AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de kobaitchi


kobaitchi
  12 mai 2020
Bon, est-ce qu'écrire cette critique va être aussi ardu que la lecture de ce roman ? J'espère que non. Mais j'ai comme un doute.
En plus, j'ai du retard dans la publication de celle-ci. Merde, ça se fait tellement pas. Mais bon, tant pis, allons-y et profitons-en pour remercier L'Harmattan et Babelio pour cette Masse Critique.

Plusieurs choses m'ont dérangé dans ce livre, certaines ne sont que des détails, mais d'autres sont bien plus problématiques.
Au départ, je voulais commencer par cette couverture floue qui ne donne pas du tout envie de s'attarder pour un feuilletage en règle, étape quasi-indispensable avant l'achat. Mais après réflexion, je me dis que ce n'est peut-être pas le plus important. Cela dit, une belle couverture donnera toujours plus envie qu'une photo floue. Surtout qu'à 30 balles le bouquin on est en droit de s'attendre à un livre qui a un peu de gueule.

Hélas, la couverture non aboutie se marie au final assez bien avec le texte dont elle est la vitrine et dont l'épaisseur fait un peu peur (perso, je m'engage assez rarement pour presque 450 pages si je n'ai pas de bons indices qui m'indiquent que l'aventure va me plaire).

C'est amusant, mais je remarque seulement maintenant que la couverture donnait un indice supplémentaire sur ce qu'on risquait de découvrir dans le livre.
L'oeil était dans l'arbre... Et regardait de drôles d'oiseaux.
Quitte a révéler d'un coup trois des défauts du livre j'aurais été plus loin et l'aurais appelé L'oeil était dans l'arbre... Et regardait... de « drôles d'oiseaux ».
Je ne m'attarderais pas la dessus des heures non plus car le problème relève, à mon sens, de ce que je m'apprête à exposer juste après, mais l'une des premières choses à m'avoir vraiment gavé fut l'emploi abusif des points de suspensions et des guillemets pour un oui ou pour un non. Autant les ... dans les dialogues pour signifier que le personnage a des difficultés à parler ne me dérange pas, autant quand ce sont les phrases du narrateur qui se mettent à terminer de la sorte, probablement dans le but d'ajouter un peu de mystère et de suspense, là je dis non. Ça donne juste l'impression d'un texte écrit par un amateur qui n'a pas d'autre façon de faire passer son message tellement surprenant et cryptique.
Les guillemets souffrent un peu du même problème et sont utilisé de façon assez anarchique. Ainsi le frère de sang du héros devient « son frère » et un figurant qui s'occupe de gérer la prise de son sur un plateau de télé a droit à un « ingé-son » alors qu'il s'agit vraiment de son boulot.

Ces deux problèmes ont pour moi la même origine : un travail de réécriture absolument bâclé. Ce genre d'erreurs ne doit pas pouvoir se retrouver dans le produit fini. L'auteur a-t-il eu le temps et l'occasion de relire et réécrire son histoire ? A-t-il été bien encadré pour le faire ? Si la réponse est oui, il y a un problème. Si elle est non, il y en a un plus gros encore. Car cette partie du boulot aurait dû mettre à jour un autre problème : le livre est trop gros. Ou l'histoire est trop longue, comme on veut. Certaines choses nous sont répétées trois voir quatre fois, certains événements nous sont racontés du point de vue de différents personnages, mais sans rien nous apporter de plus, certains détails que l'on peut aisément deviner au vu de ce que les personnages racontent, nous sont confirmés au bout de plusieurs chapitres, parfois laborieux, juste au cas où on n'aurait pas encore compris. Tout ça cumulé m'a donné l'impression qu'on me prenait pour un abruti fini incapable de déduire des choses pourtant très simples. Ça m'a aussi souvent fait soupirer et poser le livre dans un coin pendant plusieurs jours. (D'où mon retard. Pour le coup c'est ma faute, j'aurais du mieux gérer mon temps. Mais venir à bout d'un livre énorme qui ne nous emballe pas, c'est chaud.)

Encore une fois, il me semble que ce genres de problèmes auraient dû être vus et corrigés lors de la relecture/réécriture.

Hélas, au-delà de ça, j'ai aussi noté deux-trois petites choses inhérentes à l'histoire elle-même qui ont fait que cette lecture n'était pas aussi plaisante qu'elle aurait pu l'être.
Déjà, j'ai mis plus de 100 pages avant de m'attacher à un personnage. Tous semblaient suspects et aucun n'était franchement attachant. Bien sûr, je me demandais qui était le cadavre qu'Adrien faisait disparaître au début de l'histoire, mais je ne m'inquiétais pour aucun d'entre eux. La disparition de l'un ou l'une d'entre eux, que ce soit parmi les gentils ou les méchants me laissait assez indifférent.
Il y a aussi eu quelques réactions illogiques au vu de la personnalité des personnages (Vincent surtout).
Et puis ce foutu Jack Russel qui ne sert à rien et qui est une sorte de mauvais comic relief, on s'en serait passé. J'attendais le moment où il servirait à quelque chose tout en étant persuadé qu'il n'arriverait jamais... Et j'avais raison.

Les détails à la con, mais qui spoilent un peu (pas beaucoup)


Maintenant que tout est dit, est-ce qu'il y a malgré tout quelque chose à sauver de tout ça ? Étonnement, oui.
L'histoire est complexe, il y a beaucoup de personnages et leurs destins sont tous imbriqués d'une façon ou d'une autre. Il y a énormément de ramifications, on a l'impression que ça part dans tous les sens, mais au final tout est lié. Si certaines choses sont un peu grosses (comme la fin) l'idée en elle-même et l'histoire qui est racontée ne sont pas mauvaises du tout

Si le manuscrit avait été suffisamment retravaillé et s'était retrouvé amputé d'une bonne moitié de ses 430 pages, il y a fort à parier qu'il aurait gagné en rythme, en cohérence et qu'il aurait plus facilement maintenus ses lecteurs et lectrices en haleine.

Je terminerais sur une chose que j'ai trouvée très dommage et qui l'aurait été tout autant même avec un bouquin deux fois plus concis, mais qui spoile la fin. Si vous n'avez pas lu le roman il est inutile de cliquer, ça ne vous apportera rien, si vous l'avez lu, en revanche, et que vous êtes arrivés jusque là, ça ne vous fera qu'une poignée de lignes en plus à lire, alors, au point où vous en êtes, autant allez jusqu'au bout.

Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus