AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253009146
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1964)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Comme chaque hiver, depuis six ans, Mme Peyrefitte est malade. Le 14 janvier, son fils reçoit, de la religieuse qui la soigne, une lettre le priant de venir le plus tôt possible. La nuit suivante, il rêve de sa mère. Songe prémonitoire ou simple incursion des soucis du jour dans le sommeil ? Il avait décidé de se rendre auprès d'elle, à Toulouse, le 20. Doit-il avancer son départ ? Certes, elle est âgée de quatre-vingt-deux ans, mais elle s'est toujours bien remise ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ChristianAttard
  04 août 2018
Avant le très beau livre qu'Albert Cohen a consacré à sa mère, l'écrivain Roger Peyrefitte relate les heures qui précédèrent et suivirent le décès de sa mère.
Son récit m'a plongé en 1947 dans deux villes que je connais fort bien, Toulouse où j'ai vécu et Alet où j'ai souvent séjourné. A Toulouse, Roger va retrouver sa mère décédée, il a cumulé les retards et n'a pu arriver avant l'instant fatidique. A Alet, il va l'enterrer dans le caveau où repose déjà son père et où il repose lui, aujourd'hui.
Entre des cousins prosaïques et des bonnes soeurs bienveillantes, l'auteur des "Amitiés particulières" se remémore sa mère et leurs rapports aimants mais entachés de mensonges et de dissimulations. Comment aurait-il pu avouer à cette maman dévote son athéisme, ses turpitudes et déviances ? Mieux valait mentir pour la protéger.
C'est avec lucidité, franchise et humour sans illusion qu'il nous dépeint cette dernière visite à celle qui l'a tant aimé.
Commenter  J’apprécie          70
M_a_r_c
  21 décembre 2019
Dans La Mort D'Une Mère, roman largement autobiographique, Roger Peyrefitte relate, en trois actes et autant de lieux, les jours précédant la mort de la mère du narrateur et ceux qui lui succèdent.
Tout d'abord, quand il apprend, à Paris, que sa mère, habitant à Toulouse, est au plus mal, le narrateur est d'abord contrarié. Il n'avait prévu de la rejoindre que quelques jours plus tard et un départ anticipé perturberait ses projets en cours, auxquels il accorde une grande importance. Un affrontement commence alors entre le fils aimant, qui devrait se précipiter au chevet de sa mère mourante, et l'homme, plus égoïste, qui préfère relativiser les nouvelles qu'il a reçues et ne pas bouleverser ses plans.
Après avoir tergiversé quelques jours, le narrateur partira finalement plus tôt que prévu, mais n'arrivera malheureusement à Toulouse, auprès de sa mère, que le lendemain de sa mort. La culpabilité l'assaille et il se remémore ce qu'a été sa relation avec sa mère, se reprochant tantôt ses mensonges et son égoïsme, les justifiant ensuite par le souci qu'il avait d'épargner à sa mère la découverte de choses qui, comme son manque de foi ou ses inclinations sentimentales, l'auraient chagrinée.
Enfin, il accompagnera sa mère pour son dernier voyage, de Toulouse à Alet, où elle sera inhumée dans le caveau familial, là où l'attendait déjà son mari et où leur fils les rejoindra à la fin du XXe siècle.
Servi par un style impeccable, La Mort D'Une Mère offre au lecteur la réflexion d'un homme sur ce qui l'attachait à celle lui ayant donné la vie et ayant fait de lui le fils idéal ainsi que sur ce qu'il lui rendait en retour. Roger Peyrefitte mène cette réflexion avec profondeur et clairvoyance. Il évoque avec beaucoup de justesse le faisceau de sentiments qui étreint un fils lorsque la mort s'apprête à rompre le lien qui l'unissait à sa mère.
Autour de ce thème central, Roger Peyrefitte en évoque d'autres, comme ses « amitiés particulières », une expression désignant son attirance pour les hommes (et qui est aussi le titre de son roman le plus connu, couronné en 1944 du prix Renaudot). Ou encore la place qu'occupait dans la vie de sa mère – et qu'elle n'occupe pas dans la sienne – la foi.
Ouvrage marqué par une certaine forme de culpabilité que l'auteur semble voir comme inévitable chez le fils, La Mort D'Une Mère est aussi traversé par la lucidité, parfois sereine, parfois torturée (comme dans les derniers mots du roman) qui se dégage, dans le chef de l'homme ne pouvant pourtant s'aider de la foi, de l'acceptation de l'inéluctable.

Lien : https://livrelecteur.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
johnny2770
  07 mai 2020
L'auteur rend hommage à sa mère dans ce livre , qu'il n'a pas eu le temps de voir une dernière fois. Un livré émouvant
Commenter  J’apprécie          10


Video de Roger Peyrefitte (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roger Peyrefitte
Quand la télé était complaisante avec les pédophiles | Franceinfo INA
autres livres classés : amour filialVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
8420 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre