AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782754822732
Éditeur : Futuropolis (17/05/2018)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 46 notes)
Résumé :
En septembre 1914, l’asile de Prémontré, dans l’Aisne, près de Soissons, abrite quelque 1300 malades. Des aliénés, des fous, des « zinzins », comme les appelle le gardien-chef Loisel. L’armée prussienne, avec à sa tête le colonel Von Stauffenberg, qui se dirige à marche forcée vers Paris, est en vue. Le directeur se fait la malle, promptement suivi du médecin-chef adjoint et de quelques autres, abandonnant les malades à l’envahisseur. André Letombe, l’économe en fin... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  08 décembre 2018
Nous sommes en 1914, dans un hôpital psychiatrique du nord-est de la France.
Rien que ça nous permet de comprendre que les faits racontés ne vont pas être joyeux.
La guerre est déclarée, une partie du personnel abandonne les malades à leur sort, l'hôpital va être occupé, la famine et le froid achèveront de décimer ceux qui restent.
Mais une idée est alors lancée qui pourrait permettre d'en sauver quelques-uns.
Voilà une bande dessinée qui reprend un fait historique et le traite avec beaucoup de finesse, d'intelligence et de réalisme.
Les couleurs sont magnifiques et on ressent bien le respect avec lequel l'auteur considère les malades et leurs familles.

Commenter  J’apprécie          330
prune42
  10 juillet 2019
Août 1914, asile psychiatrique de Prémontré, près de Soissons. Clément s'engage dans cet établissement comptant 1300 malades, tous atteints de problèmes mentaux. le Directeur et son équipe fuient à l'approche de l'armée allemande, laissant quelques membres du personnel et les religieuses seules pour s'occuper des pensionnaires. La nourriture manque ainsi que le charbon pour se chauffer. L'arrivée d'un médecin allemand améliore un peu les conditions d'existence temporairement des malades et du personnel. Mais Clément n'a pas révélé la vraie raison de sa présence à l'asile…
Je ne connaissais pas les faits ayant servi à l'écriture de cette BD mais ceux-ci font froid dans le dos et laissent beaucoup à penser sur la cruauté des personnes qui ont laissé l'asile livré à lui-même alors que la guerre était à deux pas.
J'ai lu avec intérêt cette BD au contenu riche, avoir écrit sur cet épisode historique est une bonne idée.
A côté de la grande histoire, il existe plusieurs sous histoires, toutes bien élaborées, comme les raisons de la présence de Clément ou l'humanité de personnages censés être pourtant nos ennemis en temps de guerre, il y a de la matière dans ce livre.
Les dessins sont relativement simples, réalisés avec une grande palette de couleurs et comme à l'aquarelle, ils sont faits avec qualité.
Cette BD s'adresse à des adultes et donnera à réfléchir à ce qui fait notre humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
tchouk-tchouk-nougat
  12 novembre 2018
L'asile de Prémontré accueille quelques 1300 pensionnaires, près de Soissons. En aout 1914 l'ordre de mobilisation réduit le personnel et Clément en profite pour se faire embaucher comme chauffeur. Ce qu'il ne sait pas, c'est qu'il va se retrouver coincer pendant cette longue période de guerre dans un asile où il faudra se débrouiller pour trouver à manger et de quoi chauffer.
Cette bande-dessinée nous raconte la lutte incroyable de cet asile. L'évacuation promise ne viendra jamais et Prémontré va se retrouver derrière les lignes de front. Les allemands vont venir piller les réserves puis y amener leurs nombreux blessés. pendant ce temps le maigre personnel restant se bat pour trouver de la nourriture et du combustible pour maintenir en vie la communauté. Un témoignage poignant d'un ilot d'irréductibles dans cette grande guerre.
A côté de ça nous avons Clément, trop jeune, trop tendre. Il est à la recherche de quelque chose dans cet asile. C'est un personnage attachant, en pleine construction.
Le dessin est très sympathique malgré quelques visages anguleux. les couleurs aquarelles arrivent à réchauffer cette atmosphère pourtant douloureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
MarquePage
  28 mars 2019
Je me suis lancée dans cette BD sans savoir où je mettais les pieds.
J'ai découvert un récit touchant sur un sujet délicat à traiter. La psychiatrie. Encore plus pendant les dures années de la première guerre mondiale. Il y a beaucoup d'humanité et de tolérance dans ces pages, entre les préjugés et la discrimination, dans la dureté du quotidien et de leur sort les laissés pour compte ont le beau rôle.
A leur côté nous avons la petite histoire de Clément et celle d'André, qui se battent pour ce qu'ils croient. Ils sont touchants et attachants. Avec une histoire et un caractère. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, entre la Mère Supérieure et l'aliéniste allemand.
Les dessins sont très intéressants. Ils donnent une touche de douceur avec cette colorisation. Ils sont très appréciables.
Commenter  J’apprécie          140
blandine5674
  11 juillet 2019
Septembre 1914, le personnel encadrant d'un asile psychiatrique fuit. Ne reste qu'une petite poignée pour gérer les 1300 malades. Comment également les nourrir et les chauffer ? Fait réel où s'entremêlent deux histoires principales. Un dessin fin aux belles couleurs pastels. Intéressant.
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ColibrilleColibrille   25 octobre 2018
- Dans six jours, c'est le 14 juillet. En France, c'est la fête, on danse. Les malades penseraient à autre chose si elles devaient préparer une robe... pour un bal.
- Emollit mores nec sinit feros. "La coutume adoucit les moeurs et civilise la férocité. " (Ovide)
Commenter  J’apprécie          00
ColibrilleColibrille   25 octobre 2018
- Vous n'êtes pas heureux du départ des Allemands ?
- Maintenant nous sommes seuls, complètement seuls.
- Maintenant nous sommes libres, vous voulez dire.
- Oui, libres de crever à petit feu. Personne ne nous entendra. Pas même nos ennemis.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Stéphane Piatzszek (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Piatzszek
Stéphane Piatzszek en interview pour planetebd.com
autres livres classés : asileVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
329 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

.. ..