AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266143069
Éditeur : Pocket (29/01/2004)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 87 notes)
Résumé :
Été 1623. Grâce au dragon qui la protège, Wielstadt est toujours épargnée par la guerre de Trente Ans qui, désormais, ravage tout le Saint empire romain germanique. Mais d'autres dangers la menacent, contre lesquels seul le chevalier Kantz se dresse. Pour triompher, il lui faudra vaincre trois démons surgis des Enfers, déjouer les complots de la Ste-Vehme et résoudre le mystère d'une prophétie longtemps tenue secrète.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  18 février 2018
Avec les personnages, comme avec les gens dans la vraie vie, il y a parfois des rencontres incroyables.
Ici, Pevel, a fait du chevalier Katz une personnage que je rêverais de rencontrer, d'en savoir plus sur lui. Il fait partie des personnages que l'on n'oublie pas...
Avec ce second opus Pierre Pevel frappe fort avec de nombreux combats, des sociétés secrètes et des énigmes. Alors bien sur, on avance a petits pas en ce qui concerne l'intriguant chevalier Kantz. Bien des questions restent en suspens.
L'auteur nous promène de chapitre en chapitre en décrivant Wielstadt, ville fictive, mais qu'on aimerait visiter pourtant. Il maîtrise l'intrigue, nous embarque dans sa narration avec son écriture si typique, qu'il nous fait revenir quelques siècle en arrière. Et pourtant tout cela est d'une fluidité impressionnante.
J'ai retrouvé avec plaisir beaucoup des personnages rencontrés dans le tome 1. Tome dans lequel j'avais reproché à l'auteur de ne pas mettre assez en avant la fée Chandelle. Il faut reconnaître qu'il s'est rudement bien rattrapé dans ce tome ci. Malheureusement au détriment du faune et de son fidèle serviteur.
Je me suis régalée tout au long de ma lecture, et le final en valait la peine. Mais petit bémol, encore, malgré ce feu d'artifice, je l'ai trouvé trop court. Mais c'est souvent ce que l'on pense d'un bouque final, explosif, qui nous en met plein les yeux et plein les oreilles... mais trop court.
J'ai hâte de retrouver le chevalier Kantz dans ses dernières aventures. J'espère que Pierre Pevel répondra a bon nombre de mes questions en attente.
Je remercie encore très chaleureusement BazaR de m'avoir réconciliée avec L'auteur. Sans lui je serais passée à côté d'une très grande saga de fantasy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          502
BazaR
  18 février 2018
Deuxième opus de Wielstadt. Les Masques n'ont guère à envier aux Ombres.
Terminé la présentation, on fonce dans l'énigme et l'action sans prendre de petit déjeuner et on ne lâche l'épée que pour enfoncer le point final (« à la fin de l'envoi, je touche »). Un manuscrit caché, des sociétés secrètes, une prophétie que l'on ne croyait pas mystérieuse mais pour laquelle on s'entretue volontiers ; on se croirait presque dans un trip à la Da Vinci code. Sauf qu'on est plongé dans le genre fantasy, ce qui autorise de torturer l'Histoire jusque dans les conséquences. Et sauf que c'est Kantz-Colombo-D'artagnan qui s'y colle, ce qui donne lieu à des duels dantesques de cape, d'épée et de pistolet à rouet.
Avantage au tome 2 : une plus grande présence de la guerre de trente ans dans les événements. Ce sont surtout les conséquences collatérales de la débâcle de l'armée du protestant Christian de Brunswick. Cela s'intègre bien dans le récit et l'ancre dans l'historique (et ça j'aime).
Au fait, il semble que j'avais tort de croire que les Pays Bas étaient sous l'eau puisque Pevel évoque les Province Unies. du coup, si quelqu'un dispose d'une carte de la région de Wielstadt, je suis preneur.
Désavantage du tome 2 : les personnages secondaires si attachants du premier sont trop effacés. Je pense surtout au faune Zaccharios. Jacob… sans commentaire. Heureusement Chandelle nous fait encore son show en mode Clochette de Peter Pan (je ne devrais pas dire ça, elle va se fâcher). le Roi Misère et Günter Vecht ont une certaine présence. C'est surtout Reinecker – ce comte de Rochefort teuton – qui prend du poids. Et bien sûr le nouvel avatar de l'Ombre, Osiander, tellement fat, cruel et présomptueux affublé de ses Masques comme von Göttenberg l'était de ses goules. Son attitude supérieure l'amène à commettre trop d'erreurs . Kantz, en revanche, dévoile des talents de planificateur de génie, un véritable Shikamaru (cf. Naruto).
Et parlons-en de Kantz, on en sait toujours aussi peu sur lui, sur ses origines, sur le pourquoi de sa lutte solitaire contre l'Ombre. A peine si deux faméliques indices nous sont donnés pour nous faire patienter. du coup le tome trois risque d'être saturé en révélations sur le héros principal de l'histoire.
L'écriture de Pierre Pevel est toujours aussi puissante en distanciation. Il mêle l'énigme à l'action avec maestria. de temps en temps, il se permet un instant de narration omnisciente assez décalée ; je pense ici au cours de cryptographie qu'il nous donne, assorti de tableaux et tout. Il s'en serait passé que ça n'aurait pas gêné l'écoulement du récit. Toutefois les explications sont éclairantes et apportent assurément un supplément de rigueur.
Comme le premier tome, j'ai lu les Masques de Wielstadt accompagné par une lyoko incroyable de patience pour l'escargotortue que je suis. Nos échanges par MP ont été extra. Merci miss lyoko ! J'attends impatiemment de lire ton avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          248
Ichirin-No-Hana
  22 février 2016
Malgré un démarrage un peu lent, ce deuxième tome de la Trilogie Wielstadt fut aussi bon et plaisant que le premier.
On retrouve notre chevalier Kantz trois ans après les événements du premier tome. Toujours occupé avec ses différentes missions, Kantz rentre, après une longue mission avec les templiers, enfin dans son domicile à Wielstadt. Éreinté et crasseux, Kantz n'aura pas le temps de se reposer car un démon fera son apparition et n'aura de cesse que d'accentuer les rivalités entre les différentes sociétés secrètes de la ville (La Sainte-Vehme n'étant jamais bien loin).
Ce deuxième tome fut, encore une fois, extrêmement enrichissant au niveau historique et intellectuel (j'ai particulièrement aimé le chapitre concernant la cryptologie). Côté intrigue, Pierre Pevel nous offre un récit très fourni qui nous amène vers un dénouement très intelligent. Kantz m'a paru beaucoup plus sombre dans ce tome-ci, ce qui m'intrigue d'autant plus pour le dernier tome (surtout quand on voit le titre de celui-ci).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
JaneEyre
  23 décembre 2013
J'avais aimé le premier tome de la trilogie de Wielstadt, et je ne suis pas déçue par ce second opus.
Tout d'abord on retrouve les points forts du premier tome: un héros attachant et intriguant (encore plus dans ce tome où le lecteur verra sa curiosité piquée au vif), une période historique mise en valeur (de nouveau, j'ai beaucoup appris, sans pour autant avoir l'impression qu'on me bourrait le crâne), et surtout, une intrigue vraiment bien ficelée!
On retrouve avec plaisir certains personnages (par exemple le roi-misère) et on en découvre de nouveaux!
J'ai également apprécié les nombreuses touches d'humour (la fée Chandelle!).
Cela dit, ce tome pose de nombreuses questions auxquelles le lecteur ne trouvera pas forcément de réponse... J'aurais voulu en savoir plus sur le passé de 'Kantz et sur la femme en rouge... Je pense donc que le 3ème tome sera riche en révélations!
Petite critique pour finir: certains termes ou phrases reviennent sans cesse, notamment quand on décrit Reinecker (oui, on a compris qu'il avait les lèvres "purpurines", pas la peine d'utiliser le mot toutes les 10 pages...).
Je suis donc plutôt satisfaite, même si j'ai préféré le premier tome, pour son aspect "polar" et plus "dark fantasy". Ceci dit, ce second opus offre une intrigue plus complexe et plus riche.
Je continue donc avec le 3ème tome, et j'espère que j'y trouverais quelques révélations renversantes!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
lianne
  16 septembre 2016
Un tome très sympa que j'ai bien préféré au premier.
On retrouve donc Kantz trois ans après les événements de la première histoire. On retrouve pas mal de protagonistes impliqués précédemment, et avec plaisir.
Ce tome ci est moins descriptif, j'ai trouvé que l'intrigue avançait vraiment mieux et de façon plus claire et limpide surtout.
Je n'ai pas eu cette impression de brouillon que j'avais eu. le fait de connaitre maintenant un peu le contexte aide pas mal il faut dire, donc on voir venir les choses et ça n'en rend l'histoire que plus intéressante.
Ce tome a aussi été beaucoup plus rapide à lire. Je ne m'y attendais pas au vu du premier et ça a été une bonne surprise. Il y a beaucoup plus d'action et le rythme est plus rapide.
On a toujours par contre ces anecdotes historique et sur le contexte de l'époque. J'ai trouvé ça à la fois intéressant et un peu long. Intéressant parce qu'on en apprend pas mal sur une partie de l'histoire que je ne connaissais pas du tout avant de lire ce livre et long parce qu'il va quand même vraiment dans le détail et que vu que je ne connaissais ni les nom de lieu ni de personnes j'étais vraiment perdue certaines fois, j'avais l'impression que c'était un peu une énumération sans intéret.
Je pense que si j'avais eu une carte de ce qu'était l'Europe à cette époque j'aurais surement mieux compris, mais je n'en avais pas sous la main donc dommage. La même remarque peut être dite sur ses descriptions de techniques comme celles du cryptage, je connaissais déjà une partie de l'histoire sur ce sujet mais j'ai trouvé malgré tout que l'auteur allait vraiment loin dans les détails qui finissaient par être un peu barbant mais bon, au moins maintenant je suis renseignée sur le sujet !
En dehors de ces passages la j'ai trouvé le récit très dynamique et la plume très intéressante, surtout au niveau du parlé des protagonistes, qui faisait vraiment livre historique et pas comme de nombreux autres actuellement un livre de notre époque.
Au final un tome que j'ai beaucoup aimé, plus rapide et intéressant que le précédent et dont l'intrigue m'a vraiment touchée.
Je lirais la fin avec plaisir !
17/20
Lien : http://delivreenlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
SciFiUniverse   14 juin 2011
Les Masques de Wielstadt est un peu plus complexe encore que le premier épisode de la trilogie de Wielstadt mais si l'auteur nous dévoile un peu le passé du chevalier de Kantz, l'histoire perd de cette authenticité qui marquait Les Ombres de Wielstadt. On se rapproche trop des pseudo-révélations historiques d'un Anges et démons ou d'un Da Vinci Code. Et cela, bien que le roman du romancier Français soit quant à lui très documenté.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BazaRBazaR   12 février 2018
La veille au soir, le sort l'avait désigné pour assurer avec trois autres le dernier tour de garde. Les paupières lourdes, il errait parmi les bâtisses dont ne subsistaient que des grands murs cernant le vide, des escaliers montant vers des étages disparus et des toitures effondrées, des arches perçant des façades orphelines, des fenêtres hautes où nichaient des oiseaux.
Commenter  J’apprécie          200
Ichirin-No-HanaIchirin-No-Hana   22 février 2016
- Sachant qui je suis et ce que vous êtes, je ne vous dois rien...
- Ce que je suis ? repris Börgartz d'une voix frémissante d'indignation.
- Oui.
- Et... Et qu'est-ce à dire ?"
Börgatz se leva, comme pour mettre Osiander au défi de s'expliquer. Il frémissait de colère. Un tic agitait sa joue et sa paupière.
"Je veux dire que tu es un petit être contrefait et incapable. Un bossu ridicule indigne du nom d'homme. Un gnome dont la place est sur les tréteaux des foires. De quel ventre plein d'ordure es-tu donc sorti ? Pourquoi ne t'a-t-on pas écrasé sous le talon encore vagissant et jeté aux chiens ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BazaRBazaR   15 février 2018
Il n'y a pas pire aveugle que celui qui veut croire.
Commenter  J’apprécie          241
BridgecastleBridgecastle   29 septembre 2012
Il entendit bientôt madame de Ludehn qui lui parlait depuis la pièce voisine.
"Veuillez me pardonner de vous faire attendre, Monsieur le Chevalier.
- Je vous en prie, Madame.
- Je suis à vous dans un instant. Mais vous savez que, lorsque l'on est une femme et coquette, l'on ne finit jamais de se préparer..."
Le chevalier ne sut quoi répondre. Une galanterie aurait certainement été d'à propos.
"Chevalier? fit la voix de la baronne.
- Oui, Madame?
- Je ne vous entendais plus.
- C'est que je ne disais rien, Madame."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Pierre Pevel (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Pevel
7 éditeurs francophones ont accepté de pitcher un titre phare à un studio de 4 développeurs romands. le but: la conception d'un jeu vidéo librement inspiré du titre choisi... A vos buzzers ! retrouver l?article https://www.actualitte.com/t/vIsbLAPL Stephane Marsan - Pierre Pevel (Editions Bragelonne)
autres livres classés : guerre de trente ansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'univers de Pierre Pevel

Dans le premier tome des Lames du cardinal, quel roi gouverne la France ?

Charlemagne
François 1er
Louis XIII
Louis XVI

5 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre PevelCréer un quiz sur ce livre