AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : SIE107701_143
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.19/5 (sur 8 notes)
Résumé :

Ce livre n'a pas d'âge.
L'histoire de Brécourt aurait pu se situer dans un autre temps, à la suite des grands noms de Foucauld ou de Laperrine, parmi ceux innombrables, qui, en le découvrant jour après jour dans son immensité connurent ce Désert infini, et au bout du compte en firent jaillir la source de l'« or noir ».
Dans les pages de Croix du sud, Brécourt rejoint par la piste de l'est son peloton de Touareg Ajjer nomadisant sur les confins... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Chiwi
  24 janvier 2013
Croix du Sud est le récit d'un homme qui est tombé amoureux du désert. Celui-ci préfère une vie en solitaire, comme nomade, à une vie en ville où il doit côtoyer des bavards, des arrivistes, des gens qui ne comprennent pas sa fascination pour le désert.
Une jeune femme tente de s'intéresser à lui, elle semble le comprendre. Mais une fois qu'il est reparti dans le désert, il n'y a plus que celui-ci, avec sa vie particulière, avec sa solitude, qui compte.
Brécourt représente un corps qui a vocation à disparaitre : les méharistes. Face à la mécanisation et l'arrivée de camions en plein Sahara, les caravanes de méharis vivent leurs derniers jours. C'est un corps qui pour Brécourt représente une certaine excellence. Il refuse que certains officiers en portent l'uniforme car il estime qu'ils ne le méritent pas.
Le style de Peyré est assez lapidaire. Il est un peu déroutant au début mais le rythme du roman permet de faire oublier ça. Peyré préfère l'évocation à la description. Lorsqu'un lieu, une ambiance, un personnage sont décrits, cela est fait brièvement par quelques mots juste mis les uns à côté des autres. Ce qui donne une sécheresse au récit. Sécheresse qui colle à l'ambiance du désert et au style de vie économe des Touaregs. Mais le style sec m'a déçu quant à la fin. Une fois arrivé au terme du récit je n'ai pas su à quoi m'en tenir, ça m'a donné l'impression d'être un peu bâclé, fini un peu trop vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bel-Ami
  28 juin 2016
Terminé, ce roman ne m'a laissé qu'une impression d'absence, comme si... Tout au long de la lecture j'étais ailleurs, partie, loin, pas emportée par le récit... C'est bien là le moindre mal. L'écriture est pourtant bonne, le sujet qui traite de la guerre dans le désert es loin d'être inintéressant et pourtant... Je me retrouve réduite à cette lecture amnésique
Commenter  J’apprécie          10
steph5977
  07 février 2020
ce livre sera pour moi celui de l'incompréhension, des termes et des références que malgré mes recherches, je n'ai pas réussi à traduire et ça m'a éloignée du récit. Difficulté aussi pour le situer dans le temps car il faut attendre les derniers chapitres pour savoir à quelle époque l'histoire se passe. Beaucoup de poésie, de contemplation et d'introspection du personnage principal mais il ne se passe pas grand chose. Dommage !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ChiwiChiwi   24 janvier 2013
Le lieutenant Brécourt allait rejoindre son désert. A chacun son pays, son église et ses compagnons de fidélité. Le pays de Brécourt, le pays de la Croix du Sud, commençait au delà des cimetières d'El Mihan, à la montagne cernée par un ciel dur, sur lequel, succédant aux étoiles évanouies, le soleil rouge des jours cruels allait bondir. Là cesseraient les bruits des la présence humain, le chant des coqs, le grincement des puits, même le froissement de palmes dans le vent, pour laisser régner le silence des pierres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
liberligerliberliger   05 novembre 2012
Peut-être lui aurait-il confié que le mot patrie - autre mot impossible à prononcer ailleurs - aurait dû avoir un autre son que celui du danger, le service de la patrie signifier, même pour un soldat, autre chose que l’acceptation du sacrifice. Et que le mérite de l'officier ne se mesurait pas au combat, mais au dévouement des journées, à l'accomplissement des tâches ordinaires.
Commenter  J’apprécie          20
Wendat69Wendat69   07 janvier 2019
Qu'on les laissât en paix, les cendres de Foucauld et de Laperrine! Elles étaient fatiguées de servir aux crises des reporters, des écrivains en mal de Sahara, aux foires des expositions! Âmes sahariennes, leur voeu allait au silence.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : desertsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2022 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre