AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de bibliothequedebracieux


bibliothequedebracieux
  22 octobre 2013
Sur la couverture la roue immense d'une verdine. La verdine c'est la roulotte des tsiganes.
Des roulottes et des gens il y en a une longue file qui se dirige vers un camp, celui des Alliers, tout près d'Angoulême à la demande de la Kommandantur. Un endroit pour les protéger soi-disant. Ces hommes et ces femmes qui ont l'habitude de vivre dehors. Libres !
« Les grilles du camp s'ouvrent dans un grincement lugubre. Pour qui n'a pas l'habitude de fermer, de verrouiller, ce bruit aigu provoque presque une douleur. »
C'est l'histoire d'Alba, 14 ans, et de sa famille qui est racontée dans ce livre. Six ans d'enfermement, sans hygiène, sans beaucoup de nourriture, dans une promiscuité terrible.
Le camp des Alliers a vraiment existé. L'auteur se basant sur des souvenirs racontés, relate la vie dans ce camp. Pour ces manouches n'aimant pas les maisons c'est un enfermement terrible.
Ce livre est un témoignage très fort, porté par des personnages hauts en couleur. On les imagine tant ils sont bien décrits. On entre dans leur vie, leur tradition et leur humanité.
La guerre, à la porte du camp, est peu évoquée finalement. Mais qu'elles sont longues ces six années…Il y a bien quelques personnages généreux dans ce livre mais même les bénévoles de la Croix-Rouge sont prompts à juger (p106) les mots sont si terribles que je ne les mets pas ici, mais je pense qu'ils doivent être encore prononcés de nos jours.
C'est un livre intéressant par ce qu'il nous fait découvrir, un pan de l'histoire assez vite oublié par tous, j'y ai trouvé malgré tout quelques longueurs. Je ne sais pas s'il y a de la poésie dans cette écriture, j'y ai trouvé plutôt une description un peu clinique des événements, illuminés par de beaux moments et la fierté et le courage des Manouches.
Peu d'espoir dans ces lignes mais il n'y avait pas de raison d'en avoir. Libérés en 1946 seulement ils se retrouvent dehors sans rien. Plus de védrine, plus de chevaux pour repartir sur les routes de Charente …ou un peu plus loin sans aucune aide.
Un livre nécessaire pour nous faire réfléchir sur une histoire méconnue que j'ai découvert grâce à masse critique. L'auteur a fait un beau travail de mémoire.


Commenter  J’apprécie          180



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (14)voir plus