AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Hélène Piwnik (Traducteur)
ISBN : 2267030578
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (18/01/2018)

Note moyenne : 4.59/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Nouvelle édition & nouvelle traduction d'un des textes majeurs de la littérature du XXe siècle : Le Livro do Desassossego. Connu en France sous le titre Livre de l’Intranquillité, paru chez Christian Bourgois en 1988 et 1992, la présente édition lui préfère le magnifique nom « d’inquiétude », à la fois mot courant et chargé de densité métaphysique. Outre des fragments non retenus dans l’édition Christian Bourgois, des inédits et déplacements d’attribution figurent d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
GabySensei
  03 décembre 2018
Une nouvelle traduction du Livre de l'intranquillité est forcément un évènement ! Rebaptisé Livre(s) de l'inquiétude, la traductrice a préféré un mot existant et plus quotidien (inquiétude) pour traduire le mot « desassosego » (manque de tranquillité). Intranquillité est sans doute plus poétique mais il est inventé dans la langue française, alors que le mot dessassosego et couramment utilisé dans la langue portugaise. Marie-Noelle Piwnik a donc essayé de rendre cet usage plus quotidien du mot en français. Car il s'agit bien de cela au final, essayer d'être fidèle à Pessoa et à sa langue. le problème avec ce livre, c'est qu'il est volontairement inachevé et que l'on ne saura jamais comment Pessoa aurait voulu lui donner sa forme définitive. Je suis d'habitude, et par principe, contre l'édition d'une oeuvre posthume et inachevée. Si l'auteur n'a pas souhaité publier le livre de son vivant, c'est souvent pour de bonnes raisons et la publication posthume répond souvent à des besoins mercantiles condamnables. Mais comme toujours, les principes souffrent leurs exceptions. Et le Livre de l'intranquillité en est, sans doute, le meilleur exemple ! Pessoa y a travaillé toute sa vie et ne l'a pas publié, non pas parce qu'il était mauvais, mais parce qu'il était dans la nature même de ce livre de n'être jamais fini. Le besoin de perfection de Pessoa l'empêchait de considérer son texte comme définitif car il pensait toujours pouvoir faire mieux. Et ce livre est un tel chef-d'oeuvre qu'il aurait été criminel de ne pas l'éditer, même de façon imparfaite.
Pessoa a travaillé pendant 35 ans à l'écriture de ce livre. Il est mort à Lisbonne presque inconnu, en ayant très peu publié de son vivant. A sa mort en 1935, il a laissé des dizaines de milliers de feuilles manuscrites mélangées dans un coffre en bois. Il a fallu des décennies pour que l'on s'aperçoive de la valeur littéraire de ces textes et que l'on avait affaire à un véritable géant de la littérature mondiale, sans doute comparable à Shakespeare ou Cervantès. Le temps que l'on mette de l'ordre dans tous ces papiers, et il s'est écoulé encore cinquante ans. C'est en 1982 que sort pour la première fois au Portugal une version du Livre de l'intranquillité (1988 pour la France).
Il faut tout d'abord expliquer à ceux qui ne sont pas familier de cet auteur qu'il a une particularité bien spécifique. Il avait besoin de se créer sans cesse des doubles littéraires, qu'il appelait hétéronyme. Il créait des auteurs fictifs, chacun doté d'une vie propre (date de naissance, signe astrologiques, biographie, style propre) et écrivait une œuvre particulière pour chacun de ses hétéronymes. On peut donc parler d'un auteur aux multiples facettes et on peut lire une multitude de livre de Pessoa, tous très différents les uns des autres. Quatre de ces doubles littéraires sont plus connus que les autres (Alberto Caeiro, Alvaro de Campos, Ricardo Reis, Bernardo Soares) mais on continue de dénombrer aujourd'hui des écrivains créés par Pessoa, et il y en aurait plus de 400 !
La première version du Livre de l'Intranquillité est attribuée à Bernardo Soares. C'est un double littéraire qui ressemble beaucoup à Pessoa (il habite Lisbonne, il est comptable…), sans être vraiment lui non plus. le livre est composé de centaines de petits textes, écrits entre 1910 et 1935 et peuvent être lus dans l'ordre ou dans le désordre. Ils mêlent poésie, métaphysique, philosophie, littérature avec un bonheur et une puissance incroyable. Car, ce qui était important pour Pessoa, c'était son monde intérieur. On ne connaît la vie que par nos sens. Ce qui est important dès lors, ce n'est pas de multiplier les expériences ou les voyages, mais d'intensifier le contact intérieur que l'on a du monde extérieur. Ce qui est important dans la vie, c'est ce que l'on ressent et ce que l'on peut exprimer de ses sensations. « Si j'imagine, je vois » nous dit-il et « Il n'est de réel dans la vie que ce que l'on a su bien décrire ». Ainsi, tout le livre de l'intranquillité n'est qu'une longue méditation sur les paysages intérieurs de Pessoa : « La vie est un voyage expérimental, accompli involontairement. C'est un voyage de l'esprit à travers la matière et, comme c'est notre esprit qui voyage, c'est en lui que nous vivons. Il existe ainsi des âmes contemplatives qui ont vécu de façon plus intense, plus vaste et plus tumultueuse que d'autres qui ont vécu à l'extérieur d'elles-mêmes. C'est le résultat qui compte. Ce qui a été ressenti, voilà ce qui a été vécu. On peut revenir aussi fatigué d'un rêve que d'un travail visible. On n'a jamais autant vécu que lorsqu'on a beaucoup pensé.»
Alors pourquoi une nouvelle traduction ? Les dernières recherches universitaires ont mis à jours des documents montrant une organisation du livre de l'intranquillité très différente de celle que nous avions jusqu'ici. Dans cette version, Pessoa fait dialoguer ensemble trois hétéronymes (Vincente Guedes, la Baron de Teive et Bernardo Soares), que personne n'avait pensé à rapprocher. le Livre de l'intranquillité et le Livre(s) de l'inquiétude sont donc très différents l'un de l'autre. La moitié du Livre(s) de l'inquiétude est totalement inédite en français. De même, la partie finale du Livre de l'Intranquillité (les grands textes) a été retirée. Ce sont donc deux ouvrages très différents qui sont donnés à lire. Et toute la partie de Bernardo Soares est retraduite de façon un peu différente de la version de Françoise Laye.
Alors quelle version lire ? Si c'est la première fois que vous abordez ce texte, je vous recommande le Livre de l'intranquillité traduit par Françoise Laye (couverture bleue). Et si vous avez envie de relire ce chef-d’œuvre une deuxième fois, je vous recommande le Livre(s) de l'inquiétude car on y découvre de très beaux passages inédits. Mais la lecture de cette nouvelle traduction est selon moi un peu plus difficile d'accès, car elle s'ouvre sur les écrits de Vincente Guedes, qui sont un peu plus difficile à lire. Le cœur du livre réside selon moi dans les écrits de Bernardo Soares qui arrivent en fin d'ouvrage et qui sont plus poétiques. Les deux livres sont très différents mais j'ai une petite préférence pour le livre de l'intranquillité.
Quoi qu'il en soit, ce livre est sans doute le plus beau que j'ai lu dans ma vie. On peut y revenir sans cesse et toujours y trouver quelque chose.
Pessoa forever.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
Herve-Lionel
  22 août 2019

La Feuille Volante n° 1374 – Août 2019.
Livre(s) de l'inquiétude - Fernando Pessoa.
Traduit du portugais par Marie-Hélène Piwnik.
Nous connaissions déjà "Le livre de l'intranquillité "(paru en 1990) de Fernando Pessoa mais que l'auteur avait attribué lui-même à Bernardo Soares, un hétéronyme, c'est à dire un des nombreux doubles de lui-même puisqu'il n'a que très rarement signé ses oeuvres de son propre nom et qu'il n'a pratiquement pas connu la notoriété de son vivant. Voici cet ouvrage qui inclut les oeuvres inédites du Baron de Teive et de Vicente Guedes à celles de Bernardo Soares, chacun de ces "auteurs" vivant en quelque sorte sa propre vie et écrivant dans son propre style. Ces textes ont été réunis par Térésa Rita Lopez, universitaire portugaise spécialiste de l'oeuvre de Pessoa. C'est le résultat d'un travail difficile puisque l'oeuvre de l'écrivain Lisboète était non seulement composée de feuilles éparses mais aussi parce que l'édition française de 1990 limitait le texte au seul Bernardo Soares ("Livro do desassossego" por Bernardo Soares). C'est un triptyque, un soliloque à trois voix, une sorte de miroir qui nous renvoie une image virtuelle de Pessoa, caché de l'autre côté de la glace, une façon bien personnelle de se faire l'écho de ce qu'il est, de ce qu'il voit et de ce qu'il ressent. Dans cette version, d'ailleurs un peu différente du"Livre de l'intranquillité" on retrouve cette impression de l'impossibilité de trouver la quiétude dans ce monde, une sorte de trouble permanent, un désagrément, un mal de vivre.
Toute sa vie Pessoa s'est ingénié à brouiller les pistes puisqu'il n'a presque jamais publié de son vivant, laissant le soin à ses contemporains, après sa mort, d'explorer la multitude de textes déposés (27000) par ses soins dans une malle sous forme de feuilles séparées et attribuées à de nombreux auteurs, comme autant de petits cailloux destinés à un jeu de piste. C'est une manière pour lui d'explorer son "moi" multiple et complexe autant que de demander à son lecteur éventuel de ne pas chercher à le comprendre. Vicente Guedes est un être décadent et désargenté, une sorte d'intellectuel de la pensée, un modeste employé de commerce, un penseur impénitent qui aime à analyser ses rêves dans un style recherché mais parfois un peu trop intellectuel, le baron de Teive est un aristocrate stoïcien que le suicide fascine et pour qui l'action est un paradoxe et qui s'exprime dans un style austère, quant à Bernardo Soares, aide-comptable employé de bureau comme lui, c'est un éternel promeneur solitaire, arpentant les rues de Lisbonne ou regardant de sa fenêtre les gens passer dans la rue et qui en parle avec une certaine ironie à laquelle il mêle des remarques personnelles désabusées sur sa vie au quotidien; j'avoue de cet hétéronyme à ma préférence à cause de sa vision des choses de l'existence et la manière qu'il a de l'exprimer. Je ne suis pas un spécialiste, mais à chaque fois que je lis Pessoa, il me semble que pour lui l'écriture, et cette forme particulière qui consiste à prêter son talent à un autre en s'effaçant derrière lui et en s'excusant presque d'exister, est pour lui une sorte d'antidote à sa vie de subalterne anonyme. Par le rêve jusques et y compris s'il ne mène nulle part ou n'enfante que des chimères et surtout par l'écriture, les mots qu'il trace sur le papier, il se réfugie dans un monde imaginaire, tisse autour de lui et pour lui seul, un univers différent, habite même un autre corps et un autre destin, ce qui l'aide (peut-être) à supporter cette succession de jours qu'il passe pour gagner sa vie dans un sombre bureau. C'est sans doute aussi une forme exprimée personnellement de cette "saudade" qui fait tellement partie de l'esprit lusitanien et que le poète Luis de Camões a défini comme "Un bonheur hors du monde", l'expression d'un manque de quelque chose autant qu'un espoir d'autre chose qui par ailleurs peut-être assez indéfini, une sorte de référence à un passé révolu qu'on voudrait bien voir revivre... C'est étonnant de voir cet homme discret qui, après sa mort sera considéré comme un des plus grands écrivains portugais, confier à des feuilles volantes, c'est à dire un support bien fragile, le cheminement de sa pensée complexe, vivre simplement en ne recherchant pas la notoriété et la consécration comme c'est souvent le cas chez les membres de l'espèce humaine et spécialement chez ceux qui font oeuvre de création.
Ce sont donc trois facettes judicieusement révélées de Pessoa lui-même, une autobiographie en trois temps, un journal intime en trois moments à la fois complémentaires et cohérents, où la solitude et l'inaptitude à vivre se lisent à chaque ligne.
©Hervé Gautier.http:// hervegautier.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          84
laurent35
  06 mars 2019
après avoir été charmé par le livre de l'intranquilité ce livre s'est présenté à moi et c'est avec plaisir que je l'ai découvert même si ma première lecture fut pour moi la meilleure je ne peux que m'incliner et saluer l'immense talent de Fernando Pessoa qui se classe pour moi parmi les grands auteurs
merci
Commenter  J’apprécie          140

critiques presse (1)
LeMonde   23 avril 2018
En 1988 paraissait « Le Livre de l’intranquillité », grand succès posthume de l’écrivain portugais. Sous le titre « Livre(s) de l’inquiétude », le revoici enrichi et retraduit.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (119) Voir plus Ajouter une citation
Herve-LionelHerve-Lionel   17 août 2019
Je considère la vie comme une auberge où je dois séjourner jusqu'à l'arrivée de la diligence de l'abîme. Je ne sais où elle m'emportera parce que je ne sais rien. Je pourrais considérer cette auberge comme une prison, car je suis obligé d'y rester à attendre; je pourrais la considérer comme un lieu de sociabilité, car je m'y trouve avec d'autres... Pour nous tous la nuit descendra et la diligence arrivera... Si ce que je laisserai écrit dans le livre des voyageurs pouvait, relu quelque jour par d'autres, les divertir eux aussi lors de leur passage, ce sera bien. S'ils ne le lisent pas, ne s'en divertissent pas, ce sera bien aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
GabySenseiGabySensei   31 janvier 2018
Je suis passé parmi eux en étranger, pourtant personne n'a vu que je l'étais. J'ai vécu parmi eux en espion, et personne, pas même moi, n'a soupçonné que j'ai pu l'être. Tous me considéraient comme leur parent, personne ne savait qu'on m'avait échangé à ma naissance. De cette façon j'ai été pareil aux autres sans qu'il y eût ressemblance, frère de tous sans être de la famille.
Je venais de pays prodigieux, de paysages plus beaux que la vie, mais de ces pays, je n'ai jamais parlé si ce n'est avec moi-même, et ces paysages, seulement vus en rêve, je ne les leur ai jamais dévoilés. Mes pas étaient pareils aux leurs sur les parquets et les dalles, mais mon cœur était loin, même s'il battait tout près, maître apocryphe d'un corps exilé et étranger.
Personne ne m'a reconnu sous le masque de l'égale condition, ni n'a même jamais su que c'était un masque, car personne ne savait qu'en ce monde il y a des êtres masqués. Personne n'a imaginé qu'à côté de moi il y avait toujours quelqu'un d'autre, qui finalement était moi. On m'a toujours jugé identique à moi-même.

(P488)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
GabySenseiGabySensei   31 janvier 2018
Péristyle

Aux heures où le paysage est une auréole de la Vie, et où le rêve est seulement de se rêver, j'ai élevé, ô mon amour, dans le silence de mon désarroi, ce livre étrange comme le grand portail ouvert d'une maison abandonnée, au bout d'une allée.

J'ai cueilli pour l'écrire l'âme de toutes les fleurs, et avec tous les moments éphémères de tous les chants de tous les oiseaux, j'ai tissé éternité et stagnation. Tisseuse, je me suis assis à la fenêtre de ma vie, et j'ai oublié que j'avais un lieu, que j'étais, en tissant des linceuls pour y ensevelir mon ennui, et des nappes de lin chaste pour les autels de mon silence.

Et je t'offre ce livre parce que je sais qu'il est beau et inutile. Il n'enseigne rien, ne fait croire en rien, ne fait rien sentir. Ruisseau qui court vers un abîme - cendre que le vent répand et qui n'est ni féconde ni nuisible, - j'ai mis toute mon âme pour le faire, mais je n'ai pas pensé à lui en le faisant, mais seulement à moi qui suis triste, et à toi qui n'est personne.

Parce que ce livre est absurde, je l'aime ; parce qu'il est inutile, je veux le donner ; et parce qu'il ne sert à rien, je veux te le donner, je te le donne...

Prie pour moi en le lisant, bénis-moi de l'aimer, et oublis-le comme le soleil d'aujourd'hui celui d'hier (comme moi j'oublie ces femmes purs rêves que je n'ai jamais su rêver).

Tour du silence de mes désirs, que ce livre soit le clair de lune qui te rend différente dans la nuit de l'Antique Mystère !

Fleuve d'Imperfection douloureuse, que ce livre soit la barque glissant de tes eaux jusqu'à nulle mer qui se puisse imaginer.

Paysage de l'Autreté et de l'Abandon, que ce livre soit tien comme ton Heure et s'extravase de toi comme de l'Heure faussement pourpre.

(P107-108)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GabySenseiGabySensei   31 janvier 2018
L'heure est peut-être venue pour moi de faire l'unique effort de regarder ma vie. Je me vois au milieu d'un désert immense. Je surgis de ce que je fus hier intensément, j'essaie de m'expliquer à moi-même comment je suis arrivé là où je suis.

Je pleure sur mes pages imparfaites, mais les générations futures, si elles les lisent, seront plus émues par mes pleurs qu'elles ne le seraient par leur perfection qui, si j'y parvenais, m'empêcherait de pleurer et donc même d'écrire. Ce qui est parfait ne se manifeste pas. Le saint pleure, et il est humain. Dieu reste silencieux. C'est pourquoi nous pouvons aimer le saint, mais ne pouvons aimer Dieu.

(P551)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
GabySenseiGabySensei   31 janvier 2018
- Des naufrages ? Non, je n'en ai fait aucun. Mais j'ai l'impression d'avoir naufragé tous mes voyages, ma survie se dissimulant dans des inconsciences intervallaires.
- Des rêves vagues, lumière confuse, paysages perplexes - voilà ce qui me reste dans l'âme de tant de voyages.
J'ai l'impression que j'ai connu des moments de toutes les couleurs, des amours de toutes les saveurs, des angoisses de toutes les tailles. Je me suis démultiplié tous azimuts et jamais je ne me suis suffi à moi-même ni n'ai rêvé que je me suffisais.
- J'ai besoin de vous expliquer que j'ai réellement voyagé. Mais tout me dit que j'ai voyagé, mais n'ai pas vécu. J'ai promené d'un côté et de l'autre, du Nord au Sud et d'Est en Ouest, la fatigue d'avoir eu un passé, l'ennui de vivre le présent, et l'inquiétude de devoir avoir un avenir. Mais je me donne tant de mal que je suis tout entier dans le présent, et tue en moi le passé et le futur.
- Je me suis promené sur les berges de fleuves dont je me suis rendu compte que j'ignorais le nom. Aux tables des cafés de ville visitées j'ai pris soudain conscience que tout avait pour moi goût de rêve et de vague. J'en suis arrivé parfois à me demander si je n'étais pas toujours assis à la table de notre vieille maison, immobile, ébloui par des rêves. Je ne puis vous affirmer que cela n'est pas le cas, que je ne suis pas absent en ce moment, que tout cela, y compris cette conversation avec vous, n'est pas faux et imaginaire. Qui êtes-vous, Monsieur ? Il se trouve qu'absurdement je ne pourrais l'expliquer...

(P194-195)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Fernando Pessoa (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fernando Pessoa
Fernando Pessoa : Le livre de l'inquiétude par Denis Lavant (France Culture / L'Atelier fiction)
autres livres classés : littérature portugaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
765 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre