AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2321009314
Éditeur : Le Robert (03/11/2016)

Note moyenne : 2.98/5 (sur 20 notes)
Résumé :
200 drôles d'expressions érotiques, que l'on utilise tous les jours sans le savoir
L’affaire est dans le sac, donner sa langue au chat, reprendre du poil de la bête…

La langue française est une richesse, mais c’est aussi une boîte à malice qui recèle d’innombrables trésors. Agnès Pierron a recensé pour vous les plus savoureuses afin de lever le voile, pas toujours pudique, sur leur histoire et leur évolution surprenantes.

Délice ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
babounette
  20 novembre 2016
Quand je reçois un livre via une masse critique, je commence toujours par remercier Babelio et la maison d'édition qui me l'a adressé. avec un petit mot à en- tête à mon prénom (ce que j'ai fort apprécié).
Bon, et bien, pour le commentaire que je vais faire, c'est plus compliqué, ce dictionnaire de 200 drôles d'expressions érotiques tirées d'expressions que nous considérons comme normales que l'on utilise presque tous les jours pour certaines et d'autres que je n'avais jamais entendues comme "aller à la cours des Aides", "être amphibie".... ont été transformées en expressions érotiques, que ce soit un héritage de l'histoire ou simplement un héritage oral. Ainsi, l'expression "se faire passer la bague au doigt" signifie 1- pour une femme, se faire enfiler 2- se faire épouser. Ou cette autre, "branler le manche", 1- se dit d'un homme irrésolu ou d'une affaire incertaine, 2- pour un homme, se masturber.
Et ainsi de suite. Chaque expression est accompagnée par un explicatif sur l'historique de l'expression et quelques exemples de textes de poètes ou d' écrivains ou, mais oui, d' hommes politiques. le tout illustré par Coco dessinatrice de presse. Je dois avouer que je n'en ai lu que quelques-unes,
la lecture devient vite indigeste! Bref, je ne l'aurais pas acheté ce livre, j'ai pensé m'amuser un brin, mais ce fut un tout petit brin. Cela dit, je félicite l'auteur Agnès Pierron d'avoir eu la patience de les répertorier, d'avoir fait des recherches pour les explications afin d'en faire un dictionnaire assez particulier ma foi, à lire pour les amateurs/trices de ce genre de lecture.
J'en profite aussi pour féliciter greg320i de sa critique bien meilleure que la mienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          558
greg320i
  18 novembre 2016
Avant tout propos, propre ou de plus ample ironie calculé ou éculé sur des jeux d'expressions - puis qu'il en tiens de titres ici- ,
j'adresse une tendresse particulière à ce site vivant et vivifiant ;
qui parle autant par ses mots-les vrais- les plus purs et les plus beaux , que par les amitiés qui s'y lient et qui se lisent de même .
Merci donc pour ce généreux choix de livre gracieusement offert, mon respect également à l'éditeur qui m'a accompagné une lettre très aimable, prénom en entête.
De la classe . du goût .
Bref voilà le pire qui vous arrivent. Avanti critique .
Ô démon des mots, Ô des monts de vénus et de l'arpente torride à en franchir la pente . N'est-ce point là le G. logé dans ton coin qui me laisse (mais me lasse) la porte de ses multiples rides grande ouvertes ?
,, ne m'appelle-tu pas là le vice via ton dico éro ? Malfaisant Héros. . .
Que le diable coquin me tienne par.. la main.N'y allant déjà plus par quatre chemins infernal mais surtout 666 solutions de 69 différences nuancées, je me perd en vain en argot . Heureusement ,et ce n'est pas rien pour le terme drôle s'y rattachant à 200, ce bouquin est imagé .
Décence de mon essence érotique, je ne puis désormais me tenir sage en sa présence . le livre s'ouvre tel le plancton de la vie sur le fruit du péché interdit. Fallait-il y voir de suite la permission d'un symbole phallique ? Selon nos auteurs et leur tare,, et leurs hauteurs plus physiologiquement en retard que psychologique, réponse: oui .
Car voyez-vous, voyou, je ne le suis guère pourtant d'ordianire sur ce vocabulaire assez osé, je ne m'y complaît même du tout .
Non, je me defends habituellement en connaissant simplement de bien plus belles manières pour plaire.
Reste quant-à la naissance de la chair ouverte,offerte et en mots pour la servitude d'habitude littéraire..
Qu'on me veuille à l'effeuillage ? Sans dessous,, dessus,, du vice offert tel une proposition indécente de cet ouvrage pour que j'en dévisse.Méfiance.
Sans Levis ?
J'abaisse mon pont levis, je porte regard hagard à ma pointe d'épée au combat de la lecture, regard vif, acéré , cru et croyant voir le pourtour de quelques atours . . Ma croix de chasteté bien serré en poing levé:
" non je n'irait point péché , vade retro maquereaux et petite tanche, je serai rester sec à vos décontenances d'esprit contrarié .
Mes yeux piquent mais j'arrivent finalement au bout de l'ouvrage.
(avec beaucoup de courage )

Et donc retour au respect des vrais valeurs qui me tienne au coeur ici.
Non,je n'adresse aucune chaleurs à ce méli-mélo d'effarouchement des plus vils, non, je ne reçois pas la visite du démon de midi avant minuit..
Éhontée et effronteries sont les premiers termes d'ailleurs qui me viennent au souvenir.
Peine à mon esprit de même d'en lire autant de con,,sonnance uniquement porté par le ver solitaire, l'univers du bas ventre .
En reprenant peut-être un petit verre -que je n'aime guère- en aurez-je été plus à même de l'apprécier ? Émoustillé ou chatouillé ,,Que nenni.
Question: Faut-il faire rimer perversité d'illusion avec ces expressions ?
Réponse encore non, deux cents mauvaises réponses : Très cher coûte la manière de confondre poésie et vulgarité .
Et d'une toute autre chair à réfléchir sans doute.
Des bassesses d'esprit à vouloir sans cesse tourner mayonnaise ou crème autour du pot. Un dégoût de trop. Une chose plus que rose qui vous vire au vert, sévère !
Un vidage de mémoire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          249
KrisPy
  26 novembre 2016
Merci à Babelio et aux éditions LeRobert (comme les dicos ! ^^) pour ce dictionnaire des expressions érotiques.
Comme M. Jourdan qui fait de la poésie sans le vouloir, je fais des blagues cochonnes toutes la journée sans le vouloir... La faute à la langue française et à ses expressions fleuries, et il y a de quoi en perdre son latin !
200 expressions, oui, pas moins de deux cents phrases ou locutions toutes faites, qui nous tendent la main pour nous embrouiller la langue...
On dit souvent en français, du fait des jeux de mots et sonorités semblables, qui nous rappellent des coquineries : "Rhhôôo... t'as l'esprit mal tourné !".
Mais comment faire autrement, puisqu'en français, je viens de l'apprendre, toutes expressions semblent faire référence à une situation scabreuse !
Être en cheville avec quelqu'un, et bien c'est "coïter" avec... Jugez plutôt : au XVIe siècle, la cheville d'Adam désigne le pénis et avoir (mettre) la cheville au trou, plus simplement "cheviller", signifie coïter.
Et on apprendra aussi dans la foulée qu'en 2016, "chevillage" renvoie "à la pénétration anale d'un homme par une femme à l'aide d'un gode-ceinture".... Yiiipppiiie !
Voilà, avec ce petit dico des expressions érotiques, vous pourrez aller au fond de la question, bien faire le tour de toutes ces expressions, grivoises ou coquines, en connaitre les tenants et aboutissants, vous maitriserez votre sujet, et vous pourrez ensuite vous délecter de choquer vos amis en leur expliquant, que non, manger son poisson sans sauce, c'est pas qu'une histoire de régime, et que oui, je vais reprendre du poil de la bête, mais toute seule... Allez, on se comprend à demi-mots.
Au final,ce livre est un vrai dictionnaire, on ne le dévore pas d'une traite, mais on le sort quand on se questionne.
C'est foisonnant, c'est intéressant, mais parfois c'est un peu trop. Trop détaillé, trop incongru, et trop peu usité pour être encore utilisé dans le langage courant. Il n'y a guère que des écrivains acharnés de la langue française pour s'en servir encore.
Mais c'est bien de savoir d'où tout ça vient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
ahasverus
  05 décembre 2016
Vous connaissez la blague du type qui se rend à son travail et rencontre un ami d'enfance devenu professeur de logique ?
– Mais c'est quoi professeur de logique ? il lui demande.
– Je vais te faire une petite démonstration, tu vas comprendre : tu as un aquarium ?
– Oui.
– Donc tu aimes les poissons !
– Oui.
– Donc tu aimes les belles choses…
– Oui.
– Donc tu aimes les femmes !
– Oui.
– Bah voila c'est ça la logique.
Très impressionné, notre personnage arrive à son travail. Autour de la machine à café, il raconte à ses collègues sa rencontre avec le professeur de logique.
– Mais c'est quoi, ça, prof de logique ? demande l'un d'eux.
– C'est simple : t'as un aquarium ?
– Non !
– Et bien t'es pédé !

Voilà ce que me rappelle ce livre d'Agnès Pierron, paru aux éditions Le Robert.
Entrez, entrez Messieurs-dames, vantait la quatrième de couverture : "Saviez-vous que de nombreuses expressions courantes de notre langue avaient à l'origine un sens érotique ? Se donner un mal de chien, n'y voir que du feu, rompre la glace, poser un lapin..." Allez, entrez M'sieurs-Dames !
Chouette, je me dis, on va drôlement se poiler. Et même après, dans la vie de tous les jours, qu'est ce qu'on va rigoler à se ficher des autres qui diront sans savoir "je me suis donné un mal de chien, il n'y a vu que du feu !" On se tapera sur les cuisses, entre gens qui ont lu le bouquin, à s'en décrocher la mâchoire.
Mais peau d'balle, la poilade ! Au fil des pages, l'intérêt s'étiole, ais-je bien compris ce que je lis ? Alors je recommence. Mais non, décidément, je ne vois pas plus le rapport qu'à ma première lecture. Je retourne à la quatrième de couverture : Se donner un mal de chien, rompre la glace, à l'origine, un sens érotique, c'est bien marqué !
C'est moi ? Ou alors celui qui a écrit cette quatrième de couv' n'a pas eu le temps de lire le livre ?... Trop occupés chez Robert ?
La gouaille du rabatteur avait excité ma curiosité. Quelle déception !
Déjà auteur de plusieurs livres sur le sujet, Agnès Pierron tord les mots en explorant leur champ sémantique et leur polysémie, jusqu'à ce qu'elle puisse, à force d'interprétations, les faire entrer dans son livre, à la vas-y-que-j-te-pousse. La voilà, notre leçon de logique : billard = queue = sexe.

Mouais...Bon... d'accord, si elle veut.
le livre est agrémenté de dessins de Coco (Charlie Hebdo), plutôt sympas ("poser un lapin").
Je remercie les éditions Le Robert - dont je recommande plutôt la série des "Lettres à ..." - et l'équipe de Babelio pour ce livre dans le cadre d'une opération Masse Critique, et regrette que le traitement capillotracté n'ait pas du tout répondu à mes attentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
belette2911
  06 décembre 2016
Je vais en avoir des choses croustillantes à raconter pour les dîners emmerdants des fêtes de fin d'année, moi !
Après leur avoir causé de la pédérastie dans l'Antiquité, je vais pouvoir leur signaler que leurs petites expressions, qui ont l'air toutes sages, sont en fait toutes à connotations sexuelles !
D'ailleurs, je pense que depuis que j'ai choisi "La pédérastie" pour un Masse-Critique, notre ami Pierre de Babelio doit m'avoir cataloguée avec l'étiquette "Grosse cochonne et obsédée sexuelle" dans la base de donnée du site puisqu'il m'a proposé ce livre.
Alors, mon cher Pierre de Babelio, mettons les choses au point : je ne suis pas grosse ! le reste est parfaitement juste.
Je me suis marrée à découvrir des expressions du langage courant, expressions que j'utilise souvent (et le reste du monde aussi), expressions qui semblent "normales" mais qui en fait ont un rapport avec la Chose...
Désolée, mais même avec mon esprit mal tourné tel que le mien, lorsque j'entendais "Les carottes sont cuites", je ne pensais pas du tout à la "débandade", même si mon esprit tordu a déjà associé la carotte à un objet phallique. Il me vient d'ailleurs une blague sur le sujet...
Anybref ! Que voilà un livre réjouissant et instructif, sans pour autant devenir lourd ou insipide, sauf si vous êtes fous au point de tout lire d'un coup ! Ce que je déconseille fortement, vous risqueriez de vous lasser.
Moi, je me réservais quelques petites expressions avant d'aller me coucher, ou le matin, avec le café, la bonne humeur était garantie et gare à celui qui me disais "L'affaire est dans le sac" ou "Il reprend du poil de la bête" car j'avais un sourire niais et égrillard sur la face et personne n'a rien compris au boulot !
Bon, ça ne marche pas avec toutes puisqu'il y en avait certaines que je ne connaissais ni d'Ève, ni d'Adam.
Deux pages par expression, pas de texte brut de décoffrage et tout serré, n'ayez pas peur, c'est aéré, aérien, ça fait du bien et les illustrations de Coco ne sont pas piquées des vers.
Ce n'est certes pas la grosse poilade, mais ça a le mérite de nous éclairer sur l'origines de certaines expressions sans pour autant nous souler avec des tas et des tas d'explications.
Une lecture qui m'a donné du grain à moudre, sans que je donne trop ma langue au chat ou que le livre me courre sur le haricot. Au prochain dîner, je vais rompre la glace chez certains, chez ceux qui se vantent de n'avoir jamais peigné la girafe.
Tout ça va me donner du fil à retordre...
Merci pour cette lecture, messieurs des Éditions Robert... (ils ne sèment pas à tout vent, mais presque).

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ChatDuCheshireChatDuCheshire   24 novembre 2016
Quand le cul est d'équerre avec l'âme, il y a de la poussière de bonheur qui nous tombe sur la tête
Commenter  J’apprécie          70
MarcellinaMarcellina   05 décembre 2016
« Ayant après long désir,
Pris de ma douce ennemie
Quelques arrhes du plaisir,
Que sa rigueur me dénie,
Je t'offre ces beaux œillets,
Vénus, je t'offre ces roses... »
Commenter  J’apprécie          20
BibliotekanaBibliotekana   14 décembre 2016
Il n'empêche que de l'eau a coulé sous les ponts depuis l'Antiquité et que les mots n'ont de cesse d'être en alerte.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Agnès Pierron (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Pierron

Agnès Pierron - 'Ramoner le conduit'
'Ramoner le conduit' ne s'emploie pas que pour parler de cheminées.
autres livres classés : langue françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
286 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..