AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781090090737
Steinkis Editions (06/05/2015)
3.05/5   21 notes
Résumé :
La chambre froide des « Pompes funèbres Leonidas » est en panne.
Dans la fournaise de Thessalonique, impossible de garder les corps en ville.
Le croque-mort va donc devoir veiller deux nuits durant la dépouille d’un homme dont on attend la fille pour les funérailles.
Impossible de fermer l’œil…
Que lire après Le croque-mortVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Avant toute chose je remercie Babélio et les éditions Steinkis pour cet envoi lors de la dernière opération de masse critique.
Cette bande dessinée me faisait très envie.
J'ai craqué sur la couverture d'abord : sur ce visage d'homme en pleine page, et aussi sur le titre, qui indiquait une histoire sortant des sentiers battus.
Un homme, travaillant dans un établissement de pompes funèbres, va devoir veiller sur un cadavre durant deux jours, en attendant que la fille de ce dernier arrive de l'étranger.
J'ai aimé cette histoire originale, le graphisme et les couleurs chaudes, mais je ressors de cette bande dessinée un peu déçue.
Déçue car l'histoire est un peu rapide, que les personnages manquent d'épaisseur, surtout les personnages secondaires, qu'on aurait envie de suivre un peu plus longtemps, et ce souci d'économie des mots donne finalement à l'ensemble un goût d'inachevé.
J'aurais aimé en apprendre un peu plus sur les personnages; cette tranche de vie, ces deux jours, sont beaucoup trop courts et le peu de texte traduit bien certaines émotions, mais nous laisse sur une sensation de bande dessinée pas totalement aboutie.
Il n'aurait pas fallu grand-chose pour que ce soit un coup de coeur, dommage...
Commenter  J’apprécie          290
Leftéris vit seul dans un appartement de Thessalonique. Un soir, alors qu'il est en train de préparer son repas, le téléphone sonne. C'est son patron. C'est urgent. Il doit venir immédiatement aux pompes funèbres Léonidas. Car Leftéris est croque-mort. Il va devoir veiller le corps d'un vieil homme qu'on n'a découvert qu'un mois après son trépas. Sa fille habite loin. Il faut qu'on la trouve avant de pouvoir organiser l'enterrement.
Sur la couverture, un visage en gros plan. Celui d'un homme qui ressemble un peu à Victor Hugo. Ses joues et son menton sont recouverts d'une barbe blanche. La moustache taillée en arc de cercle, les yeux chassieux lui donnent un air triste. C'est ce qui frappe au premier abord. Cet homme exerce un métier dont on ne parle pas souvent, ni dans la littérature, ni même dans la vie : croque-mort. Alexis, le neveu du patron dit : « Avant, je pensais que les croque-morts étaient des gens bizarres (…) Tout le monde regarde mon oncle de travers dans la famille. Moi, je ne pourrais pas faire ce métier-là toute ma vie. » Et pourtant, comme il le fait remarquer un peu plus loin, « C'est pas contagieux, la mort. »
L'histoire est simple et courte (47 planches). Elle mêle réalisme et fantastique, bien qu'on ne sache pas vraiment si le mystérieux épisode vécu par Leftéris lors de sa nuit de veille est réel ou s'il s'est endormi malgré lui et l'a rêvé.
Il y a assez peu de dialogues, la majeure partie du récit est muette. Lors du passage irréel, les paroles du vieil homme s'inscrivent en capitales blanches qui ressortent sur le fond, alors que les mots prononcés par le héros sont emprisonnés dans un phylactère. Deux mondes s'opposent.
Bon nombre de vignettes présentent des gros plans sur les visages des protagonistes. En fin de volume, un dossier de cinq pages nous fait découvrir le travail du dessinateur. Il nous ouvre son carnet de croquis où il nous dévoile les essais réalisés pour capter chaque caractère.
Il précise qu'un ami l'a aidé en parcourant l'agglomération de Thessalonique afin de lui apporter des clichés originaux lui permettant de camper les décors.
Nous allons vivre principalement les deux nuits de la veillée. Les fonds sont uniformes : ocre ou bleutés. Soudain, une page entière est recouverte par un dessin qui plonge le lecteur dans une sensation de solitude frappante : à l'avant-plan, un cercueil, au milieu, dans une sorte de petite guérite, Leftéris, la cravate desserrée. Tout autour, rien que des arbres.
Le passage onirique se décline dans une dominante de vert et de rouge. A la fin de cette expérience, un immense paysage couvre les deux pages. le ciel commence à s'éclaircir. Tous les immeubles sont envahis de petits points lumineux : partout, les habitants se réveillent. Ils allument la lumière. Et bien loin d'eux, de leur agitation, de leur quotidien, Leftéris n'est qu'une silhouette sombre, de dos, perdue dans sa réflexion. L'objet de celle-ci, le cercueil, est vivement éclairé par un unique lampadaire. L'impression qui se dégage est à la fois grandiose et poignante.
Leftéris est touchant. On le sent triste, désemparé, délaissé. On le suit dans sa routine : courses à la supérette, quelques mots échangés avec le vieux gérant impotent, préparation maniaque du repas. Il compte un à un les petits pois (ou les lentilles) qu'il s'apprête à cuire. Une conversation téléphonique avec sa femme et sa fille qui vivent apparemment loin de lui, serre le coeur. Finira-t-il comme le « client » qu'il doit veiller ? Tellement abandonné qu'on ne découvre son cadavre qu'un mois après le décès ?
J'ai beaucoup aimé cette bande dessinée qui m'a pourtant laissé un sentiment de tristesse et d'amertume.
Je remercie chaleureusement l'opération Masse critique et les éditions Steinkis qui me l'ont offerte.
Commenter  J’apprécie          60
J'ai bien apprécié cette bande dessinée et je suis contente de l'avoir lue. Elle est originale. Hé oui, à quoi pouvais-je m'attendre en lisant le résumé ? Un croque-mort qui va devoir veiller sur la dépouille d'un homme à cause de la panne de la chambre froide. C'est un peu nébuleux et je me suis vite demandé ce que cette intrigue cachait.

Je ne peux pas dire qu'elle est très gaie, au contraire, je dirais même. Quand on apprend à connaître le personnage principal, on découvre quelqu'un qui est assez solitaire et qui semble avoir quelques problèmes dans la vie. Je ne sais même pas comment bien le décrire parce que malgré le fait de le suivre durant cette cinquantaine de pages, à la fin, je ne sais encore quasi rien sur lui. Il est très mystérieux mais j'ai l'impression que c'est une personne généreuse et seule qui fait son petit bonhomme de chemin. Il semble gentil. Pour les personnages qui l'entourent, là je n'en sais pas beaucoup plus non plus. On ne les voit pas beaucoup et les moments où ils apparaissent ne nous apprennent pas grand chose sur leur vie. Vous allez me dire mais alors on connaît quoi dans cette histoire ? Hé bien tout et rien. Elle est pas belle ma réponse ? Et pourtant c'est cela. Je pense que la part de mystère des "héros" de cette bande dessinée y a tout à fait sa place. L'important c'est l'histoire pour moi car en la lisant bien, on saisit un message important. Elle nous fait réfléchir, en tous cas pour ma part, sur la vie, la mort, la famille etc... Je ne veux pas vous en dévoiler de trop car je pense qu'il faut la lire pour comprendre et pour décoder soi-même . Je dis juste que l'intrigue est bien amenée et qu'elle et ses personnages permettent d'avoir un ouvrage très intéressant.

En ce qui concerne les dessins, ils correspondent parfaitement à l'histoire, à son ambiance, à son décor. Ils sont parfaits et très bien réalisés. Je n'ai pas spécialement de coup de coeur pour eux mais je ne vois pas d'autres illustrations possibles pour cet ouvrage tant cela colle. C'est un tout.

En résumé, si vous voulez rire ou pleurer, ce n'est pas le but de cette bande dessinée. Il faut la lire pour savoir le message que les auteurs essaient de faire passer et je vous la conseille. Ce n'est pas ce que j'ai l'habitude de lire mais cela m'a bien plu.

Je remercie Babelio et les éditions Steinkis pour cette découverte.
Lien : http://lecturesmagiquesetfee..
Commenter  J’apprécie          110
Quelle étrange BD...
Une parenthèse dans la vie d'un croque-mort, en Grèce.
Cet homme se trouve dans l'obligation de faire la veillée du corps d'un homme mort depuis un mois, pendant deux jours. Et comme la chambre froide est en panne, il s'acquittera de sa tâche en pleine campagne.
L'air de rien, cette courte expérience va amener cet homme entre deux âges à s'interroger sur son quotidien, sur sa vie et ses priorités.

Très peu de texte dans ce court one-shot. Un rythme volontairement lent, un côté désenchanté et touchant. le dessin d'Athanassios Pétrou apporte beaucoup de finesse et de subtilité au récit, tout ce qui n'est pas dit est discrètement suggéré, sans excès ni fioriture. Un travail d'orfèvre au niveau des expressions et des postures.
Je regrette que le portrait qui y est fait de la Grèce d'aujourd'hui soit trop flou, trop axée sur le parallèle avec cet homme vieillissant et solitaire.
Je suis restée sur ma faim...
Commenter  J’apprécie          90
Un dessin et des lumières qui m'ont immédiatement séduits mais des personnages qui ont manqué un peu de profondeur pour que l'histoire puisse me charmer pleinement.
Un album idéal pour une fin de week end
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (3)
BulledEncre
07 septembre 2015
Une histoire assaisonnée à l’étrange, dont on suit volontiers le vieux héros.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD
18 juin 2015
Un album intense aux accents métaphoriques.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest
29 avril 2015
Finement écrit et exécuté, Le croque-mort se démarque grâce à sa profonde humanité et une certaine ironie.
Lire la critique sur le site : BDGest

Lire un extrait
autres livres classés : thessaloniqueVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus

Lecteurs (31) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5220 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}