AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2367321701
Éditeur : Editions Chandeigne (01/06/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Pessoa est lié à Lisbonne, comme Kafka l'est à Prague ou Joyce à Dublin. Lisbonne imprègne toute l'oeuvre de Pessoa. Le poète habite une ville qui le hante littéralement et littérairement. Il existe malheureusement un ouvrage écrit en anglais What the tourist should see, traduit sobrement en français par Lisbonne (Anatolia, 10 :18) qui est un succès d'édition mais qui n'a, de l'avis de tous les spécialistes et surtout des lecteurs appâtés par le titre mais vite déçu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
GabySenseiGabySensei   15 juin 2017
Je rêvasse entre Cascais et Lisbonne. Je me suis rendu à Cascais payer un impôt pour mon patron Vasques, sur une maison qu'il possède à Estoril. J'ai savouré par anticipation le plaisir de voir une heure à l'aller, une heure au retour, les aspects toujours variés du grand fleuve et de son embouchure atlantique. En vérité, à l'aller, je me suis perdu en méditation abstraites, regardant sans les voir les paysages aquatiques que je me réjouissais d'aller contempler, et au retour je me suis perdu dans la fixation de ces sensations. Je ne serai pas capable de décrire le moindre détail du voyage, le moindre fragment de visible. J'y ai gagné ces pages, par oubli et contradiction. Je ne sais pas si c'est meilleur ou pire que le contraire, dont j'ignore ce qu'il est également.
Le train ralentit, voici la gare de Cais do Sodré. Je suis arrivé à Lisbonne, mais pas à une conclusion
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
GabySenseiGabySensei   15 juin 2017
Je pense souvent à ce que je serais si, protégé du souffle du destin par le paravent de la richesse, je n'avais pas été conduit, par la main morale de mon oncle, dans un bureau de Lisbonne, et si je n'avais pas gravi les échelons, d'un bureau à l'autre, jusqu'à ce sommet à deux balles d'être devenu un bon commis-adjoint aux écritures, avec un travail qui est une forme de sieste et un salaire qui suffit pour vivre.

Je sais bien que si ce passé qui n'a pas existé avait eu lieu, je ne serais pas capable aujourd'hui d'écrire ces pages, meilleures dans tous les cas, pour certaines, que les inexistantes qu'en de meilleures circonstances je n'aurais fait que rêver. C'est que la banalité est une intelligence et la réalité, surtout si elle est âpres ou stupide, un complément naturel de l'âme.

Je dois à mon emploi de commis aux écritures une grande part de ce que je peux sentir et penser comme la négation et la fuite de ma propre charge.

Si je devais établir dans les cases blanches d'un questionnaire la listes des influences littéraires auquel est redevable la formation de mon esprit, je commencerai par le nom du poète Cesàrio verde, mais je ne l'achèverai pas sans mentionner le nom de mon patron Vasques, du commis aux écritures Moreira, du représentant Vieira, du garçon de bureau Antonio. Et je marquerai en lettres majuscules l'adresse-clé de tous : Lisbonne.

A y regarder de plus près, Cesàrio Verde comme tous les autres furent les coefficients correcteurs de ma vision du monde. Je crois que c'est par cette phrase, dont j'ignore évidement le sens exact, que les ingénieurs désignent le traitement que l'on fait subir à la mathématique pour qu'elle puisse rejoindre la vie. Si c'est bien le cas, ce fut ce qui m'est arrivé pour de vrai. Sinon, que cette phrase signifie ce qu'elle aurait pu signifier, et que l'intention supplante cette métaphore ratée.

(P107-109)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AdalarasiAdalarasi   19 juillet 2017
Impasse du Parle-tout-seul
J'ai parlé avec une autre "personne"
Elle est bien bonne!
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Fernando Pessoa (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fernando Pessoa
Fernando Pessoa : Le livre de l'inquiétude par Denis Lavant (France Culture / L'Atelier fiction)
autres livres classés : littérature portugaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
764 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre