AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253004464
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1975)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 128 notes)
Résumé :
Univers clos de jeunes garçons qu’enserre la stricte discipline d'un collège religieux, l'internat de Saint-Claude est le royaume d'élection des "amitiés particulières".

On les cultive en secret dans cette atmosphère où, un jour d'octobre, pénètre le brillant élève de 3ème, Georges de Sarre, âgé de 14 ans.

Séduit par la beauté angélique d'Alexandre Motier, son cadet de 18 mois, qui se trouve dans une autre classe, Georges parvient, en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Chrystaalle
  08 septembre 2011
Ce livre pourrait raconter une histoire assez simple et tragique ,celle de deux enfants, deux garçons, sensiblement du même âge, Georges 14ans, bientôt 15 et Alexandre, 12ans.
Ces deux enfants s'aiment d'un amour sensuel, et la bétise des adultes vient les séparer, au point d'entrainer la mort de l'un d'eux. L'histoire est bien racontée, même si il y a quelques longueurs, dont de longs pamphlets anti cléricaux, le style est agréable, mais ... il y a quelque chose qui me gêne, quand Georges parle d'Alexandre en l'appelant "l'enfant "il semble avoir soudain avoir bien plus de 14 ans et demi.
Et là j'ai du mal à ne pas faire de lien avec l'auteur, qui a eut une longue liaison avec un jeune homme qu'il a rencontré quand celui ci avait 12.5ans ...
Donc comment noter ce livre ? Est ce possible de le faire en faisant abtraction de la vie de son auteur ??
Commenter  J’apprécie          111
Epictete
  26 août 2017
J'ai lu ce livre il y a bien des années, alors que j'étais encore jeune et je ne suis pas sûr qu'à l'époque j'avais saisi toutes les finesses du texte, voire tout bien compris.
J'avais trouvé cela long, sans fin et sans action... Bref, je m'étais sérieusement ennuyé !
Il est vrai que l'amitié parfois équivoque entre ces deux jeunes garçons est l'occasion pour l'auteur de livrer une description soignée des sentiments, avec des descriptions qui s'étirent parfois sur plusieurs pages, alors qu'on aurait pu faire plus court.
Mais c'est aussi un pamphlet contre les institutions, catholiques en particulier.
Bon, c'est une oeuvre incontournable dit-on, bien écrite, mais qui est quand même bien datée.
Commenter  J’apprécie          111
salingerJD
  15 octobre 2015
Un texte, couronné par le prix Renaudot en 1944, magnifique. Parfois il est nécessaire d'avoir quelques connaissances en mythologie grecque et latine, sur le christianisme pour mieux s’imprégner. Un niveau donc de lecture assez élevé est nécessaire. Ce genre de livre ne plaira pas aux fans d'actions de ou de policiers.Une situation parfois simple est en effet développée sur plusieurs pages. Sentiments et réflexions sont prépondérants sur l'action.
Quant à ceux qui définissent ce livre comme un "roman homo", ils n'ont je pense rien compris et mélangent amitié forte des années 20, avec la sexualité dont il n'est ici absolument jamais question bien au contraire.
Quant au film que j'ai vu après lecture...quelle honte.. l’œuvre est complètement vidée de son sens, les personnages n'ont plus rien à voir..
Commenter  J’apprécie          101
Luniver
  31 août 2011
Le jeune George fait son entrée dans un pensionnat catholique. Il se lie très vite avec un autre garçon, Lucien. Ce dernier entretient une relation coupable (pour les adultes) avec un autre garçon, relation que George finit par dénoncer, plus par jalousie que par sens du devoir. Mais cela ne suffit pas à ramener Lucien vers lui. George va alors éprouver un amour très pur pour le charmant Alexandre, attirance qui sera réciproque.
Ce livre est vraiment superbe, tendre et sensuel. Il vous charmera pourvu que vous puissiez être ému d'un baiser ou d'une caresse.
Commenter  J’apprécie          110
SebCrabe
  07 avril 2015
Dans les années 1920, au sein d'un austère établissement religieux, deux jeunes adolescents entretiennent un sentiment d'amitié fort et profond. A sa rentrée au pensionnat, Georges jalouse l'amitié que Lucien éprouve pour un autre garçon. Il arrive à convaincre Lucien de se séparer, mais décide de se lier avec Alexandre, plus jeune de quelques années, d'une beauté angélique qu'il ne peut qu'admirer. Rencontres, rendez-vous, mots échangés et moments partagés deviennent pour les deux garçons des préoccupations quotidiennes. Les adultes qui les entourent s'emploient dès lors à tenter de détruire ce sentiment qu'ils ne comprennent pas. Au fil des pages, Roger Peyrefitte explore les méandres de la sensibilité au détour desquels l'on voit cette amitié si particulière se dessiner comme les prémices de l'amour. La tendresse qui anime les deux héros est confrontée au dur jugement des parents et des enseignants du collège, cet univers hostile auquel ils appartiennent. L'auteur signe avec les amitiés particulières une de ses plus belles oeuvres, reconnue par le monde littéraire avec le prix Renaudot 1944.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ChrystaalleChrystaalle   07 septembre 2011
Et pourquoi céderions nous sans cesse ? Parceque nous sommes des enfants aurions nous toujours tort ? Les enfants ne sont ils pas des êtres vivants ? Seraient ils les seuls à n'avoir pas ledroit d'aimer ?
Commenter  J’apprécie          130
StockardStockard   29 juin 2017
Il avait été aussi naïf parce qu'il était nouveau. Et maintenant il jugeait les professeurs de Saint-Claude plus naïfs encore d'attendre quelque sincérité de leurs pénitents. Ils lui rappelaient ce bon curé de campagne qui, ayant décidé d'établir un roulement pour les confessions de la semaine sainte, déclara en chaire qu'il entendrait : le lundi, les menteurs ; le mardi, les voleurs ; le mercredi, les impudiques..., et s'étonna de ne voir personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
HaleahHaleah   27 novembre 2015
Priez, c'est la prière qui sauve. Veillez, car l'ennemi vous guette. Veillez sur vos amitiés, qui peuvent être l'ennemi. Qu'elles ne soient jamais de ses amitiés particulières, qui cultivent uniquement la sensibilité ; car, ainsi que l'a dit Bourladoue, la sensibilité se change aisément en sensualité.
Commenter  J’apprécie          30
zazimuthzazimuth   31 juillet 2011
Et l'enfant dut comprendre qu'on pouvait s'excuser en demeurant le plus fort, céder sans être vaincu. (p.178)
Commenter  J’apprécie          90
zazimuthzazimuth   31 juillet 2011
Parmi ces garçons, il y en avait qui seraient ses amis. Il reprochait au lycée de ne lui avoir donné que des camarades. (p.13)
Commenter  J’apprécie          70
Video de Roger Peyrefitte (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roger Peyrefitte
In bed with Roger Peyrefitte. Interview (décalée) de Roger Peyrefitte par Pierre Desproges pour le Petit Rapporteur.
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2600 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .