, je mélange les syllabes...
Bref. J'ai des problèmes de connexion. Je suis dys-connecté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zazimuthzazimuth   13 novembre 2018
J'avais le sentiment qu'on ne redeviendrait pas amis, mais il n'y avait plus rien sous le tapis. On avait balayé les malentendus, évacué les rancoeurs. (p.170)
Commenter  J’apprécie          50
zazimuthzazimuth   13 novembre 2018
Les médecins ont dit à mes parents de contacter la MDPH qui a décidé qu'un PAP serait mis en place. Je n'aurais pas d'AVS, mais il était évident que je bénéficiais du RASED.
Quand on a un enfant malentendant, on doit apprendre à communiquer avec des signes. Mes parents, eux, ont appris à maîtriser le langage des sigles. (p.17)
Commenter  J’apprécie          10
GerbleGerble   17 juillet 2018
" Quand le bulletin arrivait, ma mère ouvrait l’enveloppe en premier. Elle ne disait rien mais je voyais bien qu’elle était découragée ; ensuite, mon père parcourait le bulletin, très vite, comme on avale un truc amer. Quand venait mon tour, je ricanais pour ne pas pleurer."

« Ce qui compte, ce n’est pas d’avancer tout droit.
On peut se trouver à la croisée des chemins,
se tromper de voie, prendre des tours et des détours…
Quelle que soit la route qu’on emprunte, on arrive toujours quelque part. »



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : dyslexieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
481 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre
.. ..