AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de PrettyYoungCat


PrettyYoungCat
  13 février 2019
Sage est une jeune boulangère repliée sur elle-même et qui porte en elle une blessure, une honte : celle de se sentir responsable de la mort de sa mère. Comme le reflet de son âme rongée, elle affiche sur son visage une terrible cicatrice comme l'empreinte indélébile de son passé.

Un vieux monsieur, client de la boulangerie, effacé et doux, toujours accompagné de son teckel qu'il gâte de viennoiseries est lui aussi prisonnier de son passé. Josef Weber apprivoisera Sage et deviendra son ami.

Un jour, Josef lui demande une faveur hors du commun : il prie Sage de le tuer. Il ne supporte plus la culpabilité et les regrets qui l'accablent et ne voit qu'une manière de s'en libérer. Il confiera alors à Sauge les secrets de son passé...

Mais qu'a-t-il à se faire pardonner ?
Et peut-on tout pardonner ?
A qui le pardon profite-t-il ?

Jodi Picoult nous offre des ébauches de réponses mais nous laisse toutefois trancher avec notre conscience et notre réflexion.

Malgré quelques imperfections, j'ai réellement apprécié ce livre dont les 650 pages se lisent comme on boirait du petit lait : ça glisse en douceur et on y revient.

La forme est agréable, les personnages ont un relief qui nous les rend vivants, la partie historique sonne juste et est parfaitement documentée.

Encore un très bon moment en compagnie de cette auteure (même si l'histoire en elle-même est assez sombre... mais je préfère ne pas trop vous en dire, mais sachez que les ténèbres sont aussi éclairés de lumière) dont j'avais adoré "La tristesse des éléphants" et dont je me réjouis de lire le très prometteur "Mille petits riens".

Sans conteste, un livre qui réunit réflexion et émotions et qui trouvera bonne place dans votre bibliothèque.



Commenter  J’apprécie          184



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (17)voir plus