AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Terje Sinding (Traducteur)
EAN : 9782842422004
170 pages
Éditeur : Éd. Circé (29/09/2005)
4/5   7 notes
Résumé :

Dans la nuit du 6 au 7 avril 1990, un incendie sedéclare à bord d'un ferry assurant la traversée entre la Norvège et le Danemark. L'écrivain Arvid Jansen y perd ses parents et deux de ses frères. Six ans plus tard, après une nuit de beuverie, Arvid se réveille dans le centre d'Oslo avec un black-out total. Entre-temps sa vie s'est délitée : sa femme l'a quitté, on lui a refusé la garde de ses fil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Bookycooky
  05 août 2017
J'aime énormément la littérature nordique classique et contemporaine et Per Petterson en est pour moi une des grandes figures. Un homme simple, autodidacte, dont le goût de la lecture lui vient d'une mère lectrice avide, une éducation littéraire qu'il parfait par la suite dans la librairie où il travaille. Celui-ci est son cinquième livre que je lis, un livre largement autobiographique.
Le narrateur Arvid Jansen dont l'auteur dit, " il n'est pas mon alter-égo, mais mon cascadeur, il fait tout ce que je fait , mais de manière plus excessive et en plus condensée " est un écrivain à la dérive, autant côté vie privée, qu'écriture. Il se retrouve un beau matin, sale, ivre, deux côtes cassés, et n'ayant aucune idée des circonstances qui le parachutent devant la librairie fermée,où il travailla à une époque. Cet homme qui ne regarde qu'en avant, refuse son passé, va devoir remonter le cours du temps,et surtout évaluer dans sa vie le poids de la catastrophe maritime où il perdit six ans auparavant, presque toute sa famille. Petterson perdit de même père, mère, frère et neveu dans un même type de catastrophe maritime. C'est un voyage intérieur à travers le passé et les liens familiaux, surtout ceux avec le père et la mère, thème qui lui est cher dans tout son oeuvre. Dans ce livre publié en 2000, le narrateur en panne d'écriture, ouvre un nouveau fichier pour écrire les premières lignes d'un nouveau livre : "Début novembre. Il est neuf heures. Les mésanges viennent se cogner à la fenêtre.....".C'est le début de "Pas facile de voler des chevaux", son prochain livre qui sera publié en 2003 et lui apportera la reconnaissance internationale.
Ce que j'aime dans ses livres est la poésie, ses descriptions merveilleuses de la nature qui se noient dans ses états d'âme, et sa pudeur. Une scène d'amour, une liaison dans le passé, un moment difficile entre père-fils, un rencontre à la dérobée père-fille ....., tout est exprimé dans une infinie délicatesse de sentiments. Et dans toute cette complexité raffinée, il y a même de l'humour. Ca me fait penser à la prose de John Burnside que j'aime tant, et qui justement pour ce livre même de Petterson a commenté, "A masterpiece".
Un très beau livre, très intime qui a remporté en 2007 le prix littéraire Impact Award ( Independant Foreign Fiction Prize).
"I am writing myself into a possible future.Then the first thing I must do is to picture an entirely different place, and I like to do that, because here it has become impossible."
(En écrivant je pénètre dans un futur possible. Alors la première chose à faire, c'est de regarder, regarder un lieu entièrement différent, et j'aime faire ça, car ici c'est devenu impossible )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          744
christinebeausson
  24 juillet 2020
Dans le sillage de ses rêves ou de ses cauchemars ... c'est là que Per nous entraîne ... dans ses souvenirs quand un jour tout se mélange ... quand on ne sait plus qui on est ... quand on ne sait plus quoi faire ....
C'est écrit avec beaucoup de délicatesse, on remonte le temps, on remonte les sentiments, et on apprend à apprivoiser le passé, à enfin l'accepter et à ressentir le manque du père, ce qui est nécessaire pour enfin faire son deuil et accepter l'absence pour la magnifier et l'intégrer à sa vie de tous les jours,
Apprendre à vivre sans est une façon de vivre avec pour toujours.
Une très belle leçon de vie pour continuer à profiter de la vie de ses petits bonheurs au jour le jour.
Mes interrogations ...
Le principe de fabrication des chaussures cousues Goodyear et Norvégien ... il consiste à relier la tige ... de la chaussure — à la première de montage et à la semelle d'usure par une bande de cuir appelée trépointe ... mes souvenirs de cordonnière amateur sont bien loin !
Le napoléon, gâteau russe, très lointain cousin du mille-feuilles qui ravira les fans gourmands de l'Empereur et les autres ... Si la tradition fait remonter la création de la recette à 1812, (pour la campagne de Russie, chacun sait que les Russes et les Français avaient le temps de préparer des gâteaux....), certains semblent dire plutôt que son invention date du rapprochement franco-russe du temps d'Alexandre III... En fait, il a été inventé en 1925, par un pâtissier de Oloron Sainte-Marie, Adrien Artigarrède, qui au retour de son tour de France de compagnon pâtissier ré-interprête une recette plus ancienne en ajoutant des amandes de Crimée et en saupoudrant le résultat de sucre glace "pour évoquer les cimes enneigée de Russie" ... à goûter un jour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   04 août 2017
Baltics
I
It was before the time of radio towers. 
Grandfather was a new pilot. In the almanac, he wrote down the ships he guided—
names, destinations, drafts.
Examples from 1884: 
SS Tiger    Capt. Rowan    16 ft.    Hull Gefle Furusund
Brig Ocean    Capt. Andersen    8 ft.    Sandöfjord Hernösand Furusund
SS St. Petersburg    Capt. Libenberg    11 ft.    Stettin Libau Sandhamn
He took them out to the Baltic, through the wonderful labyrinth of islands and water. 
And those who met on-board, and were carried by the same hull for a few hours or days, 
how well did they get to know each other? 
Conversations in misspelled English, understanding and misunderstanding but very little deliberate lying. 
How well did they get to know each other? 
When the fog was thick: half speed, nearly blind. Out of the invisible, the point appeared 
and in a single stride was right on them. 
Horn bellowing every two minutes. His eyes read straight into the invisible. 
(Did he have the labyrinth in his head?) 
The minutes passed. 
Shallows and rocks memorized like psalm verses. 
And that feeling of “we’re right here” that must be held, the way you carry a brimming pot so nothing gets
       spilled. 
A glance down into the engine room.
The compound engine, long-lived like a human heart, worked with large smooth recoiling movements, steel
       acrobats, and the smells rose as if from a kitchen. 

Tomas Tranströmer
Prix Nobel de Littérature 2011
( Les deux premières strophes p.91
C'était avant l'époque des tours de radio
Grand-père était un pilote novice.....)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
BookycookyBookycooky   03 août 2017
When my mother and my father came out of the tabernacle in Hausmanngate after they had stood before the priest and both said yes, my father stared at the ground with a frown on his face, and turned to one of his brothers, Trond, and said :"Nailed to a cross on earth."And then he laughed.
( Quand ma mère et mon père sortir du tabernacle à Hausmanngate, après qu'ils dirent oui devant le prêtre, mon père regarda à terre fronçant les sourcils et se tournant vers un de ses frères dit:"Crucifié sur terre". Et puis il rit.)
p.57
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
christinebeaussonchristinebeausson   23 juillet 2020
Nous désirions un pays baigné de lumière, mais si notre discours sur le monde était juste, notre pratique allait se révéler fausse, car dans les maisons les lampes brillent, sur les écrans de télévision les images défilent jusqu'au cœur de la nuit et le meilleur des mondes n'est pas celui que nous avions imaginé.
Commenter  J’apprécie          30
christinebeaussonchristinebeausson   23 juillet 2020
J'ai compris qu'il fallait simplement laisser les choses s'accumuler au point devenir ingérables; comme ça il ne me resterait plus qu'à les ignorer et à regarder droit devant moi, et la vie finirait peut être par devenir supportable.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Per Petterson (2) Voir plusAjouter une vidéo

[Per Petterson : Dans le sillage]
A la Fondation Cartier pour l'Art Contemporain, Olivier BARROT présente l'ouvrage de Per PETTERSON : "Dans le sillage".
autres livres classés : CatastrophesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17203 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre