AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213028323
609 pages
Éditeur : Editions de Fallois (01/10/1994)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 18 notes)
Résumé :

Député gaulliste à 33 ans et titulaire de plusieurs grands ministéres, porte-parole du général de Gaulle pendant quelque quatre ans, Alain Peyrefitte a eu avec celui-ci, entre 1959 et 1969, trois centaines d'entretiens en tête à tête. Sans compter autant de Conseils des ministres, des dizaines de Conseils restreints, des rencontres avec des Chefs d'Etat ou de gouvernement étrangers. Il a estimé qu'il ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Hulot
  27 février 2020
Ou comment voir L Histoire se construire chaque semaine un peu plus et la vivre de l'intérieur d'un gouvernement en exercice.
L'auteur est le seul, en sa qualité de Ministre de l'Information, autorisé à prendre des notes lors des conseils des Ministres et donc à partir de ses carnets, il va nous permettre de voir comment se fabrique, parfois au jour le jour et dans l'improvisation, la politique de la France.
La période évoquée dans ce premier tome, est le retour du Général de Gaulle au pouvoir en 1958, les négociations qui mettront fin à la Guerre d'Algérie, puis la création de l'Union Européenne, sans les Anglais dont le Général ne veut pas, les jugeant peu fiables et peu concernés par les problèmes du continent européen (!!!) et enfin le développement de l'arme nucléaire pour maintenir une certaine indépendance de la France face à l'OTAN des Américains.
Il y a évidement beaucoup de détails croustillants et savoureux sur la vie politique française de cette époque ainsi que sur les hommes qui la composent et cela quelque soit le parti auquel ils appartiennent.
Livre qui peut se révéler passionnant mais également avec des longueurs dues au fait que certaines situations se répètent de semaine en semaine.
Il ne faut pas oublier, non plus, que l'auteur est tout acquis au Général de Gaulle, même s'il se permet quelques critiques, et que donc cela ressemble parfois a ce que l'on pourrait appeler : "la voix de son maître" !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Patmarob
  22 septembre 2015
« C'était De Gaulle » ,paru en 1994, est un ouvrage déjà ancien mais qui reste une « référence » pour aborder la période charnière que fut la naissance de la Vème République. Alain Peyrefitte a été ministre de l'information de 1959 à 1966, de la Recherche scientifique de 1966 à 1967, puis de l'Education Nationale de 1967 à 1968. Il y rapporte les propos du général De Gaulle qu'il a notés suite aux conseils des ministres et aux 300 entretiens qu'il a eus avec le premier président de la V République. Alain Peyrefitte est un gaulliste de la première heure, il dit avoir entendu une intervention du général, à la radio, en mai 1940… il lui voue une admiration qui peut se confondre à une vénération, tant la hauteur de vue, la vision de la France du général l'impressionne. le tome 1 présente les propos du général entre 1959 et 1963. L'intérêt se concentre sur ses explications et décisions sur le sort de l'Algérie, ses conceptions sur l'organisation de l'Etat, et les relations entre les français et le Président…Le style, les formulations du Président, l'extrême attention du général De Gaulle à l'emploi des mots que le ministre de l'Information doit transmettre aux médias et aux français apportent une coloration personnelle aux témoignages. Ils permettent d'entrevoir la hauteur de vue et la maturité d'analyse dans la mise en place de la nouvelle constitution. Alain Peyrefitte n'oublie pas de souligner les rivalités qui gèrent les relations entre ministres, parfois à mots couverts, la personnalité du premier ministre, Georges Pompidou, qui affirme au fil des épreuves, sa personnalité et son pouvoir… Au-delà des opinions et idées du lecteur sur cette Vème République qui gère notre quotidien, ce livre confirme l'intérêt qu'il a suscité et reste un éclairage tout à fait intéressant de la période. Reste la nécessaire distance que traduit la place d'Alain Peyrefitte dans l'appareil d'état et ses relations avec le Général de Gaulle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mazou31
  24 mars 2018
Livre de référence que j'ai relu presque 25 ans après, afin de rafraîchir mes connaissances. Certes il paraît quelque peu apologétique et manquant de distanciation mais il demeure une mine de renseignements sur la création de la Ve République et sur le règlement de la guerre d'Algérie et de l'indépendance. Mais aussi sur les affaires du monde et où l'on ne peut qu'admirer la vista et la pertinence du Général dans sa compréhension du monde et de l'Europe naissante. Cinquante ans se sont écoulés et beaucoup de ses prémonitions soit se sont réalisées soit ont failli de peu se réaliser. L'ambiance de « la cour » est finement reconstituée et les pensées, commentaires et piques humoristiques du Général nous font pénétrer dans son intimité. L'ensemble éclaire l'histoire d'une lueur d'authenticité, de sincérité et parfois même de familiarité. Un témoignage indispensable. Aujourd'hui nous n'avons que quelques journalistes people ou Valérie Trierweiler pour témoigner sur nos gouvernants ! Décadence vers l'abysse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
HulotHulot   08 janvier 2020
Déjà en 1940, la bourgeoisie était derrière Pétain, car il lui permettait de continuer à dîner en ville malgré le désastre national. Pétain avait trouvé l'arrangement avec les Allemands.
Les bonnes affaires allaient reprendre.

La révolution Française n'a pas appelé au pouvoir le peuple français, mais cette classe artificielle qu'est la bourgeoisie qui s'est de plus en plus abâtardie jusqu'à devenir traîtresse à son propre pays.

C de Gaulle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
HulotHulot   04 janvier 2020
Je n'ai pas de vie politique à moi, pas d'électeurs, pas de clientèle, pas d'implantation, pas de possibilité de voler de mes propres ailes.

Je n'ai même pas d'idées à moi en matière politique.

Je n'ai que les idées du Général.

Propos de Georges Pompidou lors de sa nomination comme premier ministre.
Commenter  J’apprécie          160
HulotHulot   10 janvier 2020
Il faut faire appel à l'opinion contre les syndicats, compte tenu de leurs propres hésitations.
Ils sont divisés et ne savent pas très bien que faire.
Quand ce sera net,il faudra s'enfoncer comme un coin entre eux et l'opinion, et même entre un syndicat et l'autre.
Et vous verrez, ça se dégonflera...

Propos de G Pompidou en février 1963.
Commenter  J’apprécie          132
PhilippeKadicPhilippeKadic   02 janvier 2020
Général de Gaulle — L'essentiel, c'est que les deux peuples, dans leurs profondeurs, exorcisent les démons du passé ; qu'ils comprennent maintenant qu'ils doivent s'unir pour toujours. Ça ne doit pas être cantonné au niveau des hommes politiques. Ça doit colorer dorénavant les sentiments populaires. Les Français et les Allemands doivent devenir des frères. La fraternité des deux peuples, ça doit devenir quelque chose d'élémentaire. Le populo en est encore à voir dans les Allemands l'ennemi héréditaire. En réalité, les Allemands n'ont été vraiment nos ennemis que depuis 1870. Ça ne fait que trois guerres et trois quarts de siècle, pour les Germains et les Gaulois qui ont connu tant de guerres et de siècles.

Notre plus grand ennemi héréditaire, ce n'était pas l'Allemagne, c'était l'Angleterre. Depuis la guerre de Cent Ans jusqu'à Fachoda, elle n'a guère cessé de lutter contre nous. Et depuis, elle a bien du mal à ne pas opposer ses intérêts aux nôtres. Voyez la manière dont elle s'est conduite entre les deux guerres. Elle nous a interdit de réagir à la réoccupation de la Rhénanie. Elle nous a empêchés de nous opposer au réarmement de l'Allemagne. Elle nous a lâchés à Dunkerque. Elle a bombardé joyeusement notre flotte à Mers-el-Kébir. Elle nous a trahis en Syrie. Elle fait systématiquement bloc avec l'Amérique. Elle veut nous empêcher de mener à bien le Marché commun. Il est vrai qu'elle a été notre alliée pendant les deux guerres, mais elle n'est pas portée naturellement à nous vouloir du bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PhilippeKadicPhilippeKadic   02 janvier 2020
Général de Gaulle — Moi, c'est particulier. La légitimité m'a été conférée par l'Histoire. Il faut désormais que la légitimité soit directement conférée par le souverain, c'est-à-dire par le peuple. Je rappellerai donc que tout ce qui a été fait depuis 58 l'a été grâce à la confiance dont les Français m'ont investi. [...]
Cette confiance m'a obligé et m'a soutenu jour après jour. L'entente directe entre le peuple et celui qui a la charge de le conduire est devenue, dans les temps modernes, essentielle à la République.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Dans la catégorie : Politique en FranceVoir plus
>Conjoncture et conditions politiques>Union européenne (Conjoncture politique))>Politique en France (149)
autres livres classés : charles de gaulleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
971 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre