AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Françoise Laye (Traducteur)
EAN : 9782267019452
105 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (18/10/2007)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 178 notes)
Résumé :
Cet ouvrage, paru en 1922 sous le nom de Pessoa, est un véritable brûlot, aussi explosif, détonant et jubilatoire aujourd'hui que lors de sa publication.
Ce texte court reste l'unique oeuvre de fiction publiée du vivant de l'auteur. Au terme du repas, un banquier démontre à ses convives que ses convictions et ses actions en matière d'anarchisme n'ont rien à envier à celles des poseurs de bombe. Il déploie ainsi les trésors d'une rhétorique insidieuse au serv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Fabinou7
  07 mai 2020
Question existentielle du jour : peut-on être banquier et anarchiste ?
Le plus grand poète lusophone du XXème siècle nous lègue une courte nouvelle au titre polémique. Maïeutique socratique ou humour sophiste ? Ce tour de force d'éloquence, le plaidoyer d'un banquier libertaire à la logique implacable, à l'aplomb inébranlable serait-il un formidable brûlot contre la mauvaise foi, comme le prétend la Préface ?
***
“Qu'est-ce qu'un anarchiste ? C'est un homme révolté contre l'injustice qui rend les hommes, dès la naissance, inégaux socialement - au fond c'est ça tout simplement.”
A priori pas vraiment votre conseiller clientèle à la caisse d'épargne et pourtant…N'a-t-on pas récemment connu un ancien associé gérant de banque d'affaires (entre temps devenu premier serviteur de l'Etat) sortir un livre-manifeste « Révolution » ?
Tous les systèmes sont des fictions sociales, pour faire triompher la liberté il faut abolir les fictions : “Et quelle est la fiction la plus naturelle ? (...) celle à laquelle nous serons déjà habitués.”
Une fiction est comme une cigarette, fumer n'a rien de naturel et pourtant ça peut être ressenti comme un besoin par le fumeur. Pareil avec l'argent et le système bourgeois.
Mais remplacer le capitalisme bourgeois et conservateur par le communisme n'est pas la solution, l'immense auteur portugais, dans sa seule oeuvre publiée de son vivant, en 1922, se montre déjà lucide sur la révolution d'octobre en faisant dire à son personnage qu'elle va retarder de plusieurs décennies l'avènement d'une société libre.
Je trouve intéressant ce que Jérôme Bonnemaison, sur son blog littéraire (mesmillesetunesnuits), retient de la démonstration rhétorique du banquier : la formidable capacité du capitalisme à se réinventer, à s'adapter, à absorber la contestation, en l'occurrence libertaire, Pessoa visionnaire décrivant le même mécanisme qui présidera à la récupération mercantile et publicitaire des mouvement libertaires de mai 68 ou de la mouvance punk.
Tant que la démocratie n'arrivera pas à produire les anticorps suffisants, toutes les tentatives seront-elles vaines car récupérées par les dominants ?
***
Toujours est-il que l'interlocuteur du banquier (sans doute sous xanax) n'est pas d'un répondant très percutant… Ce livre n'est-il qu'un exercice d'auto-défense rhétorique ? Pessoa ne nous invitant qu'à démasquer les sophismes du banquier ?
Pas si sûr…Au-delà de l'ironie subversive, les propos du banquier semblent pouvoir être pris au premier degré dans une certaine mesure. L'anarchisme, traditionnellement compris comme un mouvement de gauche, est en réalité « transpartisan », notre banquier ne serait il pas anarchiste mais « de droite » (l'égalité en moins), poussant l'individualisme jusqu'à son ultime limite ?
“Nous devons tous travailler dans le même but, certes...mais séparément”. Pessoa appuie là où ça fait mal, l'anarchisme organisé reproduisant les structures qu'il est censé combattre “certains tendaient insensiblement à devenir des chefs, et les autres des subordonnés”.
Le banquier fustige également « la tyrannie de l'entraide », c'est la grande théorie de l'anarchisme, portée par Kropotkine, selon laquelle ce n'est pas la compétition darwinienne mais l'entraide qui joue le plus grand rôle dans l'évolution des espèces, sorte de jus naturales économique, pour notre banquier au contraire avec l'entraide on méprise l'autre et on le juge « incapable d'être libre ».
***
“J'ai libéré un homme : moi”. le banquier anarchiste nous dit deux choses qui résonnent étrangement un siècle après.
La première est que l'argent rend libre. N'était ce pas ce que défendait Virginia Woolf a la même époque, dans « Une chambre à soi », reléguant les droits politiques, comme le droit de vote, derrière l'indépendance financière des femmes (sous-entendu faut pas se tromper de combat), véritable clé de la liberté et source d'émancipation vis-à-vis des hommes ?
La seconde, qui découle de la première est que ceux qui ont l'argent ont le pouvoir. En effet, ils sont libres, aucun pouvoir ne s'exerce sur eux, du fait de leur argent et, en retour, ils peuvent imposer aux décideurs politiques et aux autres individus, citoyens, leurs volontés par l'argent. Après tout, le banquier n'est-il pas « sans dieux, ni maitres » ?
Certes, on rit avec « le banquier anarchiste », mais on rit jaune.
Qu'en pensez-vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          899
Eve-Yeshe
  25 avril 2018
Magique, brillantissime, machiavélique…
L'auteur nous montre de façon magistrale comment la révolte contre l'injustice et les inégalités entraine l'anarchisme, en nous expliquant la notion de fiction sociale., que constitue la société dans laquelle on vie.
« de ce que vous avez dit, je conclus que vous entendez par anarchisme (et ce serait là une bonne définition) la révolte contre toutes les conventions, toutes les formules sociales, en même temps que le désir et la volonté de les abolir totalement. » P 19
Au passage Fernando Pessoa règle ses comptes avec la notion de Dieu, religion, devoir altruisme car ce ne sont que des tentatives d'explications pour contenir les gens. Il est également féroce avec la révolution russe, toute récente, qu'il accuse de remplacer une dictature par une autre.
« Et vous verrez ce qui sortira de la révolution russe… Quelque chose qui va retarder de plusieurs dizaines d'années la naissance de la société libre… D'ailleurs que peut-on attendre d'un peuple d'analphabètes et de mystiques ? » P 27
Notre banquier explique son cheminement sur la nécessité de devenir soi-même, donc forcément égoïste pour arriver à la véritable anarchie qui ne peut être qu'individuelle, car sitôt que les hommes forment un groupe, certains veulent accaparer le pouvoir. A une tyrannie succèdera forcément une autre.
Il ne s'agit pas de détruire ce qui existe. L'anarchie ne peut donc être qu'une démarche individuelle, en tentant de changer la société, chacun dans son domaine, fût-il la bourgeoisie ou l'argent.
« Si la société anarchique, pour une raison quelconque, n'est pas réalisable, alors il faut bien qu'existe la société la plus naturelle après celle-là, c'est-à-dire la société bourgeoise. » P 48
Notre banquier s'en donne à coeur joie, étripant au passage la propagande et son inefficacité ainsi que les anarchistes qui s'en prennent aux biens matériels et vont ainsi à l'encontre de leur objectif initial, car peuvent être arrêtés, jugés…
Il n'hésite pas à être provocateur, poussant le raisonnement à l'extrême, décortiquant chaque idée, pour la pousser dans ses moindres retranchements, ne reculant devant aucune affirmation péremptoire, prenant le risque de choquer le lecteur, tout en l'entraînant dans sa logique.
Il ne faut jamais perdre de vue, au cours de cette lecture, que Fernando Pessoa a publié ce texte retouché à maintes reprises, en 1922, ce qui était sacrément culotté à l'époque ! il est brillant, manie l'ironie avec dextérité et dénonce l'hypocrisie de la société de façon magistrale.
Ce livre mérite amplement le qualificatif de brûlot explosif, détonant et jubilatoire, que lui attribue Françoise Laye dans sa préface. J'ai dévoré ce livre, alors qu'il ne me semblait pas si simple d'accès au départ car je voulais absolument savoir où il allait m'entraîner et si j'allais le suivre dans son raisonnement ; c'est un véritable uppercut, il est difficile d'enchaîner tout de suite sur un autre roman ou essai.
Bravo Mr Pessoa, vous m'avez convaincue ! jusqu'à présent, je n'avais lu que quelques-uns de poèmes, par ci par là, mais il est temps que j'explore davantage votre oeuvre avec, pour commencer, « le Livre de l'Intranquillité «
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7412
ninosairosse
  27 novembre 2017
♫Le blé a les dents acérées
les hyènes vont le dévorer
le môme deviendra banquier
ou le môme sera lessivé, lessivé, lessivé
Je dis, Argent trop cher
Trop grand, la vie n'a pas de prix, je dis.♫
Téléphone, 1980
Dictature révolutionnaire, propagande intense et libertaire
achetée au pieds de l'escalier qui a rendu populaire,
depuis le film l'école des sorciers et son Harry Potter
la Livraria Lello, (classée 1er librairie au monde, centre historique de Porto).
♫Tu bosses toute ta vie, pour payer ta pierre tombale♫
Action directe, tu tombes, t'as plus qu'à compter tes trous de balles
♫Antisocial,, tu perds ton sang-froid♫
Fictions sociales, tu dois lire Fernando Pessoa.

Commenter  J’apprécie          785
wellibus2
  03 septembre 2014
Cet ouvrage, paru en 1922 sous le nom de Pessoa, est un véritable brûlot, aussi explosif, détonant et jubilatoire aujourd'hui que lors de sa publication. Ce texte court reste l'unique oeuvre de fiction publiée du vivant de l'auteur. Au terme du repas, un banquier démontre à ses convives que ses convictions et ses actions en matière d'anarchisme n'ont rien à envier à celles des poseurs de bombe. Il déploie ainsi les trésors d'une rhétorique insidieuse au service de sa personne et s'installe dans de provocants paradoxes. Si ce banquier anarchiste nous enchante avec ses raisonnements par l'absurde et une mauvaise foi réjouissante, il s'agit surtout d'un pamphlet incendiaire contre la « société bourgeoise » (autrement dit : la nôtre), ses hypocrisies et ses mensonges. C'est aussi une dénonciation du pouvoir de l'argent, qui mine de l'intérieur le bien le plus précieux de l'homme : la liberté. (X)
Commenter  J’apprécie          402
diablotin0
  17 mars 2017
Ce petit livre est classé dans les romans mais il s'agit plus d'une réflexion menée à travers un dialogue incisif entre un banquier et son ami. Nous sommes prévenus dès la lecture du titre "le banquier anarchiste" que l'on va avoir à faire à un récit subversif.
Il est ici dénoncé l'hypocrisie bourgeoise et l'on peut aisément faire référence à ce que l'on appelle aujourd'hui la gauche caviar . Je rappelle que ce petit pamphlet a été écrit en 1922 ! La démonstration par l'absurde est impressionnante !
Commenter  J’apprécie          390

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
boummboumm   29 novembre 2020
Que veut l'anarchiste ? La liberté ; la liberté pour lui et pour les autres, pour l'humanité tout entière. Il veut se voit libéré de l'influence ou de la contrainte des fictions sociales ; il veut être libre, come il l'était en venant au monde, et comme il devrait l'être en toute justice ; et cette liberté, il la veut pour lui-même et pour tous les autres. Certes, les hommes ne peuvent pas être tous égaux devant la Nature ; il en est des grands et des petits, des forts et des faibles, il en est d'intelligents et d'autres qui le sont moins... Mais pour le reste, ils peuvent tous être égaux entre eux ; ce qui les en empêche, ce sont les fictions sociales, et c'est donc elles qu'il faut détruire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
boummboumm   29 novembre 2020
Nous voulions, pour nous-même et pour l'humanité toute entière, une société nouvelle, libérée de tous ces préjugés qui imposent aux homes des inégalités artificielles, des infériorités, des souffrances et des contraintes que la Nature par elle-même ne leur a nullement imposées.
Commenter  J’apprécie          00
ninosairosseninosairosse   28 novembre 2017
Je suis matérialiste, pensais-je; je n'ai que cette vie-ci; pourquoi me mêler de questions de propagande, pourquoi m'intéresser aux inégalités sociales et à des histoires de ce genre, alors que je peux mener une existence plus agréable si je ne m'en soucie pas ? Un homme qui n'a que cette vie-ci, qui ne croit pas à la vie éternelle, qui n'admet d'autre loi que celle de la Nature, un homme qui s'oppose à l'Etat parce que l'Etat n'est pas naturel, à l'argent parce qu'il n'est pas naturel, à toutes les fictions sociales parce que celles-ci ne sont pas naturelles - pourquoi diable cet homme défendrait-il l'altruisme et l'esprit de sacrifice, alors que l'altruisme et l'esprit de sacrifice, eux non plus, ne sont pas naturels ? Oui, la même logique qui me montre qu'un homme ne naît pas pour être marié, ou pour être Portugais, ou pour être riche ou pauvre, me montre aussi qu'il ne naît pas pour être solidaire, qu'il naît seulement pour être lui-même, c'est-à-dire le contraire d'un altruiste et d'un solidaire : un parfait égoïste.
p41
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
LuniverLuniver   20 septembre 2013
C’est ici, mon ami, que j’ai fait appel à toute ma lucidité. Travailler pour l’avenir, me dis-je, c’est bien ; travailler pour la liberté des autres, c’est juste. Mais… et moi, alors ? Est-ce que je ne compte pas, moi aussi ? Si j’avais été chrétien, j’aurais travaillé joyeusement au bonheur de mon prochain, car j’aurais trouvé ma récompense au ciel ; mais si j’avais été chrétien, je n’aurais pas été anarchiste, car ces fameuses inégalités sociales n’ont alors aucune importance dans notre courte vie, n’étant que des mises à l’épreuve et trouvant leur récompense dans la vie éternelle. Mais je n’étais pas chrétien, pas plus alors qu’aujourd’hui, et je me suis demandé : mais pour qui donc vais-je me sacrifier, dans tout cela ? Pire : pourquoi vais-je me sacrifier ?

J’ai connu des moments de doute ; il y avait de quoi ! Je suis matérialiste, me répétais-je, et je n’ai qu’une vie : celle-ci. A quoi bon me mêler de toutes ces histoires de propagande et d’inégalités sociales, quand je peux prendre du bon temps et jouir de la vie sans m’inquiéter de tout ce fatras ? Un homme qui n’a d’autre bien que cette vie-ci, qui ne croit pas à la vie éternelle, qui n’admet pas d’autre loi que celle de la Nature, et qui s’oppose à l’État parce qu’il n’est pas naturel, au mariage parce qu’il n’est pas naturel, à l’argent parce qu’il n’est pas naturel, à toutes les fictions, enfin, parce qu’elles ne sont pas naturelles ! – pourquoi diable irait-il défendre l’altruisme et se sacrifier pour les autres, ou pour l’humanité, alors que l’altruisme et l’esprit de sacrifice ne sont pas naturels, eux non plus ? Oui : cette même logique qui me démontre qu’on ne naît pas pour être marié, ou portugais, ou riche ou pauvre, me démontre aussi qu’on ne naît pas pour être solidaire, mais seulement pour être soi-même. Donc le contraire d’un être altruiste et solidaire, c’est-à-dire quelqu’un d’exclusivement égoïste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Eve-YesheEve-Yeshe   25 avril 2018
Or, qu’est-ce qu’un anarchiste ? C’est un homme révolté contre l’injustice qui rend les hommes, dès la naissance, inégaux socialement – au fond, c’est ça, tout simplement. Il en résulte, naturellement, une révolte contre les conventions sociales qui créent cette inégalité. Ce que je vous indique en ce moment, c’est le cheminement psychologique, autrement dit, la façon dont on devient anarchiste ; nous verrons plus tard l’aspect théorique. P 17
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

Videos de Fernando Pessoa (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fernando Pessoa
Lecteur, écrivain, dessinateur, Frédéric Pajak déploie son imaginaire depuis 2012 dans un livre sans fin, "Le Manifeste incertain " : au rythme d'un volume par an, cette entreprise littéraire s'achève cette année avec la parution de son 9e volume "Avec Pessoa". Si chaque volume est consacré à la biographie d'une figure que L Histoire a longtemps malmené, ils tissent entre eux une toile plus vaste, l'incertitude comme fil rouge.
Dans la catégorie : Littérature portugaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Littérature portugaise (227)
autres livres classés : portugalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
330 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

.. ..