AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2706715111
Éditeur : Salvator (29/11/2017)

Note moyenne : 3/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Engagé depuis de longues années au service de l'éducation des jeunes, notamment ceux des quartiers défavorisés, le père Jean-Marie Petitclerc se trouve désormais confronté, comme bien des éducateurs ou parents, à un phénomène nouveau : la radicalisation des jeunes. Ils sont en effet nombreux à épouser un islam fanatique, voire à rejoindre les rangs de Daech. Par sa brutale soudaineté, cette attitude d'intransigeance radicale a surpris tous les observateurs. Doit-on ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Meps
  05 avril 2018
En sélectionnant ce livre dans la Masse critique (Merci à Babelio et aux éditions Salvator pour l'envoi au passage), c'est la curiosité de voir ce qu'un représentant de l'Eglise catholique pouvait avoir à dire sur le phénomène de la radicalisation qui m'avait guidé. Malheureusement, après les 109 pages de l'ouvrage, je suis surtout resté sur ma faim...
Commençons par le positif, le fond du discours. Il est toujours intéressant de voir mis en avant la prévention, la communication, la fraternité, de voir encourager l'esprit critique. Dans des temps où certains extrêmes ne voient comme solution que prison et expulsion à tous nos maux, il est agréable d'entendre des paroles cherchant à comprendre et à rapprocher. On peut également reconnaitre à l'auteur que, pour un représentant d'une religion "concurrente", il prône plutôt l'oecuménisme et ne juge pas trop l'Islam et les musulmans dans son ensemble.
Mais quant à la forme... Imaginer déjà traiter un tel sujet en juste 100 pages, pas trop resserrées... avec certains titres de chapitre repris tels quels comme sous titres plus loin dans le même chapitre... avec finalement une répétition de deux trois idées principales juste reformulées... avec de nombreux extraits assez long d'autres ouvrages... avec de nombreuses références aux autres ouvrages de l'auteur... avec un titre où le mot RADICALISATION est écrit en plus gros dans une police "dramatisante"...
On s'attendrait à plus de matière, à une étude plus poussée du phénomène, à des développements plus longs sur les solutions actuellement mis en avant... à moins de "publicité" aussi pour le mouvement auquel Jean-Marie Petitclerc appartient. C'est sans doute dû au fait qu'il s'agit avant tout du livre d'un travailleur de terrain (Educateur spécialisé en plus d'être religieux... Etant moi-même de la profession, j'ai trouvé le mélange des genres étrange...). Mais rien n'interdit de se documenter plus en profondeur ou de s'associer à des spécialistes des autres aspects de la question pour offrir un ouvrage qui soit plus qu'une simple profession de foi... même si elle est ici plus professionnelle que religieuse. Pour défendre la prévention face à l'armada du tout répressif, il faudrait être bien plus armé que ce livre.
Bref, un livre qui semble surfer sur la vague de l'actualité sans arriver jusqu'à la plage... ou alors en s'échouant à marée basse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Croquignolle
  23 avril 2018
En ouvrant ce livre, j'étais certaine de deux choses :
- Prévenir la radicalisation des jeunes est un domaine qui m'interpelle, m'intéresse et me motive grandement.
- Jean-Marie Petitclerc est un prêtre-éducateur compétent, qui aime les gens, ne baisse jamais les bras et garde l'espérance face à un monde parfois fort décourageant.
C'est donc en confiance que j'ai entamé la lecture.
Je n'ai pas été déçue dans le sens où c'est un bon ouvrage qui pose des questions et des bases faciles, accessibles à tous.
Les chapitres ainsi que les propos défilent avec une certaine évidence et une bonne logique. On a envie de prendre des notes, de retenir les idées.
C'est un livre idéal pour les personnes qui veulent en apprendre un peu sur le sujet.
De mon côté, je suis restée tout de même sur ma faim, car j'en attendais plus. Trop certainement. Depuis de nombreuses années, je me suis documentée sur ce thème. J'ai regardé bon nombre d'émissions et j'ai suivi plusieurs formations sur cette problématique. Et donc, je dois avouer que ce livre ne m'a pas apporté de connaissances.
Seul le regard chrétien et salésien de Jean-Marie Petitclerc a apporté un peu de nouveauté aux nombreux éclairages déjà reçus. le chapitre intitulé "Promouvoir le dialogue" est un excellent support pour relire notre mode de fonctionnement et le monde qui nous entoure. Il va m'être très utile pour mes cours "d'éthique et de cultures religieuses" auprès des ados.
Merci à Babelio et aux Editions Salvator pour cette Masse Critique "non fiction" qui m'a gâtée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Gribouille_91
  02 mai 2018
Qui mieux que Jean-Marie Petitclerc pouvait apporter un éclairage intérieur d'un phénomène que beaucoup n'ont abordé qu'extérieurement et superficiellement ? Dans l'ensemble de la littérature sur la question épineuse de la radicalisation (certains ajouterons abusivement « islamiste »), ils sont trop peu à avoir cette expérience directe et de longue haleine avec les publics des quartiers dits « sensibles »; ce qu'on appelle aujourd'hui « les quartiers prioritaires de la politique la ville », les QPV (et non plus les ZUS). Jean-Marie Petitclerc fait partie de ces connaisseurs des microcosmes urbains, là où la radicalisation s'éveille.
Dans son petit essai, sous forme de témoignage, il propose des outils pour sinon empêcher la radicalisation au moins la prévenir. Pour lui, cela ne peut se faire sans une éducation à la fraternité, un développement de l'esprit critique, une promotion du dialogue (entre adultes et jeunes) et un travail de médiation. Or, c'est ce qui manque le plus dans les programmes dispendieux que l'Etat met en oeuvre pour détecter, et non prévenir, les jeunes qui se radicalisent. Comme le dit l'auteur, « l'enjeu majeur consiste à apporter des éléments de réponse à la question que tout le monde se pose dans notre pays: comment enrayer un tel phénomène ? » Il semblerait que l'Etat et la classe politique ne se posent guère les bonnes questions. La radicalisation ne serait-elle finalement qu'une des conséquences d'une rupture de confiance entre les gouvernants et les gouvernés ?
Même si l'auteur s'appuie sur une expérience partant de la foi chrétienne, nous pouvons très largement nous accorder sur les remèdes au mal qui ronge les jeunes générations.
Pour ma part, sans être catholique ou protestant, je m'y suis retrouvé.
Je remercie les éditions Salvator et l'équipe du site Babelio de m'avoir donné la possibilité de lire cet opuscule dans le cadre de l'opération Masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
CroquignolleCroquignolle   17 avril 2018
J'aime définir la citoyenneté comme le sentiment d'appartenance à un groupe partageant les mêmes valeurs. Cette appartenance est synonyme de droits, que confère le groupe - c'est ce que nous pourrions qualifier de rétribution -, et de devoirs, qu'impose la vie en groupe - c'est ce que nous pourrions qualifier de contribution.
(...)
Plusieurs situations sont alors possibles. Soit la contribution est forte et la rétribution faible : on est alors dans une situation d'exploitation. Soit, à l'inverse, la contribution est faible et la rétribution forte : on est alors dans une situation d'assistanat. Je définirai la citoyenneté comme étant celle de l'équilibre entre contribution et rétribution, entre droits et devoirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
CroquignolleCroquignolle   23 avril 2018
Ce dont les jeunes ont besoin, si on veut éviter la bascule vers la radicalisation, c'est de rencontrer des adultes capables de les guider dans leur recherche de sens.
Commenter  J’apprécie          100
CroquignolleCroquignolle   23 avril 2018
Respecter l'autre, c'est parfois savoir se montrer intolérant vis-à-vis des actes. Il en est qui construisent l'homme, d'autres qui le détruisent. Il en est qui tissent le lien social, d'autres qui le ruinent. On ne peut éduquer dans la tolérance, mais dans les repères. Et c'est parfois la manière, pour moi éducateur, de respecter les jeunes que de me montrer intolérant vis-à-vis de certains de leurs actes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CroquignolleCroquignolle   16 avril 2018
Il s'agit de travailler dans un esprit de cohérence avec tous les adultes qui cheminent auprès de l'enfant. Le premier droit de l'enfant, à l'orée du XXIe siècle, nous semble en effet être celui de la cohérence des adultes qui l'accompagnent sur ses chemins d'éducation.
Commenter  J’apprécie          30
CroquignolleCroquignolle   23 avril 2018
Poser sur l'autre un regard de bienveillance constitue la seule manière de pouvoir lui permettre de se remettre en cause. Car je crois que tous nous fonctionnons de la même manière. Nous ne sommes capables de recevoir une critique d'un autre que si nous sentons la bienveillance qu'il nous porte. Sinon, nous sommes tentés d'ériger une batterie de défense.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean-Marie Petitclerc (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Petitclerc
Vidéo de Jean-Marie Petitclerc
autres livres classés : radicalisationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1019 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre