AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791025105412
Éditeur : French Pulp Éditions (11/04/2019)

Note moyenne : 4.65/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Un roman noir glaçant, pour ne jamais oublier.
L'histoire d'un homme qui a vu la construction et la libération du plus grand camp d'extermination de femmes du IIIème Reich, un homme qui a vécu des deux côtés des barbelés et qui a eu la vie sauve grâce à son art.
Gunther, jeune allemand opposé au régime nazi, excelle dans l'art du dessin.
Il se retrouve promu illustrateur officiel du camp de Ravensbrück, son œil d'artiste interprète la vie et s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  20 octobre 2019
J'avais quitté Stanislas Petrosky avec le réjouissant prêtre déjanté, Requiem, et une écriture truculente à la Frédéric Dard.
Changement d'écriture, de style, de braquet. Fini de rire avec ce roman «  devoir de mémoire » dont on sent à quel point il tient à coeur à l'auteur.
Ce dernier s'est plongé dans l'histoire du camp nazi de Ravensbrück, 80 km au Nord de Berlin, fonctionnant de 1939 à 1945, un camp de concentration réservé aux femmes : 132.000 déportées ( dont les Françaises résistances du Panthéon, Geneviève Anthonioz - De Gaulle et l'ethnologue Germaine Tillion, entre autres ) surtout Polonaises, 90.000 y meurent.
L'ultra documentation est judicieusement utilisée, sans lourdeur ou sans effet plaqué. Cela permet à l'auteur d'apporter de la profondeur contextuelle à son propos en décrivant toute l'horreur du camp : les sévices ordinaires, les expériences médicales sur l'efficacité des sulfamides dans le traitement des blessures de guerre, les mutilations qui en découlent, le camp d'enfants, les fours crématoires, la chambre à gaz à partir d'automne 1944. Les personnages «  secondaires » du roman ont tous existé : l'intendant du centre industriel Gustav Binder, la gardienne sadique Maria Mandl ou l'effrayant médecin Karl Gebhardt.
Rien n'est édulcoré dans ce roman, ni dans l'écriture qui donne à voir, à sentir, à trembler, à vomir, ni dans le choix des anecdotes, terribles. Au contraire, Stanislas Petrosky y va à fond en faisant le choix d'un personnage qui lui permet d'explorer le mal en face, sans oeillère, les yeux dans les yeux : son narrateur, Gunther, jeune Allemand enrôlé de force par son père comme travailleur pour l'armée allemande. Même s'il ne partage pas les idées nazies, il se retrouve contraint à construire le camp puis à traverser son histoire en tant qu'illustrateur «  officiel » une fois que ses talents de dessinateurs sont repérés par les administrateurs du camp. 
Il est L Oeil, celui à qui les SS demandent un dessin « souvenir » ou «  trophée » de leur crime dans un orgueil de bourreau délirant. Celui qui est subi, qui est lâche, celui qui se pose des questions en permanence : pourquoi tombe-t-il amoureux dans ce lieu maudit ? Est-il en train de s'habituer à cet enfer ? Perd-il tout sens moral se laissant contaminer par le système concentrationnaire ? Ce personnage est d'autant plus passionnant qu'il entreprend le projet d'être le témoin de toute cette barbarie lorsque la guerre sera finie.
«  Je pris conscience qu'ici, je dessinerais beaucoup plus de cadavres que de femmes vivantes. J'étais hanté par l'idée que ces femmes qui mouraient par centaines dans l'anonymat avaient eu une vie, une famille, des amis qui les avaient aimées. C'était comme si elles s'évanouissaient dans la nature. Plus aucune trace d'elles sue terre. Je décidai de rendre mes dessins les plus réalistes possible, autant pour garder un souvenir de ces personnes qui tombaient dans l'oubli, que dans le but de mettre mal à l'aise ceux qui seraient appelés à regarder ces visages et ces corps torturés. A partir de ce moment, j'ajoutai de la couleur à mes croquis, afin de les rendre plus vrais encore, j'avais l'impression de leur donner de la vie. (...) je voulais que l'on soit aussitôt frappé en regardant mes dessins, que l'horreur des scènes saute aux yeux, alors je ne donnai couleurs qu'au sang, à la maladie, aux coups et à la pourriture. »
De nombreuses scènes sont terrifiantes et insoutenables, il y en a beaucoup, ça secouent. Je me suis posée la question de la nécessité d'en mettre autant, sans avoir de réponse immédiate. C'est rare un tel réalisme, même sur un sujet aussi difficile ( et j'ai lu énormément sur la Shoah ). J'ai donc décidé sagement de laisser reposer cette lecture et un mois après, je me dis que l'auteur est parvenu à trouver un équilibre de funambule, toujours sur le fil du pathos et du gore mais sans s'y goberger, avec sincérité. Au final, les images de ce roman resteront imprimées en moi. Devoir de mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          795
bibiouest
  02 mai 2019
L'auteur de Requiem, ce prêtre exorciste que nous sommes nombreux à suivre, dont l'écriture légère, dynamique et drôle me ravit, est un être multiple, comme tout un chacun il a sa part d'ombre.
Voici donc «Ils étaient vingt et cent», un roman-témoignage poignant sur le tristement célèbre camp de Ravensbrück.
Je ressors de ce livre bouleversé et en colère, comme à chaque fois que je lis un «grand» livre traitant de ce sujet. Car c'est un grand livre, l'horreur des camps y est retranscrite «formidablement», merci M.petrosky il pleut sur mes lunettes quand je vous lis...
Quand on pense que prés d'un quart des jeunes Français ans ne savent pas ce qu'est la Shoah, je suis en colère surtout que la bête n'est pas morte elle est là tapis prête à ressurgir, souvenirs, attention, danger.
Commenter  J’apprécie          869
lolols28
  20 juin 2019
Un livre qui porte bien son titre, aussi troublant que la chanson de Ferrat. Magnifique, le journal ou le bilan d'un vieil homme, qui se fait un devoir de raconter son parcours en camp comme illustrateur, un allemand qui par sa bonté et son amour de la vie portera le pyjama rayé. on vit avec lui son impuissance face à la barbarie, sa peur, son amour et enfin sa tristesse et son impossibilité à vivre l' "après". On en oublie que c'est une fiction, l'auteur a vraiment su se glisser dans la peau de Gunter avec brio!!
Commenter  J’apprécie          530
Julitlesmots
  20 septembre 2019
Je suis ressortie complètement vidée par cette lecture et révoltée.
Un livre troublant, comme la chanson de Ferrat, qui malgré les années qui passent, demeure un hymne à la mémoire.
L'horreur des camps y est criante de vérité au point que je n'ai pu retenir mes larmes. Un livre à mettre entre toutes les mains, pour ne jamais oublier, surtout en ces périodes où il suffit de peu pour que l'être humain rebascule dans l'horreur.
Gunther a 99 ans et partage ce qu'il a vécu il y a 80 ans. Il ne doit sa vie sauve qu'a la pointe de son fusain, en dessinant les horreurs qu'il côtoie. Il a connu la construction et la libération, du camps de Ravensbrück, le plus grand camps d'extermination de femmes du IIIème Reich.
A aucun moment on ne pense que c'est une fiction, tellement l'auteur a donné vie à l'horreur.C'est poignant, dur, horrible, mais nécessaire.
Un témoignage-fiction d'une grande intensité, bouleversant, révoltant…

Lien : https://julitlesmots.com/201..
Commenter  J’apprécie          520
coquinnette1974
  18 novembre 2019
Autre roman dévoré grâce à French Pulp Éditions : Ils étaient vingt et cent... de Stanislas Petrosky.
Gunther, jeune allemand opposé au régime nazi, excelle dans l'art du dessin.
Il se retrouve promu illustrateur officiel du camp de Ravensbrück, son oeil d'artiste interprète la vie et surtout la mort....
Ils étaient vingt et cent... est un roman noir glaçant, pour ne jamais oublier ce qui s'est déroulé dans les camps de concentration, il n'y a pas si longtemps que ça.
J'ai découvert Stanislas Petrosky avec sa série Requiem, où il excelle dans l'humour noir. Quelle surprise de le retrouver avec un roman certes noir mais surtout chargé en émotion et en histoire.
Nous découvrons un jeune allemand qui va faire son service militaire dans le camp de Ravensbrück. Il participe à la construction du camp, sans savoir à quoi serviront les bâtiments. Il a un bon coup de crayon et grâce à cela, il va devenir l'illustrateur officiel du camp. Il ne participe pas aux horreurs mais il les voit et c'est déjà beaucoup.
Il veut en montrer le plus possible alors il dessine beaucoup de choses et les cache avec pour idée de les montrer au monde entier.
J'ai été très touchée par ce roman. J'ai lu énormément d'ouvrages (romans et témoignages) se déroulant lors de la seconde guerre mondiale, y compris dans le camp de Ravensbrück.
Ce qui original ici c'est qu'on découvre le point de vue d'un jeune allemand, là sans avoir rien demandé. Nous avons tendance à penser que tous les allemands étaient des SS dans l'âme et ont souhaités la guerre. Il est facile de faire un tel raccourci. Or, beaucoup d'allemands n'ont rien demandé et n'étaient pas plus d'accord que nous français pour la vivre, cette guerre !
Il est donc intéressant de lire le point de vue d'un jeune homme qui est du mauvais coté de l'histoire.
Dès le départ, nous savons que Gunther aura la vie sauve car il fête son anniversaire au début du roman.. et il a atteint un grand age. Cela n'est pas choquant car quelque part c'est lui aussi une victime, il a certes vu mais il n'a pas participé. Et il aura du vivre toute sa vie avec le souvenir des horreurs qu'il a vu.
C'est un roman extrêmement bien ficelé et très réaliste, qui m'a beaucoup touché. Il est de toute façon difficile de rester indifférent face à ce genre de lecture.
Pour moi, Ils étaient vingt et cent... de Stanislas Petrosky est vraiment à lire, en espérant que de telles horreurs ne se reproduisent jamais.
Ma note : 5 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
lolols28lolols28   19 juin 2019
Mes larmes coulaient et je les laissais tomber sur mon esquisse. Elles m'aidaient, je m'en servais pour estomper, diluer les gris. Du doigt j'étalais mon dégoût des hommes.
Commenter  J’apprécie          232
thedocthedoc   07 octobre 2019
C'est pour ça que j'ai voulu tout raconter, que vous sachiez. J'ai lu, dans "Le Monde", que 51 % des lycéens ignorent la signification du mot "Shoah", maintenant, vous pouvez leur expliquer, il reste encore quelques survivants...
N'oubliez jamais que la bête n'est pas morte, elle dort, son sommeil n'est pas si profond... Prenez garde à ce que personne ne la réveille...
Commenter  J’apprécie          91
Cathy74Cathy74   22 août 2019
Contrairement aux autres camps de concentration et d'extermination, le commandement de Ravensbrück "cachait" la plupart des assassinats. Dans les autres KZ, c'était sans aucune discrétion que les détenus étaient abattus. A Ravensbrück de l'extérieur, on ne se doutait de rien. Il fallait pénétrer dans cet enfer pour comprendre ce qui s'y passait réellement. Le but de cette mascarade était simplement de ne pas créer la panique chez les groupes industriels présents dans le camp. Certains, très appréciés dans l"économie du pays, n'auraient pas apprécié de savoir comment on traitait les prisonnières qui travaillaient pour eux. Même en temps de guerre, on pensait à son image de marque. Et il ne fallait surtout pas paralyser l'Allemagne en ces temps de conflit. Alors on masquait la vérité, on essayait de faire croire qu'ici ce n'était pas un camp d'extermination, mais un camp de travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Amandine49Amandine49   01 juillet 2019
J’ai lu, dans le journal Le Monde, que 51% des lycéens ignorent la signification du mot « Shoah », maintenant, vous pouvez leur expliquer, il reste encore quelques survivants…

N’oubliez jamais que la bête n’est pas morte, elle dort, son sommeil n’est pas si profond…Prenez garde à ce que personne ne la réveille…
Commenter  J’apprécie          40
boulou7797boulou7797   19 juin 2019
« Chaque soir moi qui voulais tant fermer mon esprit aux horreurs quotidiennes, moi qui espérais dormir pour tenter d’effacer ces images abominables, je devais m’imprégner de tout cela encore et encore, pour finir mes dessins, puis les recopier en gardant les mêmes émotions qu’ils suscitaient. J’étais seul avec mon désespoir. Seul face au papier sur lequel j’avais couché les ignominies de ces savants fous. Mes larmes coulaient et je les laissais tomber sur mes esquisses. Elles m’aidaient, je m’en servais pour estomper, diluer les gris. Du doigt j’étalais mon dégoût des hommes.».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Stanislas Petrosky (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stanislas Petrosky
Les 15 et 16 juin 2019 auront lieu la 11ème édition du salon international du livre de poche Place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés organisée par la librairie La Griffe Noire et la ville. Le libraire Jean-Edgar Casel vous présente quelques informations de l'édition 2019...
Les carats de l'Opéra - Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma de Jacques Saussey aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/1004267-nouveautes-polar-les-carats-de-l-opera---les-nouvelles-enquetes-de-nestor-burma.html
Les Nouvelles enquêtes de Nestor Burma - Crime dans les Marolles Nadine Monfils aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/142047-nouveautes-polar-les-nouvelles-enquetes-de-nestor-burma---crime-dans-les-marolles.html
Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma - Les Belles de Grenelle Michel Quint aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/?fond=recherche
Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma - Terminus Nord (02) Jerome Leroy aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/110738-nouveautes-polar-les-nouvelles-enquetes-de-nestor-burma---tome-2-terminus-nord.html
Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma - Les loups de Belleville de Serguei Dounovetz aux éditions French Pulp
Un Havre de paix de Stanislas Petrosky aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/110739-polar-livres-de-poche-un-havre-de-paix.html
Les Conquérantes - tome 1 Les Chaînes (1890-1930) (01) de Alain Leblanc aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/77859-polar-livres-de-poche-les-conquerantes---tome-1-les-chaines-1890-1930---vol01.html
Les Conquérantes - tome 2 La Résistance (1930-1960) (02) de Alain Leblanc aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/117743-divers-litterature-les-conquerantes---tome-2-la-resistance-1930-1960.html
L'Affaire Rose Keller - tome 1 Les crimes du Marquis de Sade de Ludovic Miserole aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/124185-divers-litterature-l-affaire-rose-keller.html
Les Filles du panier - tome 2 Les Crimes du Marquis de Sade de Ludovic Miserole aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/147766-romans-historiques-les-filles-du-panier---tome-2-les-crimes-du-marquis-de-sade.html
ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : shoahVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
944 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

.. ..