AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2738112811
Éditeur : Odile Jacob (23/08/2003)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 17 notes)
Résumé :

Nous ne connaissons qu'une petite partie de l'arbre évolutif des hommes et des grands singes africains. Des pans entiers continuent à nous échapper et beaucoup reste à découvrir. Mais ce que nous commençons à percevoir bouleverse toutes les conceptions classiques de l'homme et de sa place dans l'histoire de la vie : le schéma linéaire et hiérarchique qui fait se succéder une série d'ancêtres... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
meeva
  30 octobre 2016
Avec ce livre, nous partons à la recherche de nos origines.
Peut-être que tu penses toi aussi que nos ancêtres sont les gaulois. Alors c'est que tu aimes te faire plumer… Et te faire enfumer aussi, si tu as pris femme, descendante elle-même de gauloise…
Nous voyageons bien plus loin dans le temps ici, en compagnie d'hominidés de tous poils.
Si la préhistoire t'évoque Raquel Welsh, alors respire et calme-toi - ou muni toi d'essuie tout – mais surtout lis-mieux car je parlais de poils et je ne vois pas où ils sont sur Raquel…
Ce livre veut contrer notre vision trop linéaire de l'évolution. Cette façon d'envisager un ancêtre commun avec le singe. La branche qui se sépare en deux. le primate qui reste singe et l'autre qui devient, tout doucement, l'homme.
Eh bien pas du tout. La manif pour tous n'y fera plus rien maintenant, l'homme est né dans la diversité.
Les homininés et les paninés sont les deux sous-familles d'hominidés.
Nous sommes actuellement les seuls représentants de la première, tandis que la seconde est maintenant représentée par les chimpanzés, gorilles et bonobos.
Mais les homininés furent représentés tout aussi bien par les australopithèques, les paranthropes et les homo (c'est juste les premiers hommes pour l'instant).
Un des australopithèques s'appelle « gahri ». Bon, ça ne s'écrit pas pareil et ça veut dire « surprise ». Juste un clin d'oeil obsessionnel…
Les paranthropes sont boisei ou robustus, tandis que les homo peuvent être habilis ou erectus, voire sapiens.
Ce qui cloche, c'est que dans les fossiles découverts, au-delà d'un certain « âge », nous les classons tous parmi les homininés et aucun parmi les paninés.
Plusieurs sciences se mêlent maintenant de ces questions, y compris la génétique bien sûr.
Et la compréhension de l'évolution n'est pas simple du tout, entre les théories de Lamarck et de Darwin, souvent caricaturés dans leurs idées…
Et puis, plusieurs sous-espèces se sont mêlées, certainement, venant encore compliquer tout ce que nous croyons savoir.
Une petite chose en rapport, c'est le cas de le dire, mais qui n'a rien à voir avec le livre. J'ai lu, dans un magazine scientifique sérieux – mais je ne sais plus lequel – une hypothèse pour expliquer l'existence des seins de la femme.
Du temps où l'homme, cédant à sa bipédie et à la facilité, aurait commencé à lâcher la levrette pour la position du missionnaire, le monsieur mâle serait devenu mou du zgeg, la stimulation que lui donnait la vue des fesses lui faisant alors défaut. Alors la madame femelle, avec ses nouveaux seins comme artifice sexuels, aurait durci un peu le ton et son bonhomme par la même occasion.
Maintenant que l'on a créé l'homme, c'est le bordel, avec la femme. Heureusement que l'on ne cesse de se réinventer mutuellement…

Lien : https://chargedame.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
odin062
  15 novembre 2013
Le nouveau Picq est arrivé, il est temps d'y voir clair dans ce fouillis de l'évolution qu'est celle de l'Humanité. Avec « Au commencement était l'homme », l'auteur met à jour tous nos savoir et revient sur les différentes théories.
Ainsi il passe en revue la lignée humaine de Toumaï à l'Homo sapiens en passant par les australopithèques, les paranthropes, et les autres espèces d'Homo. Il se limite ainsi aux hominines et ne va pas plus loin, ce qui peut paraître parfois incomplet comparé à d'autres bouquins sur le thème. En revanche, le plus de ce bouquin, ce sont les fiches résumés sur chaque espèce détaillant l'âge, la région, les inventeurs, la taille, l'anatomie du crâne et du corps et quelques commentaires intéressants. Un trou de mémoire et on a vite fait de s'y retrouver ! En revanche, je déplore l'absence de carte pour se situer géographiquement sur l'exode du genre homo. On s'y perd vite avec du texte…
Enfin la dernière partie, beaucoup plus difficile, dévoile les différentes théories (Coppens, Chaline et Picq himself) et prend un certain recul sur nos connaissances pour ne pas se livrer à des conclusions trop hâtives.
Pour résumé, ce livre est un bon moyen de remettre une nouvelle couche sur nos connaissances ou entrer dans le domaine de la lignée humaine mais ne conviendra pas à un lecteur désirant entrer dans le détail. Je le conseille aux profs de Sciences de la vie et de la Terre mais également aux élèves de TS et bien sûr aux universitaires !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fatih6942
  06 octobre 2019
Excellent ouvrage, qui raconte petit à petit l'histoire de nos ancêtres, du moins avec le peu de connaissance qu'on en a. Pascal Picq n'hésite pas à donner son avis et rend ce livre très intéressant.
Accessible à tous à condition d'un minimum d'efforts pour suivre et chercher les termes non compris.
Commenter  J’apprécie          10
PhilOche
  27 novembre 2015
Pascal Picq débroussaille, pour notre plus grand bonheur, la mosaïque de buissons qui conduisent, au travers d'évolutions plurielles, à dégager nos origines et notre place dans l'histoire de la vie.
Commenter  J’apprécie          20
beauscoop
  20 novembre 2016
Très documenté, l'ouvrage s'adresse surtout aux spécialistes et érudits de la préhistoire.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Fatih6942Fatih6942   06 octobre 2019
Ce livre s'ouvre sur une tentative de reconstitution de l'état de nos origines et se poursuit par les faits connus de notre évolution. En dépit de l'accumulation des découvertes, de grandes controverses persistent autour de l'origine et de l'autre question. Il y a en fait un double débat. L'un naît de la confrontation entre les divers mythes séculaires sur l'homme et le progrès des sciences anthropologiques. Il dépasse le cadre de ce livre. L'autre s'inscrit dans le cadre des sciences de l'évolution. Deux approches, là encore, tendent à s'opposer. L'une favorise les facteurs dits internes de l'évolution car propres aux organismes et à leur histoire. L'autre privilégie les facteurs dits externes de l'évolution car faisant intervenir l'environnement. C'est le débat entre la nécessité et le hasard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
odin062odin062   08 novembre 2013
Pour ce qui est des capacités mentales, on peut ajouter, par comparaison avec les autres singes, celles d'avoir conscience de soi, d'imiter l'autre, de se mettre à sa place (empathie) et de comprendre ce qu'il ressent (sympathie), de mentir et de manipuler, de montrer (culture/éducation), d'afficher ou de camoufler ses intentions et d'être apte à se réconcilier. Tous ces caractères se retrouvent chez les Hommes, les chimpanzés et les bonobos, et font partie des bagages légués par un lointain ancêtre commun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
odin062odin062   11 novembre 2013
Des hommes mangent d'autres hommes depuis plus de 300 000 ans. [...] La question est de savoir s'il s'agit d'un cannibalisme de survie, ou rituel, ou systématique. [...] Il n'y a pas d'espèce cannibale, mais des populations qui se livrent au cannibalisme pour diverses raisons, des plus symboliques aux plus sordides, des plus circonstancielles aux plus systématiques.
Commenter  J’apprécie          60
odin062odin062   11 novembre 2013
C'est tout simplement cela l'évolution, un monde qui change et dans lequel nos ancêtres et nous-mêmes tentons plus ou moins consciemment d'y conserver notre place.
Commenter  J’apprécie          70
PhilOchePhilOche   27 novembre 2015
La vision progressiste, qui associe une bipédie de plus en plus perfectionnée, un cerveau de plus en plus grand, des mains de plus en plus habiles et des outils de plus en plus diversifiés, vole en éclat. Notre évolution n'est pas singulière mais mosaïque, plurielle, buissonnante.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Pascal Picq (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Picq
En attendant les promesses du transhumanisme, une décennie de tous les possibles s?ouvre à nous. Les technologies ne suffiront pas si l?humanité ne s?inscrit pas dans une véritable vision évolutionniste qui associe les intelligences humaines, animales et artificielles. Pascal Picq Retrouver son livre : https://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-humaines/anthropologie-ethnologie/intelligence-artificielle-et-les-chimpanzes-du-futur_9782738145611.php
autres livres classés : préhistoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
306 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre