AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782264032867
300 pages
Éditeur : 10-18 (07/06/2001)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 199 notes)
Résumé :
En se lançant sur les traces de trois voyageurs égarés au cœur de l'hiver, frère Cadfael, le moine détective, s'attend à tout sauf à découvrir une forme humaine au fond d'un ruisseau gelé.
Victime de la guerre civile ou d'un crime passionnel ? L'ennui, c'est que, dans ce cas, il s'agirait de la plus inavouable des passions...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Witchblade
  12 décembre 2019
Livre lu dans le cadre de la pioche d'Octobre, je remercie sarahbarbier2008 pour celle-ci (même si elle a eu du mal à respecter mes exigences). J'ai trouvé ce roman en boite à livres, je ne connais l'auteur que de nom. Avant de le lire, j'ai appris qu'il s'agissait d'un tome 6 d'une série, j'ai décidé de le lire pour découvrir quand même le style de l'auteur. J'ai une édition bâtarde, elle fait quasi 400p.
Je quitte l'an 1194 avec les Time Riders en Angleterre et je me retrouve en l'an 1139 avec ce roman, je n'ai pas fait exprès. Ce n'est pourtant pas une période historique dont j'ai beaucoup l'habitude. C'est intéressant néanmoins même s'il me tarde que l'histoire se lance enfin. Ayant une vieille édition de France Loisirs, les caractères sont gros. Les détails historiques commencent à me lasser et l'intrigue n'est toujours pas lancée. Certaines descriptions sont donc lues en diagonale tant cela m'indiffère. Je n'ai pas été loin d'abandonné le roman car l'histoire m'intéresse peu. N'ayant rien eu d'autre sous la main lors d'un déplacement, j'ai continué ma lecture, il y a toujours autant de descriptions mais l'histoire se lance enfin à un quart du livre. Ça reste assez long quand même sur un livre de moins de 400p. L'histoire n'a rien à voir avec le résumé de la 4ème de couverture, j'ai encore du mal à y voir un policier mais plutôt un roman d'aventures historique. L'histoire est partiellement intéressante et le plus souvent avec de longues descriptions sur le paysage, les gens, le temps… Si j'avais été dans mon cycle normal de lecture, à savoir peu de temps à cause du boulot, je pense que j'aurais abandonné ce roman depuis longtemps. Même s'il y a des évènements, c'est long, lent et pas du tout ce que j'imaginais en terme d'enquêtes et d'intrigues. Je suis contente d'être allée au bout de l'histoire pour en connaître la fin mais je ne suis pas sûre que je lirais le début et la suite de cette série. le seul personnage que j'ai apprécié est Yves, le garçon de 13 ans ; le moine savant est assez terne, il ne se dévoile que peu ou prou. L'auteur alterne entre différents personnages pour son récit mais il y a trop de descriptions inutiles à mon goût. En plus de ne pas être adepte de ce style et malgré une lecture rapide, j'ai déjà oublié le début de celle-ci. Trop de détails ont, pour moi, tué l'intrigue dans l'oeuf. Avant même la fin, j'avais deviné un certain nombre d'indices car l'intrigue ne se résume pas à cette jeune religieuse tuée.
Comme vous l'aurez compris, cette lecture a été une déception car même si les pages défilent assez vite (merci les gros caractères), l'histoire se veut plus complexe que la 4ème de couverture mais en même temps, elle m'a fait penser tout au long à un roman d'aventures et non à un thriller historique. Je pense donc que ce roman retournera dans la boîte à livres où il a été trouvé. Dans ma pal, un autre livre m'attends de cette auteur mais faisant partie d'une seconde série ; je pense que je vais attendre encore un peu avant de le lire. Si vous êtes amateurs de romans historiques, je vous conseille de le découvrir pour vous en faire votre propre avis.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Titoune45
  01 août 2020
Nous sommes dans la cité de Worcester en l'an de grâce 1139, durant la guerre civile qui faisaient fuir les habitants de la cité.
Je laisserai le soin au lecteur de découvrir l'histoire. Tour ce que je dévoile se limite donc à la recherche du violeur-tueur d'une jeune fille dont le corps est retrouvé, emprisonné sous la glace. Meurtre odieux ! Comment a-t-on pu jeter cette jeune fille dans le ruisseau, après l'avoir violentée et tuée.
Comme toujours dans cette série de Ellis Peters, Frère Cadfael accordera son aide pour retrouver l'assassin et, évidemment, ce ne sera pas chose facile.
J'ai pu constater une fois encore que cette auteure a une écriture fluide et décrit les situation avec une grande sensibilité et de façon très imagée. Son style est facile et agréable et "accrocheur", éveillant la curiosité du lecteur.
Commenter  J’apprécie          190
belette2911
  06 mai 2012
Une agréable surprise pour le premier roman d'Ellis Peters que j'ai lu en 1994 (le 30/06/94, d'ailleurs, la date est notée dans le livre, début des vacances scolaires). Je l'avais acheté chez Belgique Loisirs et la couverture était fort jolie.
Moi qui ne lisait jamais de polar historique, il fut mon premier et je n'en fus pas déçue puisque je continuai la collection.
L'action se situait en 1139 dans une région d'Angleterre dévastée par la guerre civile au coeur d'un hiver rigoureux. La totale !
La campagne anglaise du Moyen Age est déchirée par la guerre civile, limite fratricide et paralysée sous la neige. Et là-bas, les hivers sont rudes et froids. Tout cela fut un décor fascinant pour ma prise de contact avec le roman, lui donnant autant d'effervescence que d'immobilisme, à cause de la neige et des méditations dans la prière de ces moines.
La précision des détails a conféré à ce polar historique un aspect réaliste. L'impression d'être à cette époque, même. Chapeau pour la qualité historique.
Le style est plaisant, facile et le moine herboriste, Cadfael est un personnage très attachant. Il a vécu dans "le monde" et ça le rend moins "bête" que ceux qui n'ont jamais vu une femme nue. Il n'est pas guidé par des tas d'apriori comme ses frères.
Bon, vitesse et précipitation ne sont pas les maîtres mots de Cadfael, il prend son temps, cela permet à l'auteur de mettre en place les autres personnages, L Histoire, de nous instruire sur tous les évènements de cette époque trouble, tout en nous plongeant dans l'enquête, mais à son rythme.
Malgré tout, il y a de la vitesse puisque deux enfants sont perdus et que le froid qui règne en maître risque de les faire passer de vie à trépas, donc, ça s'active tout de même.
Cadfael médite, enquête, interroge et prend assez bien de libertés dans son investigation. Il a bien raison. C'est son côté "rebelle".
L'auteur en profite aussi pour nous éclairer sur la vie monastique et ma foi, ce n'était pas très amusant... en tout cas, cette vie n'était pas faite pour moi *rires*
J'avais passé un très bon moment de lecture et cette découverte du moine enquêteur fut suivie par de bien nombreuses autres aventures...

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
melusine1701
  28 août 2011
Un régal! La campagne anglaise du Moyen Age, déchirée par les guerres civiles et paralysée sous la neige, est un décor fascinant, entre effervescence et immobilisme. le suspens n'en est que plus grand: dès les premières pages, les deux enfants sont portés disparus, et si ce n'est pas les brigands ou les ennemis de leur famille qui les menacent, c'est la neige et le froid. C'est donc une course contre la montre qui commence, jalonnée de multiples rebondissements: le garçon réapparaît, puis c'est un cadavre que l'on retrouve, mais il manque toujours un des trois disparus, lorsque le garçon se sauve à nouveau... On ne s'ennuie pas une minute. Et pourtant, le contexte monastique et le personnage calme et réfléchi de frère Cadfael offrent un étonnant contrepoids: l'atmosphère reste calme, presque reposante, comme si l'écriture cherchait en permanence à nous dire de ne pas céder à la panique d'une situation où pourtant tout pousse à l'emballement. le moine enquêteur voudrait que tout se déroule au rythme d'une méditation, mais les événements autour de lui se succèdent, sans parvenir à le faire quitter son flegme. Un mélange étonnant de contemplation et d'action, que je ne saurai trop vous recommander.
Lien : http://mabouquinerie.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
paulmaugendre
  07 février 2018
En cette fin de mois de novembre 1139 l'Angleterre est en proie à la guerre civile. Les deux petits-enfants de Guillaume le Conquérant, Etienne de Blois et l'impératrice Mathilde d'Anjou, se disputent la couronne royale, leurs troupes laminant le pays. Les habitants fuient leurs demeures. Une nouvelle flambée de violence secoue notamment le Shropshire, comté situé près du Pays de Galle. le châtelain de Ludlow, Josce de Dinan, mange à tous les râteliers, ce qui complique un peu plus la vie du shérif du comté dans l'exercice de ses fonctions.
Il gèle et parfois la neige tombe par bourrasques. C'est dans ce contexte belliqueux perturbé par les conditions météorologiques que l'adjoint au sheriff, Hugh Beringar, se voit confier la mission de rechercher deux jeunes gens qui sont partis de Worchester pour une destination inconnue, probablement vers Shrewsbury. Une demoiselle âgée d'à peu près dix-huit ans, Ermina Hugonin, et son frère de treize ans, Yves. Tous deux sont de descendance noble mais ils ont perdu leurs parents, et leur oncle, Laurence d'Anjou, qui est aussi leur tuteur, vient tout juste de rentrer de Palestine. D'ailleurs c'est lui qui, interdit de par sa proximité avec Mathilde de se rendre à Shrewsbury, a commandé les recherches. Ils sont accompagnés de soeur Hilaria, une bénédictine guère plus âgée qu'eux.
Frère Cadfael, réputé comme un excellent guérisseur et qui lui aussi a baroudé en Palestine, bien des années auparavant, est mandé par le prieur de son couvent de se rendre à celui de Bromfield. Un homme a été retrouvé mourant dans la neige début décembre et il doit lui prodiguer ses soins. Frère Elyas est dans un évanouissement proche de la catalepsie et il est devenu amnésique. Toutefois dans ses délires il parle de deux enfants qu'il a accompagnés pendant un bout de chemin. Nul doute qu'il s'agit d'Ermina et d'Yves. Il a été attaqué en cours de route par des malandrins, et frère Cadfael, entre deux soins, se met à battre la campagne à la recherche des deux fugitifs.
En cours de route il aperçoit prise dans la glace d'un ruisseau une jeune fille, puis continue son chemin à la recherche d'Yves. Il trouve le garçon dans une ferme qui a été saccagée. Dans les alentours d'autres fermes, manoirs et châteaux ont également subi des ravages de la part des malandrins qui voyagent en bande organisée, tuant, pillant et incendiant. Yves affirme que sa soeur était partie avec un homme, jeune, dont elle était amoureuse, les laissant lui et soeur Hilaria chez les fermiers. En compagnie d'Yves et d'Hugh Beringar, frère Cadfaël va retirer de sa poche de glace la jeune morte qui porte les cheveux courts de couleur châtain, alors qu'Ermina les possède longs et noirs.
Et dans un manoir qui a été également ravagé, il rencontre le jeune chevalier Evrard Botherel, blessé lui aussi et à qui il prodigue également ses soins. Yves reconnait en Evrard l'homme qui accompagnait sa soeur.
Mais Elyas est en proie à des délires et il part du prieuré semblant attiré vers un but précis. Yves le suit, sans prévenir qui que ce soit. Peu après, frère Cadfael aperçoit arrivant au prieuré une jeune fille accompagnée d'un chevalier. L'homme s'évanouit aussitôt dans la nature tandis que la jeune damoiselle, il s'agit d'Ermina, est confuse, expliquant que tout ce qu'il vient de se dérouler est de sa faute. Elle n'était plus amoureuse d'Evrard, qui l'avait déçu, mais de son nouveau compagnon, Olivier de Bretagne.

Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Titoune45Titoune45   20 juillet 2020
Chez Olivier, tout fascinait Cadfael, tout le déconcertait^, et cependant il retenait son souffle, prisonnier d'une impression fugitive, d'une réminiscence enfouie au tréfond des années mortes.
Commenter  J’apprécie          90
ErzsyErzsy   05 mai 2016
Il avait le don du sommeil, jugeant inutile de s'inquiéter du lendemain. Depuis longtemps, il s'interdisait les soucis superflus qui usaient un homme au lieu de le garder en forme pour l'action.
Commenter  J’apprécie          40
GrouchoGroucho   12 novembre 2014
Donc vous savez également, que si le shérif a décidé de se replier, c'est parce que leur chef menaçait de me tuer. Mais Hugh Beringar n'est pas loin, j'en suis certain : il ne lâche pas facilement sa proie. Or, maintenant que cette menace a disparu, rien ne l'empêche de tenter une nouvelle attaque.
Commenter  J’apprécie          10
Titoune45Titoune45   20 juillet 2020
Une unique chandelle éclairait les murs de pierre nue et une atmosphère d'intimité et de secret se dégageait dans la petite pièce.
Commenter  J’apprécie          30
Titoune45Titoune45   20 juillet 2020
Les deux hommes se dévisageaient avec une curiosité bienveillante; leurs voix exprimaient une telle paix intérieure qu'ils n'avaient pas peur de laisser de longs silences s'installer entre eux. Il leur semblait se connaître depuis toujours.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Ellis Peters (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ellis Peters
Philip Kerr wins The CWA Ellis Peters Historical Crime Award 2009.
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comment se porte votre Moyen-Âge?

Le Moyen-Âge a ses féministes! Auteure d’un livre sur l’art de la guerre, elle est surtout célèbre pour sa dénonciation de la misogynie dans le Roman de la Rose avec sa Cité des Dames.

Aliénor d’Aquitaine
Christine de Pisan
Marie de France
Olympe de Gouges

14 questions
202 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , littérature médiévale , littérature européenneCréer un quiz sur ce livre