AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266175572
Éditeur : Pocket (12/05/2010)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Rome, automne 2006, la Nuit Blanche bat son plein, la ville est en ébullition. Des torrents de jeunesse se déversent dans les rues et convergent vers le Gazomètre, nouveau symbole des nuits romaines, véritable phare dressé face à la Ville éternelle.
Mais l'aube sera sanglante, une jeune fille est retrouvée atrocement mutilée sur les quais du Tibre.
La fin des vacances prend alors des allures de cauchemar pour l'inspecteur principal Mariella De Luca, qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
beatriceferon
04 mai 2015
Le dimanche 10 septembre, Eugenio part se promener le long du Tibre avec sa chienne Bella. Il remarque un corps allongé au bord du fleuve et pense aux débordements de la « nuit blanche ». Sans doute un jeune, assommé par les excès d'alcool ou de drogue, voire des deux, sera-t-il venu s'échouer là pour y terminer sa nuit.
Pourtant, Bella a une attitude étrange. Après quelques allers-retours, elle se met à tousser et finit par recracher une chaîne en or. Eugenio s'approche de la forme allongée. C'est alors qu'il a un malaise et s'écroule à son tour.
Le commissaire D'Innocenzo confie l'enquête à Mariella de Luca, secondée par Silvia di Santo.
Les recherches se déroulent en une semaine. Chaque chapitre ne compte que deux à huit pages, le rythme et donc plutôt soutenu. L'atmosphère est pesante et glauque. En apparence, Eva et Leonora sont des lycéennes bonnes élèves, aimées par tous, menant une vie sans histoire. Chacune vit seule avec une mère qu'elle adore et dont elle s'occupe.
L'envers du décor est tout autre pourtant et on s'aperçoit qu'on aurait tort de se fier aux apparences.
La ville de Rome offre un cadre grandiose omniprésent à cette enquête très violente, dont certains épisodes plongent le lecteur dans des visions de pure horreur.
Pour ma part, je découvrais l'univers de Gilda Piersanti avec ce roman, malheureusement le quatrième d'une série de « Saisons meurtrières ». Je me sentais donc assez frustrée de ne pas très bien comprendre les rapports de Mariella avec le commissaire D'Innocenzo, ou pourquoi sa relation avec Paolo avait l'air si compliquée.
C'est ce qui m'a donné l'envie de découvrir le début de l'histoire et de lire les autres volets de la tétralogie.
Malheureusement pour moi, dès les premiers mots, j'avais déjà la puce à l'oreille : « Nevermore ». le mot s'afficha dans sa mémoire en lettres fluo, comme un néon à l'intérieur d'une vitrine. » Cela m'a tout de suite fait penser à un poème que je connaissais. Les indices disséminés par la suite ont corroboré mon intuition et j'avais assez vite trouvé la clef de l'énigme. Cela dit, mon plaisir n'en a pas été altéré pour autant, et, maintenant que j'ai bouclé la première série, je vais m'attaquer aux nouvelles saisons en les espérant aussi passionnantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sharon
07 janvier 2013
J'ai dit, lors d'un précédent billet, que l'erreur était humaine et que j'avais eu raison de lire un autre roman de cette auteur. Je le confirme : ce roman policier est vraiment extrêmement bon.
Surtout, l'auteur ne fait pas l'erreur de faire se suivre les enquêtes les unes après les autres. Cinq ans séparent ce roman de Vert Palatino, trois de Bleu catacombes et depuis, les relations entre Mariella et Paolo sont restées relativement stables, même si la jeune femme tient à garder son indépendance… deux jours par semaine. Elle fait toujours équipe avec Silvia, et gare au collègue un peu lourdaud qui voudrait séparer ce duo : les deux jeunes femmes, si différentes, pas forcément d'accord sur la manière de mener un interrogatoire, se complètent parfaitement.
Les affaires en cours sont tous sauf faciles, dans cet été finissant (nous sommes début septembre). Eva est une jeune adolescente, et sa mort est affreuse. Ses proches, que ce soit sa mère, le compagnon de sa mère ou sa meilleure amie, sont anéantis. Même le vieil homme qui a découvert le corps en promenant Bella, son fidèle berger, a dû être hospitalisé devant la violence de ce qu'il a découvert. Et pourtant, il en avait vécu d'autres, pendant la guerre, notamment l'horreur d'un massacre que Mariella rappelle à notre mémoire, dans ce tome ou dans Bleu catacombe ou la rafle de tous les habitants du ghetto. le passé retient toute son attention, même si elle ne parle jamais de « devoir de mémoire », l'emploi de ce terme n'est pas utile ici.
Mais revenons à l'enquête, qui est le sujet principal de tout roman policier. Ou plutôt, les enquêtes, car il est faut de croire qu'une équipe peut se concentrer sur une seule et unique affaire, aussi médiatisée soit-elle. Aucune piste ne reste inexplorée, surtout pas celles qui semblent terriblement d'actualité, comme le règlement de compte ou le trafic de drogues. La réalité sera encore plus sordide, s'il est possible, mais toujours à rechercher dans la personnalité de la victime, pas ailleurs. Dans les romans de Gilda Piersanti, les tueurs en série supprimant aveuglément de parfaits inconnus n'ont pas droit de cité. Parfois, même, le meurtrier est plus victime que ceux à qui il a ôté la vie – et celui-ci ne fait pas exception, véritable cas d'école, coincé entre l'indifférence des uns, et la perversité manipulatrice des autres.
Je suis allée au bout des Quatre saisons de Gilda Piersanti, premier cycle. Je m'attacherai bientôt au second cycle.
Lien : http://deslivresetsharon.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Didier_Tr
16 avril 2014
J'ai beaucoup aimé la série des couleurs de Gilda Piersanti. Ce quatrième volume débute avec la découverte du cadavre d'une adolescente sur les bords du Tibre. Les personnages découverts dans les deux premiers romans ont gagné en maturité en même temps que l'auteur, et nous prenons plaisir à marcher dans leurs pas. Bien enlevé, bien structuré, un bon moment.
Commenter  J’apprécie          20
Val88
23 janvier 2012
L'intrigue était intéressante mais ce n'est tout de même pas le livre que j'ai préféré de Gilda Piersanti. La passion peut amener à faire des choses vraiment terrible surtout lorsqu'on a été trahi. Qui a bien pu tuer, Eva, cette jeune femme retrouvée morte le long du Tibre, puis, peu de temps après, Boris, son amant? Mariella et Silvia, de retour de vacances, vont résoudre peu à peu l'énigme.
Commenter  J’apprécie          10
rabbid
01 janvier 2013
Ce troisième tome des saisons meurtrières nous offre encore une histoire sombre, ou tout oscille dans les ombres. Une histoire menée de main de maître, une enquête prenante, il est difficile d'abandonner la lecture avant la fin !
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
kathelkathel13 septembre 2010
Les mains assassines s’affolèrent au milieu des buissons sauvages. Elles cherchaient le baladeur d’où s’échappait encore la chanson qu’Eva n’entendrait plus :
« As my memory rests
but never forgets what I lost
wake me up when september ends. »
La lampe de poche zigzagua au milieu des arbustes, le baladeur avait disparu. Le quai était désert mais en cette nuit de fête quelqu’un pouvait encore avoir envie de descendre jusqu’au Tibre pour trouver un coin tranquille, à l’abri des foules qui arpentaient la Nuit Blanche. Paniquées, les mains abandonnèrent la recherche. Eva était évanouie. Les mains arrêtèrent de trembler, sortirent quelque chose de la poche du jean, relevèrent le tee-shirt d’Eva pour s’en faire une protection et portèrent un coup net sur la carotide. Le sang gicla violemment sur le coton blanc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Didier_TrDidier_Tr16 avril 2014
Elle scrutait sa silhouette à l'autre bout du couloir et tremblait de tout son corps. Brusquement, elle s'élança à sa rencontre et l'enlaça passionnément. La clé toujours dans sa main. Comme Ingrid Bergman.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Gilda Piersanti (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilda Piersanti
Bande-annonce du film "Hiver rouge", adapté du roman policier de Gilda Piersanti, "Rouge abattoir". Un film réalisé par Xavier Durringer, produit par Astarthé et Compagnie et diffusé sur la chaîne France 2 en 2012.
autres livres classés : tête coupéeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
432 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre