AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072687543
Éditeur : Gallimard (14/11/2016)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Publié en 1948, avec 125 lithographies de Pablo Picasso, Le chant des morts, qui devait ensuite prendre place dans Main d'oeuvre, est l'un des ensembles poétiques majeurs de Pierre Reverdy et l'un des plus singuliers puisqu'en résonance directe avec les années d'occupation, les déportations et l'ignominie des camps d'extermination. Jamais Reverdy n'avait ainsi retranscrit, dans sa langue unique, sa "magie verbale" disait André Breton, une suite aussi repérable d'évé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Wozniaksandy
  26 août 2017
Publié en 1948, avec 125 lithographies de Pablo Picasso, le chant des morts, est une oeuvre en résonance directe avec les années d'occupation, les déportations et l'ignominie des camps d'extermination.
C'est une oeuvre commune Picasso et Reverdy ont réalisé un travail exceptionnel. le trait énergique et puissant de Picasso accompagne et souligne la douleur de Reverdy à merveille.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
WozniaksandyWozniaksandy   26 août 2017
À double tour

je suis si loin des voix
Des rumeurs de la fête
Le moulin d'écume tourne à rebours
Le sanglot des sources s'arrête
L'heure a glissé péniblement
Sur les grandes plages de lune
Et dans l'espace tiède étroit sans une faille
je dors la tête au coude
Sur le désert placide du cercle de la lampe
Temps terrible temps inhumain
Chassé sur les trottoirs de boue
Loin du cirque limpide qui décline des verres
Loin du chant décanté naissant de la paresse
Dans une âpre mêlée de rîtes entre les dents
Une douleur fanée qui tremble à tes racines
je préfère la mort l'oubli à la dignité
je suis si loin quand je compte tout ce que j'aime

Tête à tenir
Une large bouffée de flammes
Sur la frise en bas des forêts
Le brouillard échappe des larmes
Sous une écharpe de rosée
L'odeur rugueuse des cigares
Le feu caché des feuilles mortes
Rayons cassés qui tissent ton sourire
Le visage effacé sous son voile de peur
Il va il vient il se retire
Un rayon de miel dans la cire
Une larme amère à ton coeur
Amour reviens dans le silence
Le poids de la main sur ton front
Et toujours la mort entêtée
La mort vorace
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Hamsun14Hamsun14   01 août 2017
Je me suis évadé des lignes trop obscures
Et je ne peux plus revenir
J'ai recouverts de sel les traits de ma figure
et je n'ai plus de place au monde que j'ai fui
Cherche dans le soleil
Cherche dans les ténèbres
Et cherche dans ton cœur un impossible écho
Vers les traînées d'ennui de l'exil en toi-même
Plus haut

(p.40)
Commenter  J’apprécie          20
coco4649coco4649   01 février 2019
Comme la crasse…


Comme la crasse entre
les doigts
Le son des pas comptés
dans le labyrinthe
des tombes
Ces maisons sans orgueil
tombeaux pétrifiés
diffusent le venin
des songes
Et l'homme revenu
pourchassant vers l'écueil
sur les rives du fleuve
immonde
Épaules de nuit dans
la vase
Ravins de la lune de sel
Le cœur brûle son gaz
L'esprit s'écrase
Un parapet de chair
se dresse au cul-de-sac

p.16-17
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WozniaksandyWozniaksandy   26 août 2017
Outre mesure

Le monde est ma prison
Si je suis loin de ce que j'aime
Vous n'êtes pas trop loin barreaux de l'horizon
L'amour la liberté dans le ciel trop vide
Sur la terre gercée de douleurs
Un visage éclaire et réchauffe les choses dures
Qui faisaient partie de la mort
A partir de cette figure
De ces gestes de cette voix
Ce n'est que moi-même qui parle
Mon coeur qui résonne et qui bat
Un écran de feu abat-jour tendre
Entre les murs familiers de la nuit
Cercle enchanté des fausses solitudes


Faisceaux de reflets lumineux
Regrets
Tous ces débris du temps crépitent au foyer
Encore un plan qui se déchire
Un acte qui manque à l'appel
Il reste peu de chose à prendre
Dans un homme qui va mourir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   31 janvier 2019
La nuit glacée…


La nuit glacée dans
le sous-sol de l'hôpital
La terre est aplatie
Comme une nappe d'ombre
Un cadavre de cendre
qui s'imbibe de sang
C'est le désastre du réveil
d'une traînée de nombres
Des êtres fabuleux qui
ont l'œil au nombril
C'est dans les moisissures
d'un soleil au col d'été
que le long fleuve
des jours noirs a
pris sa source
Et sous la pluie à verse
des regards sans appui
l'orgueil déficelé
jeté dans les rigoles


p.9-10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pablo Picasso (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pablo Picasso
Visite guidée au musée Picasso : sept autoportraits pour saisir Picasso
autres livres classés : collaboration artistiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
750 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre