AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Françoise Antoine (Traducteur)
EAN : 9782266320092
378 pages
Pocket (10/02/2022)
4.2/5   96 notes
Résumé :
New York, 1926.
La jeune Néerlandaise Willy Wolters a émigré aux États-Unis avec ses parents. Son rêve : devenir cheffe d'orchestre d'un grand ensemble symphonique. Cependant, à cette époque, une telle chose est impensable. On attend des femmes qu'elles se marient et aient des enfants, et non qu'elles aillent au conservatoire. Willy ne se laisse pas décourager ; elle part à la recherche d'un chef qui accepterait de la former. Au cours de sa formation, elle r... >Voir plus
Que lire après Antonia, la cheffe d'orchestreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 96 notes
5
16 avis
4
27 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis
PLAISIR COUPABLE
Cette biographie nous raconte le début de la carrière d'Antonia Brico, première femme cheffe d'orchestre reconnue comme telle internationalement. C'était dans les années 1920/1930 aux Etats-Unis.
Ce roman nous raconte les embuches, les tourments qu'elle a du endurer pour conquérir ce poste qui encore aujourd'hui est presque exclusivement masculin. Il nous raconte sa vie privée, un peu de son enfance malheureuse, la recherche de ses racines en Europe.
Pourquoi dis-je "plaisir coupable" alors ? Parce que l'histoire d'Antonia sert de prétexte à une jolie histoire d'amour entre la jeune pianiste désargenté et un beau prince/mécène riche. Que bien entendu, il y a le meilleur ami de la belle qui est aussi amoureux d'elle. L'autrice en profite aussi pour balancer des problèmes de genres quand même très au goût du jour.
Mais soyons honnête, j'ai dévoré ce roman et je l'ai reposé avec un petit manque et un regret qu'il n'y ait pas quelques pages en plus alors que je ne suis pas fanatique des romans d'amour.

C'est beau comme du Bach, voilà tout.
Commenter  J’apprécie          336
Très belle biographie d'Antonia Brico que j'ai découverte avec ce roman.
J'aime la musique classique mais je n'en ai, malheureusement, pas la culture et j'ai beaucoup appris au fil de ma lecture.
Je salue la force de cette femme qui, dès ses 5 ans, a su qu'elle voulait faire de la musique puis qu'elle serait Cheffe d'Orchestre et n'a jamais renoncé.
Quel courage car son parcours a été celui d'une combattante, tout d'abord dans sa vie personnelle puis ensuite dans un monde d'hommes, un monde de requins. Dès son enfance, elle s'est raccrochée à des partitions et des articles de journaux, puis comme l'écrit l'auteure à "la touche solitaire de son piano détruit. Cette chose délabrée est son bien le plus précieux".
C'est une femme passionnée par son art qui a fait de la musique "sa religion". Pour elle, "la musique est un langage. Elle exprime parfois tellement plus que des mots ne le peuvent. Joie et tristesse, peur et jalousie, honte et culpabilité, espoir et découragement, colère et surprise, bonheur et malheur. Mais la musique... parle le langage de l'amour".
Elle aura une alliée importante, la First Lady Mme Roosevelt, qui lui donnera le conseil suivant : "Faites ce que vous dicte votre coeur, car on vous critiquera de toute manière".
L'auteure décrit par ailleurs très bien l'époque, les années 1920-1930, que ce soit aux États Unis qu'en Europe.

Que vous soyez musicien ou non, je vous invite à lire cette biographie très bien documentée. 🎵 🎺 🎻🎷🎶
Commenter  J’apprécie          170
Un grand merci aux Editions Charleston pour l'envoi du livre et Babelio pour la sélection.
A New-York Willy en 1926, Willy exerce deux métiers, dactylo et ouvreuse de théâtre. Une seule chose l'intéresse la musique et son rêve est de devenir cheffe d'orchestre. Mais voilà, l'époque n'est pas là pour cela.
Sa grande envie d'assister au concert du célèbre Mengeberg lui fait perdre ses emplois mais connaître Franck qui sera son unique amour.
Willy va subir des déconvenues car elle ne peut s'inscrire dans une académie étant une femme. Lorsque sa mère découvre qu'elle n'a plus de travail elle apprend avec méchanceté à Willy qu'elle a été adopté. Avant de reprendre la musique Wily doit découvrir qui elle est. Elle découvre qu'elle s'appelle Antonia Brico. C'est en Allemagne qu'elle commencera son rêve.
Une histoire sur cette femme qui a existé et à lequel ce roman donne vie. Une lecture très agréable qui dépeint une époque qui n'a beaucoup évolué.
Un très bon roman.
Commenter  J’apprécie          180
En février 2021, Maria Peters publie son premier roman : Antonia la cheffe d'orchestre. En mars 2020, sortait au cinéma le biopic éponyme, réalisé par nulle autre que... Maria Peters. La réalisatrice néerlandaise, fascinée par Antonia Brico, propose ainsi une biographie romancée, retraçant la vie de l'une des premières femme Cheffe d'orchestre.

Willy Wolters cumule deux emplois : dactylo la journée et ouvreuse à l'Opéra la nuit. Fille d'un éboueur et d'une femme au foyer avare Willy, la vingtaine passée, vit toujours chez ses parents. Conditions de vie modestes, ambiance familiale glaciale , Willy se raccroche à son rêve : devenir cheffe d'orchestre.
Oreille absolue et pianiste quasiment autodidacte, Willy croit en son talent - mais, hélas, elle semble être la seule.

* A la recherche de ses origines : de Willy (Wilhelmina) à Antonia Brico :



* A la poursuite de ses rêves : de dactylo et ouvreuse à Cheffe d'orchestre



* La frontière floue entre biographie et romance

Je ne doute pas que Maria Peters, pour son film, comme pour ce livre, s'est grandement documentée sur la vie d'Antonia Brico (cf remerciements et liste des sources en fin de livre).
Néanmoins, je regrette qu'il n'y ait pas un récapitulatif plus exhaustif des éléments biographiques avérés, permettant de les distinguer de la pure romance.



Bien que la romance permette d'agrémenter le récit ; rien ne vaut l'authenticité d'une vie.

* Sur la forme, des éléments de contexte appréciables - historiques - et musicaux :

J'ai apprécié les éléments de contexte disséminés par Maria Peters au fil de son roman.

Le lecteur est plongé dans un "American Dream", dans l'ambiance des années folles, avec ses cabarets et ses danseuses - mais aussi, paradoxalement, dans l'Amérique de la Prohibition, marquée par des lois anti-homosexuels. Au cours du récit, certains éléments historiques font échos, notamment le krach boursier de 1929, ou la montée des extrémismes en Europe à la fin des années 30.

Maria Peters multiplie également les citations de grands compositeurs, ou les références aux oeuvres classiques. Eléments de contexte indispensables, bien menés, pour relater la vie de cette passionnée de musique.

* La place des femmes cheffes d'orchestre aujourd'hui ?

Dans l'épilogue, Maria Peters nous apprend que si Antonia Brico a été invitée à diriger nombre d'orchestres célèbres ; elle n'a cependant jamais eu de poste en tant que cheffe attitrée. En 1941, sa nomination en tant que premier chef d'orchestre au sein de l'Orchestre symphonique de Denver est annulée en dernière minute, au motif qu'elle est une femme.

En guise conclusion, Maria Peters laisse le lecteur avec deux chiffres :
En 2008, parmi les 20 meilleurs orchestres du monde listés par la revue Gramophone ; aucun n'a jamais eu de premier chef d'orchestre féminin.
En 2017, parmi les 50 meilleurs chefs d'orchestre de tous les temps, il n'y a aucune femme.

De quoi s'interroger.

En conclusion, un roman inspiré de faits réels, mettant à l'honneur une femme courageuse, et remettant sur la table la question de l'égalité homme-femme, cette fois dans le milieu très élitiste des chefs d'orchestre.
Commenter  J’apprécie          10
Très belle biographie romancée qui permet de faire connaître cette femme et son combat quotidien pour être elle-même!
Dans les années Trente, les hommes ne sont pas prêts à accepter l'égalité avec les femmes, justes bonnes à tenir la maison, faire des enfants, être belles et élégantes pour parader à leur côté...
Antonia a la musique en elle, possède l'oreille absolue. Elle va faire des rencontres importantes qui l'aideront à atteindre son but. Nous croiserons d'ailleurs d'autres femmes en souffrance de ne pouvoir être elles-mêmes. J'ai particulièrement aimé le personnage de Robin.
Nous voyageons également de New York à Amsterdam puis Berlin.
En dehors de ce portrait de femme exceptionnelle, nous apprenons énormément sur la musique, le fonctionnement d'un orchestre et sur les compositeurs. Cet ouvrage est parfaitement bien documenté à ce sujet et propose d'ailleurs une bibliographie très complète.
Après ce bel exemple de lutte pour faire avancer les droits, l'épilogue laisse dubitatif... il semblerait que le monde musical demeure encore très (trop?) masculin...
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
- Elle a peut-être raison, dit Mengelberg. Avant notre mariage, ma femme était une chanteuse très douée.
- Oui, mais cheffe d'orchestre ! proteste ma mère, en toisant Willy. Vous ne pensez tout de même pas sérieusement y arriver ?
- Je croyais que l'Amérique était la terre des opportunités, se défend-elle ?
- Pas pour tout le monde, réplique ma mère, considérant la question close.
Commenter  J’apprécie          90
J'étais émue au moment de dire au revoir à mes professeurs, la plupart des artistes connus, associés à de grands orchestres et troupes d'opéra. J'en ai cependant évité un. Par pur intérêt personnel, parce qu'il aurait probablement ignoré ma main tendue. En deux ans de cours, il n'a jamais manqué de saluer la classe d'un _ bonjour, messieurs _ , même quand j'étais assise en face de lui et qu'il ne pouvait pas me rater.
Quand il posait une question à la classe et que je levais le doigt, il ne me donnait jamais la parole. Même si j'étais la seule à lever la main parmi tous ces hommes, il n'a jamais pu se résoudre à me reconnaître comme étudiante.
Enfin, j'ai décroché mon diplôme de cheffe d'orchestre, en tant que première femme, et première Américaine aussi.
Commenter  J’apprécie          20
Ca y est, mon orchestre s'avance. Le public applaudit avec enthousiasme. Je pense que personne ici n'a jamais vu ça: quatre-vingt-dix musiciennes qui entrent en scène. Elles s'installent et s'emploient aussitôt à accorder leurs instruments. Près des portes, les ouvreuses et les gardiens s'activent à tour de bras pour ramener l'ordre dans la salle, se faisant un ennemi de chaque personne qu'ils renvoient. Je ne les envie pas.
Commenter  J’apprécie          20
C'est étonnant comme tout devient calme sous une épaisse couche de neige. Les bruits de la ville sont amortis, comme décontenancés par ce nouveau monde blanc.
Commenter  J’apprécie          20
Et moi, je suis assez folle pour abandonner mon autre vie pour la musique. Avec ou sans votre aide, monsieur, je deviendrai
cheffe d'orchestre.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : vie de femmeVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (275) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3104 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..