AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 275480675X
Éditeur : Futuropolis (06/02/2014)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Parce qu'ils mettent les mains jusqu'aux coudes dans les poubelles de la vie, pour les autres Moudy, Alex et Samir sont des voyous, des vauriens, des racailles. Des « ordures ». Les deux premiers travaillent dans un centre de tri des ordures ménagères, justement, dans une riante banlieue. Le troisième survit en vendant des cigarettes de contrebande, sous le métro aérien, à Paris. Moudy aime les garçons. Le regard désapprobateur de ses « frères » lui fera quitter le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Titania
20 août 2015
East side Story ! Stéphane Platzszek et Olivier Cinna ont trouvé le ton juste, sans misérabilisme, pour mettre en scène dans une tragédie de notre temps, des jeunes de banlieue...Dans le 9-3, en marge de la grande ville, ils sont à la dérive. Quand ils travaillent, Ils sont éboueurs, trient les déchets d’une société de consommation dont ils sont exclus. Ils trafiquent des cigarettes, de l’herbe, volent, se battent, se prostituent, habitent dans des squats. Ils n’ont rien d’autre qu’une sorte de fraternité et des rêves...voir la mer, admirer les danseuses du conservatoire, être le «King des poubelles pour une semaine » au dernier étage d’un immeuble promis à la démolition...Ce roman graphique est un polar noir sur désespérance sociale en deux tomes. Dans ce premier volume, les auteurs posent bien le contexte de cette marginalité dont la violence annonce l’inéluctable tragédie, au détour d’une manifestation de sans-papiers. Les personnages sont esquissés , Alex, Moudy, Samir, le groupe de Gitans, les très discrets policiers qui n’ont pas le premier rôle. Le graphisme est sublime, du noir et blanc très contrasté, un tracé précis, une recherche esthétique dans les contrastes, des corps en mouvement comme en fuite, dans des friches industrielles déprimantes. Parfois les noirs sont blancs et les blancs sont noirs en jouant sur la lumière... le malheur des hommes est de la même couleur...A la fin du premier tome, je les trouve attachants mes trois héros, j’ai peur pour eux, ils sont un peu inconscients, je les suis dans le deuxième tome...vous venez avec moi ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
kanarmor
21 avril 2014
Histoire de trois jeunes hommes un peu paumés vivant à Paris dans une situation précaire. Il y a Moudy, jeune noir vivant au départ en foyer. Son pote Alex qui travaille avec lui dans une déchetterie. Et puis Samir, qui va les rencontrer, sans-papiers, petit trafiquant de clopes et voleur pas très doué. Tous les trois tentent de survivre dans cette jungle urbaine où ils ont du mal à trouver leur place, parmi les poubelles de la vie.
Le dessin à l'encre noire illustre bien toute la noirceur de leur vie.
Sombre, réaliste, dur. Une réalité qui pue comme les ordures.
Commenter  J’apprécie          100
yvantilleuil
15 mars 2014
Moudy, Alex et Samir sont des vauriens, des petites frappes, des ordures qui n'ont pas demandé à pourrir dans un recoin de cette société qui ne fait aucun effort pour les intégrer. Les deux premiers travaillent dans un centre de tri de déchets ménagers, tandis que le troisième survit en vendant des cigarettes de contrebande et d'autres substances illicites sous le métro aérien des quartiers parisiens malfamés. Face au regard désapprobateur de ses « frères » du foyer africain, Moudy décide d'aller vivre son homosexualité bien loin de cet endroit où ils vivent entassés à dix par piaule. À la recherche d'argent pour financer les faux-papiers qui lui permettront de s'extirper de la clandestinité, Samir croise la route du jeune black et de son compagnon d'infortune…
Deux ans après La Fête des morts, Stéphane Piatzszeck (Tsunami) et Olivier Cinna (Mr. Deeds) s'associent de nouveau pour un polar social en deux tomes. Tournant le dos au décor exotique de leur précédente collaboration, ils plongent le lecteur dans une banlieue où les combines en tous genres, la criminalité et les flics ripoux sont légion. Dans cette décharge à ciel ouvert, Stéphane Piatzszek dresse le portrait de laissés-pour-compte dont le destin chavire en fin de premier volet. Gardant le gros de l'intrigue pour la conclusion de ce diptyque, il prend donc tout son temps pour mettre son histoire en place et installer une ambiance lente, pesante et pessimiste.
Les nombreuses planches muettes offrent à ce titre des moments de respiration qui démontrent que dans certains quartiers le temps n'évolue pas à la même vitesse qu'ailleurs, qu'il pèse sur le quotidien, comme s'il ne servait à rien de se presser quand le futur ne réserve rien de bon. Et quand il s'accélère, ce n'est jamais bon signe: des gitans armés aux basques, une manif de sans-papiers qui tourne mal… courir, s'enfuir, respirer, puis ralentir et revenir au traintrain journalier, qu'une vanne tente d'alléger, juste un instant… avant de replonger encore un peu plus bas. Olivier Cinna ne s'amuse pas seulement avec le rythme de cette (més)aventure humaine, mais imprègne également une atmosphère peu reluisante tout au long du récit. Un regard noir envers une attitude trop arc-en-ciel, des silences qui en disent parfois très long et un graphisme qui délaisse volontairement les couleurs, de peur d'embellir cet environnement riche en détritus, qu'il enveloppe volontiers d'aplats sombres, telle une ombre qui empêche ses habitants de briller.
À l'inverse des nombreux albums inutiles qui étouffent lentement le neuvième art, celui-ci a clairement sa place ailleurs que dans une poubelle. Malgré un titre qui ne laisse pas présager d'un avenir radieux, cette saga a en effet le mérite de s'intéresser à des jeunes qui ne croiseront probablement jamais notre regard dans la vraie vie, alors qu'ici, c'est l'envie de découvrir la suite de leur destinée qui domine en fin de lecture.
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Doc29
21 novembre 2015
Voici un diptyque en forme de coup de poing, dont le titre révèle déjà la teneur.

C'est effectivement une "poubelle à ciel ouvert" que nous présentent Stéphane Piatzszek et Olivier Cinna : trois jeunes hommes, Moudy, Alex et Samir "survivent" dans une banlieue sordide, leur quotidien est bien sombre et leur avenir semble l'être tout autant.
Quelques vignettes, montrant la la jeune Cheyenne virevoltante et rayonnante puis la danseuse permettent une respiration dans ces deux tomes à l'atmosphère pesante, où l'accent est mis sur la violence à laquelle les trois jeunes sont confrontés à chaque instant.
le scénario et les traits noirs comme le destin des personnages nous tiennent vraiment en haleine. Même si on craint le pire pour eux, on se surprend à espérer que la roue tourne enfin en leur faveur.... Lecture à réserver à un public averti !
Commenter  J’apprécie          20
alouett
12 septembre 2014
Banlieue parisienne, de nos jours.
Moudy et Alex travaillent dans un Centre de tri d'ordures ménagères. Moudy est noir, homosexuel et vit dans un foyer d'hébergement ; du fait de son orientation sexuelle, les hommes de sa communauté le regardent d'un oeil désapprobateur. Alex quant à lui vient de perdre son père. Depuis le décès, il vit seule dans la maison du paternel. Il se contente de peu, c'est un homme est sans grandes ambitions. « Vu la merde que les gens balancent, on sera jamais au chomdu » se plait-il à plaisanter.
Entre Barbès et Pigalle, il y a Samir. Un « Sans papiers ». Il vit clandestinement des petits trafics en tout genre auxquels il s'adonne : essentiellement des cartouches de cigarettes. Plus ponctuellement, il revend du shit.
Tous trois vont se rencontrer dans des circonstances inhabituelles et rien ne les prédisposaient à se lier d'amitié. Mais les événements qui vont avoir lieu laissent penser le contraire.
-
La première collaboration entre Olivier Cinna et Stéphane Piatzszek avait donné naissance à Fête des morts (Editions Futuropolis – 2011), un polar qui traitait du commerce sexuel. J'avais eu le coup de coeur pour cet album. Difficile donc de passer à côté du premier volume d'Ordures… mais je n'y ai pas trouvé le plaisir escompté.
Pourtant, l'histoire se lit facilement. Lecture fluide, rapide, un peu trop rapide même mais cela tient aux nombreux passages muets de l'album donnant, il faut le reconnaitre, un rythme tout à fait cohérent à ce qui nous est donné de découvrir.
Le dessin d'Olivier Cinna est sec et nerveux. Réalisées au pinceau, les illustrations développent un univers en noir et blanc qui porte bien ce quotidien un peu écorché et un peu amer des personnages principaux.
(...)
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (4)
BoDoi29 avril 2014
On brûle d’autant plus de savoir la suite que les auteurs nuancent subtilement le portrait de leurs jeunes racailles.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo28 mars 2014
Au niveau du graphisme, le dessin de Cinna, tout en noirs et blancs denses et âpres participe grandement à l’ambiance oppressante du récit. Un trait sans concession mené à grands coups d’encrages qui permet de peindre une société des laissés-pour-compte où la survie est l’affaire de chaque instant.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDGest18 février 2014
À l'inverse des nombreux albums inutiles qui étouffent lentement le neuvième art, celui-ci a clairement sa place ailleurs que dans une poubelle.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario20 janvier 2014
Avec ses « tâches » de noir qui en quelques coups de pinceau dessine un personnage et en saisisse l’âme, le trait de Cinna fait écho à celui d’Hugo Pratt sur les Corto Maltese entre Tango et La Ballade de la mer salée. Le dessinateur se démarque par la précision de ses cadrages aux accents de cinéma qui boostent le récit et lui donne un vrai punch.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
kanarmorkanarmor21 avril 2014
- Alors, Samir, de retour à la préfecture de Barbès ?
- Oui, j'ai mis pas mal de temps à vous trouver cette fois.
- La préfecture est itinérante. Ca évite les mauvaises rencontres. T'as l'argent ?
- Presque 700 euros.
- Pas assez.
...
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Stéphane Piatzszek (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Piatzszek
Léonard Chemineau en interview pour planetebd.com .Après l?adaptation d?un premier polar en solo pour la collection Rivages/noir de Casterman ("Les amis de Pancho Villa"), Léonard Chemineau s?est associé au scénariste Stéphane Piatzszek pour un autre polar ténébreux, aux pourtours plus fantastiques, convoquant l?homme de Neandertal à notre époque? Baptisé "La théorie de l?évolution" au moment de cette interview (festival de Saint Malo), le bouquin est finalement sorti en juin 2014 sous le titre "Les premiers", toujours chez Casterman. Découvrez un jeune auteur (très !) prometteur?
autres livres classés : immigrationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2714 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre