AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782711200252
Éditeur : Les Arènes (27/02/2019)
4.04/5   12 notes
Résumé :
Quand des milliers de révoltés prennent d'assaut Los Angeles, la cité des anges devient l'épicentre d'une révolte nationale. Un thriller politique et apocalyptique. Alors que la remise des Oscars se prépare, une Marche des pauvres s'organise. Il est temps que les exclus de la société du spectacle soient sur le devant de la scène, que les invisibles apparaissent enfin dans la lumière. Dans les rues, des grappes d'individus commencent à se rassembler. L'ambiance est é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  16 juillet 2019

La révolte sourde #debout les damnés de la terre# , un flot de marcheurs, un tsunami de laissés pour compte est prêt à submergé Hollywood Boulevard. #Debout les forçats de la faim# Los Angeles métropole emblématique, la ville de tous les espoirs, de toutes les réussites se prépare à la cérémonie de la remise des Oscars.
Beverly Hills est fébrile mais c'est la rue qui est malade de pauvreté et de désespoir. # foule esclave, foule debout# Emmenée par Luna, une hackeuse que tout le monde suis sur les réseaux sociaux mais que personne ne connait, le flot silencieus de miséreux grossit, enfle, la Californie est au bord de l'implosion. # le monde va changer de base# Ils sont tous là les ratés, les exclus, prêts à faire de leur avenir une utopie. # Nous ne sommes rien, soyons tout#...
La révolution n'est pas toujours constituée de bombes qui explosent et de bains de sang. Une révolution peut passer inaperçue. La rupture entre l'ancien et le nouveau monde a modifié la manière dont on se voit en tant qu'être humain.
Je ne suis plus un être humain, je suis une valeur économique faible. C'est là qu'a commencé la déshumanisation de la société, quand la société est devenue un système fait pour servir l'économie. La révolution se trouve dans ce séisme.”

“La peur est à l'origine de la terreur économique. Ne jamais oublier l'importance de la peur.”

“Il fut un temps où la pauvreté n'était pas considérée comme un crime. Réfléchissez, tous...”

Ces extraits du blog de Luna, la hackeuse qui dirige l'insurrection, montre que la vision de Pia Peterson est à la fois simple et assez puissante dans l'analyse politique..

Bref, ce Paradigma est une dystopie de très bonne tenue, très bien écrite, poétique et réaliste qui à la très bonne idée d'utiliser le Dolby Théâtre en période d'Oscar comme une Bastille à prendre, unité de temps unité de lieu la tragédie de Paradigma peut commencer et Pia Peterson de réussir cette fable admirable troublante et étonnante !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
LiliGalipette
  10 mars 2019
À Los Angeles, le quartier ultra défavorisé de Skid Row s'oppose au luxe clinquant de Beverly Hills. Et la fracture entre ces deux univers est d'autant plus marquée que se prépare la cérémonie des Oscars, avec ce qu'elle suppose de paillettes et de démesure. Derrière son blog, Lila dénonce ce monde où être pauvre revient à être coupable : coupable de sa propre misère, coupable du poids que cela fait porter sur la société, coupable de l'image que cela renvoie de la société. Bref, coupable. Et Lila veut que les mentalités prennent conscience. C'est essentiel pour briser le paradigme erroné sur lequel repose le monde moderne capitaliste. « Les pauvres doivent être vus. En rendant les chiffres visibles, on rend aussi visibles l'aperçu de ce qu'est le monde et les choix que les hommes ont faits. Elle est persuadée que le problème du monde est une question de choix et non pas de fatalité et elle sait ce qu'elle veut faire. Il suffit d'une personne pour changer le monde. » (p. 48 & 49) Lila n'est pas une idéaliste : c'est une hacktiviste, une révolutionnaire informatique. À coup de hashtags, elle organise une grande marche silencieuse.
Ce roman arrive dans une période socialement lourde en France. le fait que l'intrigue se déroule aux États-Unis n'a pas d'importance : elle est vraisemblable et légitime partout où l'injustice sociale règne. Il n'est plus temps que les gens aient peur de devenir ou d'être pauvres, angoisse qui a pour corollaire insupportable la toute-puissance de l'argent. Les richesses doivent être partagées entre tous et ne plus rester à la main des multinationales qui privatisent les ressources naturelles et amputent d'autant les droits fondamentaux de l'être humain. « Être riche est devenu une vertu. Pas question de partager ses biens. Ce n'est plus considéré comme un mal mais comme un droit. » (p. 134) Finalement, le Big One que Los Angeles redoute tant, ce terrible séisme qui doit détruire la ville construite sur une faille, c'est une marée humaine qui va le créer. Cependant, une question demeure : qu'advient-il après la révolution ? « Se battre pour un monde qui n'est plus, c'est se battre contre un monde qui est. » (p. 62)
J'avais déjà beaucoup apprécié Instinct primaire et Un écrivain, un vrai de Pia Petersen. Cette autrice a un vrai talent pour tailler des portraits précis et pertinents. Mon seul regret avec Paradigma est le triangle amoureux : je n'ai pas trouvé qu'il nourrissait le propos de façon pertinente. Mais c'est un détail. Avec son nouveau roman, Pia Petersen pose quelques questions brûlantes d'actualité sur la valeur du monde. « C'est impératif de retrouver le sens des mots et le sens des choses et de créer le modèle qui corresponde à la réalité que l'on veut. » (p. 307)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
hanyrhauz
  16 mars 2019
Dans Paradigma, on suit Luna, une jeune hackeuse qui lance un mouvement social, sous une nouvelle forme. Elle invite les invisibles des Etats-Unis à se lever et à se montrer en préambule de la cérémonie des Oscars, et qu'enfin, deux mondes économiquement opposés se croisent.
Ce livre fait partie de ceux qui vous permettent de porter un regard neuf sur le monde. En le refermant, j'avais l'impression d'avoir compris certaines choses sur le mouvement des Gilets jaunes que je n'arrivais pas à verbaliser. L'idée du changement de paradigme, des codes anciens qui ne sont plus les bons à une époque où notre humanité n'est plus la pierre angulaire à la différence de notre valeur économique individuelle.
C'est un roman urgent, mais contrairement à beaucoup, il ne traite pas un sujet politique au détriment du style. Il y a des passages que j'ai lu à voix haute parce qu'il y a une vraie langue et qu'il faut l'entendre.
Je suis bluffée par l'acuité sociale de Pia Petersen, sa vision des Etats-Unis, sa prise en compte des invisibles à un moment où en France ils commencent justement à se rendre visibles.
Et si je vous dis qu'en plus il y a une belle histoire d'amour...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
hoel
  18 mars 2019
On connaît peu Pia Petersen, qui a pourtant une bibliographie assez fournie. Danoise d'origine écrivant en français et vivant à Los Angeles, ses choix de vies semblent inspirer certaines de ses oeuvres. À commencer par ce Paradigma donc.
Si Luna/Laline est le personnage principal de l'histoire, on en suit de nombreux autres. Un peu trop même peut-être, car on s'y perd parfois un tantinet et certains ne sont guère signifiants – ou auraient mérité d'être approfondis.
L'idée de départ, à la fois simple et originale, était à double-tranchant. On imagine sans peine que le même point de départ puisse offrir de véritables nanars, télévisuels ou littéraires. Seulement, Pia Petersen a plusieurs cordes à son arc. Elle sait raconter une histoire de manière à embarquer son lecteur avec entrain sur près de quatre-cents pages. Elle a aussi des choses à dire et les messages qu'elle a à faire passer ont le mérite d'être clairs et extrêmement convaincants. Les réflexions amorcées par Luna et d'autres personnages sur le partage des richesses, le rapport de l'être humain au travail ou la gouvernance des États sont passionnantes, de même que les citations de penseurs (de tous horizons, d'hier comme d'aujourd'hui) qui viennent clore la plupart des chapitres.
Tout au plus quelques termes auraient mérité une note de bas de page, comme ce POTUS dont on saisit assez rapidement l'identité néanmoins.
Paradigma est un roman rare, passionnant. Sa construction est assez étonnante puisqu'il commence pour ainsi dire par la fin. C'est aussi quelque part une histoire d'amour impossible même si ce n'est sans doute pas ce qui prime. Surtout, et bien que « sans étiquette », c'est un roman éminemment politique, au sens qu'il s'intéresse à la vie de la cité (L.A. et les États-Unis principalement ici) avec une acuité peu commune pour une oeuvre de fiction.
Lien : https://hanniballelecteur.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
culturevsnews
  11 mars 2019
C'est une histoire très profonde. Puissant, étrange, bizarre et totalement addictif. C'est comme entrer dans des endroits auxquels vous n'osez même pas penser consciemment, mais lire ce livre le rend acceptable parce que c'est quelqu'un d'autre.
L'histoire danse entre les lignes du temps et les personnages révélant l'innocence perdue, la jalousie et la manipulation ultime. Ce qui contrôle littéralement les contraires, l'amour et l'abstinence, la vie et la mort. Lila est un personnage à double tranchant avec un passé sombre qui se révèle. L'histoire est devient de plus en plus fascinante et choquante au cours de la fin. C'est de la poudre aux yeux, c'est le moins qu'on puisse dire. Complexe au départ, mais tout cela a un sens en fin de compte.
Un roman audacieux que l'on aime ou que l'on déteste, qui s'oppose à nouveau complètement.
Note : 9,5/10
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
Culturebox   12 août 2019
Un roman militant généreux. Mais surtout un très bon roman, dense, complexe et qui offre comme jamais un gros plan sur les laissés-pour-compte de la société et sur la façon dont ils sont regardés.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
hanyrhauzhanyrhauz   09 février 2019
Quand il s'assoit en face d'elle, la terre bouge, elle est sûre qu'elle bouge, le Big One monte en elle et prise d'etourdissement elle s'agrippe à la table et quand il lui sourit, elle sait qu'il a vu ce qu'elle traverse en sa présence et elle sourit niaisement.
Commenter  J’apprécie          40
hanyrhauzhanyrhauz   09 février 2019
Malcolm (X) dit qu'il faut s'accrocher à son nom, que c'est plus qu'un nom, plus qu'un concept, c'est un logo. Il est la représentation de lui-même. Si Bronx n'était pas convaincu, il n'avait qu'à voir les esclaves qui avaient perdu leur nom en même temps que leur liberté et les prisonniers qui devenaient des numéros. Les pauvres n'ont quasiment plus de noms, on dit juste les pauvres. Il faut toujours revendiquer son nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   10 mars 2019
« Les pauvres doivent être vus. En rendant les chiffres visibles, on rend aussi visibles l’aperçu de ce qu’est le monde et les choix que les hommes ont fait. Elle est persuadée que le problème du monde est une question de choix et non pas de fatalité et elle sait ce qu’elle veut faire. Il suffit d’une personne pour changer le monde. » (p. 48 & 49)
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   10 mars 2019
« Sid n’aime pas les pauvres. D’après lui, il faut appliquer davantage de lois répressives pour les obliger à s’adapter au système, ou bien il faut voter des mesures pour s’en débarrasser définitivement, au choix. » (p. 242)
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   10 mars 2019
« C’est impératif de retrouver le sens des mots et le sens des choses et de créer le modèle qui corresponde à la réalité que l’on veut. » (p. 307)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Pia Petersen (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pia Petersen
Mon nom est Dieu de Pia Petersen .Voir l'émission : http://www.web-tv-culture.com/mon-nom-est-dieu-de-pia-petersen-639.html Sous le soleil de Los Angeles, Morgane est journaliste. Un homme se présente à elle. Il est Dieu et veut que la jeune femme écrive l'histoire de sa vie. Est-il fou ou réellement celui qu'il prétend être. « Mon nom est Dieu », le nouveau roman de Pia Petersen. Et vous, si Dieu était face à vous, comment réagiriez-vous ? « Mon nom est Dieu » de Pia Petersen, aux éditions Plon. Pia Petersen est sur WTC
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2372 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre