AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Touati (Traducteur)
ISBN : 2729118330
Éditeur : Editions de La Différence (20/05/2009)

Note moyenne : 4.45/5 (sur 30 notes)
Résumé :

Je veux partir avec vous, je veux partir avec vous, En même temps avec vous tous, Partout où vous êtes allés ! Je veux affronter de front vos périls, Sentir sur mon visage les vents qui ont ridé les vôtres, Recracher de mes lèvres le sel des mers qui ont embrassé les vôtres, Prêter mon bras à vos manoeuvres, partager vos tempêtes, Comme vous arriver, enfin, en des ports extraordinaires ! Fui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
TerrainsVagues
  19 juillet 2016
Ode Maritime
Premier abord
Homme à la mer
Hommage amer… pardon, hommage à mer car point de noir désir (bien que… un peu quand même) dans ce magnifique poème dédié à l'Océan. Quelques jolis embruns introspectifs nous fouettent la sensibilité avec douceur et violence, le va et vient des vagues nous submerge au gré de la marée.
Un quai, un paquebot arrivant, un paquebot partant, un point à l'horizon, partout le voyage commence. Destination inconnue, on verra selon les courants. Voyage intérieur, voyage au long cours, entre rêve et délire, entre souvenirs et fantasmes.
Un pur moment de bonheur que ces mots amenés par les déferlantes de Pessoa, que cette houle est douce à mon âme, l'écume de mes jours, le… Oui oui, je me calme je me calme !
Sinon à part ça, ben… j'ai aimé.
Pas lu tout Pessoa and co mais ça devrait se faire parce que jusque là, c'est top niveau (pour moi parce que les gouts et blablabla…)
Commenter  J’apprécie          428
michfred
  19 novembre 2018
Sur le quai du port de Lisbonne, face à la barre, là-bas, loin sur l'horizon, y a un homme qui regarde.
Sur le quai du port de Lisbonne, face à la barre, là-bas, loin sur l'horizon, y a un homme qui rêve.
Sur le quai du port de Lisbonne, face à la barre, là-bas, loin sur l'horizon, y a un homme qui part.
Sur le quai du port de Lisbonne, face à la barre, là-bas, loin sur l'horizon, y a un homme qui regarde ses rêves de départ. Qui rêve de partir regarder. Qui part regarder ses rêves. Qui se regarde partir en rêvant.
Sur le quai du port de Lisbonne, face à la barre, là-bas, loin sur l'horizon, y a un homme. Non: quatre. Non: deux. C'est Alvaro de Campos, l'hétéronyme marin de Fernando Pessoa.
Deux poètes en un et mille vers.
Mille frissons, mille visions, mille chansons.
"La musique parfois me prend comme une mer".
La poésie fiévreuse, fervente, hallucinée de Pessoa c'est la mer tout entière au verbe attachée, qui le roule, le pétrit et le polit, comme les vagues le galet.
Ode maritime, c'est toutes les vies qu'on voudrait vivre, tous les départs qui enivrent, toutes les arrivées qui apaisent, toutes les histoires de marins, de pirates, de marchands avec leurs odeurs de pipe, de sang et d'épices, toutes les tempêtes qui secouent, tous les naufrages qui engloutissent, toutes les bordées qui dessoiffent.
Eh yo ho ho, and a bottle of rhum!
Sur le quai du port de Lisbonne, face à la barre, là-bas, loin sur l'horizon, y a une voix qui déferle.
Ode maritime, c'est le poème fait mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          365
belcantoeu
  02 mai 2018
Fernando Pessoa a écrit sous au moins 72 hétéronymes différents, petits personnages imaginaires qui le dédoublent et sont dotés d'une biographie propre, d'une date de naissance (parfois de décès), d'un style différent des autres, et même d'une écriture différente (Pessoa jouant au graphologue). Dandy oisif, Álvaro de Campos à qui est attribuée l'Ode maritime, est l'un des hétéronymes majeurs. Il porte monocle, est à la fois bourgeois et antibourgeois, provocateur et «scandaleux» (dit Pessoa). Son style est plein de mots étrangers, reflétant son cosmopolitisme.
Dans la constellation hétéronymique, Álvaro de Campos est le poète d'avant-garde, celui des sensations, de l'énergie, des audaces que Pessoa aimerait avoir. Extraverti extrême, c'est en quelque sorte un anti-Soares ou un anti-Pessoa, porteur de ses fantasmes. Son graphisme volontaire et énergique se distingue des autres hétéronymes (pression forte, angulosité, énergie). Il mesure près de deux mètres. Pessoa le crée en 1914 et le fait naitre en Algarve en 1890 à 1h30 de l'après-midi (car il lui confère un thème astrologique en rapport avec son caractère), d'ascendance lointaine juive (comme Pessoa par sa mère). Il est donc de deux ans plus jeune que Pessoa lui-même. Pessoa a perdu son père à 5 ans et Campos est également orphelin. Pessoa est expatrié en Afrique du Sud à sept ans à cause du remariage de sa mère avec un général, consul du Portugal à Durban. de même, Alvaro de Campos étudie dans une ville anglophone, Glasgow, partagé donc lui aussi entre deux cultures. C'est un homme de la technique, qui aime la vitesse à cette époque marquée par le constructivisme. Il est ingénieur naval (comme le beau-père de Pessoa) mais n'a pas de véritable emploi et vit à Lisbonne. C'est le chantre du modernisme et des sensations, mais aussi de la mer et du dépaysement, avec les voyages que Pessoa aurait aimé faire (Ecosse, Orient, Irlande). C'est donc à la fois Pessoa et son contraire.
Certains poèmes de Campos évoquent des fantasmes homosexuels (ou un goût de la provocation?), rappelant Whitman et Shakespeare, deux des auteurs préférés de Pessoa, eux-mêmes homosexuels. Campos écrit dans «Passage des heures» «Afin de me sentir, j'ai besoin de tout sentir... Il y a dans chaque coin de mon âme un autel voué à un dieu différent». Cela rejoint une remarque typique de la mentalité de Pessoa, attribuée à un autre hétéronyme, Bernardo Soares, «J'aimerais être à la campagne pour pouvoir aimer être à la ville. J'aime sans cela être à la ville, cependant, avec cela, mon plaisir serait deux». La poussée vers le multiple est l'un des axes de la pensée de Pessoa, y compris pour une chose et sa négation. Il a écrit: «Plus j'aurai de personnalités, plus je serai analogue à Dieu».
Pessoa qui a toujours vécu seul se définit comme suit : «Je suis un tempérament féminin avec une intelligence masculine. Ma sensibilité... est celle d'une femme... Mes facultés de relation – l'intelligence, et la volonté qui est l'intelligence de la pulsion – sont masculines». Quant à l'hétéronyme Soares, il parle de «Sexe nul et de forme imprécise» dans «N.D. du silence». Absente de sa vie, la sexualité fait sans cesse retour dans son oeuvre comme un retour du refoulé.
Le sensationnisme que prône Campos en poésie dérive de la psychologie de l'époque de son adolescence, la loi de Weber. C'est la perception pure, l'observation systématique des modifications conscientes produites par une excitation physiologique. Dans une «Note pour une esthétique non aristotélicienne», il s'exprime comme suit : «J'appelle esthétique aristotélicienne, celle qui prétend que l'art a pour objet la beauté... (Dans la nouvelle esthétique), l'art est pour moi, comme toute activité, un indice de force ou d'énergie, force de désintégration ou d'intégration».
Outre l'Ode maritime, son oeuvre la plus célèbre, Campos est notamment l'auteur d'un «Ultimatum» à la classe littéraire de l'époque et de l''Ode triomphale".
Après que Pessoa ait fait mourir un autre hétéronyme, Caeiro, et envoyé un second en exil au Brésil, Reis, Campos restera l'hétéronyme le plus actif, le plus indispensable.
L'Ode maritime est le plus long des poèmes de Pessoa, riche de plus de 1.000 vers sur 70 pages. C'est le plus intense. Curieusement, on n'y trouve pas de description précise de la mer. Tout est dans l'imagination. L'océan est avant tout un énorme espace. Dans «Le Livre de l'intranquillité», Bernardo Soares, autre hétéronyme, contemplait les ruelles de Lisbonne par la fenêtre de sa mansarde du quatrième étage. Dans l'Ode maritime, Álvaro de Campos contemple l'au-delà de Lisbonne, immobile depuis le quai. le début du poème commence doucement avec plein de petites touches imptressionnistes. On peut penser à «La mer» de Debussy. Il aperçoit vaguement la fumée d'un paquebot, loin dans l'infini de l'espace liquide, ou plutôt dans son indéfini. Tout est encore flou et fait voyager sa pensée. Puis vient le crescendo, jusqu'au paroxysme délirant, avec un sens inouï du rythme, avant de revenir sagement à la quiétude, à la nostalgie de l'enfance, un peu comme dans les phases successives de «L'Apprenti Sorcier» de Paul Dukas ou dans une ouverture à la française de Lully (lent-vif-lent). Voici le début.
Seul, sur le quai désert, en ce matin d'été,
Je regarde du côté de la barre, je regarde l'Indéfini,
Je regarde, et j'ai plaisir à voir,
Petit, noir et clair, un paquebot qui entre.
Il apparaît au loin, net et classique à sa manière,
Laissant derrière lui dans l'air distant la lisière vaine de sa fumée.
Il entre, et le matin entre avec lui, et sur le fleuve,
Ici et là, s'éveille la vie maritime,
Des voiles se tendent, des remorqueurs avancent,
De frêles embarcations jaillissent de derrière les bateaux du port.
Il y a une vague brise,
Mais mon âme est avec ce que je vois le moins,
Avec le paquebot qui entre,
parce qu'il est avec la Distance, avec le Matin..
Les paquebots qui le matin passent la barre
Charrient devant mes yeux
Le mystère joyeux et triste des arrivées et des départs.
Bientôt explose la sensualité, mâtinée de sadomasochisme, avec une femme enlevée par des pirates sanguinaires, le supplice, le viol, l'explosion de la libido hétérosexuelle et hétérosexuelle.
Aho-ô-ô-ô-ô-ô-ô-ô-ô-ô-ô-yyy
Ah, pirates, pirates, pirates,
Pirates, aimez-moi, haïssez-moi.
Mélangez-moi avec vous, pirates...
Votre fureur, votre cruauté, comme elles parlent au sang
D'un corps de femme qui fut mien jadis et dont se perpétue l'orgasme...
Que mon corps passif soit la femme-toutes-les-femmes
Qui furent violées, tuées, blessées, déchirées par les pirates...
Être en mon être subjugué la femelle qui doit leur appartenir...
Mon anxiété masochiste à m'offrir à votre furie...
Obligez-moi à m'agenouiller devant vous
Humiliez-moi et battez-moi
Faites de moi votre esclave et votre cause
Et que votre mépris ne m'abandonne jamais.
Ah, être dans tous les crimes, être tout ce qui participe
Aux abordages, aux viols et aux massacres !
Être tout ce qui est arrivé pendant les mises à sac...
Être le pirate type de toute la piraterie à son apogée
Et la victime-synthèse, mais en chair et en os, de tous les pirates du monde.
Oui, oui, oui… Crucifiez-moi dans vos navigations
Et mes flancs jouiront de ma croix !
Ligotez-moi aux voyages comme à des piloris,
Et la sensation des piloris me pénétrera l'échine,
Et je me mettrai à les sentir en un vaste spasme passif !
Je me bouscule, je rugis, me précipite ! …
Mes désirs enfiévrés crèvent en écume
Et ma chair est une lame qui se brise sur les rochers !
Être soumis au monde, sans défense, être violé, supplicié, déchiré par lui.
Assouvissez en moi tout mon mysticisme de vous.
Ciselez-moi l'âme jusqu'au sang.
Taillez, striez !
Soumettez-moi comme un chien qu'on tue à coups de pied...
Qu'on m'arrache la peau, qu'on la cloue sur la paroi des quilles
Et que j'éprouve la perpétuelle souffrance des pointes enfoncées.
Ensuite, le poème ralentit, se calme, et c'est maintenant un enfant qui se remémore les chansons que sa mère chantait pour l'endormir. Cet enfant, c'est bien Pessoa lui-même et non Alvaro de Campos.
Après ces sommets de violence, c'est «Une mouette qui passe, et ma tendresse grandit». L'orage verbal s'apaise et cède la place à un retour nostalgique sur l'enfance, à une sorte de dépression de l'âme. La mer retrouve ses couleurs commerciales, ses liens avec la terre, ses marins, ses voyageurs, et c'est l'adieu au cargo anglais qui s'en va, quittant le port de Lisbonne.
Et vous, ô choses navales, mes vieux jouets de rêve
Composez hors de moi ma vie intérieure.
Ah! Qui sait, qui sait
Si je n'ai pas quitté jadis, avant d'être moi-même,
Un quai ; si je n'ai pas laissé, navire au soleil
Oblique du matin,
Une autre espèce de port ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Philippe67
  04 janvier 2013
C'est un très long poème dans lequel l'auteur immobile sur un ponton voit les navires arriver et partir et lui restant immobile voyage en pensée.
Il nous entraine dans ses voyages dans l'espace mais aussi dans le temps et nous sommes marins, passagers, pirates sanguinaires, femme enlevée par ces pirates etc.
Ce n'est certainement pas le texte le plus facile que j'ai lu mais si on rentre dedans et on se laisse emporter alors il est vraiment magique.
Commenter  J’apprécie          330
OumG
  07 mai 2017
Alvaro de Campos ! Trop éclipsé par Bernardo Soares ? Et c'est vrai qu'il ne payait pas de mine comme ça. Planté sur un terrain vague au bord du Tage. A regarder les navires entrer et sortir du port. Tripotant mollement son monocle. Découragé de naissance. Opiomane.
« Je suis un convalescent du Moment.
J'habite le rez-de-chaussée de la pensée
Et je m'ennuie à voir passer la Vie. »
A l'écouter on peine à s'imaginer. Il faut lui plonger dans les yeux. Pour deviner. Tout ce qui s'y passe. L'envie de partir. Sans l'énergie. L'imagination, qui lui ouvre le monde. Le monde entier depuis son immobilité. Avec une volonté de tout vivre. De communier avec tout. De fusionner avec le monde. Par l'âme et par le corps. Une volonté corporelle, sensuelle, sexuelle. Qui devient impérieuse.
« Je dévale en cataractes toute mon imagination !
Je me bouscule, je rugis, me précipite ! …
Mes désirs enfiévrés crèvent en écume
Et ma chair est une lame qui se brise sur les rochers ! »
Être soumis au monde, sans défense, être violé, supplicié, déchiré par lui.
« Assouvissez en moi tout mon mysticisme de vous,
Ciselez-moi l'âme jusqu'au sang,
Taillez, striez ! »
« Soumettez-moi comme un chien qu'on tue à coups de pied ! »
Quand il en est arrivé aux cris, non, aux braiments, j'avais les yeux écarquillés depuis longtemps. Quelle voix ! Quelle violence !
Ensuite il est rentré chez lui. Tranquillement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          256
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
TerrainsVaguesTerrainsVagues   06 juillet 2016
Ah, la fraîcheur des matins où l'on arrive,
Et la pâleur des matins où l'on s'en va,
Quand nos entrailles se serrent
Et qu'une vague sensation ressemblant à la peur
-La peur ancestrale de s'éloigner et de partir,
La mystérieuse crainte ancestrale de l'Arrivée et du Nouveau-
Nous rétrécit la peau et nous donne la nausée,
Et tout notre corps angoissé ressent,
Comme s'il était notre âme,
Une inexplicable envie de pouvoir ressentir cela d'une autre façon:
Une nostalgie de quelque chose,
Une perturbation des attachements à quelle vague patrie?
A quelle côte? A quel navire? A quel quai?
En nous la pensée tombe malade,
Et seul reste un grand vide au-dedans de nous,
Une satiété creuse de minutes maritimes,
Une inquiétude vague qui serait dégout ou douleur
Si elle savait comment le devenir...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
OumGOumG   07 mai 2017
En avant !
J’enfonce les éperons !
Je sens les éperons, je suis le cheval même que je monte,
Parce que moi, par ma volonté de m’identifier à Dieu,
Je peux être tout, ou rien, ou n’importe quoi,
C’est comme cela me chantera… Personne n’y a rien à voir…
Folie furieuse ! Envie d’aboyer, de sauter,
De hurler, de braire, de faire des bonds, des pirouettes, des cris avec le corps,
De me cramponner aux roues des véhicules, de me jeter dessous,
De me mettre devant le sifflement du fouet qui s’apprête à frapper,
D’être la chienne de tous les chiens, mais il n’y en aura jamais assez,
D’être les roues de toutes les machines, mais la vitesse a des limites,
D’être l’écrasé, le déplacé, l’épuisé,
Danse avec moi, Walt, cette furie, depuis l’autre monde, cette furie,
Saute avec moi au son de ce tam-tam qui se cogne aux astres,
Tombe avec moi sans force sur le sol,
Cogne-toi avec moi contre les murs,
Brise-toi et disloque-toi avec moi
En tout, pour tout, autour de tout, privé de tout,
Rage abstraite du corps qui fait des maelströms dans l’âme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TerrainsVaguesTerrainsVagues   12 juillet 2016
En mer, en mer, en mer, en mer.
Ah ! à la mer, au vent, dans les vagues,
Ma vie !
Saler de l’écume dispersée par les vents
Mon gout des grands voyages.
Fustiger d’eau cinglante les chairs de mon aventure,
Imbiber de froid océanique les os de mon existence,
Flageller, couper, creuser de vents, d’écumes, de soleils,
Mon être cyclonique et atlantique,
Mes nerfs tendus comme des haubans,
Lyre entre les mains des vents !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
michfredmichfred   18 novembre 2018
Ah, n’importe comment, n'importe où, s’en aller !

Prendre le large, au gré des flots, au gré du danger, au gré de la mer,

Partir vers le Lointain, partir vers le Dehors, vers la Distance Abstraite,

Indéfiniment, par les nuits mystérieuses et profondes,

Emporté, comme la poussière, par les vents, par les tempêtes !

Partir, partir, partir, partir une fois pour toutes !

Tout mon sang rage pour des ailes !

Tout mon corps se jette en avant !

Je grimpe à travers mon imagination en torrents !

Je me renverse, je rugis, je me précipite !...

Explosent en écume mes désirs

Et ma chair est un flot qui cogne contre les rochers !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
OumGOumG   29 avril 2017
Mais partir, partir, une fois pour toutes, partir !
Tout mon sang enrage d’être sans ailes !
Tout mon corps se rue en avant !
Je dévale en cataractes toute mon imagination !
Je me bouscule, je rugis, me précipite ! …
Mes désirs enfiévrés crèvent en écume
Et ma chair est une lame qui se brise sur les rochers !
Commenter  J’apprécie          172
Videos de Fernando Pessoa (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fernando Pessoa
Montesquieu, Charlotte Brontë ou Pessoa auraient peut-être eu leur mot à dire dans le débat autour de la fin de l'anonymat sur Internet.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
Dans la catégorie : Littérature portugaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Littérature portugaise (227)
autres livres classés : littérature portugaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
753 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre