AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2367627649
Éditeur : Audiolib (12/09/2018)
Édition audio (Voir tous les livres audio)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 338 notes)
Résumé :
Le destin hors du commun d'une fille de jardinier qui, au temps de Louis XIV, est choisie pour entrer au service de la mystérieuse marquise de Montespan.
Marion, grâce à un don inné pour la composition de parfums, réussira à élever son rang, et à gagner la confiance du roi en personne malgré un parcours semé d'embûches.
Avec pour toile de fond le majestueux château de Versailles, ce roman, à la fois historique et romanesque, est servi par un style simp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (66) Voir plus Ajouter une critique
Fleitour
  17 décembre 2018
Si vous cherchez un beau livre à offrir à de jeunes lecteurs, je peux vous suggérer Les Orangers de Versailles pour ceux et celles qui commencent à maîtriser la lecture, une histoire à la fois passionnante et qui leur donnera quelques repères sur la France de Louis XIV. L'héroïne Marion est une jeune fille dont le père est jardinier du château de Versailles.

Comme bien des enfants, en leur confiant un peu de liberté et la possibilité d'explorer leur environnement, Marion se passionne pour la nature, elle observe la diversité des plantes, et découvre très tôt que celles-ci dégagent parfois de très jolies odeurs, comme l'oranger, une diversité de parfums qu'elle se plaît à reconnaître et identifier.
La chance de Marion et d'être instruite, elle sait lire et écrire au moment où elle est choisie pour servir la favorite du Roi-Soleil, Madame de Montespan. L'autre grande qualité de Marion est de savoir écouter, et d'exercer son sens de l'observation comme si sur chaque chose, elle essayait de comprendre, comme pour une fleur nouvelle, d'où elle venait, et à quoi pouvait-elle servir. Ainsi en multipliant ses observations elle sut très tôt, qu'il ne fallait pas dormir quand elle veillait sur Madame de Montespan, et d'être toujours prête à servir sa maîtresse, et surtout de garder pour elle ce qu'elle voyait.

C'est une fine psychologue cette Marion, certes elle possède un don rare, elle est capable de sentir une grande diversité de parfums et bientôt elle va savoir les assembler, mais surtout elles n'hésite pas à se poser des questions. Elle s'interroge, comment une dame si proche du roi, si élevée dans son estime, peut-elle avoir besoin de tant de conseils, de ces dames qui lui prodiguent une conduite, celle idéale pour mieux servir le roi ? Étrange pense-t-elle. À l'occasion d'un fort malaise digestif, le médecin se livre à une multitude de digressions, qui mettent Marion en grand désarroi.

C'est le médecin lui-même qui la rassure, avec ces dames, il faut jouer finement, et ne pas leur dire qu'elles ont trop mangé, ce serait compris comme du mépris. « Tu sais Marion ce fut une simple indigestion ».
Madame de Montespan découvre au cours d'une promenade ses dons pour les parfums. Créer à base d'extraits de plantes, juste un assemblage original, une nouvelle essence c'est un don qui va changer sa vie. Son nez fera le reste, lui permettant soit de masquer certaines odeurs, soit de reconnaître par leurs odeurs si particulières des poissons.
Une confidence de madame de Montespan saisie par hasard, avec l'une de ses intrigantes, proche de la sorcellerie, lui révèle que les intentions de la Montespan à l'égard de la reine, sont plutôt louches. Elle s'en ouvrira au médecin de Versailles.

Cette très belle intrigue est passionnante car elle n'est pas très éloignée de la réalité, à savoir l'affaire des Poisons qui sera révélée au grand-jour en 1679. C'est aussi une intrigue subtile, qui se faufile à travers les qualités très féminines de Marion, et montre s'il en était besoin, que s'intéresser à la nature, aux plantes et aux arbres offre un univers de connaissances et d'observations, aussi complexe, que le moteur d'un véhicule automobile.

En découvrant Versailles et la cour du Roi-Soleil, on est aussi plongé dans une réalité que l'on soupçonne rarement. Les odeurs à la cour de Versailles étaient absolument infectes, épouvantables, et devaient gâcher bien des plaisirs. Faire un tour dans les jardins était le plus sûr moyen, de respirer de belles odeurs. C'est étonnant de saisir pourquoi tous les jardins royaux ont eu une importance si considérable, chasser les mauvaises odeurs.
La réalisation de la partie audio lue par Émmylou Homs, est tout à fait réussi, un mélange de finesse d'ironie et de ronchonnerie quand elle prend la voix de la Marquise de Montespan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
Pchabannes
  02 août 2009
Délicieux roman d'aventure de jeunesse à faire lire à vos enfants et vos adolescents, les filles en étant la cible principale. Un vocabulaire choisi, des phrases courtes, une intrigue palpitante. La jeune Marion est attachante et l'on se prend au fil des pages à la vouloir réussir dans ses entreprises.
Pendant l'été 1674, Marion, 15 ans, attachée au service de l'intrigante Marquise de Montespan, découvre un complot contre la vie de la Reine. Mais comment déjouer une telle manoeuvre ? Comment utiliser son extraordinaire talent de parfumeuse ?
On se plaît à découvrir Versailles &u début du siècle avec de multiples petits détails historique tels que le château de Clagny construit pour la Montespan en 1674 fut détruit en 1769, les fêtes nautiques avec felouques, galiotes, chaloupes, des modèles réduits de la flotte de guerre, la description de la cour, des jardins…
Petites erreurs historiques. L'action se déroule en 1674 et l'oranger, le Grand Connétable, connut aussi sous le nom du Grand Bourbon, ne fut transporté de Fontainebleau à Versailles qu'en 1684 à l'occasion de la création de l'Orangerie (1684-1686) par Jules-Hardouin Mansart. L' Grand Connétable né en 1421, finit sa longue vie en 1894. Etonnant, confié au jardinier Lemoine en 1684, les Lemoine conservèrent cette charge jusqu'à extinction de la famille en 1846.
Petite précision historique. A noter que si l'affaire des Poisons sera révélée au grand-jour en 1679 comme il est dit dans le roman, dès 1672 Louis XIV fait enquêter sur le sujet son Lieutenant de police, La Raynie. Enquête qui aboutit à la recherche de la Marquise de Brinvilliers en 1674 et son arrestation à Liège en 1675, la mise en cause d'un grand nombre de personnes et son exécution en 1676. La Raynie reconstitue un réseau criminel de milliers de personnes. le scandale est tel qu'une chambre ardente, la cour des poisons, sera établie de 1679 à 1782. La principale accusée de cette chambre est Catherine Deshayes, épouse Monvoisin. En 1680, elle est condamnée à mort et est brûlée vive en place de Grève. Cette exécution ne suffit pas à arrêter l'affaire. Louis XIV lui-même laisse agir la police contre une noblesse trop gênante. Mais les attaques contre madame de Montespan se font trop précises, la Cour pourrait être éclaboussée. En 1682, le roi ordonne aux magistrats de cesser les poursuites engagées et d'étouffer l'affaire. La chambre spéciale cesse donc de se réunir. La Chambre ardente prononça contre des comparses secondaires trente-six condamnations à mort, plusieurs aux galères. Les grands personnages furent épargnés.
Bayard Jeunesse, 220 pages, 11€
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
mediatheque-de-valence
  13 décembre 2011
Marion, la fille d'un jardinier du château de Versailles, a été choisie pour servir la favorite du Roi-Soleil, madame de Montespan.
La marquise est exigeante et capricieuse : il est bien difficile de la satisfaire. Heureusement, Marion possède un don rare : elle sait créer des parfums extraordinaires qui plaisent à sa maîtresse. Bientôt, Marion découvre qu'un terrible complot se trame contre la reine...
La version audio du célèbre roman d'Annie Pietri est très agréable à écouter, Céline Mauge arrivant à insuffler la vie aux différents personnages sans tomber dans la caricature.
Commenter  J’apprécie          160
Lali
  02 mars 2013
Je lis rarement des romans historiques, qu'ils s'adressent aux jeunes ou aux adultes. Mais qui dit rarement ne dit pas jamais. Je me suis donc laissée tenter par Les oranges de Versailles d'Annie Pietri, coup de coeur de ma bibliothèque de quartier, sans savoir qu'il s'agissait du premier roman d'Annie Pietri, orthophoniste de formation, qui se consacre à l'écriture depuis 2004.
Passionnée par l'époque de Louis XIV, elle met en scène dans ce premier roman Marion, une jeune fille de 14 ans, fille d'un jardinier du château de Versailles, qui a été choisie pour servir la favorite du Roi-Soleil, madame de Montespan. Or, Marion a d'autres talents. Sa maîtresse le comprendra bien vite puisqu'elle lui confiera la fabrication de parfums sans lui en attribuer les mérites, ce qui blessera profondément la jeune fille qui découvrira ainsi ce que peut cacher le semblant de bonté de celle qui rêve d'être reine. Et qui est même prête à tout pour y arriver, même si cela veut dire éliminer sa rivale.
Mais c'est sans compter sur Marion, son intelligence, sa perspicacité., son sens de la débrouillardise. Car elle n'est pas qu'un « nez », comme nous le prouvera cette incursion dans l'Histoire.
Voilà là un très bon premier roman qui semble bien connu outre Atlantique, étant à l'étude dans nombre de classes, mais pas ici, et que j'ai découvert avec grand plaisir. Si bien que je compte bien lire la suite des aventures de Marion Dutilleul.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Sand94
  06 mai 2011
Annie Pietri aborde la Cour du Roi Soleil par la petite porte. Marion est une jeune fille timide mais décidée, et, à ses côtés, nous déambulons dans le parc de Versailles, pénétrons dans la chambre et la vie de la Montespan, mais aussi dans les petits couloirs dérobés du château et les chambres de bonnes. L'intrigue repose sur la conjuration d'un complot (je ne vous en dirai pas plus), une histoire de rivalité entre la favorite et la Reine. Si la lecture est agréable, j'ai regretté le manque de péripéties, une tendance à la répétition dans les descriptions des repas, des fêtes, des tenues. Avec un style adapté au lectorat jeune, ce roman m'a laissé un goût d'inachevé et, je dois dire, une impression de facilité un peu décevante. Il faut dire que j'imaginais quelque chose de plus enlevé, de plus trépidant. le vocabulaire est simple (bien que j'ai pu constater que nos collégiens ignorent ce qu'est un judas et ce que signifie médusé), les phrases sont courtes, la police est énorme, et l'histoire est somme toute assez traditionnelle. Inutile devous dire que je préfère un bon vieux Dumas !
Lien : http://leslivresdegeorgesand..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Celine_72Celine_72   22 février 2011
Cette enfant au beau regard sombre, doux et profond déroutait la marquise. Elle ne ressemblait en rien aux servantes qui l'avaient si mal servie jusque-là et qu'elle avait renvoyées sans pitié.
Commenter  J’apprécie          200
musymusy   10 août 2015
« La promenade avait bel et bien commencé. Le cortège s’attardait sur les terrasses plantées d’orangers, de jasmins et de grenadiers. Le roi raffolait des jardins du Trianon, où l’harmonie des couleurs rivalisait de splendeur avec le parfum des fleurs. »
Commenter  J’apprécie          60
CielvariableCielvariable   07 avril 2018
Antoine n’était pas homme à se laisser impressionner, mais, ce matin-là, il présentait sa fille à la marquise. Alors, dès qu’ils furent entrés dans le petit salon, il se mit à pétrir son chapeau de ses mains brunes et rugueuses. La surprise était de taille ! Athénaïs de Montespan, la belle marquise, avait décidé de choisir elle-même parmi les sept fillettes qui attendaient à l’office. Marion était la première à paraître devant elle. La favorite braqua sur elle ses yeux bleu clair. Ce regard éblouissant, éclatant de vivacité et d’intelligence, envoûtait le roi et fascinait toute la cour. Pourtant, elle n’était pas aimée à Versailles. Sa réputation était celle d’une intrigante sans scrupules ; d’une courtisane ambitieuse prête à tout pour rester en faveur auprès du roi ; d’une orgueilleuse avide d’honneurs et de richesses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   07 avril 2018
La marquise redoutait l’orage. Pour elle, l’enfer venait d’ouvrir ses portes. Les démons des ténèbres rampaient vers elle… leurs bras se tendaient pour la saisir à la gorge et l’étouffer… bientôt, de leurs griffes monstrueuses, ils allaient lui arracher le cœur… Lucifer, impatient, attendait que la sinistre besogne soit achevée pour engloutir son corps dans l’abîme bouillonnant de ses entrailles…
Commenter  J’apprécie          30
CielvariableCielvariable   07 avril 2018
Depuis la mort de sa mère, Marion, qui parlait peu, avait pris l'habitude de livrer le moindre de ses secrets aux grands arbres du parc royal. Il lui suffisait d'une bouteille, de quelques mots griffonnés sur une petite feuille et d'une fleur d'oranger, fraîche ou séchée, qu'elle y ajoutait toujours. C'était une sorte de cadeau, une manière d'offrir à l'arbre qui acceptait ses messages le plus doux des parfums, celui qu'elle préférait entre tous. (...) De branche en branche, de feuille en feuille, les grands arbres chuchoteraient ses secrets au gré du vent... Ils emporteraient vers le ciel les tourments, les bonheurs et les rêves qu'elle avait confiés à la terre de Versailles, comme un marin perdu qui met toute sa souffrance et ses espoirs dans une bouteille qu'il lance à la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : versaillesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les orangers de Versailles

Qui est Antoine ?

Le père de Marion
L'ami de Marion
Un servant

9 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Les Orangers de Versailles de Annie PietriCréer un quiz sur ce livre
.. ..