AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782258057920
368 pages
Presses de la Cité (17/01/2002)
4.21/5   7 notes
Résumé :
Dans la lignée des grands romans historiques, le portrait passionnant d'un des plus fascinants personnages de l'histoire de France ; le destin d'une reine aussi exceptionnelle que machiavélique.

Cette vieille femme à l'agonie dans une chambre du château de Blois, en ce Noël de l'an 1588, a été l'une des plus grandes reines de France et la femme la plus calomniée de son temps. Les moments importants de saive défilent dans sa mémoire... De la petite duc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Becar
  28 avril 2021
Je n'avais retenu de la vie de Catherine de Médicis que le massacre de la Saint-Barthélemy. Ce roman a changé ma vision de cette reine et régente au costume noir et à la mine renfrognée d'une pisse-vinaigre... J'aimerais trouver une autre biographie de cette madone pour vérifier que son portrait n'a pas été trop édulcoré ! Toujours est-il que j'ai pris du plaisir à me replonger dans cette époque trouble du XVIe siècle en prise avec les conflits religieux.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2016
Je gênais tout le monde, jusqu’à mes enfants. Que pouvais-je lire dans leur regard, là, autour de mon lit de convalescente ? Un peu de pitié, d’affection ? De l’amour, sûrement pas ! Il n’en était pas un, sauf peut-être le petit François, qui ne rêvât de me jeter aux oubliettes pour prendre ma place sur le trône. J’avais cessé d’être une mère pour faire figure de marâtre.
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2016
Je compris que je gênais beaucoup de gens, tout le monde pour ainsi dire. J’avais été l’apôtre de l’équilibre, et les hommes de passion détestent l’équilibre, cette entrave à leurs ambitions. En me plaçant au-dessus des factions, j’étais en butte à leur haine. Loin de me décourager, ce sentiment me donnait le courage de persévérer, sachant que j’étais dans la bonne voie. L’adversité était devenue ma force principale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2016
L’art de tendre des pièges m’était familier – je devrais dire : congénital. C’était là ma force essentielle, mais je ne l’utilisais que pour le bien de la Couronne et du pays. Promettre en jouant sur les mots, accorder une faveur en se réservant de la reprendre en cas de besoin. Donner et retenir.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2016
« Le plus heureux des princes est celui qui sait le mieux se couvrir de la peau du renard, l’essentiel étant de bien jouer son rôle, de savoir à propos feindre et dissimuler… »
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2016
L’or brûlait les doigts des Florentins, comme s’ils pressentaient les malheurs qui allaient fondre sur eux. Ils se ruinaient en fêtes et en festins, couronnaient les putains et les poètes que l’on promenait à travers la ville juchés sur des éléphants. Les dames du palais, à chacune de leurs promenades, jetaient des ducats par poignées aux lutteurs éthiopiens et turcs, admiraient les chevaliers qui brisaient des lances place de la Seigneurie, et récompensaient les vainqueurs d’une nuit d’amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Michel Peyramaure (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Peyramaure
Catherine Charbonnel, le Jardinier des forêts ? Roger Vannier, Une Histoire en suspens ? Michel Peyramaure, Soupes d'orties ? Anne Barthel, Les Enfants de personne
autres livres classés : médicisVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura