AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La Trilogie de Wielstadt tome 2 sur 4
EAN : 9782266143066
337 pages
Pocket (29/01/2004)
4.06/5   126 notes
Résumé :
Quatrième de couverture de l'édition du Fleuve Noir de 2002 :


Eté 1623 : la guerre de Trente Ans s'est étendue à tout le Saint Empire romain germanique, lequel connaît certaines des heures les plus tragiques et sanglantes de son histoire. Grâce au dragon qui la protège jalousement, Wielstadt a jusqu'alors échappé aux massacres. Mais l'immense cité est devenue le lieu privilégié des affrontements entre le Bien et le Mal. Aidé de trois terrifian... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 126 notes
5
11 avis
4
10 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis

Avec les personnages, comme avec les gens dans la vraie vie, il y a parfois des rencontres incroyables.

Ici, Pevel, a fait du chevalier Katz une personnage que je rêverais de rencontrer, d'en savoir plus sur lui. Il fait partie des personnages que l'on n'oublie pas...

Avec ce second opus Pierre Pevel frappe fort avec de nombreux combats, des sociétés secrètes et des énigmes. Alors bien sur, on avance a petits pas en ce qui concerne l'intriguant chevalier Kantz. Bien des questions restent en suspens.

L'auteur nous promène de chapitre en chapitre en décrivant Wielstadt, ville fictive, mais qu'on aimerait visiter pourtant. Il maîtrise l'intrigue, nous embarque dans sa narration avec son écriture si typique, qu'il nous fait revenir quelques siècle en arrière. Et pourtant tout cela est d'une fluidité impressionnante.

J'ai retrouvé avec plaisir beaucoup des personnages rencontrés dans le tome 1. Tome dans lequel j'avais reproché à l'auteur de ne pas mettre assez en avant la fée Chandelle. Il faut reconnaître qu'il s'est rudement bien rattrapé dans ce tome ci. Malheureusement au détriment du faune et de son fidèle serviteur.

Je me suis régalée tout au long de ma lecture, et le final en valait la peine. Mais petit bémol, encore, malgré ce feu d'artifice, je l'ai trouvé trop court. Mais c'est souvent ce que l'on pense d'un bouque final, explosif, qui nous en met plein les yeux et plein les oreilles... mais trop court.

J'ai hâte de retrouver le chevalier Kantz dans ses dernières aventures. J'espère que Pierre Pevel répondra a bon nombre de mes questions en attente.

Je remercie encore très chaleureusement BazaR de m'avoir réconciliée avec L'auteur. Sans lui je serais passée à côté d'une très grande saga de fantasy.

Commenter  J’apprécie          502

Deuxième opus de Wielstadt. Les Masques n'ont guère à envier aux Ombres.

Terminé la présentation, on fonce dans l'énigme et l'action sans prendre de petit déjeuner et on ne lâche l'épée que pour enfoncer le point final (« à la fin de l'envoi, je touche »). Un manuscrit caché, des sociétés secrètes, une prophétie que l'on ne croyait pas mystérieuse mais pour laquelle on s'entretue volontiers ; on se croirait presque dans un trip à la Da Vinci code. Sauf qu'on est plongé dans le genre fantasy, ce qui autorise de torturer l'Histoire jusque dans les conséquences. Et sauf que c'est Kantz-Colombo-D'artagnan qui s'y colle, ce qui donne lieu à des duels dantesques de cape, d'épée et de pistolet à rouet.

Avantage au tome 2 : une plus grande présence de la guerre de trente ans dans les événements. Ce sont surtout les conséquences collatérales de la débâcle de l'armée du protestant Christian de Brunswick. Cela s'intègre bien dans le récit et l'ancre dans l'historique (et ça j'aime).

Au fait, il semble que j'avais tort de croire que les Pays Bas étaient sous l'eau puisque Pevel évoque les Province Unies. du coup, si quelqu'un dispose d'une carte de la région de Wielstadt, je suis preneur.

Désavantage du tome 2 : les personnages secondaires si attachants du premier sont trop effacés. Je pense surtout au faune Zaccharios. Jacob… sans commentaire. Heureusement Chandelle nous fait encore son show en mode Clochette de Peter Pan (je ne devrais pas dire ça, elle va se fâcher). le Roi Misère et Günter Vecht ont une certaine présence. C'est surtout Reinecker – ce comte de Rochefort teuton – qui prend du poids. Et bien sûr le nouvel avatar de l'Ombre, Osiander, tellement fat, cruel et présomptueux affublé de ses Masques comme von Göttenberg l'était de ses goules. Son attitude supérieure l'amène à commettre trop d'erreurs . Kantz, en revanche, dévoile des talents de planificateur de génie, un véritable Shikamaru (cf. Naruto).

Et parlons-en de Kantz, on en sait toujours aussi peu sur lui, sur ses origines, sur le pourquoi de sa lutte solitaire contre l'Ombre. A peine si deux faméliques indices nous sont donnés pour nous faire patienter. du coup le tome trois risque d'être saturé en révélations sur le héros principal de l'histoire.

L'écriture de Pierre Pevel est toujours aussi puissante en distanciation. Il mêle l'énigme à l'action avec maestria. de temps en temps, il se permet un instant de narration omnisciente assez décalée ; je pense ici au cours de cryptographie qu'il nous donne, assorti de tableaux et tout. Il s'en serait passé que ça n'aurait pas gêné l'écoulement du récit. Toutefois les explications sont éclairantes et apportent assurément un supplément de rigueur.

Comme le premier tome, j'ai lu les Masques de Wielstadt accompagné par une lyoko incroyable de patience pour l'escargotortue que je suis. Nos échanges par MP ont été extra. Merci miss lyoko ! J'attends impatiemment de lire ton avis.

Commenter  J’apprécie          248

Un deuxième tome presque aussi apprécié que le premier (j'ai juste eu du mal à rentrer dans le récit au tout début).

On retrouve notre protagoniste 3 ans après le tome 1, entraîné dans cette guerre de Trente ans mais surtout entraîné dans sa quête personnelle, lutter contre les Créatures du Mal. Après les goules, nous avons à présent démon et spectres, nous offrant ainsi une nouvelle fois une ambiance creepy.

Curieusement, et je pense que ça a joué sur ce début un peu difficile, Kantz se retrouve mêlé à l'intrigue principale un peu malgré lui. Il y est plus convié par la force des choses que sur une piste. Il n'empêche qu'une fois le mors aux dents pris, notre héros se lance dans sa quête. Une quête qui a des allures d'ésotérisme, abordant la cryptographie et les confréries secrètes, remettant la terrible Sainte-Wehme aux premières loges. Personnellement, je raffole de ce genre d'ambiance. Cela permet de montrer toute la sagacité de notre protagoniste, à laquelle s'ajoute sa morale et ses talents de bretteurs.

On retrouve nos différents personnages secondaires rencontrés dans le 1 avec plaisir, comme de vieux amis. Mention spéciale à Chandelle qui ajoute toujours une petite touche d'humour et de légèreté au récit.

Le rythme est similaire : la narration est alternée, les chapitres sont courts, permettant un rythme de plus en plus haletants, notamment vers la fin. le fond historique est très bien documenté, si bien que les touches de fantasy, tangibles mais pas poussives, s'y insèrent bien.

Je reste encore sur ma faim quant aux secrets autour de notre chevalier, qui peut s'avérer assez sombre tout de même. J'ai mêmes quelques grosses interrogations. Vu le titre du tome 3, j'ai bon espoir qu'on y réponde dans la suite.

Commenter  J’apprécie          200

1623, la guerre de trente ans continue d'ensanglanter le Saint Empire romain germanique et même si Wielstadt y échappe protégée par le Dragon les conflits de religions marquent ses habitants.

Cependant les Templiers et le Chevalier Kantz lors d'une intervention se trouvent face à un puissant démon, quel est son but en rejoignant la cité ?

Démon, sociétés secrètes et mystérieuse prophétie vont mettre à contribution les vastes connaissances du Chevalier …

Trois années se sont écoulées depuis le premier tome et l'atmosphère s'est alourdie suite à l'hécatombe due à la guerre à laquelle il est difficile d'échapper, les absences fréquentes du Chevalier ne lui permettent plus de fréquenter son groupe d'amis qui se réduit dramatiquement. Comme si ce n'était pas assez compliqué, dans l'obligation d'honorer sa dette auprès du Roi Misère, le voilà face à une nouvelle énigme, mais ne seraient-elles pas en relation ? Les démons semblent noyauter les sociétés secrètes et s'affronter pour la possession d'une mystérieuse prophétie, mais est-ce si simple ?

Une nouvelle aventure du Chevalier Kantz dont une partie du passé fait surface, de l'action, un peu plus de magie, de la fantasy historique de délassement qui devrait plaire à tous les lecteurs en les incitant à dévorer le livre d'une traite …

Commenter  J’apprécie          60

Malgré un démarrage un peu lent, ce deuxième tome de la Trilogie Wielstadt fut aussi bon et plaisant que le premier.

On retrouve notre chevalier Kantz trois ans après les événements du premier tome. Toujours occupé avec ses différentes missions, Kantz rentre, après une longue mission avec les templiers, enfin dans son domicile à Wielstadt. Éreinté et crasseux, Kantz n'aura pas le temps de se reposer car un démon fera son apparition et n'aura de cesse que d'accentuer les rivalités entre les différentes sociétés secrètes de la ville (La Sainte-Vehme n'étant jamais bien loin).

Ce deuxième tome fut, encore une fois, extrêmement enrichissant au niveau historique et intellectuel (j'ai particulièrement aimé le chapitre concernant la cryptologie). Côté intrigue, Pierre Pevel nous offre un récit très fourni qui nous amène vers un dénouement très intelligent. Kantz m'a paru beaucoup plus sombre dans ce tome-ci, ce qui m'intrigue d'autant plus pour le dernier tome (surtout quand on voit le titre de celui-ci).

Commenter  J’apprécie          72


critiques presse (1)
SciFiUniverse
14 juin 2011
Les Masques de Wielstadt est un peu plus complexe encore que le premier épisode de la trilogie de Wielstadt mais si l'auteur nous dévoile un peu le passé du chevalier de Kantz, l'histoire perd de cette authenticité qui marquait Les Ombres de Wielstadt. On se rapproche trop des pseudo-révélations historiques d'un Anges et démons ou d'un Da Vinci Code. Et cela, bien que le roman du romancier Français soit quant à lui très documenté.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation

La veille au soir, le sort l'avait désigné pour assurer avec trois autres le dernier tour de garde. Les paupières lourdes, il errait parmi les bâtisses dont ne subsistaient que des grands murs cernant le vide, des escaliers montant vers des étages disparus et des toitures effondrées, des arches perçant des façades orphelines, des fenêtres hautes où nichaient des oiseaux.

Commenter  J’apprécie          200

- Sachant qui je suis et ce que vous êtes, je ne vous dois rien...

- Ce que je suis ? repris Börgartz d'une voix frémissante d'indignation.

- Oui.

- Et... Et qu'est-ce à dire ?"

Börgatz se leva, comme pour mettre Osiander au défi de s'expliquer. Il frémissait de colère. Un tic agitait sa joue et sa paupière.

"Je veux dire que tu es un petit être contrefait et incapable. Un bossu ridicule indigne du nom d'homme. Un gnome dont la place est sur les tréteaux des foires. De quel ventre plein d'ordure es-tu donc sorti ? Pourquoi ne t'a-t-on pas écrasé sous le talon encore vagissant et jeté aux chiens ?"

Commenter  J’apprécie          70

Trois silhouettes sortirent des ténèbres environnantes. Elles n'y étaient pas dissimulées : elles en naquirent. Kantz sentit la paume de sa main tatouée le démanger; le pentacle commença à palpiter en rougeoyant.

"À bientôt, chevalier ! Je t'étriperai un autre jour. Ou une autre nuit!

- Lâche ! Reste et combat !"

Mais Kantz n'interpellait déjà plus que le vide, tandis que les silhouettes approchaient. Elles avaient l'apparence de spadassins tout drapés et encapuchonnés de noir. Des masques aveugles, en cuivre, leur étaient rivetés sur la face, découpés de manière à ne laisser voir que le menton et une bouche maigre, crevassée, desséchée. Une bouche de cadavre.

Commenter  J’apprécie          20

Il n'y a pas pire aveugle que celui qui veut croire.

Commenter  J’apprécie          241

Il entendit bientôt madame de Ludehn qui lui parlait depuis la pièce voisine.

"Veuillez me pardonner de vous faire attendre, Monsieur le Chevalier.

- Je vous en prie, Madame.

- Je suis à vous dans un instant. Mais vous savez que, lorsque l'on est une femme et coquette, l'on ne finit jamais de se préparer..."

Le chevalier ne sut quoi répondre. Une galanterie aurait certainement été d'à propos.

"Chevalier? fit la voix de la baronne.

- Oui, Madame?

- Je ne vous entendais plus.

- C'est que je ne disais rien, Madame."

Commenter  J’apprécie          10

Videos de Pierre Pevel (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Pevel
Interview de Etienne Willem pour sa Bande Dessinée Paris des Merveilles avec Pierre Pevel (Co-scénariste) aux Editions Drakoo. Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême Janvier 2023
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus




Quiz Voir plus

L'univers de Pierre Pevel

Dans le premier tome des Lames du cardinal, quel roi gouverne la France ?

Charlemagne
François 1er
Louis XIII
Louis XVI

5 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre PevelCréer un quiz sur ce livre