AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714311881
Éditeur : José Corti (05/10/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Dans Cher lecteur, Georges Picard rend un vibrant hommage à deux de ses passions : passion de lire et passion d’écrire. Certaines des plus belles journées de son existence, passées à lire, à rêver, à méditer, il les doit à d’innombrables écrivains, célèbres ou peu connus, dont quelques auteurs réputés « confidentiels » qui ont, plus que d’autres, su faire vibrer leur vie dans leurs livres : Benjamin Fondane, Georges Perros, Jean-Claude Pirotte... «Tandis que nous vi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Alzie
  18 décembre 2017
Aux marges de la production actuelle une jolie surprise : G. Picard aux éditions Corti. Un essai et un auteur atypique (un temps ouvrier, puis journaliste, il se consacre maintenant à l'écriture) dont on découvre la démarche littéraire et le tempérament dans ce texte. L'entrée en matière de « Cher lecteur » faisait sur moi son petit effet :
« Je ne suis pas un écrivain médiatique. J'estime que la rencontre d'un auteur et de ses lecteurs doit se faire par la lecture et non par le biais des médias. La voix intérieure de l'écrivain, sa chaleur et sa couleur particulière, son style, son rythme mental, seul le texte les transmet. » Et je ressortais d'une librairie avec un nouveau livre sous le bras.
L'apostrophe semble désuète aujourd'hui ? Lisez plutôt ce livre. Cette réflexion où l'on entre à petits pas j'aime espérer que de nombreux lecteurs s'y dirigeront et s'y plairont. Telle une lettre, plutôt une conversation, au ton confidentiel et amical où l'auteur s'adresse aux amoureux de la lecture, familiers des « sauts et gambades » de l'esprit chers à Montaigne avec qui il semble complice ; on peut parler ici d'une connivence entre l'écrivain et le lecteur, elle s'établit très vite et s'approfondit au fil de la lecture car, en plus de l'attention qu'il lui accorde Picard implique particulièrement son lecteur dans cette suite fertile de propos personnels libres et très pénétrants, sur la lecture et l'écriture. À mille lieues de toute espèce de complaisance. En ces temps de « décervelage collectif » où la marginalisation de la « culture dense et de la réflexion posée » font défaut, l'auteur est cependant loin de la déprime.
Certes l'exercice est prisé et nombreux sont les écrivains qui y excellèrent (G. Picard rend d'ailleurs un hommage appuyé à Bonnet, Manguel, Eco ou Gracq (« En Lisant en écrivant »). Le danger serait de donner à la fin l'impression de s'auto célébrer d'avoir tant lu. Pas de ce narcissisme chez Picard. Quelque chose d'un échange assez généreux se dégage du fond de cette « divagation » douce, pleinement assumée, plutôt pertinente. La pensée est argumentée, diversifiée, mais peut aussi se laisser aller :
« Ecrire sur l'écriture ou la lecture en laissant les idées jaillir sans ordre précis, simplement pour le plaisir de les énoncer », en s'accordant « une liberté qui ne peut plaire qu'à un certain type d'esprit dilettantes » (p. 37). Les esprits en question se reconnaîtront d'eux-mêmes.

Des souvenirs de ses lectures « naïves » d'enfance, instants miraculeusement protégés que nous avons peut-être aussi en mémoire, G. Picard passe à celles de l'âge adulte, nombreuses, riches et variées, et offre de vrais moments d'intensité (avec Léautaud et Rousseau), instants d'apprentissage à la littérature au milieu de livres et d'auteurs connus ou oubliés (heureuse d'entendre parler de Benjamin Fondane tout comme des romans de Charles Morgan).
Habitudes, battements de coeur, affolements et autres jubilations ponctuent de courts chapitres, mais aussi délaissements, résistances, retrouvailles ou déceptions, autant d'émotions que chaque lecteur reconnaît à chaque pages, identifie comme siennes et partage avec lui. Ailleurs, il évoque le style : « le style, qui est tout sauf une parure (et sans doute le véritable sens de l'oeuvre) ouvre lui aussi un espace de délectation (ou de répulsion) » (p. 33) ; ou encore la langue : « J'aime la langue classique, j'aime aussi les langues chiffonnières qui ne respectent rien, sauf l'authenticité de leur propre inspiration » (p. 39)…
Il questionne la forme du roman aujourd'hui, engage un débat par livre interposé (« Comment parler des livres qu'on n'a pas lus ») poussant jusqu'à leurs limites les arguments de Pierre Bayard sur la non lecture comme mode de connaissance. Sa méfiance à l'égard de toute rhétorique fallacieuse, de certain style pamphlétaire, me rapprocherait de lui à moins que ce ne soit son amour de Proust et de Stendhal. Ou alors son choix de la simplicité dans l'expression d'une pensée qui ne sacrifie jamais rien à l'esprit de nuance. Revenu d'un « égarement » maoïste de jeunesse, il préfère se mettre en mode silencieux plutôt que d'énoncer des sottises trop habilement tournées. Le texte respire, ici ses redécouvertes, là ses prises de distance avec le monde universitaire ou celui de la critique, ou encore ses préférences :
«les journaux intimes et les journaux de pensées, les recueils d'aphorismes, les idées adventistes levées sous l'inspiration du moment, les décrochages et les coqs-à-l'âne que l'on trouve dans les correspondances, les mémoires ou les livres de confidences spontanées »…
Plus loin, le choc des grands incontournables de la littérature qui intimidèrent le futur écrivain et vers lesquels cependant il revient sans cesse. Lire, écrire, sont pour lui en effet les deux fils d'une même activité intellectuelle : penser. Une pensée caracolant entre philosophie et littérature, dont il se réclame et se nourrit alternativement nous révélant quelques ressorts intimes de son « programme ». Qu'est-ce qu'écrire ? Voilà sans doute (surtout?) son sujet. Se libérer « d'un regard intérieur, moqueur et désillusionné » (le sien), avoir à choisir…. Plus la lecture avance, plus la dimension philosophique et méditative de son travail transparaît. Avec une chaleur singulière, le début du livre n'est donc pas démenti, la voix de l'écrivain parle à tous les « lecteurs qui n'attendent pas de la littérature des performances, mais quelque chose de bien plus profond qui touche à leur raison de vivre. » (p. 79 – 80). Un très très beau moment passé avec lui.
Aller chez Picard revêtira désormais pour moi un sens tout particulier !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2010
BoumPoteau
  31 décembre 2017
J'ai acheté ce livre parce que Jérôme Garcin l'a recommandé dans l'Obs. J'aime bien les livres sur les livres, ils aiguisent mon appétit de lecture. Et justement, Georges Picard m'a mis ici sur la piste d'écrivains que je ne connaissais pas, comme Georges Perros. Sauf que...
Sauf que j'ai trouvé l'auteur assez agaçant par moments. En gros, il se voit comme un sage entouré de crétins. Vous lisez peu? Il se demande comment vous faites pour réfléchir. En fait, M. Picard me donne l'impression de quelqu'un qui a beaucoup souffert de la solitude et qui en garde de l'amertume. Il me fait de la peine quand il dit, vers la fin du livre, qu'il a vécu tous les plus beaux moments de sa vie seul, avec un livre.
Commenter  J’apprécie          01

critiques presse (1)
LeFigaro   11 décembre 2017
Sur les traces de Julien Gracq, Georges Picard prône un art de vivre en lisant et en écrivant.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AlzieAlzie   09 décembre 2017
Parfois, nous méritons ce que nous lisons, ces chapelets de pensées figées qui nous enfoncent un peu plus dans nos routines au lieu de nous ébranler, de nous provoquer, de nous obliger à voir autre chose d'un autre point de vue. Pourquoi, par exemple, lire des journaux de notre bord qui ne nous apprennent rien et ne font que nous rassurer, sorte de murailles de consolation derrière lesquelles nous abritons des convictions communes ? Ici, cher lecteur, je ne peux pas m'empêcher de rappeler mon ancien état de militant maoïste dans les années 1968 - 1970. J'en ai tiré l'expérience troublante du masochisme intellectuel qui peut conduire un esprit naturellement inquiet, questionneur, sceptique comme le mien, à refouler ses hésitations sous une chape de certitudes grossières, mais efficaces. La mauvaise foi y atteint une force inhabituelle, car constante, et même revendiquée. [...] Avec quelle facilité l'esprit se plie à des contraintes qu'il s'est lui-même créés au nom de vérités prétendument objectives. (p. 112)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AlzieAlzie   10 décembre 2017
Certes, Homère, Shakespeare, Cervantès ou Flaubert traversent tranquillement le temps à l'abri des fluctuations de la mode. Mais l'ombre qu'ils font à des auteurs moins cotés a quelque chose d'exagéré et d'artificiel. La littérature n'est pas la bourse ni une course de chevaux. Lisons les chefs-d'oeuvre (évidemment !), mais allons voir aussi ailleurs, dans les coins délaissés où nous attendent une infinité de livres prêts à sortir du grand oubli dans lequel l'histoire littéraire officielle les a ensevelis. Même s'il n'y a pas eu d'injustice pour tels romans ou essais réputés médiocres, le lecteur curieux peut y trouver encore de quoi réfléchir ou rêver. Leur lecture n'est pas du temps perdu, car elle permet une vision plus large et plus réaliste de la littérature et des aspects multiformes de l'esprit humain ; les vrais chefs-d'oeuvre n'en seront que plus appréciés. (p. 153)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AlzieAlzie   16 décembre 2017
La manie d'encenser ou de flinguer un ouvrage en dix lignes ou en deux phrases est insupportable ; malheureusement, les choses ne s'améliorent pas avec internet où les éjaculations critiques de livres sont trop souvent d'une indigence et d'une sottise spectaculaires. (p. 88)
Commenter  J’apprécie          102
JuinJuin   29 octobre 2017
Je ne suis pas un écrivain médiatique. J’estime que la rencontre d’un auteur et de ses lecteurs doit se faire par la lecture et non par le biais des médias.
Commenter  J’apprécie          80
AlzieAlzie   10 décembre 2017
Oui, les livres réfléchissent pour moi, la pensée d'un autre m'embarque avec elle pour un voyage qui peut être long. (p. 150)
Commenter  J’apprécie          80
Video de Georges Picard (2) Voir plusAjouter une vidéo

Georges Picard : Tout le monde devrait écrire
A la Cité Internationale Universitaire de Paris, Olivier BARROT reçoit Georges PICARD pour son livre "Tout le monde devrait écrire", un essai qui parle du bonheur d'écrire.
autres livres classés : lecteurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pièces de théâtre, poèmes et romans français du XIXième siècle !

Laquelle de ces pièces ne s'inscrit pas dans ce qu'on appelle vers la fin du XIXième comme "drame romantique" ?

Ruy Blas, Victor Hugo
La Dame aux Camélias, A. Dumas fils
Lorenzaccio, Musset
Ubu Roi, Alfred Jarry

10 questions
177 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , xix-xxè , romantismeCréer un quiz sur ce livre