AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures (49)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
kikibaba
  04 mai 2015
Histoire d'Alba, jeune fille de quatorze ans qui est internée, à partir de 1938, avec toute sa famille dans un camp pour Tziganes près d'Angoulême. Jusqu'en 1946, ils vont connaître l'humiliation et les brimades. Ils se retrouvent entassés dans des baraquements qui laissent passer le froid et la pluie, alors que les tziganes n'aiment pas avoir de toit en dur au-dessus de la tête. Leurs roulottes leur sont enlevées ainsi que leurs animaux. Alba rencontre Rémi et son frère, alors qu'ils arrivent dans le camp et doivent s'installer dans la baque de la famille d'Alba. Rémi n'est pas un garçon comme les autres. Elle devient très proche de son frère. Un très beau roman sur un épisode assez peu connu de l'histoire française.
Commenter  J’apprécie          20
tojadi
  16 novembre 2014
Récit très émouvant sur un épisode méconnu de la 2ème guerre mondiale , révoltant par son manque d'humanité envers des personnes ayant une culture et un mode de vie différents .
Commenter  J’apprécie          20
lacrocheteuse
  09 juillet 2014
Au Printemps 1940, la France est sous l'occupation allemande. Un décret interdit la libre circulation des nomades, considérés comme dangereux, et les roulottes sont à l'arrêt. Ce roman aborde le thème de la déportation et d'internements des populations nomades (Manouches, tziganes, forains, gens de voyage...). Ils se retrouvent dans des camps insalubres pendant la seconde guerre mondiale et sous l'occupation. Histoire d'Alba et de sa famille sont emmener au camp des "Alliers" près d'Angoulême.
Le titre du livre est un proverbe tzigane.
Commenter  J’apprécie          21
katulu33
  03 juin 2019
Danielle : "Roman prenant, dérangeant et instructif ! L'écriture soutenue, l'est parfois un peu trop... c'est le seul bémol"
Commenter  J’apprécie          10
pasphil
  31 mars 2019
On n'entre pas impunément chez les Manouches, ni dans le présent, ni dans la mémoire.
Commenter  J’apprécie          10
gaudiard
  30 juin 2016
bonsoir madame Piils gani
je finis a l instant de lire votre livre:je suis a la fois émue ,bouleversée...
j ai fait le voyage avec Alba et les siens...portée par l émotion ,par la musique,la sensibilité qui se dégage de cette histoire émouvante...
je vis a Champagne Mouton:Marie France Chapelle m a prété le livre que vous lui avez dédicacé;un jour ou je lui disais que les "gens du voyage me fascinaient....ils me fascinent encore davantage maintenant...
merci de m avoir fait voyager aupres d eux le temps trop court de cette lecture...
je suis née aussi le 28 juin comme vous et comme ce petit David clochefer qui m a tellement marquée a l école elementaire lorsque je pratiquais l aide aux devoirs.il n y a pas de hasard...
merci merci...portez vous bien...
merci a Marie France pour qui j ai beaucoup d estime te de respect
amicalement
cathy
Commenter  J’apprécie          10
cathdb
  29 juin 2016
Je vais dénoter parmi toutes ces excellentes critiques, je n'ai pas aimé ce livre ! Effectivement il fait découvrir un autre style de vie, un pan inconnu de l'histoire et il donne envie d'aider ces gens. Mais il occulte toutes les raisons qui font le désamour des habitants de tous pays. Ce livre me semble montrer une image d'épinal de cette population. Il m'a tout de même fait réfléchir sur la façon dont on la traite qui est en grande partie responsable de l'absence d'hygiène, des vols qui accompagnent leur présence, et peut être de leur manque d'éducation professionnelle.
Commenter  J’apprécie          00
ckdkrk169
  18 janvier 2015
Un beau texte poignant sur une page de l'histoire de la seconde guerre mondiale peu connue. Un témoignage issu de la rencontre de l'auteure et d'une rescapée de ce camp qui lui a raconté son histoire.

Au travers des souvenirs d'Alba aujourd'hui âgée de quatre-vingt ans, nous suivons le quotidien de 350 tziganes enfermés dans un camp entre 1940 et 1946. Alors âgée de quatorze ans, Alba arrive dans ce camp à Angoulême avec sa famille. Ce qui frappe, c'est le décalage entre la vie nomade très libre de ce peuple et les restrictions imposées par l'état français.

Les manouches ne fréquentent pas les « gadje » et vivent différemment : la verdine ou roulotte est leur maison, le cheval qui tire cette roulotte fait partie de la famille et tous travaillent de leurs mains pour vivre. Les parents d'Alba étaient forains avant la guerre.

Quel décalage et tristesse en découvrant ce camp : privés de liberté, de leur roulotte, de leur cheval et de toute activité de leur vie d'avant. Ils vont souffrir de la faim, de maladie et d'ennui. Maria, la mère d'Alba, est particulièrement émouvante : aveugle, elle communique avec ses enfants à la voix et avec ses mains. Au toucher, elle ressent toutes leurs émotions et les consolent. le père, fier comme tous les manouches, fera tout pour améliorer leur quotidien par son travail. Des personnages forts vivants et attachants.

Un style fluide, poétique et pur. Une histoire qui émeut, interpelle et se lit facilement.

Je vous recommande cette lecture pour ses qualités littéraires et l'intérêt du sujet.

Lien : http://www.despagesetdesiles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
caromedia07
  13 mars 2014
Une découverte de l'état d'esprit du peuple tzigane, de leur liberté à travers le récit de leur enfermement pendant la seconde guerre mondiale en France
Commenter  J’apprécie          00


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1665 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre