AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749927625
Éditeur : Michel Lafon (21/01/2016)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Jacob, 18 ans, est atteint du syndrome d’Asperger et se passionne pour les enquêtes criminelles. Quand Jess, la jeune fille qui lui donnait des cours de socialisation, est retrouvée morte, tous les indices convergent vers l’adolescent. Lorsqu’il est accusé de meurtre, sa famille se décompose. Sa mère, divorcée et dans une situation précaire, trouve à peine de quoi embaucher un avocat débutant. Théo, son frère cadet, fugue pour demander de l’aide à un père absent, ac... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Dup
  06 février 2016
Je viens de vivre trois jours hors du temps, dans une bulle aux côtés de la famille monoparentale Hunt. Et le moins qu'on puisse dire c'est que la vie avec eux n'est pas de tout repos. Jacob qui a maintenant 18 ans accapare toute l'attention. Il faut dire qu'avec sa pathologie, il est un peu comme une bombe à retardement, susceptible de partir en crise à la moindre contrariété. Emma, la mère, sait comment gérer cela, mais il n'en reste pas moins qu'elle doit rester à l'affût 24h sur 24. Théo, son jeune frère de 15 ans, en pâtit terriblement. Emma obnubilée par l'Asperger de Jacob est complètement aveugle de cette souffrance. Ces trois personnages m'ont fait tout à tour rire et pleurer, j'avais le coeur qui faisait des bonds comme si j'avais été embarquée sur un grand huit.
La dernière marotte de Jacob, après les chiens, puis les dinosaures, c'est la criminalistique. Il pourrait donner des cours à tous les inspecteurs et même aux services techniques de la PJ, car tout ce qu'il lit, il le retient. Et il a tout lu, tout vu. En quête de nouvelles énigmes à résoudre, il traque grâce à un scan radio tous les échanges hertziens des différents services : ambulanciers, pompiers, policiers, et dès qu'il y a une scène de crime, il y est. Seulement, il agace... Alors, lorsque la dernière scène de crime concerne celle de son amie et qu'en plus, il est le dernier à l'avoir vu, il n'y a qu'un pas que l'inspecteur Rich saute.
La marotte de Théo, c'est grosso modo tout ce qui lui permet d'échapper aux tensions chez lui. Il rôde la nuit, le jour, autour des maisons des autres, observant les vies normales des familles banales sans frère Asperger. Parfois même il rentre dans ces foyers endormis pour mieux s'en imprégner, pour rêver. Il se sert un thé, s'installe au salon et se fait son film. Mais parfois, souvent, il ne peut s'empêcher de chiper un petit quelque chose.
Quant à Emma, la maman, elle n'a guère le temps d'avoir une marotte. Vivre avec toutes les contraintes imposées par Jacob l'occupe tout le temps. Par exemple, chaque jour de la semaine a un code de couleur qu'elle se doit d'appliquer que ce soit vestimentaire ou culinaire. Cela entraîne des scènes épiques ! Sinon, elle gagne sa vie en s'occupant d'une chronique dans un magazine. Elle est Tatie Em qui répond aux lecteurs, la rubrique courrier du coeur. Ironie du sort, elle qui a tant de mal à faire face à sa vie donne des conseils aux autres !
Lorsque Jacob va être accusé du meurtre de Jess, une nouvelle organisation va s'imposer au sein de la famille avec la présence d'Oliver Bond, le tout jeune avocat qui va s'impliquer corps coeur et âme pour défendre ce singulier "enfant". Son humour allégera un peu la situation et chacun va traverser ce long tunnel avec toujours au fond de sa pensée la question fatidique : coupable ou non coupable ?
Les chapitres sont courts, ils alternent entre tous les protagonistes Jacob, Théo, Emma, Oliver et Rich, l'inspecteur. C'est juste passionnant.
Décrit avec puissance et légèreté tout à la fois, cette immersion dans la vie de tous les jours aux côtés d'un gamin autiste Asperger fut pour moi une expérience inoubliable que je vous conseille vraiment de faire. Parce que toutes les facettes de cette pathologie sont abordées, décortiquées, expliquées. Parce qu'on comprend les difficultés du gamin atteint, mais aussi celles de son entourage. On voit les difficultés d'adaptation de la société face au handicap. Mais on comprend également que pour rien au monde les familles ne voudraient s'en décharger, parce qu'une fois qu'on a connu un Jacob, on ne peut que les aimer tous.
À l'intérieur est une superbe leçon de vie et de courage que je ne peux que vous conseiller. Immense coup de coeur.

Lien : http://bookenstock.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Promenonsnousdansleslivres
  21 février 2016
Jodi Picoult une valeur sûre du contemporain, une auteure talentueuse qui a un don certain pour traiter des sujets de société complexes tout en simplicité, un vrai bonheur de retrouver son écriture dans ce nouveau roman.
Comme d'habitude, ce roman n'échappe pas à la règle, Jodi Picoult traite un sujet fort, mal reconnu et en général incompris : le syndrome d'Asperger chez un adolescent de 18 ans. de l'extérieur Jacob semble être une personne comme une autre alors qu'en réalité ses journées sont remplies de rituels, au lycée il n'arrive pas à se faire d'amis, il prend des cours de socialisation avec Jess pour faciliter son intégration et comprendre les codes sociaux que la vie en société exige pour se fondre dans la masse. Jacob à une grande mémoire, il peut mémoriser des textes entiers mais avant tout il est passionné par la criminalistique au point de mettre en scène de fausse scène de crime et de tout connaître par coeur le travail des policiers. Lorsque Jess est portée disparue et retrouvée morte quelque temps plus tard, Jacob devient le coupable idéal...
On ressort de cette lecture enrichi grâce à de nombreuses informations au sujet de ce syndrome autistique, de la criminalistique mais également au niveau de la justice. de manière très explicite Jodi Picoult nous démontre toute la difficulté de juger une personne atteinte d'Asperger car même en ayant de grandes capacités intellectuelles, ces personnes ont besoin de temps pour comprendre, décoder mais aussi s'adapter alors que toutes leurs habitudes sont chamboulées.
Comme dans tous ses romans l'auteure n'a pas changé son schéma narratif, les points de vue des personnages alternent, grâce à ça, nous faisons la connaissance du jeune frère de Jacob, et on comprend rapidement que pour lui la maladie de Jacob n'est pas une mince affaire, il a du mal à supporter ce frère qui ne lui impose que des contraintes et qui accapare sa mère sans cesse en tout et pour tout. Lorsque la maladie s'impose dans une fratrie, la jalousie est souvent de mise et j'ai trouvé très intéressant que l'auteure mette en lumière ce sujet qui peut se révéler parfois problématique au sein d'une famille.
Encore un sans faute pour Jodi Picoult qui depuis plus de 10 ans fait partie de mes auteur(e)s préféré(e)s, une fois de plus c'est avec regret que je termine ce roman, mais avec impatience que j'attends le suivant !

Lien : http://promenonsnousdanslesl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Thalyssa
  15 février 2016
Jacob Hunt vient d'avoir dix-huit ans, il est en terminale au lycée du coin avec son frère cadet Théo, mais atteint du syndrome d'Asperger, Jacob monopolise toute l'attention. Leur mère Emma jongle avec un petit job d'appoint de nuit pour pouvoir boucler ses fins de mois sans que l'éducation et les traitements de son fils aîné en pâtissent. Elle refuse de le laisser s'enfermer dans sa bulle et l'encourage sans cesse à s'ouvrir au monde et aux autres malgré les difficultés qu'il éprouve à communiquer. C'est un jeune homme brillant et passionné, avec une mémoire impressionnante et une curiosité candide qui le rendent attachant. Son hobby du moment, c'est d'épier la police sur son scanner radio et de se rendre sur les scènes de crime pour tenter d'élucider l'affaire avant les enquêteurs, comme il le fait tous les jours à 16h30 devant l'émission Crime Busters constituant un véritable pivot dans son quotidien. Sa façon de tout prendre au premier degré - un symptôme Asperger reconnu - donne lieu à des situations cocasses et fait sourire.
Mais Jacob a besoin d'un emploi du temps réglé comme une horloge ; le moindre contretemps, le moindre manquement à ses habitudes peut avoir des conséquences désastreuses. Jacob perd alors le contrôle, il crie, se débat, envoie tout valser et en vient même parfois à se faire du mal. Plus il grandit, plus il est difficile pour Emma de garder l'ascendant en attendant que l'orage passe. Elle a depuis longtemps abandonné tout rêve de carrière ou d'évolution personnelle, et est contrainte par la force des choses de laisser Théo se débrouiller par lui-même. Ce dernier multiplie les conduites à risque : avide de nouer avec une vie familiale "normale", il espionne certains voisins et s'introduit chez eux en leur absence pour mieux s'imprégner de l'atmosphère calme et reposante de leurs foyers. En dehors d'une pension alimentaire, Emma ne reçoit aucune aide. le père de ses deux fils, Henry, n'a pas su faire face et les a abandonnés quand Théo venait à peine de naître. Bref, la vie chez les Hunt est un combat de tous les instants...
Sans amis, Jacob parvient toutefois à interagir avec ses proches et continue de progresser grâce aux cours de socialisation de Jess, une jeune étudiante qui sait l'écouter, le comprendre et le pousser en avant. Mais un jour, Jess disparaît et les soupçons se portent rapidement sur Jacob qui avait rendez-vous avec elle le dernier jour où elle a été aperçue. le reste du roman tournera alors autour de l'enquête et du procès qui s'ensuivra.
Une fois de plus, Jodi Picoult alterne les narrateurs. Elle nous relate cette histoire à travers le regard de Jacob, Emma et Théo, mais aussi à travers celui de Rich, un policier local, et Oliver, un avocat fraîchement diplômé qui peine encore à se faire une place au barreau. Son style est toujours aussi soigné et documenté. Elle nous permet ici de bien saisir tout ce qui se cache derrière l'étiquette Asperger, toutes les difficultés, les défis et les manies auxquels sont chaque jour confrontés des enfants (et des adultes) comme Jacob. Elle nous montre combien les préjugés et l'incompréhension viennent compliquer une situation déjà à la limite du supportable. Au fil de l'enquête, elle nous interroge sur les limites de la responsabilité légale de Jacob et nous démontre par A + B combien il est difficile de faire toute la lumière sur la vérité quand le principal suspect souffre d'un handicap aussi conséquent. le système manque encore cruellement de protocoles pour gérer de telles situations.
Personnellement, j'avais compris dès le début ce qui s'était passé chez Jess ce jour-là. L'auteure avait semé quelques indices discrets mais révélateurs. Cela n'a pourtant pas entaché le plaisir de lecture et je dois bien avouer que sur la fin, j'en suis venue à fortement douter de ma théorie. C'est là tout le talent de Jodi Picoult. Elle nous emmène au coeur de drames humains plausibles et cohérents, pose systématiquement les bonnes questions, nous amène à réfléchir sur le sens de la vie, sur nos relations avec les autres. Elle fait voler en éclat les préjugés, nous fait douter de tout, elle nous malmène et nous force à creuser un terrain dont on préférerait peut-être parfois se tenir à l'écart. Ses romans sont éprouvants et complexes, d'une intelligence et d'une empathie rares, ils nous tiennent à mille lieues de tout manichéisme. À l'intérieur n'y fait pas exception et à l'instar de Pardonne-lui, je ne peux que chaudement vous le recommander.
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
christineremy
  03 mars 2016
Avec ce nouveau roman, Jodi Picoult nous livre comme à son habitude, une merveille que je ne peux que vous recommander.
On y retrouve sa plume fluide mais aussi, l'alternance des narrateurs, les chapitres étant tour à tour relatés par Jacob, Emma, Théo, Rich (le policier local) ou encore Olivier (l'avocat de Jacob). Cette alternance donne un rythme particulier et très agréable au roman. Rythme qui nous pousse à enchainer les chapitres sans répit.
J'avais compris le dénouement de l'histoire bien avant la fin, l'auteure semant des indices au fil des pages. Pourtant le roman ne perd nullement de son intérêt. C'est cela aussi la force de Jodi Picoult, nous livrer la solution mais nous rendre accros tellement ses romans nous amènent à réfléchir, à nous interroger sur des sujets de société et sur nos réactions face à de telles situations.
« à l'intérieur » n'est pas un simple livre, à travers ce roman, Jodi Picoult aborde un thème très fort, le syndrome d'Asperger.
En apparence, Jacob ressemble à un adolescent comme les autres, quoi que beaucoup plus intelligent (il a une immense mémoire, est incollable sur les dinosaures et la criminalistique). En réalité sa vie est rythmée par des rituels, il n'arrive pas à se faire des amis, à s'intégrer, il a du mal avec les codes sociaux, ….
Toutes les facettes de la maladie de Jacob sont abordées dans ce roman. On comprend mieux les difficultés de son entourage mais aussi de Jacob.
On ressort grandit de la lecture de ce roman, on comprend mieux le syndrome autistique, du point de vue de la personne atteinte bien sûr mais aussi du point de vue de ses parents, de ses frères et soeurs. L'auteure s'est apparemment beaucoup documenté pour écrire « à l'intérieur » et elle restitue le résultat de ses recherches avec brio. On s'identifie sans problème aux personnages. On ne lit pas la vie de Jacob, Emma ou Théo, on la vit.
Si vous aussi vous désirez partager une superbe leçon de vie, comprendre ce que peuvent ressentir un enfant « différent » ou ses proches, n'hésitez pas et foncez chez votre libraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VivianeB
  29 août 2019
Voilà un livre qui m'a impressionnée par sa densité psychologique et son approche fine, précise et très documentée de l'autisme Asperger au travers de l'histoire bouleversante de Jacob ; jeune homme intelligent mais dont les ressentis ne sont pas les mêmes que "les autres" du fait de ses troubles et où les codes sociaux sont altérés.
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   06 février 2016
Je n’ai pas d’amis. On a commencé à me montrer du doigt à la maternelle, quand j’ai eu mes lunettes. La maîtresse a demandé à un gamin populaire de porter des fausses lunettes, pour que j’aie quelqu’un avec qui me lier plus facilement. Or ce gamin n’avait aucune envie de savoir si l’archæoptéryx était un dinosaure ou un oiseau préhistorique. Notre amitié a duré moins d’une journée. Maintenant, j’ai l’habitude d’être exclu. Personne ne me téléphone jamais le week-end. Je ne comprends pas les codes sociaux. Quand je parle à un élève de ma classe et qu’il me dit : « Punaise, il est déjà 13 heures ? », je regarde ma montre et je lui confirme que, oui, il est déjà 13 heures, sans saisir qu’il cherche un moyen poli de se débarrasser de moi. Je ne comprends pas non plus pourquoi les gens ne disent pas ce qu’ils pensent. Je suis comme un immigrant qui apprend la langue de son pays d’accueil et ne sait pas encore déchiffrer les expressions idiomatiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
geisha79geisha79   02 juin 2016
Personne ne demande jamais à Superman si la vision aux rayons X est un handicap, s'il souffre de voir à travers les murs des gars qui frappent leur femme, des pauvres filles qui se prostituent ou des losers qui surfent sur des sites porno. Personne ne demande jamais à Spider-Man s'il a le vertige. Pourtant si leurs super-pouvoirs se rapprochent des miens, pas étonnant qu'ils n'arrêtent pas de se mettre en danger. Ils espèrent sûrement mourir vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   06 février 2016
Certaines personnes vivent des situations très tristes, comme cette dame que son mari avait quittée et qui ne savait pas comment l’annoncer à ses enfants. Ou cette jeune maman qui allait mourir d’un cancer du sein et qui avait écrit une lettre pour sa petite fille, quand elle serait grande, où elle lui disait qu’elle aimerait être là pour fêter ses diplômes, ses fiançailles, la naissance de son premier enfant. Mais la plupart des gens qui écrivent à ma mère sont des idiots qui ont fait de mauvais choix. « Je regrette d’avoir trompé mon mari, comment le reconquérir ? » Il aurait fallu être fidèle, madame. « Comment se faire pardonner d’un ami que l’on a vexé ? » Évitez les remarques désobligeantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   06 février 2016
La sexualité est pour moi quelque chose d’obscur. Je ne comprends pas pourquoi quelqu’un comme Mark, qui semble adorer échanger des fluides corporels avec Jess, n’a pas aimé que je lui dise que la morve, la Javel et le raifort peuvent être confondus avec des traces de sang aux tests présomptifs. Je ne comprends pas non plus pourquoi les garçons neurotypiques sont obsédés par les seins des filles. Ces protubérances sur la poitrine, ça doit être hyper encombrant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   06 février 2016
Il m’est difficile d’expliquer pourquoi j’ai tant de mal à regarder les gens dans les yeux. Imaginez qu’on vous tranche la poitrine avec un scalpel et qu’on fouille à l’intérieur de vous, qu’on vous tripote le cœur, les poumons et les reins. Quand je regarde quelqu’un dans les yeux, j’ai l’impression de violer son intimité. Voilà pourquoi j’évite délibérément de regarder les gens en face, parce qu’il me semble indécent de m’immiscer dans leurs pensées. Les yeux sont aussi transparents que des fenêtres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jodi Picoult (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jodi Picoult
Jodi Picoult Announces Her Tour for Fall 2018 !
autres livres classés : syndrome d'aspergerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de ma vie pour la tienne

Quelle est la personne atteinte de leucémie?

Anna
Julie
Kate
Lucie
Sara

4 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Ma vie pour la tienne de Jodi PicoultCréer un quiz sur ce livre
.. ..