AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782358878005
224 pages
La manufacture de livres (07/10/2021)
3.55/5   259 notes
Résumé :
Alors que la guerre vient de s’achever, dans les décombres de Berlin, Käthe et Gerd s’engagent dans la construction du monde nouveau pour lequel ils se sont battus. Ils imaginent un programme où les enfants des élites intellectuelles, retirés à leurs familles, élevés loin de toute sensiblerie, formeraient une génération d’individus supérieurs assurant l’avenir de l’Allemagne de l’Est. Mais, à l’ouest du mur qui s’élève, une femme a d'autres idéaux et des rêves de re... >Voir plus
Que lire après Ainsi BerlinVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (62) Voir plus Ajouter une critique
3,55

sur 259 notes
5
12 avis
4
27 avis
3
20 avis
2
3 avis
1
0 avis
Ce qu'il faut de nuit m'a tellement touché droit au coeur que j'ai ouvert presque timidement Ainsi Berlin. Ce n'est pas bon d'avoir trop d'attentes et de se dire qu'on va revivre la même superbe expérience avec un auteur, qu'il le faut. J'ai essayé de mettre de côté la très forte émotion ressentie à la lecture de son précédent roman pour aborder le plus virginalement possible son suivant.

Laurent Petitmangin a eu la grande intelligence de changer radicalement de décor, histoire d'éviter les comparaisons. de la Lorraine à Berlin de l'après-guerre, le dépaysement est total et parfaitement ancré dans une géographie qui va évolue, de la dévastation de la ville sous les bombardements alliés jusqu'à sa reconstruction sous la guerre froide, d'abord divisée en quatre zones d'occupation alliées puis en deux par le Mur érigé en 1961. Les descriptions urbaines sonnent toutes très justes.

Ce décor d'un Berlin coupé en deux se fait le miroir de l'intrigue, resserrée autour d'un narrateur tiraillé entre deux femmes puissantes et déterminées, toutes deux énergiquement mues par une conviction idéologique inébranlable. C'est l'heure des choix pour Gerd, résistant communiste allemand de la première heure. Mais il est complètement dépassé par le vent nouveau qui souffle, par le bulldozer dictatorial qui se met en place à l'Est avec son cortège d'espionnage, d'endoctrinement, de répression et de broyage de vies. Sa compagne Käthe, elle, est parfaitement à l'aise, dure, rigide, obsédé par la doxa communiste ; alors que l'américaine Liz qui oeuvre à l'Ouest le séduit par sa joie de vivre et sa pétillance. le duo polaire Liz / Käthe répond à la dichotomie Ouest / Est. Ce parallèle est sans doute un peu facile, mais ça fonctionne très bien.

L'auteur a un talent évident pour sonder les nuances et les contradictions de la condition humaine. Gerd est un héros assez falot, pas nécessairement attachant au départ. Et pourtant, on s'y attache sans même sans rendre compte, car la construction narrative avance très subtilement autour de thématiques fortes ( paternité et filiation, conflit entre les sentiments et la conviction politique, les mêmes que dans Ce qu'il faut de nuit ) pour décrire en filigrane un personnage terriblement humain par les doutes qui l'habitent et les failles qui se creusent en lui à mesure qu'il découvre les ambiguïtés des deux femmes de sa vie à travers le programme Spitzweiler, un projet consistant à créer à l'Est une pouponnière pour enfants supérieurement intelligent nés de scientifiques afin de les endoctriner pour en faire des vitrines de la RDA.

Le récit coule avec une fluidité impeccable avec toujours ce sens de l'épure romanesque, particulièrement visible dans la maitrise des ellipses temporelles ( sur plusieurs décennies ) dont le nombre ne heurte jamais le cheminement des personnages ni la compréhension des personnages ni celle de l'époque. Jusqu'à un vibrant épilogue à la dramaturgie assumée. La plume peut sembler très simple mais elle est juste élégamment sans esbroufe, resserré sur l'humain et un certain désenchantement inhérent à sa condition.
Commenter  J’apprécie          1242
Berlin, ville martyre, sacrifiée, anéantie du déployer toute son énergie pour renaître de ses cendres.
Après-guerre, Berlin n'est plus qu'un vaste champ de ruines.
La première fois que je suis allée à Berlin, c'était en 1989, six mois avant la chute du mur. Je me souviens encore, pourtant 30 ans après lafin de la guerre, des espaces no man land au milieu de Berlin , des murs portant des impacts de balle.
Laurent Petitmangin réussit parfaitement à rendre cette atmosphère de ce Berlin dévasté.
Ainsi quand il évoque les "Trümmerfrauen, les femmes des ruines. Qui allaient des années durant nettoyer les décombres, récupérer les briques des immeubles détruits.. Les tas étaienta comptés et chaque soir ces femmes recevaient de quoi survivre".
Le roman s'articule autour de trois personnages dont l'homme appelé : Gerd est le pivot central.
C'est un résistant communiste, il va devenir après-guerre avec une jeune allemande : Kathe dont il est très épris ,deux jeunes cadres du Parti qui vont aider à créer l'état de la RDA en 1949.
Pour cela, ils vont s'attacher à créer et fonder une élite de jeunes gens nés de chercheurs et scientifiques qui assureront l'avenir de la RDA.
Gerd fait aussi la connaissance d'une autre femme, une américaine dénommée Liz qui exerce une réelle fascination pour lui.
Berlin,devient le miroir de ces deux femmes, associés à l'est et à l'ouest, entre lesquelles Gerd se cherche.
Laurent Petitmangin avait beaucoup de finesse et de justesse va nous dresser l'histoire dans L'Histoire de ces trois personnages, nous entraînant dans l'espionnage et le contre-espionnage qui il faut bien dire enveloppe tout le roman.
C'est un livre facile à lire et qu'on lit d'une traite. Un bon moment de lecture à associer pour ceux que l'Histoire de L'Est intéressent à un autre très beau roman de Maxime Léo : Histoire d'un allemand de l'est.
Commenter  J’apprécie          664
Juste après la seconde guerre mondiale, à Berlin des réseaux s'organisent alors que la frontière infranchissable qui sépare Berlin en deux se fait de plus en plus étanche.


Le narrateur semble avoir pour rôle de recruter des têtes pensantes dans un groupe d'élites, mixte, ce qui aboutira lors de leurs réunions dont on ne voit pas trop le but, à créer des couples avec une descendance qui sera mise à l'écart et destinée à une éducation haut de gamme.

Gerd est en relation avec une allemande Käthe, et une américaine Liz , dont les buts semblent opposés. Pris entre deux feux, il tombe dans quelques pièges grossiers, qui coûteront la vie à des enfants innocents.

Voilà ce que j'ai cru comprendre de ce roman étrange, où je me suis perdue entre espionnage et contre espionnage, et j'ai surtout failli mourir d'ennui. On ne retrouve absolument pas l'émotion de Ce qu'il faut de nuit qui m'avait totalement embarquée, et il est difficile de s'attacher à ces personnages.

Deuxième rendez-vous raté, mais je mise néanmoins sur une troisième rencontre.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          711
Faisons court : tout a été dit , j'avais beaucoup aimé le premier livre de l'auteur .
Ce deuxième roman , au contexte historique très intéressant confirme la simplicité tout en finesse et sensibilité de Laurent Petitmangin : chapitres courts, plume simple , acérée , sans effet de manche , une histoire à la fois simple mais des plus complexes alors que la guerre vient de s'achever dans ce Berlin aux multiples facettes..
Gerd croit en l'avenir radieux de l'Allemagne de l'Est . Lorsque Kate , une jeune femme forte avec laquelle il entretient une liaison débute un programme visant à protéger au sein de la nation, les esprits les plus brillants , il est à ses côtés .
Mais il rencontre Liz, une américaine , vivant à Berlin - Ouest , la force de ses convictions va t- elle vaciller ?
Gerd sera écartelé entre deux femmes dans un monde où il fallait à tout prix choisir son camp , à cette époque l'entre - deux n'était pas possible….

Les personnages sont bien cernés , le choix cornélien entre des idéaux et des sentiments sur fond de guerre froide mené avec finesse ….La narration intelligente : espionnage , contre- espionnage dans un Berlin en ruines , double jeu , double lecture des faits , romantisme sans sensiblerie , nuances et contradictions de l'âme humaine ….
Un combat éternel mené contre soi jusqu'à la fin …..
Pari réussi !
Une histoire éclairante moderne et vivante à travers des témoins de leur époque !
Un auteur lorrain à suivre !
Commenter  J’apprécie          613
J'avais beaucoup aimé le premier roman de l'Petitmangin "Ce qu'il faut de nuit". Donc quand j'ai vu que son deuxième roman était disponible à la bibliothèque, j'en ai profité et je l'ai emprunté.
L'auteur a choisi de changer complètement de thématique, ce qui peut être un pari risqué, mais qui est un plus selon moi.
.
Ici on part à Berlin, à la fin de la seconde guerre mondiale, assister à la création de la RDA.
J'ai aimé l'histoire, son trio de personnages. Un petit bémol : je pensais que le livre allait s'attarder sur cette école pour "créer" des génies en sciences fondée par la RDA. En fait le roman est axé sur l'espionnage et les questionnements du personnage central qui ne sait plus où il en est (trahit-il en faisant cela ? Et trahir qui ou quoi ?).
Encore une fois, comme avec son premier roman, on est dans les questionnements psychologiques, les états d'âme....
Personnellement j'ai aimé, mais je peux comprendre que cela ennuie.
Je pense continuer à suivre l'auteur !
Commenter  J’apprécie          482


critiques presse (1)
OuestFrance
08 janvier 2022
L’histoire si tourmentée du Berlin de cette époque, ville écartelée entre l’Ouest et l’Est, un sujet à lui tout seul, Laurent Petitmangin la laisse habilement au second plan, comme un décor historique et tragique.
Lire la critique sur le site : OuestFrance
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Et dans ce Berlin d'après-guerre, quoiqu'on voulût, il y en avait peu de ces résistants, davantage un peuple exténué par les dernières années, pris de dégoût et de honte pour les plus lucides, comprenant que rien,jamais rien, n'effacerait cette faute qui ne cessait d'empirer au fur et à mesure des jours et du retour des camps, et qui touchait désormais au sordide, un peuple ainsi damné pour le siècle à venir..
Commenter  J’apprécie          242
La RDA, ma patrie. Elle, qui avait juré mémoire éternelle contre la barbarie, vigilante à ne jamais renouveler les erreurs du siècle, continuait à m'émouvoir. Allemands, nous nous étions élevés contre des Allemands : nous avions refusé la simple loi de la terre, les liens de sang trop faciles, et avions su trouver de nouveaux frères, voilà comment s'était construit ce pays, il y avait de quoi en être fier, au-delà de tout ce qu'on pouvait lui reprocher.
(p. 160-161)
Commenter  J’apprécie          110
[ 1946 - deux jeunes résistants de Berlin ]
Les sessions à Moscou nous confortèrent dans l'idée d'un temps nouveau, chargé de tous les possibles, de quelques inquiétudes aussi. Nous n'étions pas russes, nous parlions fort peu la langue, juste assez pour un toast ou saluer les camarades le matin, et nous restions partagés sur ce pays trop grand dont nous soupçonnions la brutalité, malgré l'accueil toujours joyeux qui nous était réservé. Nous n'étions pas russes, et depuis la guerre, plus allemands.
(p. 25)
Commenter  J’apprécie          90
Malgré toute ma défiance, et mon dégoût parfois, j'étais de plus en plus fasciné par ce Berlin-Ouest, sûr de lui, arrogant au possible, désormais si prompt à se relever [fin 50's, début 60's]. J'en voyais tous les laissés-pour-compte, je les repérais mieux que quiconque, ces hommes et femmes sacrifiés parce qu'ils n'arrivaient pas à suivre le rythme, ou simplement parce qu'il fallait des perdants. Il y en avait sur chaque trottoir. J'avais beau me convaincre que cette société était viciée et qu'elle ne faisait qu'attiser le drame prochain en laissant ses pauvres à la rue quand elle gâtait ses riches au-delà de toute raison, je retombais en enfance sur ces grands boulevards ressortis de terre de tous leurs feux, avec leurs beaux lampadaires, le dais des hôtels, et les vitrines bien garnies.
(p. 108-109)
Commenter  J’apprécie          50
Elle tirait sur les tiges comme une forcenée. Sa passion du tabac était récente, je trouvais que ça lui allait plutôt bien, elle fumait comme un garçon, en coinçant la cigarette de tous les doigts, un geste qui aurait été laid et vulgaire chez toute autre fille, pas chez elle.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Laurent Petitmangin (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Petitmangin
À l'occasion de la 45ème édition du festival "Le livre sur la place" à Nancy, Laurent Petitmangin vous présente son ouvrage "Les terres animales" aux éditions la Manufacture de livres. Rentrée littéraire automne 2023.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2886497/laurent-petitmangin-les-terres-animales
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : berlinVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (453) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3656 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..