AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211211232
Éditeur : L'Ecole des loisirs (17/01/2013)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 76 notes)
Résumé :
"Je n'ai plus que quelques minutes d'électricité par jour et je ne pourrai certainement plus l'envoyer de nouvelles avant un certain temps. Mais não se préoccupe, Talia, tudo bem. Ne t'inquiète pas, tout va bien..."

Talia a beau relire le dernier mail de sa mère pour se rassurer, le «certain temps» s'éternise. Cela fait déjà un mois et demi que «tout va bien», quarante-huit jours exactement que Juana ne lui a plus donné signe de vie.
Quelle idé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  04 juin 2018
La littérature jeunesse dans sa forme la plus classique. Itawapa est le titre de ce roman de Xavier-Laurent Petit, c'est aussi le nom d'une forêt en plein coeur de l'Amazonie. Au bout du monde. C'est là-bas que travaille Juana Zabrosky, surnommée «L'India», pour son physique d'Amérindienne mais aussi pour son combat pour la protection des populations aborigènes. Anthropologue, ethnologue et, incidemment, «indianiste» (spécialiste des cultures indiennes). Cette passion passe également par la protection de leur environnement, ce qui risque de la placer dans des situations difficiles face au gouvernement et aux hommes d'affaires cupides….
Mais ce n'est pas elle le personnage principale, plutôt sa fille Talia. Quand la professeure Zabrowsky ne donne plus signe de vie pendant près de deux mois, l'adolescente de seize ans décide de partir à sa recherche. Armée de son courage et de sa détermination, elle convainc son grand-père «Le Vieux», l'inspecteur Agusto et le pilote Tchéco de l'aider. Et d'autres «amis» trouvés en cours de route. Mais tout n'est pas qu'action. le roman prend des accents de mysticisme (je pense à l'épisode où Talia tire les cartes d'un jeu de tarot) et des allures de quête identitaire (secrets de famille à l'horizon), voire spirituelle. Dans tous les cas, écologique.
Itawapa, c'est aussi un voyage à travers l'Amazonie, sa pluie continuelle, sa végétation touffue et étouffante, ses animaux parfois dangereux. Un des derniers endroits sur Terre où l'empreinte de l'homme est presque inexistante (pour le moment). Un lieu fascinant mais isolé, sauvage, un chaos organique hors du temps où des peuples amérindiens ont réussi à développer une culture en symbiose avec la nature.
J'ai mentionné l'action et le dépaysement, mais Itawapa est enfin un récit où priment des valeurs positives comme le respect de l'autre et la protection de l'environnement. Les «bons» qui les incarnent, c'est-à-dire Talia, sa mère Juana et le dernier Amérindien de la vallée, se doivent de l'emporter contre des situations qu'ils dénoncent, comme la déforestation (peu importe l'intérêt économique) et le génocide. En ce sens, et compte tenu que le roman cible un public adolescent, la fin est prévisible. Ainsi message envoyé aux jeunes reste optimiste.
Comme toujours, Xavier-Laurent a réussi à écrire une oeuvre intéressante, pertinente et de niveau. Je n'avais lu que deux romans de cet auteur, je crois que je vais me lancer dans le reste de sa bibliographie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Jumax
  10 février 2013
Talia est la fille de l'India une anthropologue passionnée par l'Itawapa et son peuple presqu'entièrement décimé. Elle est obligée de rester avec le vieux, son fou de grand-père, car sa mère est allée se perdre seule dans l'immense forêt qu'est l'Itawapa. Sans nouvelle depuis presque 2 mois Talia décide partir à la recherche de sa mère, elle est accompagnée d'un inspecteur râleur tombé sous le charme des beaux yeux noirs en amendes de l'India et de son grand-père. Au cours de ce voyage les secrets de famille vont se révéler et la forêt va progressivement laisser apparaître son dernier habitant.
Un roman qui montre l'importance de la nature, avec une belle histoire d'amour filiale sur fond de combat écologique pour défendre également une vie humaine sauvage et libre.
Commenter  J’apprécie          280
Lagagne
  12 août 2013
J'ai beaucoup aimé cette lecture, qui change de la littérature "ado" habituelle.
Ici, on s'intéresse à ses origines. Talia veut retrouver sa mère, disparue dans la jungle amazonienne, et va découvrir beaucoup plus sur sa famille, son héritage culturel. le lieu choisi, l'Amazonie, m'a surprise, d'abord avec réticence, puis avec joie au fil de la lecture.
L'écriture est très juste, simple mais pas simpliste. Certaines choses sont un peu trop "grosses" comme l'attitude du policier, ou la révélation finale. Mais cela est normal pour de la littérature jeunesse, chose que j'ai eu parfois tendance à oublier au cours de ma lecture : plutôt bon signe.
Au final, un bon roman, mais qui risque de peiner à trouver son public je pense (je travaille en bibliothèque). Ma mission, et je l'accepte, sera d'être une bonne médiatrice.
Commenter  J’apprécie          160
delfinejuju
  10 août 2013
J'ai découvert ce roman grâce aux critiques sur Babelio et je ne suis pas déçue. Certes, le dénouement et la nature du secret familial est plutôt prévisible pour un lecteur adulte qui ne laisse rien échapper. Certes, certaines manières de résoudre le conflit initial semblent un peu faciles. Cela peut gêner, mais l'auteur a réussi grâce à son écriture à détourner ces sensations en un élément de richesse. Je n'ai pas eu besoin de la surprise ni du suspense, car les personnages étaient tellement justes et l'amour familial qui les unissait était tellement fort, que je me suis laissée émouvoir profondément par le dénouement.
J'ai été surprise par l'immense justesse de la description des ambiances, de la personnalité des personnages que ceux qui sont allés au Brésil pourront reconnaître. La forêt amazonienne est décrite et ressentie comme ce qu'elle est, un écosystème grouillant et terrifiant dans lequel les hommes n'ont leur place que s'ils se fondent intimement avec la nature. c'est un lieu d'émotions, de peurs, de solitude et de vie intense. le rapport que chacun des personnages entretient avec elle est riche et émouvant: la forêt est un personnage à part entière, qui transforme l'histoire et le caractère de chacun d'eux, comme si c'était un maître spirituel (dans le sens complexe du terme). le personnage d'Agusto est très bien vu, celui du vieux fou et du pilote aussi, ces personnages fragiles et contradictoires sont attachants. Xavier-Laurent Petit a l'air d'avoir beaucoup voyagé, car il transmet des nuances et des ambiances qui évitent les clichés sur la société brésilienne. Il me semble que c'est un exercice bien périlleux pour un écrivain français de créer des personnages étrangers crédibles et subtils. Ici, c'est une réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
docidf
  08 octobre 2013

Itawapa/ PETIT, Xavier-Laurent
Ecole des Loisirs - Janvier 2013 – 196 pages (Medium)
ISBN : 978-2-211-21123-9 - Prix : 14,50 €
Résumé : Talia est inquiète car sa mère, partie en expédition, n'a pas donné de signe de vie depuis plusieurs semaines. Anthropologue, elle se bat pour protéger le dernier survivant d'un groupe d'Indiens vivant au coeur de la forêt amazonienne. Talia, son grand-père et un jeune policier s'aventurent sur le lieu de campement de la mère de Talia pour découvrir qu'elle l'a quitté depuis plusieurs semaines. Ils partent à sa recherche, rapidement rejoint par un guide expérimenté. Cette enquête permet de mettre au jour un lourd secret.
Mots clés: AMAZONIE / DEFORESTATION / HISTOIRE FAMILIALE / MEURTRE / SECRET DE FAMILLE / GENOCIDE/ CULPABILITE /
Commentaires : Malgré quelques situations exagérées, ce roman dépaysant sensibilise, avec intelligence, sur des sujets importants tels que l'écologie, le génocide, la cupidité. le secret de famille qui constitue la trame de l'histoire permet aussi de s'interroger sur la culpabilité et la communication entre les générations.
Pistes de discussion :
• Comment peut-on se battre pour faire passer les intérêts humains avant les intérêts économiques ?
• Selon vous, les associations écologiques peuvent-elles faire le poids face aux géants du pétrole ?
• Que pensez-vous du comportement du « Vieux » ?
• Pensez-vous que cela soit justifié que l'argent public serve à payer une anthropologue dont le travail est de protéger une unique personne, dernier témoin d'une population qui a disparu ?
• Pourquoi les indiens devraient-ils être protégés et leur lieu de vie respecté ?
• N'y a-t-il que les indiens d'Amazonie qui risquent leur vie à cause d'intérêts économiques ?


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (1)
Ricochet   15 mars 2013
L'écriture est sobre, d'une simplicité que n'offre que la qualité, avec cette osmose parfaite entre le descriptif et l'émotion propre à Xavier-Laurent Petit. Au présent, le récit plonge directement dans la gigantesque, ancestrale forêt.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
JumaxJumax   08 février 2013
"Au fur et à mesure de ses séjours, elle avait affiné ses observations, recoupé ses notes et avait finalement eu la certitude que ces Indiens auxquels elle se consacrait sans jamais les avoir vus n'étaient pas cinq.
Ni quatre. Ni trois. Ni même deux.
Ils n'étaient q'un. Un tout seul.
Le dernier survivant d'un groupe décimé on ne savait par qui ou par quoi.[...] Faute de mieux, elle l'avait appelé Ultimo. Le Dernier."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
chardonettechardonette   20 mai 2013
Je me suis retournée pour le regarder bien en face. Personne ne pouvait donner par hasard le nom d'une microscopique bourgade perdue au coeur d'une forêt qui couvrait des millions de kilomètres carrés. J'ai eu soudain la sensation vertigineuse que le Vieux avait conne des milliers d'autres vies dont il n'avait jamais rien dit. La sensation qu'il était venu avec en tête une idée bien précise. Je me suis souvenue de ce qu'il avait dit le soir où il m'avait tiré les cartes. 'Il y avait mille autres endroits possibles. Alors pourquoi cette saleté d'Itawapa?..."
Pourquoi avait-il choisi ce mot, "saleté"?... Qu'est-ce qu'il connaissait, lui, d'Itawapa?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CielvariableCielvariable   23 février 2019
Les cimes des arbres se perdaient dans les nuages. Des nuées d'insectes crépitaient et l'air résonnait du cri des jacamars. La forêt bruissait dans la chaleur, pleine de craquements et de frôlements, si dense que la clairière où se dressaient les deux malocas était presque invisible.

Assise dans la pénombre, une femme donnait le sein à son bébé qui tétait avec de petits bruits de plaisir, les yeux mi-clos, bercé par les mouvements du hamac.

L'Indien ne quittait pas des yeux la petite part du ciel qui perçait entre les branches. En quelques instants, elle avait viré au noir de plomb, comme si le jour venait de s'éteindre. Il roula quelques feuilles de tamïale en une grosse cigarette qu'il alluma aux braises du feu, et l'odeur du tabac se répandit sous la toiture de paillis.

Le hurlement aigu d'un alawata retentit comme une alarme. Immédiatement, les singes, les oiseaux et les insectes se turent. Tous en même temps. Les feuilles elles-mêmes se figèrent dans une immobilité de pierre. Sans le moindre souffle pour les agiter. La cigarette à deux doigts des lèvres, l'Indien semblait attendre quelque chose et la forêt entière attendait avec lui. Seuls les minuscules soupirs du bébé troublaient l'épaisseur du silence.

Une bourrasque de vent agita soudain les branches, quelques gouttes tièdes s'écrasèrent dans la poussière et un éclair taillada les nuages. Le coup de tonnerre qui suivit sembla fracasser le ciel. L'Indien tira quelques bouffées de sa cigarette. C'était l'un de ces orages comme il en éclatait chaque jour à la saison des pluies, assourdissant, capable de tout détruire sur son passage. La pluie mugissait comme un torrent, la terre vibrait sous les impacts de la foudre et, chaque fois, le bébé sursautait entre les bras de sa mère.

La pluie redoubla de violence. Les deux pieds dans la boue rouge qui dévalait vers Viguarape, l'Indien termina sa cigarette. Il récupéra soigneusement les feuilles à demi calcinées de son mégot et s'adossa au poteau d'entrée de la maloca. Tout autour de lui, le monde était devenu uniformément liquide.

Il fallait attendre. Rien d'autre.

Un dernier roulement de tonnerre, un rayon de soleil entre les branches... Aussi brutalement qu'il avait débuté, l'orage s'arrêta.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JumaxJumax   06 février 2013
Comment était-il possible de briser l'échine d'un tel arbre en aussi peu de temps ? Comment appeler les hommes qui servaient ce monstre de fer ?
" Des wewemutak", fit-il à mi-voix. Des mangeurs d'arbres.
Commenter  J’apprécie          200
RhlRhl   17 décembre 2014
Les ronces n'étaient rien. Le pire, c'était les moustiques. La chaleur humide qui stagnait sous les arbres les rendait fous. Nous exceptés, ils étaient les seuls êtres vivants. C'est à peine si l'on entendait de temps à autre un fouillis d'ailes ou les cris étouffés d'un groupe de singe minuscules qui fuyaient à notre approche. Et puis le silence retombait. Un faux silence, tissé de mille bruits qui semblaient naître à notre passage, comme si la forêt ne cessait de parler de nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Xavier-Laurent Petit (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier-Laurent Petit
Les éditions Rue de Sèvres présentent un album dans l'air du temps, "Le fils de l'Ursari". Ce récit d'actualité directement adapté du roman de Xavier Laurent Petit relate l'aventure difficile d'un jeune Rom qui avec sa famille, quittent leur forêt de Roumanie pour la banlieue parisienne. Ils vont découvrir à leur dépend une réalité très dure dans laquelle le jeune Ciprian va faire l'apprentissage du jeu d'échec. A l'occasion du festival Quai des Bulles de Saint-Malo, nous avons rencontré Cyrille Pomès, le dessinateur, qui nous parle de son travail sur l'album, de ses projets à venir et de bien d'autres choses encore...
+ Lire la suite
autres livres classés : déforestationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"Itawapa"

Comment s'appelle l'indien?

illico
ùltimo
exaco
Rapido

5 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Itawapa de Xavier-Laurent PetitCréer un quiz sur ce livre