AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La tristesse des éléphants (52)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
fanfanouche24
  06 juillet 2017
Un roman dont le sujet m'a d'emblée enthousiasmée, début janvier [2017],
je l'ai débuté aussitôt, mais avec ma fichue manie de débuter plusieurs
livres en parallèle, j'avais injustement abandonné celui-ci...Je viens d'en
reprendre la lecture...
Le récit est construit comme un choeur; chaque chapitre donne la parole
aux différents personnages...

- Jenna, la protagoniste centrale... Fillette de 13 ans, qui reprend les
recherches pour savoir ce qu'il est advenu de sa mère, disparue 10 ans
auparavant, alors qu'elle n'était âgée que de 3 ans !

-Alice, la mère, scientifique, grande voyageuse et surtout spécialiste
des éléphants, disparue des années, auparavant, dont on lit une
sorte de journal, de compte-rendus d'observations de ces animaux,
qui la fascinent...Son objet d'étude se concentre sur leurs rituels de
deuil et de chagrin...

- Serenity, voyante extra-lucide à laquelle Jenna s'adresse pour
l'aider à retrouver sa mère.

-Virgil, autre acolyte, inspecteur en service lors des faits, 10 ans
auparavant. Cette affaire qu'il souhaitait éclaircir, que l'on a dissuadé
de poursuivre ses recherches. Virgil a démissionné de la police, a tenté
de tourner la page, est devenu enquêteur privé. Jenna va le
retrouver, le houspiller pour qu'il reprenne l'enquête !

S'ensuit un récit à plusieurs voix, et la description minutieuse de
cette enquête, au coeur du paranormal, des fantômes, des esprits,
et de ces chers éléphants !

Un récit très habile, pleine d'émotions et de rebondissements, qui
maintient le suspens jusqu'au bout... et où la chute va se révéler
toute autre, déroutante, et insolite....
Une fiction où les animaux et les éléphants ont une place de
choix, ainsi que le surnaturel et les questionnements de toute recherche scientifique.

Un gros coup de coeur qui me donne grande envie de lire,découvrir les autres écrits de cette auteure, que je découvrais pour la toute première
fois , avec cette incroyable fiction polyphonique !

Ce roman est époustouflant; il m'a tenue en haleine jusqu'au bout...
j'ai été, de plus , captivée par la mine d'informations concernant ces magnifiques animaux, que sont les éléphants !
Un grand moment de bonheur et de fortes émotions... Un livre que
j'étais triste de quitter !!

In-fine, l'auteure a complété son roman, avec un récapitulatif de l'état
des lieux, assez préoccupant sur le sort des éléphants, à travers le monde...On comprend sa compassion et sa fascination pour ces
animaux extraordinaires.

"Note de l'auteure en fin de volume

Je me suis dit maintes fois, en écrivant ce livre, que les éléphants
pourraient bien être plus évolués que les humains-quand j'étudiais
les façons dont ils font leur deuil, le savoir-faire des mères avec
leurs petits, et leurs souvenirs. Si vous retenez quelque chose de
ce roman, j'espère que ce sera une conscience plus affirmée de
l'intelligence cognitive et émotionnelle de ces magnifiques
animaux- et la certitude que c'est à nous qu'il revient de les
protéger." (p. 444)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          596
isabelleisapure
  09 avril 2017
J'ai cru, pendant une grande partie de ma lecture que j'avais entre les mains un roman 5 étoiles, voire même un coup de coeur !

J'ai éprouvé d'emblée une certaine tendresse pour la jeune héroïne partie à la recherche de sa mère disparue mystérieusement suite à un incident survenu dix ans auparavant dans la réserve d'éléphants qu'elle dirigeait avec son mari.

Jenna a une certitude, sa maman de l'a pas abandonnée. Si elle n'est plus auprès d'elle pour la protéger, il y a une raison et elle la trouvera !

Son enfance au milieu des éléphants lui a notamment appris qu'une maman n'abandonne jamais son petit.

Dans ce roman passionnant, Jodi Picoult donne tour à tour la parole à l'enfant, mais aussi à sa maman et de façon plus improbable à une voyante qui ne voit plus grand chose et à un détective privé légèrement alcolo que Jenna a réussi à convaincre de l'aider dans ses recherches.

Evidemment, toutes ces histoires vont s'entrecroiser et le puzzle finira par s'assembler. On ne perd pas le fil, on bascule d'une histoire vers une autre, on est entrainés et finalement sidérés, lorsqu'arrive la dernière page de s'être fait balader par l'auteur qui nous a amené vers une fin pour le moins inattendue.

Et c'est là que pour moi, ça n'a pas fonctionné, je suis trop cartésienne pour adhérer totalement, ce qui a rabaissé ma note.

Cela reste néanmoins un excellent roman, agréable à lire, même si le style ne fait pas preuve d'une grande originalité.

De plus, Jodi Picoult a parfaitement étudié les éléphants et nous explique leur comportement de façon détaillée, passionnante et instructive.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
KATE92
  03 février 2017
Eh bien, personnellement... suis contrainte d'abandonner ce livre qui pourtant avait de belles critiques mais impossible pour moi "d'accrocher".
Tant pis, il reste tant de beaux livres à découvrir qu'il est inutile de perdre mon temps.
Commenter  J’apprécie          344
ladesiderienne
  16 juin 2017
Attention, avis de gros coup de coeur !

Parmi toutes les nouveautés achetées par ma bibliothécaire, j'ai choisi ce livre au hasard. Ne connaissant ni le titre, ni l'auteure et la première de couverture n'étant pas très expressive, je me suis fiée au court résumé assez atypique qui parlait d'éléphants. Quelle claque ! J'adore découvrir des pépites en dehors de mes habitudes de lecture que sont les thrillers et les polars, et celle-ci vaut son pesant d'or.

Jenna, 13 ans, n'a qu'un souhait dans l'existence : mettre enfin des explications sur la mystérieuse disparition de sa mère Alice 10 ans plus tôt. Décès ou fuite volontaire, la jeune fille veut savoir et pour cela, elle va s'adjoindre, un peu contre leur gré au départ, les services de Virgil, un détective privé alcoolique ainsi que ceux de Serenity, une voyante-médium dont le don n'est plus ce qu'il était. Ce trio improbable de personnages hauts en couleur va nous entraîner dans une déferlante d'émotions où l'humour fait quelques apparitions pour éviter que l'on ne sorte les mouchoirs.
Alice étant une chercheuse spécialisée dans le comportement des éléphants, des paragraphes magnifiques leur sont consacrés, pour décrire leur relation dans le groupe et surtout leur comportement face au décès d'un des membres. Un parallèle est fait avec les relations humaines : Jenna ayant grandi au milieu des pachydermes, elle sait qu'une éléphante n'abandonne jamais son petit, elle ne conçoit donc pas que sa propre mère ait pu délibérément la laisser alors qu'elle n'avait que trois ans.
La construction de ce livre lui donne énormément de profondeur. Il est écrit sous la forme d'un roman choral et chacun à leur tour Jenna, Alice, Virgil et Serenity s'exprime, dévoilant au lecteur des secrets sur leur passé que les autres ignorent.
Jodi Picoult ne se contente pas de nous offrir un roman bouleversant sur l'amour filial, voilà qu'à la page 320, en basculant dans la quatrième dimension, l'histoire s'intensifie dramatiquement. J'adore lorsqu'un écrivain me surprend au point de m'obliger à relire le texte pour m'assurer de n'avoir pas rêvé. Je n'en dirai pas davantage pour ne pas spoiler mais la fin est bluffante.

Avec "La tristesse des éléphants", Jodi Picoult veut attirer avant tout notre attention sur la situation critique des éléphants en Afrique, toujours victimes du trafic d'ivoire mais avec l'histoire de Jenna et d'Alice, elle nous invite également à profiter chaque jour de ceux qu'on aime. Un bonheur de lecture qui mérite amplement un 20/20. J'ai hâte de découvrir d'autre livres de cette auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
Labelettedusud
  29 avril 2017
J'ai trouvé !!
Mais quoi donc ?
Mon premier gros gros coup de coeur de l'année 2017 !

Pour que je craque totalement pour un livre, il faut déjà que le candidat au titre cumule beaucoup de qualités : style littéraire intéressant, intrigue complexe, cadre inhabituel, chute inattendue, intensité de l'émotion, … D'habitude, je trouve toujours une ou plusieurs raisons de ne pas attribuer cinq empreintes de belette à un livre.

Je viens de terminer La tristesse des éléphants et j'ai beau chercher, je sèche … je ne trouve pas l'ombre d'un petit quelque chose pour gâcher mon enthousiasme.
Ça y est ? J'ai piqué votre curiosité ? Passons à l'analyse de ce beau moment de lecture ….

D'abord, il y a la couverture et cette magnifique et insolite photo d'enfant de la photographe australienne Vee Speers. Une fois de plus, je remercie Acte Sud d'exister et de produire un si bel objet. Quelle marque de respect pour l'auteur et son texte ! Je n'ai pu résister longtemps à l'appel de la photo : « entre dans la bulle, je te promets un pur moment d'émotion ».

Et de l'émotion, j'en ai eu … Dès le prologue, l'affaire était entendue : Jodi Picoult maîtrise parfaitement l'art de raconter les histoires. Dans un style fluide qui sert bien l'intrigue, elle propose un roman choral : quatre narrateurs (bien identifiés au début de chaque chapitre) donnent le rythme au roman, chacun à sa manière. Résultat : j'ai immédiatement suivi Jenna, 13 ans, dans ses tentatives désespérées pour retrouver sa maman, Alice, qui s'est volatilisée lorsque Jenna avait trois ans.
J'ai maudit Virgil, le détective privé engagé par Jenna, parce qu'il n'arrivait pas à trouver une piste (et moi non plus d'ailleurs !).
J'ai fini par avoir pitié de Serenity, une voyante (qui, comme moi, ne voyait rien !) et que la pauvre Jenna a consultée en désespoir de cause.
Et par-dessus tout, j'ai adoré, mais vraiment adoré, toutes les histoires et observations reprises dans les carnets de notes d'Alice, mère de Jenna et grande spécialiste des éléphants, qui écrivait une thèse sur la manière dont les éléphants vivent le deuil de leurs petits. Jamais plus je ne verrai les éléphants de la même manière.

Mais savez-vous ce qui a fini de me convaincre que je tenais là un très bon livre ? 80 pages avant la fin, je ne voyais toujours pas où Jodi Picoult voulait m'emmener. Et ça, j'adore !

Et puis, et puis …. A la fin…. Non ! Ne comptez pas sur moi pour vous le dire, moins vous en saurez, plus vous apprécierez. Sachez juste que je n'ai rien vu venir ! Mais, alors là, rien dutout ! La fin en dérangera peut-être plus d'un mais moi, j'ai juste accepté d'y croire, de lâcher prise et de suivre mon émotion.

Pour finir de vous convaincre, j'ajouterai que ce livre tout en finesse et en ruse est émouvant, c'est un fait, car les fils conducteurs sont le deuil et l'amour filial (chez l'humain et chez l'éléphant). Seulement, croyez en une amatrice de noir charbon, on est bien loin de la violence et du désespoir des récits de Donna Tartt ou de David Vann. A la tristesse succèdent l'espoir et la vie.

Alors, prêt(e)s à entrer dans la bulle ?

Lien : https://belettedusud.wixsite..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          298
bilodoh
  13 mai 2017
La tristesse : un sentiment humain? Ou bien une émotion que ressentent aussi les animaux grégaires comme les éléphants? C'est l'aspect intéressant de ce roman, la description des comportements de tristesse et du processus de deuil chez ces imposants mammifères tels qu'observés par des chercheurs dans les savanes africaines.

Mais, comme dit la comptine, « les éléphants ça trompe énormément », et c'est peut-être un peu l'impression ressentie au cours de cette lecture, de m'être trompée d'histoire.

Sur la couverture, une fillette en rose souffle une bulle et au dos du livre on parle d'une petite fille à la recherche de sa mère. Mais en fait, c'est une ado de 13 ans, qui se promène à bicyclette avec son cellulaire, pas tout à fait l'image de la jaquette… Bon, elle a grandi, mais c'est quand même un personnage attachant, une solitaire qui lit les articles scientifiques sur les éléphants et cherche à comprendre pourquoi sa mère l'a abandonnée à trois ans…

Dans ce choral à plusieurs voix, il y a aussi un détective, ex-policier qui l'aidera dans sa quête. C'est un homme brisé qui a sombré dans l'alcool après la disparition. Mais alors, peut-être que cette histoire deviendra un polar?

Mais attention, il y a aussi une voyante qui a été célèbre pour avoir retrouvé des personnes disparues. On plonge dans le paranormal! Mais alors, ce n'est pas un polar, serait-ce du fantastique?

Au final, comme les éléphants endeuillés, c'est moi qui ai ressenti la tristesse! Celle d'une lecture qui va dans tous les sens, mais surtout qui n'a pas réussi à devenir suffisamment crédible pour m'émouvoir et m'emporter dans son monde imaginaire.

Meilleure chance la prochaine fois!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
nelly76
  01 mai 2018
Que dire de ce roman?sinon que J'ai eu beaucoup de mal à le finir.En fait J'ai été gênée et dėstabilisėe par sa construction.
Jenna a 3 ans lorsque sa mère Alice disparaît ;Alice ,est une scientifique, spécialiste des éléphants, l'action se déroule dans une réserve où leur équipe de 5 personnes recueillent des éléphants d'Asie et d'Afrique maltraités ;un soir un meurtre est commis ,une jeune femme de l'
ėquipe est retrouvée sauvagement pietinée, mais l'enquête bâclée concluera à un accident ,c'est un éléphant qui l'a pietinée,et la mere d'Alice disparait.En fait c'est beaucoup plus compliqué et complexe ,et nous l'apprendrons grâce à Jenna qui à 13 ans,n'ayant aucune preuve de la mort de sa mère décidé de "rouvrir"l'enquête ;pour cela ,elle va se faire aider d'une ancienne voyante sur le déclin après avoir connu des heures de gloire lors de ses émissions retransmises à la télé :Serenity,et d'un vieil inspecteur alcoolique qui ,à l'époque avait "baclė"l'enquête.
Chaque chapitre du roman va être consacré à un personnage et J'ai ressenti comme une cassure.
Au travers la voix d'Alice ,nous apprenons tout de la vie des éléphants, c'est extrêmement bien documenté il est vrai mais c'était pesant et le cours de l'histoire était rompu .Virgil, va nous raconter comment et pourquoi il a été promu inspecteur lors de cette enquête, Idem pour Serenity.
Et Jenna va prendre beaucoup de risques en partant dans le Tenessee où elle est persuadée de retrouver sa mère. J'avais l'impression de "faire du sur-place",de piétiner et en fait la fin est totalement déroutante je ne m'y attendais pas du tout!!!Malgré cette drôle de pirouette,ce roman m'a déçue peut-être trop de surnaturel, j'en attendais mieux!.🌟🌟🌟
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          137
biancaf
  30 octobre 2017
J'ai perdu ma mère, il y a 9 mois.
Le cycle de sa mort.
Le cycle de la naissance d'un enfant.
Une façon,qu'elle a trouvée ,de revenir au monde, lors de ces 437 pages.
Je suis devenue Jenna.
L'adolescente qui cherche sa mère disparue.
La femme que je suis dit merci à Jodi Picoult pour cette bouffée de lumière.
«Quand on pense à ceux qu'on aimait et qu'on a perdus, on est déjà avec eux.
Le reste n'est que détails».
Commenter  J’apprécie          122
anne_le_bruit_des_vagues
  26 août 2017
Je viens de dévorer ce roman. Avec un rebondissement vers la fin qui m'a, je l'avoue, sidérée et le récit, sur la longueur, m'a beaucoup séduite (même si, certains le disent, je suis un peu "bon public" comme lectrice).
Et puis j'ai regardé les commentaires des uns et des autres sur cette incroyable histoire... Evidemment, chacun peut avoir un avis différent, d'ailleurs, c'est flagrant : chacun A un avis différent. Heureusement, sinon notre monde serait bien triste...
Pourtant, cela m'a fait réfléchir à ce mot là : critiquer.
Critiquer est-il nécessairement souligner les côtés négatifs des créations artistiques, démontrer qu'ici il y a eu une faille, et que là l'artiste aurait aussi bien fait de rester couché.
C'est vraiment ce qui m'a frappée, et j'ai pensé : "voilà, c'est exactement ça que j'ai envie de dire sur ma dernière lecture" quand j'ai écouté une émission de Laurent Ruquier à laquelle était conviée la chanteuse Camille (qui pour moi est une VRAIE artiste). Elle était venue présenter son dernier album : "Ouï". L'un des critiques m'a, oui, je crois que je peux le dire, choquée, en s'acharnant sur le sens et la forme des textes, qu'il jugeait indignes d'une ex-élève d'Hypocagne.
Pardon, Môssieu Moix : des textes qui touchent les lecteurs lambda doivent-ils être rédigés pour que seuls les (ex)élèves de Kagne, Hypocagne, Sciences Po, et j'en passe (d'ailleurs, quelle proportion de la population francophone cela représente-t-il, je serais bien curieuse de le savoir)... en saisissent le sens subtil ?
Perso (qui sais lire et écrire ...et accessoirement comprendre aussi, je crois...), je sais exactement ce qui me touche.
Un sens dans le texte
Une émotion
Une reliance ou/et une nouvelle connaissance au monde qui m'entoure.
Je sais que certains artistes un peu fêlés, qui utilisent la plupart du temps des mots simples, ont ce don là de me toucher.
Je n'ai pas besoin d'entendre pour cela des formulations intellectuelles et artificielles. J'ai juste besoin d'entendre des mots qui résonnent.
Bref...
Je voulais juste vous dire que ce roman est sacrément bien pensé, écrit, documenté (même si, même si, même si)... Si vous voulez vous laisser surprendre, séduire, et même cultiver (voui-voui), osez...
Ouvrir ce livre que le commun des "mortels" ne peut qu'encenser.
Sauf s'il a perdu son âme d'enfant
Sauf s'il a perdu le chemin des rêves et de la fiction. (fiction = Construction imaginaire consciente ou inconsciente se constituant en vue de masquer ou d'enjoliver le réel)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LiliGalipette
  04 mai 2017
Abandon page 150 sur 425. La sauce n'a pas pris avec ce roman. Et ça repose principalement sur une invraisemblance qui me paraît majeure. La jeune Jenna a des souvenirs extrêmement précis de sa maman avant sa disparition, elle peut réciter des conversations entières et faire des descriptions très précises. Vous me direz que c'est nécessaire pour l'intrigue, mais je n'y crois pas. À 3 ans, impossible d'avoir une telle mémoire d'éléphant (oui, il fallait que je la fasse…) « Je ne suis peut-être pas capable de changer mon avenir, mais je vais essayer de comprendre mon passé. » (p. 22) Autre bémol, une traduction qui me semble forcer sur la francisation du texte : il est question de pages jaunes et routes nationales, mais je ne suis pas sûre que ça existe aux États-Unis.

L'alternance de narrateurs n'était pas déplaisante, entre Jenna, Serenity, Alice ou encore Virgil. Et j'ai beaucoup apprécié les passages consacrés aux éléphants : c'est en réalité ce que j'ai préféré de ce roman qui me semblait un peu niais et tiré par les cheveux. Je me suis fait raconter la fin par une amie : je suis ravie de pouvoir claironner que mon impression était la bonne ! Tant pis, il y a d'autres livres dans ma bibliothèque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de ma vie pour la tienne

Quelle est la personne atteinte de leucémie?

Anna
Julie
Kate
Lucie
Sara

4 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Ma vie pour la tienne de Jodi PicoultCréer un quiz sur ce livre
. .