AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2362661792
Éditeur : Talents Hauts Editions (16/03/2017)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Toute la semaine, j'ai gardé la sensation désagréable d'être épiée.

Qu'est-ce qu'ils mijotaient tous ?

Le vendredi, Johnny s'exclama suffisamment fort pour que je l'entende :

- Tu sais que les rousses sentent mauvais ?

J'ai rougi d'un coup.

- Carotte ! triompha-t-il.

Cette fois, le doute n'était plus possible. J'étais au centre de quelque chose qui m'échappait.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
asnico
  04 août 2017
Le harcèlement scolaire est un sujet dont on entend de plus en plus parler. Parce qu'il se développe ou parce qu'on a décidé de crever l'abcès ? Je ne sais pas.
Toujours est-il que celui-ci est bien décrit dans la carotte et le bâton. On y suit Emilie qui passe en 3ème mais qui déménage à Nantes où elle ne connaît personne. Emilie est rousse et c'est bien ça le problème.
Le roman démarre franchement gentiment, on se dit que « c'est pas méchant » mais après ça va crescendo sans que le lecteur ait le temps de le voir arriver, telle la violence qui s'immisce dans la tête d'un ado et qui le détruit à petit feu. Emilie est victime des brimades de ses camarades menés par Barbara et sa seule amie Cloé s'éloigne un peu plus d'elle chaque jour pour ne pas subir les quolibets des autres.
Emilie se tait car elle a peur des représailles. La spirale infernale ne s'arrête plus et la santé mentale de la jeune rousse se dégrade à une vitesse phénoménale au point qu'elle passe plus de temps dans les toilettes ou à l'infirmerie.
J'ai été surprise par la fin que j'imaginais différente, ce qui m'a poussée à attribuer 4 étoiles à ce roman ado.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
leslecturesdeVal
  04 novembre 2017
du coté de l'histoire: Émilie vient tout juste de débarquer dans une nouvelle ville, elle fait sa rentrée en classe de troisième dans un nouveau collège où elle ne connait personne à part Cloé, une jeune fille qu'elle a rencontrée lorsqu'elle est arrivée. Pas facile de débarquer comme ça dans une nouvelle école mais fort heureusement les deux copines vont être dans la même classe.
Émilie est belle avec ses cheveux flamboyants et même si elle aurait rêvé avoir les cheveux autrement, elle est bien dans sa peau.
Mais voilà que très vite, elle devient la cible de Barbara, "la Barbie" du collège qui la prise en grippe. Toute la bande insulte Émilie à longueur de temps, s'amusant à lui jeter de la nourriture à la cantine et vont même jusqu'à la blesser plusieurs fois. Émilie ne dit rien, elle supporte toutes ces méchancetés sans jamais se plaindre mais voilà que sa seule copine Cloé, la lâche elle aussi pour ne pas devenir également la cible de toute la bande. Comment va bien pouvoir s'en sortir Émilie ? Va t-elle réussir à surmonter cet enfer ? Quelqu'un viendra t-il l'aider ou devra t-elle tout affronter seule?

Du coté de l'écriture: Delphine Pessin pose les mots et les situations avec une très grande justesse, pas de fioritures superflues qui pourraient alourdir notre lecture. Elle nous raconte l'histoire d'Émilie avec une franchise et une émotion toute particulière. Dès les premières lignes j'ai été comme propulsée dans le récit et je me suis retrouvée auprès de la jeune fille, spectatrice de ce qu'elle endure, les larmes me sont montées aux yeux plus d'une fois dans ce texte. J'ai ressenti toute cette détresse qu'endurait sans rien dire notre jeune héroine, j'aurais voulu pouvoir la défendre, pouvoir intervenir pour faire cesser toute cette haine gratuite qu'elle subissait au quotidien alors bien-sur c'est une fiction mais elle reflète très justement la triste réalité qu'endure chaque jour de nombreux enfants et adolescents. Toute cette histoire est bourrée d'émotions très fortes mais elle nous apporte également notre lot d'espoir, c'est un très bel Hymne à la vie et au droit à la différence.
En conclusion : Quoi qu'assez court ce roman est, je trouve extrêmement complet, je suis ressortie de ma lecture complètement touchée par tout ce qu'endure Émilie, alors c'est une fiction ne l'oublions pas mais bon nombre d'adolescent(e)s traversent réellement au quotidien le même harcèlement que subit notre héroïne. C'est un sujet qui me tient à coeur, chaque jour, dans mon collège, je me bats pour que cela ne se produise pas, alors lire cette histoire je vous avoue que cela m'a beaucoup émue jusqu'à avoir les larmes aux yeux plus d'une fois et ce roman me conforte encore plus dans la bataille que je livre au quotidien dans mon travail.
Je le conseille vraiment à tous les adolescents mais aussi aux familles et aux proches des enfants harcelés et harceleurs.
Lien : http://aupaysdelire.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Linelo
  09 mars 2017
J'ai beaucoup aimé cette lecture, que j'ai lue d'une traite et qui est très proche de ce j'ai pu moi aussi subir au collège.
L'auteur donne la parole à deux ados, qu'on peut qualifier de meilleures amies, et qui vont être confrontées au harcèlement : Emilie en tant que victime et Cloé en tant que témoin.
Le principe vicieux du harcèlement est très bien retranscrit : tout commence par des moqueries autour des cheveux roux d'Emilie, pour se transformer en un jeu horrible ("la carotte et le bâton", je vous laisserai découvrir le principe) et les humiliations et violences physiques aller crescendo. Emilie est complètement dépassée par cet acharnement sur elle qu'elle ne comprend pas, de plus en plus d'élèves s'y mettant pour être bien vus de cette peste de Barbara, et par la distance que va prendre son amie.
J'ai trouvé les deux profils très justes, aussi bien Emilie, qui souffre mais n'ose pas demander de l'aide aux adultes par peur des représailles, que Cloé, qui ne participe pas aux humiliations mais craint de devenir elle aussi une paria du collège en aidant ouvertement celle qui est pourtant sa copine.
On pourrait reprocher au récit de montrer certains membres de l'équipe éducative (pas tous) ne prenant pas la mesure de la souffrance et de la détresse d'Emilie. C'est l'opposé du message que l'on voudrait donner à nos élèves mais la situation est malheureusement plausible puisque c'est celle qu'on a vécue avec mes parents !
Lien : http://ocalypso.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sylviedoc
  23 janvier 2018
J'ai lu ce court roman sur proposition d'une bibliothécaire qui anime le comité de lecture "ados" dont je fais partie. Je n'en ai pas décroché jusqu'à la dernière ligne, tant j'ai ressenti d'empathie envers Emilie, qui m'a ramenée à mes propres années de collège (où j'ai subi du harcèlement dans les années 70, comme quoi ce n'est pas nouveau même si les méthodes sont plus variées). Mais chaque personnage, que ce soit Cloé qui n'ose pas intervenir, Barbara qui parvient à persuader tous ses suiveurs de s'acharner sur Emilie, ou ces membres du personnel qui soit ne voient pas (ou ne veulent pas voir), soit ne réagissent pas assez fermement, chaque personnage donc peut se retrouver dans la plupart des établissements où j'ai travaillé. Et pourtant, combien de formations pour lutter contre le harcèlement, pour repérer les "signes", pour "savoir réagir" de façon adéquate face à ces situations...mais c'est toujours aussi difficile de convaincre le harcelé de se confier, ou le harceleur d'arrêter ses agissements qui lui confèrent un certain prestige auprès des autres.
Pour une Emilie qui semble s'en sortir par la suite, combien de Marion (cf "Marion 13 ans pour toujours", une histoire hélas réelle) qui choisiront une issue beaucoup plus tragique ?
Alors oui, je vais acheter ce livre pour le CDI du collège, et oui, je vais m'en servir comme prétexte pour parler avec les élèves de ce sujet que beaucoup connaissent trop bien, et j'espère que cela fera un tout petit peu comprendre à certains qu'une couleur de cheveux, ou des bonnes notes, ou des baskets de la saison passée, ou tout autre "différence" ne peut et ne doit jamais justifier le harcèlement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Takalirsa
  13 novembre 2017
Un roman sur le harcèlement de facture classique, dans lequel on suit, impuissant, l'inexorable surenchère dans l'humiliation. "Rejetée comme une erreur de la nature" uniquement parce qu'elle est rousse, Emilie ne comprend pas ce qu'elle a fait de mal. Il aura suffi que Barbara la populaire la prenne en grippe pour que les autres "moutons" ("des élèves à qui je n'avais jamais adressé la parole") se mettent à participer au lynchage. le témoignage de Cloé, la meilleure amie d'Emilie, est édifiant : si la jeune fille reste à l'écart des hostilités, elle ne défendra jamais sa copine victime, de peur des représailles : il faut choisir son camp pour ne pas être aussi "une paria"... Or Cloé est plus fragile, elle n'a pas sa famille pour la soutenir.

Pour Emilie, "ma famille était mon sanctuaire", c'est d'ailleurs grâce à elle qu'elle réussit à subir des mois d'agressions verbales et physiques sans craquer. Consciente que sa mère "serait toujours là pour moi", elle n'ose cependant pas lui parler de la situation, honteuse des humiliations qu'on lui inflige et surtout persuadée que "mes problèmes ne feraient que s'aggraver si les adultes intervenaient". Comme souvent dans ce genre de roman, le corps éducatif est malmené (et c'est agaçant !) : si l'attitude d'Emilie alerte certains (l'infirmière, la documentaliste...), elle laisse indifférents les autres (le prof de maths "n'a rien vu"). L'ignoble CPE dédramatise même complètement la situation ! Personne ne réalise vraiment "l'enfer dans lequel j'évoluais quotidiennement"...

Finalement Emilie trouvera quelqu'un à qui se confier mais n'est-il pas déjà trop tard? Si la jeune fille finit par s'en sortir, on ne sait absolument pas comment (il y a une ellipse de plusieurs années)... Ni ce qu'il est advenu de Barbara la harceleuse : a-t-elle été sanctionnée ? L'issue de l'histoire est donc à la fois frustrante et dérangeante. Reste à espérer qu'Emilie aura su intégrer ce très beau conseil : "Ne laisse jamais personne te faire croire que tu n'es pas belle. Tu es toi et tu es magnifique".
Lien : https://www.takalirsa.fr/la-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Ricochet   10 août 2017
Ce roman aborde ainsi la thématique du harcèlement de manière originale en alternant les récits à la première personne d’Emilie et de Cloé, son unique amie, laquelle est à la fois juge et partie dans les mésaventures qui adviennent à la jeune fille.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LineloLinelo   09 mars 2017
La vérité c'est que j'avais honte. Honte de ne pas savoir me défendre. Honte de subir sans broncher les brimades quotidiennes. Comment parler à mes parents, en sachant par avance la déception qu'ils ne manqueraient pas d'éprouver ? J'avais peur aussi. Si je parlais, je savais pertinemment qu'ils appelleraient le collège. Et si Barbara et les autres avaient des ennuis à cause de moi, ils me le feraient payer très cher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LineloLinelo   09 mars 2017
Les autres ont ricané. J'ai répliqué sans les regarder vraiment, presque à voix basse :

- Barbara, pourquoi tu m'as fait tomber tout à l'heure ?

Barbie a écarquillé les yeux.

- De quoi tu parles ? C'est quand même pas ma faute si tu t'es cassé la gueule !
Commenter  J’apprécie          20
asnicoasnico   04 août 2017
Finalement, nous avions opté pour Baudelaire et sa série de poèmes sur le spleen. Combien ses mots faisaient écho en moi! L'auteur y évoque son combat contre l'angoisse qui l'envahit, jusqu'à l'anéantissement final. (p 101)
Commenter  J’apprécie          20
LineloLinelo   09 mars 2017
Lorsqu'Emilie est tombée et s'est fait mal au genou, je me suis convaincue qu'il ne fallait pas dramatiser les choses. Comme si en parler donnerait du poids à un acte somme toute anodin. Je n'avais pas encore compris que c'était justement le poids des mots qui aurait évité ce qui s'est passé ensuite.
Commenter  J’apprécie          10
LineloLinelo   09 mars 2017
Je me disais que si je ne répondais pas à la provocation, ils finiraient par se lasser. Je les imaginais, pareils à un nid de frelons : si on ne bougeait plus, ils s'arrêtaient de piquer
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : RouxVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Livres et auteurs chez PKJ (pocket jeunesse)

Qui est l'auteure de "Eleanor & Park" et "Carry on" ?

Cat Clarke
Marika Gallman
Rainbow Rowell
Jo Witek

20 questions
52 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature pour adolescents , jeune adulteCréer un quiz sur ce livre
. .