AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les jours brûlants (87)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
diablotin0
  28 septembre 2020
Je mets sans hésiter 5 étoiles à ce dernier roman "les jours brûlants" de Laurence PEYRIN. Je suis conquise, un véritable coup de coeur. J'avais beaucoup aimé "L'aile des vierges" qui n'est pourtant pas le genre de lecture que je lis particulièrement et me voilà à nouveau enthousiaste devant ce dernier né.
Laurence PEYRIN a le don de créer des personnages auxquels il est très facile de s'attacher.
Joanne, femme de 37 ans, vit dans un cadre luxueux auprès de son mari médecin et de ses deux enfants et sans dire au revoir, sans prévenir et sans se retourner elle part et quitte tout. On sait que cette fuite est la conséquence d'une agression qu'elle a subi et l'a complètement déstabilisée mais elle ne donne aucune explications et profite d'être seule pour s'enfuir.
Hé oui, je me suis attachée à cette femme qui a pourtant commis l'acte que je redoute le plus, à savoir partir et ne plus revenir du jour au lendemain. Harvey, Thelma, Silas Jones, sans oublier Shirley sont des personnages que j'ai eu plaisir à rencontrer. Beaucoup d'émotion rien qu'en les évoquant. Je suis encore toute émue en essayant de poser quelques mots sur mon ressenti.
Laurence PEYRIN, vous avez réussi à créer le cocktail parfait pour me permettre de m'évader. Merci, je n'ai lu, jusqu'à présent, que deux de vos livres mais je vais vite me rattraper.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          501
Eve-Yeshe
  08 juin 2020
Joanne Linaker, jeune femme mariée à un chirurgien qu'elle a connu jeune, avec deux enfants vit dans une maison à Modesto en Californie. Sa vie se déroule sans heurts pour cette experte en cocktails, malgré une adolescente qui la traite avec mépris : nous sommes au royaume des « desperate housewives ». Un jour, tout bascule : en revenant de la bibliothèque, en bicyclette elle se fait agresser par un junkie qui la traite au passage de « connasse » « salope » car elle refuse de lui donner son sac.

Des points de suture, qui vont balafrer le front, des contusions multiples vont entraîner un état de sidération puis une plongée dans les eaux profondes de la dépression, de l'alcoolisme… Elle n'arrive pas à s'identifier à autre chose qu'à « salope, connasse » qu'elle se répète en boucle.

L'alcool au volant, comme il se doit, elle se retrouve dans le fossé, la voiture en fourrière, et la phrase assassine de son mari : : « tu me fais peur, tu fais peur aux enfants ». Elle pense qu'elle est devenue toxique, et qu'il ne lui reste qu'une solution la fuite. « Elle fuit pour leur bien à tous. » et c'est le début d'une autre aventure, finie la femme au foyer, elle ne se sent plus légitime et surtout elle a découvert que son monde protégé était un peu trop « idéal » . Alors direction Las Vegas, au volant de sa Punto!

C'est une histoire sympathique, un voyage initiatique car elle se confronte à la souffrance des autres femmes qu'elle va rencontrer, la survie dans un monde dont elle ne connaît rien, avec les douleurs qui s'installent quand on serre trop les dents pour avancer coûte que coûte et surtout ne montrer aucun signe de faiblesse.

Laurence Peyrin décrit assez bien les raisons pour lesquelles on décide de fuir, et à travers la question : « qu'est-ce qui fait que ? », montre que le problème se pose différemment selon qu'on est un homme ou une femme, l'homme peut choisir de disparaître alors qu'il a une famille, sans que cela choque vraiment, tandis que la femme qui abandonne son foyer ou ses enfants cela choque forcément.

J'ai bien aimé les achats compulsifs de céréales du petit-déjeuner qu'elle stocke par kilos n'importe où, les échanges de chariots dans les magasins…

C'est le premier roman de Laurence Peyrin que je lis, et j'ai passé un bon moment, alors que ce n'est pas trop le genre de romans que je lis d'habitude.

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Calmann-Levy qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteure.

#Lesjoursbrûlants #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
Nat_85
  17 mars 2020
» Les jours brûlants « de Laurence Peyrin aux éditions Calmann Lévy paraîtra prochainement dans vos librairies !
Qu'est-ce qui peut pousser une femme à disparaître ?
A trente-six ans, Joanne voue sa vie au bonheur de ses proches. Avec son mari chirurgien, ils vivent paisiblement dans la ville de Modesto en Californie. Elle sait si bien recevoir ses hôtes qu'on la surnomme même « la reine des cocktails » ! Mais ses relations avec sa fille aînée sont plus conflictuelles. En effet, cette dernière – féministe – ne comprend pas l'attitude effacée et sans ambition de sa mère. Néanmoins, rien ne semble perturber Joanne, appréciée de tous.
Mais un jour, alors qu'elle rentre de la bibliothèque à vélo, Joanne est violemment agressée par un homme qui tente de lui voler son sac. Insultée et humiliée, Joanne rentre chez elle, tant bien que mal. Choquée. Son mari médecin est présent et l'accompagne autant que faire ce peu dans son rétablissement. Mais l'irruption de la violence dans la vie de Joanne, de manière aussi soudaine qu'impromptue, va la plonger dans un état second.
p. 153 » La découverte de la violence avait fait de la reine des cocktails, cette joie incarnée, un bloc de souffrance psychique. Elle avait commencé ce jour-là à refouler le passé, tout ce qui était beau et bien, et à voir le présent sous un prisme déformé par le mal obsédant auquel elle tentait d'échapper par des actes aberrants. «
Pour Joanne et ses proches, il y aura un avant et un après. Plus rien de pourra jamais être comme avant. Jamais Joanne ne pourra retrouver la sérénité et surtout l'innocence qui la caractérisait tant jusqu'alors. Une phrase de son mari va déclencher chez elle la décision de fuir et de disparaître..
p. 135 : » Tu me fais peur, chérie, et tu fais peur aux enfants. «
Où Joanne décidera-t-elle d'aller ? Disparaître l'empêchera-t-elle seulement d'affronter cette blessure ? Laurence Peyrin décrit ici avec précision les dégâts que peut provoquer une agression, si banale soit-elle pour certains, elle peut se révéler destructrice pour d'autres. Nous ne sommes pas tous préparés ni armés de la même manière. Finalement, on peut se poser la question de savoir si l'héroïne disparaît pour se protéger elle ou ses proches ? Laurence Peyrin embarque son lecteur pour une série de montagnes russes émotionnelles. Et messieurs, ne vous abstenez pas de découvrir ce roman à première vue plutôt destiné au public féminin, il pourrait vous apprendre quelques subtilités…
Lien : https://missbook85.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
montmartin
  10 juin 2020
Entre Joanne Miller la fille de l'épicier et Thomas Linaker le fils du médecin, le dérapage s'était produit un soir sur un parking, dans l'exiguïté du siège d'une Pontiac, une petite Brianna toute joufflue était née neuf mois plus tard. Voilà comment Joanne était devenue une bourgeoise de Modesto, elle était la joie de vivre incarnée. Elle éprouvait une vraie passion amoureuse pour son mari. Joanne n'avait jamais connu la violence ; un coup rapide donné dans la roue arrière de son vélo, une chute, un choc si violent et un marginal drogué qui lui tire le sac qu'elle portait en bandoulière.

Son quotidien si harmonieux est cassé, elle passe ses nuits à se remémorer cette attaque et voilà Joanne qui bascule, qui dégringole. Elle se retrouve en cellule de dégrisement au poste de police. Et son mari qui prononce cette phrase terrible : « tu me fais peur chérie, et tu fais peur aux enfants. » Alors Joanne décide de s'en aller de leur vie pour qu'ils puissent regagner l'équilibre qu'elle leur a fait perdre.

Qu'est-ce qui fait qu'un jour, quelqu'un décide de disparaître ? Qu'est-ce qui fait que ce suicide social soit la seule voie possible ? Comment une mère peut-elle quitter son foyer, laisser ses enfants derrière elle, sans se retourner ?

« La maternité, sacrée entre tous les liens humains, faisait de la fuite le plus incompréhensible des abandons, le plus impardonnable. On aurait davantage compris un suicide physique. La mort absout de bien des choses. »

Las Vegas est la ville idéale pour se perdre, et la ville va absorber Joanne immédiatement, au fil des mois elle va se couler dans la cité du péché et devenir la reine du cocktail.

« Elle avait fait ce en quoi elle était passée experte : édifié les barrages, fermé les écoutilles, mis en vacance l'hémisphère droit de son cerveau, celui des émotions. Elle avait basculé toute sa mécanique sur l'hémisphère gauche, celui de la raison, le côté binaire où une question n'avait qu'une réponse, point. »

Laurence Peyrin nous dresse le portrait d'une femme attachante qui voit sa vie dérailler suite à une agression, qui perd complètement pied. L'auteur sait parfaitement décrire toutes ses émotions, sa culpabilité, son envie d'oublier, de se reconstruire, de renaître. Elle va se retrouver barmaid dans club de strip-tease, un havre de paix pour les âmes perdues, celles qui ont connu une mauvaise fortune de vie, où Harvey et Thelma les patrons essayent de restaurer le vivre-ensemble. L'occasion pour Laurence Peyrin de nous faire partager le quotidien des danseuses, Beverley, Rita, Mandarine, Sally-Kim, Rosario, toutes ballottées ont échouées dans ce club, brisées par leurs rêves perdus. Comme Joanne, le lecteur va peu à peu découvrir le destin tragique de chacune, et puis il y a Silas Jones le jeune guitariste plein de délicatesse.

Le parcours de cette femme qui part à la rencontre d'elle-même est un vrai régal, l'écriture, l'histoire, les personnages secondaires, tout se sirote voluptueusement comme les cocktails que l'on trouve en tête de chaque chapitre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
llamy89
  20 juin 2020
Laurence Peyrin décrit des héroïnes ancrées dans leurs époques, fragiles et fortes à la fois.

Cette fois, l'auteure nous interroge sur ce qui peut, un jour qui peut sembler ordinaire, décider un proche à tout abandonner. Sans se retourner. Dans une brûlante nécessité de fuir ce qui n'est déjà plus la vie d'avant.

Début des années 60, Joanne vit une jeunesse portée par Chuck Berry, le cruising sur le capot de belles décapotables. Thomas Linaker tombe sous le charme de ses 18 ans, son humour, sa joie de vivre et ses cocktails. La voilà Maman de Brianna.

18 années plus tard, quartier résidentiel de Modesto, Joanne est passionnément amoureuse de son chirurgien de mari, aime Brianna, adolescente rebelle et féministe même si sa condescendance la blesse et son petit garçon Christopher.

Une décision altruiste et une mauvaise rencontre sur la route de la bibliothèque vont faire basculer sa vie. Un type sorti de nulle part, la jette de sa bicyclette, lui arrache son sac, l'insulte, la laisse démunie et humiliée au sol. Joanne n'avait jamais connu la violence avant cette mauvaise rencontre. Pourquoi elle ?

Joanne perd pied, cherche un moyen de sortir d'elle-même en échangeant plusieurs fois par semaine son caddy de courses contre celui d'une inconnue. La souffrance psychique prend le pas sur la souffrance physique, son mari ne parvient pas à l'aider. Dépression, alcoolisme, déni, rien ne la ramène à sa vie d'avant.

Voilà, c'est décidé, elle doit partir pour Thomas et pour les enfants ! L.A devient une évidence. La cité de tous les vices, de l'oubli de soi. Il faut qu'elle parte.

Cette quête de soi entreprise par Joanne Linaker va être longue, peuplée de rencontres bouleversantes. Une longue reconstruction au son du rock bien sûr et des ballades acoustiques de "Murphy" à trois heures du matin. Elle s'échappe d'elle-même pour devenir "Pas Betty".

Chaque chapitre s'ouvre sur une recette de cocktail dont l'arôme décrit l'atmosphère : Bourgeoise à Modesto équivaut à "Root Beer", arôme : sucré-épicé ; la décision de disparaître "Highway To Hell", arôme : exalté. Laurence Peyrin rend son récit addictif tant par l'atmosphère de l'époque, que par la description de ses personnages attachants, bouleversants.

Magnifique roman, je lui garderais le "Shirley Temple" arôme : acidulé.
Merci pour ce délicat moment de lecture ! Sur le podium des coups de coeur de l'année.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
AudreyT
  01 août 2020
*****

A Modesto, la vie de Joanne Linaker est paisible. Femme et mère au foyer, elle aime son mari comme aux premiers jours et ses deux enfants la comblent de bonheur. Mais alors qu'elle est agressée un jour en rentrant de la bibliothèque, sa vie se brise. Perdue, meurtrie, ses repères basculent. Elle n'a plus sa place dans cette famille, cette maison, cette ville... La reine des cocktails va se volatiliser, se rendre invisible et se faire oublier...

De Laurence Peyrin, j'ai tout lu... et tout aimé...

Cette conteuse hors paire réussit une fois encore à m'émouvoir avec son nouveau roman sous fond de rock et d'errance...
Joanne, ça peut être moi, vous, une amie, une voisine... Une femme ébranlée par la violence d'une agression et qui ne trouve plus les mots pour exprimer sa souffrance. Une femme étrangère à son ancienne vie, celle avant la chute, les coups, les insultes. Une femme qui a besoin de fuir, oublier, pour se reconstruire... Une femme qui va trouver la paix, la sécurité, au milieu d'individus tout aussi paumés qu'elle. Face à la douleur, chacun apportera ce qu'il peut à l'autre et ensemble, ils se relèveront...

Les héroïnes de Laurence Peyrin ont cette capacité a vous être proche, à retenir toute votre tendresse et à vous accompagner tout au long de votre vie... Ne passez pas à côté de Joanne sans la voir, sans l'écouter et sans lui tenir la main... Il vous manquerait inévitablement quelque chose...
Lien : https://lire-et-vous.fr/2020..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Elodieuniverse
  03 juin 2020
Quel roman! C'est un coup de coeur! Suite à un épisode violent et traumatisant, Joanne vacille et sa vie dorée tombe en poussière. On tente de comprendre comment et pourquoi une mère de famille aimante et aimée plaque tout du jour au lendemain. Comment cette femme issue de la petite bourgeoisie américaine se retrouve dans un club de Vegas? J'ai adoré le contexte de la fin des années 70. On va suivre Joanne dans sa reconstruction, sa renaissance. On va découvrir une femme en pleine libération, en quête d'elle-même, du bonheur, d'une autre vie... Bref, l'histoire de ce livre est vibrante, dure mais magnifique.(...)

Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie




Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          300
Bazart
  08 août 2020

Dans l'Amérique des années 70, Joanne, mariée à Thomas avec qui elle a eu deux enfants semble avoir une vide modèle, elle coule une vie paisible et heureuse à Modesto avec sa famille. Mais un jour après une sauvage agression, elle décide de tout quitter pour aller vivre à las Vegas sans en informer ses proches.

Autour du thème de la disparition volontaire, Laurence Peyrin mixe- un terme bien approprié pour une héroine qui adore réaliser des cocktail- une belle histoire autour de résilience, la culpabilité, de renaissance et d'espoir.

Comme dans le déjà très bon " Ma Chérie", son précédent roman, Laurence Peyrin arrive à solidement tisser son intrigue grâce à une plume toute en fluidité et une héroïne attachante et complexe.

La force de l'écriture de Laurence Peyrin réside surtout dans son talent indéniable à créer des héroïnes complexes et émouvantes qui savent transporter son lecteur et un sens du romanesque incontestable !

Un excellent roman d'été, très bien mené et avec en point d'orgue une belle reconstitution d'époque qui prouve après ma chérie tout le talent de conteuse de Laurence Peyrin .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
stokely
  20 juillet 2020
J'aime beaucoup la plume de Laurence Peyrin car elle a cette faculté a nous embarquer avec elle dans ces récits peu importe dans quelle époque ceux-ci se situe.

Ici nous sommes à la fin des années 70 avec Joanne Linaker qui a 37 ans une famille composée de deux enfants et de son mari chirurgien avec un train de vie plus que confortable, elle a eu son premier enfant très jeune mais l'amour est toujours aussi fort avec son mari contrairement à ce que ses amies lui racontent de leur côté. Elle se trouve plutôt chanceuse avec sa vie confortable et pour occuper ses journées elle aide les associations caritatives.

Et puis un jour à la suite d'une agression son monde va être chamboulé, elle va d'abord faire de petites choses plutôt incongrus et puis elle va avoir le besoin de quitter le cocon familial en laissant mari et enfant sans nouvelles pour elle pouvoir se reconstruire.

Un très beau récit et une ambiance particulière des années 70 parfaitement narré, j'ai cependant trouvé que cela s'essouffle un peu vers la fin au niveau du rythme et la fin arrive ensuite un chouilla trop rapidement et elle est également un peu trop convenue à mon goût.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
MelleFifi
  24 mai 2020
Merci aux éditions Calmann-Levy et à Netgalley pour la découverte de ce titre.
Une histoire bien surprenante que celle de Joanne, femme de médecin plutôt heureuse dans l'Amérique des années 70. À la suite d'une agression Joanne perd pied. Cela commence par de petites choses... comme aller au supermarché, se tromper de caddie et y prendre goût. Elle se prend à aimer découvrir ce que les gens achètent... et dès que cela n'es va pelle se rue au supermarché. Sa famille commence à avoir peur... Alors Joanne prend la route de Las Vegas et disparaît du jour au lendemain. Là elle vit dans sa voiture quelques temps avant d'être secourue par une femme qui lui trouve un lieu de vie. C'est là qu'elle va pouvoir se reconstruire dans un Cabaret miteux de Las Vegas. Depuis toujours elle est la « Reine des cocktails », la voici donc barmaid dans le Cabaret...
Belle histoire captivante, les personnages sont attachants et on a envie que Joanne trouve enfin le repos et sa tranquillité. Il est intéressant de découvrir le contexte, la morale de l'époque. Tout est réalisable, même si certaines situations ou personnages paraissent surréalistes ! Mais tout est bien amené et justifié. Une belle découverte !
#Lesjoursbrûlants #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2390 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..