AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782813207951
238 pages
Guy Trédaniel éditeur (09/03/2015)
3.57/5   105 notes
Résumé :

La parution de Je pense trop a été (et est encore) une aventure extraordinaire : Je n’avais jamais reçu autant de mails, de posts, de textos et de lettres à propos d’un de mes livres ! Vous m’avez fait part de votre enthousiasme, de votre soulagement et bombardée de questions : sur les moyens d’endiguer votre hyperémotivité, de développer votre confiance en vous, de bien vivre votre sur efficience dans le monde du travail et dans vos relations amoureuses…Vou... >Voir plus
Que lire après Je pense mieux : Vivre heureux avec un cerveau bouillonnant, c'est possible !Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,57

sur 105 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
1 avis
Je continue ma lecture de livres de développement personnel avec mes préoccupations du moment. J'ai beaucoup aimé Je pense trop de Christel Petitcollin avant d'être un peu déçu par J'arrête de trop penser de Béatrice Lorant. Cette fois, j'ai lu la suite du très bon livre de Christel Petitcollin : après Je pense trop, le temps est venu de lire, et dire, Je pense mieux.

" La parution de Je pense trop a été (et est encore !) une aventure extraordinaire. Je n'avais jamais reçu autant de lettres, d'e-mails, de posts, de textos à propos d'un de mes livres ! Vous m'avez fait part de votre enthousiasme, de votre soulagement et vous m'avez bombardée de questions : sur les moyens d'endiguer votre hyperémotivité, de développer votre confiance en vous, de bien vivre votre surefficience dans le monde du travail et dans vos relations amoureuses… Vous avez abondamment commenté le livre.

Je me suis donc appuyée sur vos réactions, vos avis, vos témoignages et vos astuces personnelles pour répondre à toutes ces questions. Je pense trop est devenu le socle à partir duquel j'ai élaboré avec votre participation active de nouvelles pistes de réflexion pour mieux gérer votre cerveau.

Je pense mieux est un livre-lettre, un livre-dialogue, destiné aux lecteurs qui connaissent déjà Je pense trop et qui en attendent la suite. "

Je pourrais dire que tout est dans le titre, mais ce serait un trop gros raccourci. Si Je pense trop était beaucoup dans le diagnostic, et j'avais d'ailleurs regretté que la partie consacrée aux conseils pratiques soit un peu légère, cette suite a une vocation plus concrète. Son sous-titre est d'ailleurs porteur d'une promesse : Vivre heureux avec un cerveau bouillonnant, c'est possible !

Je ne sais plus combien de temps s'est écoulé entre la parution de Je pense trop et de sa suite, mais Christel Petitcollin affirme avoir reçu un abondant courrier provenant de personnes qui se sont reconnues dans son livre. Dans ce flux de retours par les premiers concernés, certaines remarques l'ont amusé, d'autres l'ont surprise, certaines l'ont conforté dans ce qu'elle pressentait ou savait, d'autres enfin lui ont permis d'affiner ou de compléter sa connaissance du sujet.

Comme elle n'a pas pu répondre individuellement à chaque courrier, l'auteur nous explique avoir décidé d'écrire ce second livre pour répondre aux interrogations et aux remarques qu'elle a reçues suite à la publication du premier. Elle présente ainsi ce livre comme un dialogue avec ses lecteurs, avec à la fois des réponses à leurs questions et des compléments sur des sujets non évoqués ou survolés dans le premier livre.

Si on met évidemment de côté son aspect commercial (surfer sur une vague est souvent rentable), la démarche m'a semblé intéressante. le résultat m'a par contre laissé sur ma faim. Il y a du bon dans ce livre, mais aussi des choses qui m'ont moins intéressé quand elles ne m'ont pas agacé.

Il m'a semblé que l'auteur voulait aborder de nombreux sujets, cherchant à leur trouver un lien, parfois tiré par les cheveux, avec la surefficience mentale. Ainsi, j'ai trouvé passionnante les chapitres sur le jumeau perdu ou le chamanisme mais je ne suis pas certain d'y voir un rapport évident avec le sujet qui m'intéressait tout d'abord en lisant ce livre.

A l'inverse, j'ai apprécié les chapitres où l'auteur parle de trouver sa voie, ce qui anime notre âme et notre esprit. C'est sans doute parce que c'est au coeur de mes préoccupations actuelles, j'y ai en tout cas trouvé des éléments intéressants pour alimenter mes réflexions en cours et à venir.

Le ton m'a parfois semblé condescendant, voire agressif dans certains passages. J'ai également noté une obsession de l'auteur sur la question des manipulateurs, encore une fois omniprésents dans cette suite après avoir déjà occupé une grande place dans ce premier. J'ai bien compris que la vision de Christel Petitcollin est de diviser le monde en 3 parties : les sur efficients d'une part, les manipulateurs de l'autre, et au milieu ce qu'elle appelle les « normo-pensants », c'est-à-dire la majorité de l'humanité. Je ne suis pas convaincu de la pertinence de ce découpage et j'ai été gêné de retrouver cet aspect aussi souvent dans le propos de l'auteur.

Dans l'ensemble, il y a du bon à tirer de ce livre, malgré une volonté de l'auteur de ratisser large en parlant de sujets multiples, aves influences multiples et hétéroclites, sans forcément suivre une ligne directrice. Cela m'a donné une impression de fourre-tout, avec des étagères-chapitres remplies d'objets intéressants voire essentiels, et d'autre plus dispensables. Chacun y trouvera sans doute son compte.
Commenter  J’apprécie          60
( 02/01/2017 )

Cette année, ne fut pas sous le signe de la lecture... Et pourtant, si je veux être honnête, j'ai quand même lu :-)... Seulement cette année, avec le lancement de notre projet, très très peu de romans sont passés entre mes mains et beaucoup d'ouvrages sur le développement personnel m'ont accompagné... A la fois pour m'accompagner dans ma réflexion personnelle sur la continuité de l'évolution de mon chemin et aussi pour enrichir mes capacités de compréhension de l'autre afin de pouvoir aller à sa rencontre...

Beaucoup de thématiques me nourissent...

Ceux que j'ai pu terminer durant l'année 2016, sont les deux de Christel Petitcollin: " Je pense trop " et la suite " Je pense mieux ". J'avoue qu'il y a eu une période de cette année où j'ai beaucoup entendu parler d'elle... Mais cela n'a jamais été un critère pour moi pour lire quelqu'un ( ceux qui me connaissent le savent )... C'est surtout en tombant sur son livre et son titre que j'ai été interpellée... le 4ème de couverture m'a achevé... Quant à la lecture, j'ai enfin commencé à accepter ce qui nourrit mon fonctionnement... le comprendre et l'accepter, c'est aussi commencer à faire de meilleur choix pour soi parce que partant de soi et pas de ce qu'on attend de moi... Ce qui n'est pas facile au quotidien... Pour le reste, je ne vous en dis pas plus... le titre en effet dis très bien à qui il s'adresse ;-)!

Mon dernier livre clôturé en ce domaine est le livre de Lise Bourbeau, " Les 5 blessures qui empêchent d'être soi - même "... Alors avec lui, cela a été une drôle d'aventure. Ce livre est édité depuis de nombreuses années et ne m'intéressait pas du tout! Alors comment ai - je pu le lire? Je dirais qu"il m'a choisi ou qu'il est venu à moi tel une réponse à une question. Il faut que je vous dise que j'ai toujours eu une passion pour tout ce qui touche au symbolique. Cet intérêt en matière de psychologie me mène à m'intéresser à ce qui touche aux archétypes dont Yung aura été un des grands penseurs en la matière... Or je me trouvais à la librairie Papyrus quand voulant faire une peu le point sur le sujet, je me suis en même temps posée une question existentielle... Vous me croirez où non, mais ce livre mais tombé dans les mains.. Vu ce signe, je me suis dis qu'il avait peut être plus à offrir que ce que j'imaginais... Et je peux dire que oui! Ce livre est bluffant! Bien sûr que nous ne sommes pas une blessure... Mais comme le corps nous pouvons avoir une colonne vertébrale dans le vie nourrit d'une certaine substance et auquel le reste vient ensuite se structurer... Commencer à en prendre connaissance, c'est déjà agir pour continuer à sortir de ce qui nous entrave :-)...

Voilà pour les livres qui ne sont pas littéraires. Mais je vous rassure ;-), j'ai eu l'occasion de lire aussi de magnifiques romans qui m'ont permis de découvrir de nouveaux auteurs! D'ailleurs pour 2017, je compte bien réaugmenter mon temps de lecture afin de vous revenir et de partager avec vous ceux - ci :-)!
Commenter  J’apprécie          10
Le tome premier opus "Je pense trop : comment canaliser ce mental envahissant", avait été une véritable révélation pour moi. Cinq années se sont écoulées depuis ma chronique de ce livre et me revoilà donc pour vous donner mon avis sur ce second opus, cette suite écrite par Christel Petitcollin.

Vous dire que ce livre me parle et me touche est un euphémisme car l'auteure explique que beaucoup de surefficients sont en grande souffrance dans le monde du travail....Cela a été le cas pour moi puisque j'ai finalement été mise en arrêt de travail durant 10 mois pour burn-out et dépression....Et oui, malheureusement, trop penser, et très souvent à des choses négatives et stressantes, cela conduit généralement à une souffrance psychique intense (sans parler des souffrances physiques...).

Ma solution à moi aura été de changer de travail et de mettre également les points sur les "i" dans mon entourage, pour ne plus "subir" cette pression qui m'a littéralement fait exploser le cerveau....(Cela dit, je ne peux pas vous dire que tout le mal est derrière moi - bien au contraire - c'est une lutte de chaque instant, comme le fumeur qui veut arrêter la cigarette ou l'alcoolique qui veut arrêter de boire....Mon "nuage noir" plane toujours au-dessus de moi et je pense que ce sera la cas jusqu'à la fin de ma vie...).

Déjà, savoir qu'il existe sur Terre des gens qui n'ont aucun sentiment d'empathie, de compassion, d'amour et qui "jouissent" de faire souffrir les autres, c'est ouvrir les yeux et remettre en perspective le monde qui nous entoure.

Heureusement, la plupart des gens sont des "normaux-pensants" mais parfois il suffit d'une seule personne manipulatrice dans un groupe pour provoquer la zizanie, ou, souvent plus insidieusement, instaurer un climat désagréable en choisissant un bouc-émissaire. A votre travail, vous en avez sans doute déjà croisé un. Il y a toujours ce "sale con" (ou cette "sale conne") qui dit du mal de tout le monde (généralement de la personne qui n'est pas là) et les normaux-pensants ne s'imaginent même pas que ce manipulateur dira du mal d'eux également au reste du groupe quand eux-mêmes ne sont pas présents durant les conversations (j'en parle en connaissance de cause....)...

Mais revenons au livre "Je pense mieux...". Il est donc une suite à "Je pense trop..." en réponse aux nombreuses réactions des lecteurs qui ont envoyé des mails ou consulté Christel Petitcollin directement à son cabinet.

Si "Je pense trop" a ouvert les yeux à bon nombre d'entre nous, hypersensibles, certains se voilent encore la face et du coup, Christel Petitcollin est obligée d'en remettre une couche, avec des exemples plus concrets, notamment reportés par ses lecteurs pour bien faire passer son message.

"Je pense mieux..." est un livre que je vous recommande de lire à notre époque actuelle (en 2020) car dans un chapitre, l'auteure parle des trois sortes d'aliénation, et il y a notamment celle où un groupe choisit de suivre les consignes même si elles paraissent absurdes.....Ce livre a été écrit en 2015, donc on ne peut pas accuser Christel Petitcollin de surfer sur la vague du "Virus de la peur" qui a déferlé sur le monde cette année....Et pourtant, ces réactions psychologiques, tellement prévisibles de la majorité des êtres humains en font de parfaits moutons bien dociles qui acceptent de porter leur muselière sans se poser de questions....Elle évoque aussi l'expérience de Milgram qui est, elle aussi, sans équivoque sur la psychologie humaine (enfin, surtout celle des normaux-pensants, soit 80% de la population, tout de même...).....

Personnellement, j'y vois plus claire sur moi-même et des gens qui m'entourent dans nos différences et nos points communs grâce, notamment, aux livres de Christel Petitcollin (mais il n'y a pas qu'elle qui a écrit des livres inspirants, cela dit, ses propos sont vraiment très précis, en tout cas, pour ce qui est des personnes hypersensibles comme moi). A mon humble avis, nous allons encore traverser des mois, voire peut-être des années compliquées au niveau sociétale mais il faut rester droit et patient comme le phare au milieu de la tempête.....On respire un bon coup, on positive et on attend que la tempête passe....

Je vous invite vraiment à lire ce second opus "Je pense mieux" même si vous n'êtes pas hypersensible/surefficient car très franchement, ses réflexions et ses citations de personnalités célèbres font totalement mouche à notre époque actuelle (août 2020) où il nous est même interdit de voir le sourire des gens dans la rue, au sens littéral du terme !...

Ma note : 18/20

Mon avis complet sur mon blog.
Lien : https://lespassionsdeviedefu..
Commenter  J’apprécie          10
"Je pense mieux" de Christel Petitcollin est un livre que mon entourage et l'un de me professeurs m'ont conseillé suite à mes crises d'hyperventilation et autres petits soucis sans cause vraiment apparente, il traite principalement le fait de savoir mieux gérer son cerveau, c'est assez psychologique.

J'avais eu l'occasion de parcourir le premier tome "Je pense trop", mais sans vraiment me rendre compte que je me retrouvais assez dans ce que je lisais.

On pourrait croire que ça risque d'être ennuyeux à lire, mais pas du tout. Madame Petitcollin explique tout en détails et avec beaucoup d'humour aussi, ce qui rend la lecture vraiment agréable.

Donc, malgré que je ne l'ai pas encore terminé, j'aime beaucoup cet ouvrage car je parviens maintenant à poser des mots sur mes ressentis, que ce soit au niveau de mon empathie très développée ou au fait que je pense tout le temps, je me rends compte que je suis loin d'être la seule et c'est plutôt rassurant, car je vais maintenant pouvoir résoudre certaines choses et apprendre à vivre avec d'autres.

Smileycat
Commenter  J’apprécie          00
Moins bon (nettement) que le premier (à savoir, Je pense Trop), cette suite ne tient pas vraiment ses promesses : c'est-à-dire qu'à la fin de la lecture, on ne sait toujours pas comment "penser mieux"...

De plus, l'autrice met ABSOLUMENT tous les "surrefficients" dans un même sac, même si elle a recours a de multiples "la plupart" et "souvent", et très vite, on se sent déconnecté des personnes qu'elle décrivait si bien lors du premier ouvrage.

Déçue, surtout par le passage sur l'autisme, qui peut prêter à beaucoup de confusions et faire penser aux surrefficients qu'ils le sont forcément. Or ce n'est pas du tout le cas.

Le seul passage qui me restera durablement en mémoire est le chapitre sur le jumeau perdu, qui me correspond parfaitement et a apporté des réponses comme rien auparavant n'a pu le faire
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Vous savez très bien faire cela avec les autres : repérer leur potentiel, leur permettre d’y avoir accès, les aider à le développer. Telle la bonne fée, marraine de Cendrillon, vous savez transformer les guenilles en robe de bal et les grenouilles en princes et princesses. Et vous ? Votre prince / princesse intérieur(e), comment vous en occupez-vous ? Etes-vous à votre service et aux petits soins pour vous-même ? Il est temps de vous réapproprier votre magnificence. Dites-le plusieurs fois et sentez que cela vous fait grandir et respirer plus amplement. Retrouvez le contact avec votre beauté, votre force, votre lumière personnelle. Comment ? Simplement e jouant à faire « comme si ». Si j’était en contact avec ma magnificence, si je m’aimais vraiment, que serais-je en train de faire ? De quelle façon suis-je actuellement cruel avec moi-même ? Utilisez le dialogue intérieur, les affirmations positives, les visualisations de votre moi brillant et puissant. Et surtout devenez patient et indulgent avec vous-même : il faut du temps pour se réapproprier sa propre magnificence et ne plus avoir peur de sa propre lumière ! L’idée, c’est de s’épouser soi-même et de se traiter comme le ferait un conjoint amoureux. Comme le disait une publicité pour des bijoux que j’aimais bien : « N’oubliez pas que vous êtes la femme de votre vie ! » C’est valable pour vous aussi messieurs, vous êtes l’homme de votre vie ! Alors, traitez-vous comme tels.
Commenter  J’apprécie          40
OBJECTIFS DE VIE

« Votre hyperémotivité est également composée d’hypersensibilité. Vous vous sentez heurté par beaucoup de choses, à titre personnel, mais aussi par ce qui se passe dans le monde.
Par exemple, la cause animale est une des causes qui vous bouleversent le plus et c’est bien normal, mais ne vous trompez pas de problème ! Renoncer à manger de la viande ou à porter des chaussures en cuir ne résoudra pas le problème de la maltraitance des animaux. Cette maltraitance se retrouve partout : dans l’abandon des animaux par des particuliers au moment des grandes vacances ; dans les spectacles de dauphins ou d’orques dans les parcs aquatiques ; dans les conditions de vie des zoos, qui rendent les animaux tristes, stressés et névrosés ; dans la condition des chevaux, prisonniers de box minuscules et solitaires alors que ces animaux ont besoin d’espace et de présence ; autant que dans les conditions d’élevage, de gavage et d’abattage. Il y aurait aussi beaucoup à dire sur la façon dont des maîtres immatures, même bien intentionnés, traitent leurs animaux de compagnie, avec anthropomorphisme, les habillant comme des poupées, les gavant de sucreries, les rendant obèses, les noyant de caresses pour combler leurs besoins de câlins exacerbés par leur incapacité à aimer les humains… Bref, mettre des bottes en plastique et des polaires en synthétique ne résout pas le problème de la cause animale et en crée d’autres : quelle biodégradabilité pour les bottes en caoutchouc et les vêtements en polaire ? Alors, si vous mettiez plutôt votre énergie à créer, après la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, puis celle des droits des enfants, une déclaration des droits des animaux, qui leur donnerait un statut légal et qui protégerait leur dignité et leur intégrité ?

Afin de ne plus être à vif, bouleversé par tout ce que vous voyez et entendez, il vous faut réaliser que vous ne pouvez pas être sur tous les fronts, ni épouser toutes les causes. Ne vous dispersez plus dans toutes les directions. Vous devez choisir en conscience et avec soin les balanciers auxquels vous avez envie d’adhérer et vous sentir libre de les quitter s’ils dévient de leurs objectifs premiers. Par exemple, vous pouvez adhérer au balancier du bio et/ou des médecines naturelles, et vous engager dans une action pour l’enfance ou pour la protection de la planète. Ce sera suffisant : c’est bien la base des flammes. Il vaut mieux choisir de donner ses énergies à quelques balanciers soigneusement sélectionnés, que de se les faire voler et dilapider par tous ceux qu’on croise dans une journée !

En choisissant votre mission de vie, en vous consacrant à ce que vous savez faire et ce que vous aimez faire, vous vous sentirez utile, à votre place et apportant votre pierre à l’édifice. Le besoin de mordre aux balanciers en sera grandement diminué ! La surefficience est en passe de devenir un balancier aussi. Prenez beaucoup de recul.

Savoir donner l’importance JUSTE aux choses (ni trop ni pas assez), c’est le travail de toute une vie.

Si je mets trop d’importance dans un projet, je provoque ma propre chute en générant des forces d’équilibrage trop puissantes.
Commenter  J’apprécie          10
En fait, les ultracompétents sont une plaie en entreprise. Imaginez un attelage de chiens de traîneau avec un cheval de course au milieu… Les ultracompétents cassent le rythme, bousculent les codes, brouillent les échelles de référence. C’est pourquoi on préférera toujours un employé médiocre, mais soumis, à un employé qui fait se sentir minables tous ses collègues et surtout son chef. La probabilité que votre chef ait atteint son seuil d’incompétence est élevée. Vous qui rêviez d’un leader charismatique, vous l’insécurisez, autant par votre manque de sens de la hiérarchie, qu’en étant meilleur que lui. Il faut aussi que vous compreniez que la motivation principale des gens au travail n’est pas le travail bien fait, mais le salaire et la possibilité de progresser dans la hiérarchie. Chacun a une idée très précise du barreau d’échelle qu’il vise et des moyens qu’il doit se donner pour l’atteindre. Votre refus d’entrer dans la compétition empêche vos pairs de vous situer dans la course à la promotion. Votre bonne humeur, votre brillance et votre fausse modestie énervent, d’autant plus qu’on a objectivement besoin de vous. Enfin, plus il y a de jeux de pouvoir dans une entreprise, plus celle-ci se déshumanise. La productivité devient très accessoire au regard de la possibilité d’écrabouiller un concurrent et de se faire valoir. Ordres et contre-ordres n’ont pas d’autre but que d’asseoir son pouvoir. Votre candide insistance à signaler tout ce qui dysfonctionne est perçue comme un plan diabolique pour torpiller des carrières.
Commenter  J’apprécie          30
Afin de ne plus être à vif, bouleversé par tout ce que vous voyez et entendez, il vous faut réaliser que vous ne pouvez pas être sur tous les fronts, ni épouser toutes les causes. Ne vous dispersez plus dans toutes les directions.

Vous devez choisir en conscience et avec soin (...) et vous sentir libre (...)
En choisissant votre mission de vie, en vous consacrant à ce que vous savez faire et ce que vous aimez faire, vous vous sentirez utile, à votre place et apportant votre pierre à l'édifice.
Commenter  J’apprécie          60
Malheureusement, malgré l'évolution des connaissances génétiques et neuroscientifiques de ces dernières années, la France reste le dernier bastion des psychanalystes dans le domaine de l'autisme.
Des médecins continuent à prendre en charge des enfants autistes sur la base de concepts freudiens ou lacaniens, totalement dépassés.
(...) C'est hallucinant qu'un pays doive aller jusqu'à créer une loi pour protéger les autistes des psychanalystes ! En attendant que la France rattrape son retard en matière de compréhension de l'autisme, ce terme va encore garder longtemps une connotation très négative.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Christel Petitcollin (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christel Petitcollin
Épisode 45 : Christel Petitcollin
Spécialiste de la PNL, Christel Petitcollin exerce depuis une trentaine d'années et donne des conférences à travers le monde. Grâce à ses différentes formations, dont l'hypnose, elle conseille ses lecteurs sur la communication, le développement personnel et la compréhension des mécanismes de la manipulation.
Découvrez son interview feel good, en vidéo !
Pour découvrir leur ouvrage "J'ai pas les codes" aux éditions Albin Michel, c'est par ici : https://bit.ly/3OJXieO
#ParolesdAuteurs #InterviewGibert #GibertMonLibraire #Gibert #Manipulation #PNL #Conférences
Retrouvez-nous sur Facebook : facebook.com/GibertOfficiel Nous suivre sur Instagram : instagram.com/GibertOfficiel
+ Lire la suite
autres livres classés : developpement personnelVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (338) Voir plus



Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
430 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..