AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782493206114
288 pages
Le bruit du monde (05/05/2022)
3.96/5   12 notes
Résumé :
Une expérience de lecture joyeuse, mémorable et pleine de vie. L'autrice y construit un univers à la frontière entre Jonathan Coe et Camélia Jordana.

Le pays des phrases courtes, c'est l'ouest du Jutland, région rurale située à l'ouest de la péninsule danoise.
L'héroïne et narratrice de ce roman s'y installe après avoir longtemps vécu à Copenhague. Elle doit trouver de nouveaux repères dans cette communauté isolée, se faire une place au sein de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
traversay
  31 mai 2022
Le pays des phrases courtes ne fait pas partie de ces romans qui étreignent par leur progression dramatique ou leur suspense. le livre de la danoise Stine Pilgaard est davantage du genre impressionniste, dans la description de la tentative d'adaptation d'une trentenaire à un nouvel environnement, dans un village du Jutland de l'ouest. le ton est plutôt léger alors que la narratrice ne parvient pas à s'intégrer véritablement et elle pourrait même presque être qualifiée de dépressive, mais dans une sorte d'humeur joyeuse devant les comportements et les personnalités laconiques des autochtones. Cette jeune femme, en décalage social, possède un oeil infaillible d'observatrice et une certaine candeur pour raconter ce qu'elle vit. Outre sa condition de jeune maman et ses difficultés récurrentes à obtenir le permis de conduire, sa philosophie de l'existence se retrouve dans les réponses très particulières qu'elle fournit dans le courrier des lecteurs d'un journal local. Plutôt que prodiguer des conseils, elle en profite surtout pour parler d'elle et de ses expériences présentes ou passées, maniant le hors sujet avec une certaine élégance. le pays des phrases courtes est une suite d'instantanés drolatiques et charmants, qui séduit par son humour, mais son caractère volatil et une certaine redondance thématique dans de courts chapitres qui ressemblent à des vignettes peuvent aussi éroder peu à peu l'intérêt.
Lien : https://cinephile-m-etait-co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
motspourmots
  09 mai 2022
"Qu'est-ce que le temps (...), sinon des intervalles aléatoires de joie ou d'anxiété, une conduite en ligne droite sur une route nationale et une circulation dense à Herning ?"
Tout le charme de ce roman réside dans ce décalage teinté de poésie qui compare le parcours d'une vie à la conduite d'une voiture ou explique l'économie de paroles des habitants du lieu par la contagiosité de la nature sans voix qu'ils côtoient. Des petits moments aériens qui vous saisissent au détour d'une phrase et donnent d'autres couleurs à votre environnement proche. Bienvenue à Velling, petite ville du Jutland dans l'ouest du Danemark, baignée par la mer du Nord et ponctuée de collines et d'éoliennes. La narratrice s'y installe avec son compagnon enseignant dans une école alternative et leur bébé de quelques mois. Un peu désoeuvrée, membre du groupe des "pièces rapportées", la jeune femme porte un regard étonné sur l'univers qu'elle découvre tout en tentant d'y trouver sa place. Elle est bientôt recrutée par la gazette locale pour tenir le courrier des lecteurs ce qui se révèle un passionnant poste d'observation. Et elle poursuit sa quête du permis de conduire, bientôt détentrice du record du nombre d'heures de leçons et devenue une sorte de légende dans le milieu des moniteurs d'auto-école.
Ce parallèle entre l'apprentissage de la conduite et celui de la vie est joliment déroulé, donnant à voir au passage tous les doutes qui peuvent assaillir les trentenaires dans une société qui collectionne les paradoxes. Les Jutlandais sont avares de mots, la narratrice se désespère de parvenir à tenir une conversation dans ce "pays des phrases courtes". "Tu penses en prose" lui explique son compagnon, "les gens ici sont plus concis. Tels des haïkus, dix-sept syllabes, la nature plus le présent". Toute une métaphore d'une façon de prendre la vie. Amitiés, éducation, injonctions comportementales. le regard se teinte d'humour pour dépeindre des situations qui dépassent sans doute le cadre du Jutland même si le format pédagogique, celui des højskoler est tout à fait singulier notamment avec ses créations de chansons. le récit est ponctué par la correspondance que tient la narratrice pour son journal, quelques petits bijoux d'acuité, à la fois tendres et finement observés. Comme cette réponse à la lettre d'un insomniaque anxieux : "... l'anxiété est une condition de vie pour toute personne sensée. Notre génération sait que les avions peuvent s'écraser sur les gratte-ciel, et les gens se jeter dans le vide. Nous comprenons que les cellules peuvent se diviser dans le corps, que les gens peuvent avoir des bombes sous leurs vêtements, que les conducteurs suicidaires prennent les voies d'accès en sens inverse. Tout doit passer, vois cela comme un soulagement. Adorable Insomniaque, la vie n'est pas un événement, mais un mouvement fugace et indifférent dans un espace sombre. Toutefois, la beauté peut advenir avec spontanéité. Un beau poème, une peinture étrange, une vue qui nous coupe le souffle. Ta mission est d'utiliser le temps du mieux que tu le peux, pendant que tu attends la mort."
Le pays des phrases courtes est un roman qui fait du bien, disserte de la vie avec élégance et de ses aléas avec un humour tendrement sérieux. Il peut aussi donner envie d'aller se balader du côté de Velling y chercher un peu de silence. J'ai passé un moment charmant.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Cassiopee42
  08 mai 2022
C'est pour des livres comme celui-ci que j'aime la découverte de nouvelles maisons d'édition, de nouveaux auteurs.
« le pays des phrases courtes » est un roman inclassable, à l'humour et la dérision décalés, à la profondeur non affichée mais bien présente, au dépaysement garanti. Je suis totalement sous le charme du contenu, de la forme, du phrasé.
C'est dans la petite ville de Velling (même pas trois cents habitants) qu'un jeune couple et leur fils s'installent. Il sera enseignant dans une école alternative, elle sera mère au foyer. Elle a le souhait de passer son permis de conduire, histoire d'avoir un but. Au bout de quelque temps, une rubrique « courrier des lecteurs » lui est confiée. Cela lui donne un rôle plus important dans cette bourgade où elle a du mal à trouver sa place.
C'est elle qui se raconte, les dialogues sont rapportés dans un style indirect imprimant un rythme qui semble assez lent. On sent que cette femme est un tantinet désemparée, pas forcément à l'aise (et son époux non plus) dans son rôle de Maman qu'elle doit « apprendre ». Elle décrit son quotidien sans filtre, avec une forme de naïveté. Elle n'a pas « les codes » de ce coin du Danemark et ses rapports aux autres peuvent être mal interprétés. Elle a un sens de l'observation fin et acéré. Quand elle décrit l'attitude des gens qui parlent à son fils (un bébé) dans les rayons du supermarché, c'est jubilatoire ! Elle se sent parfois rejetée par les collègues ou les élèves de son compagnon et elle est étonné des réponses de la directrice qui lui explique que tout cela est bien normal.
« C'est une phase que toutes les pièces rapportées doivent traverser, dit-elle en me tendant un biscuit un peu moisi. Pourquoi ? je demande. Pour apprendre à vivre avec, dit la directrice. »
Elle se pose beaucoup (trop ?) de questions, s'intègre parfois avec maladresse. Il est nécessaire qu'elle apprenne à parler aux habitants du Jutland « le pays des phrases courtes ». Elle va rencontrer quelqu'un qui lui donne des conseils, qui lui explique comment agir, comment moduler son flux verbal. Est-elle obligée de se couler dans un moule pour être acceptée et comprise ? Où est sa marge de liberté ? Peut-elle être elle-même sans être jugée ? C'est tout cela qu'interroge, avec brio et esprit, Stine Pilgaard.
Ce récit de vie quotidienne est entrecoupé de lettres auxquelles répond la jeune femme en signant « La Boîte aux lettres ». Pour conseiller et aiguiller ceux (aux pseudonymes très amusants) qui la sollicitent, elle fait souvent appel à ses souvenirs, à son expérience. Elle les rattache avec malice aux demandes, c'est très amusant de voir « les ponts » qu'elle met en place. Il y a également quelques chansons et les leçons de conduite qui sont cocasses.
L'écriture de l'auteur est pétillante, vive, c'est un régal. La traductrice a dû avoir beaucoup de plaisir à découvrir ce texte pour le transmettre. Sous des dehors humoristiques, il y a une réelle réflexion sur le « dérangement » que peut provoquer l'arrivée d'une variable dans un microcosme bien réglé et quelles seront alors les réactions de l'arrivant et des hôtes.
Je suis enchantée de cette découverte littéraire !

Lien : https://wcassiopee.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
cathulu
  15 mai 2022

Pièce rapportée, l'héroïne et narratrice de ce roman l'est à plus d'un égard. Son compagnon a été embauché dans une école d'un type particulier , privilégiant les arts, dans une région rurale du Danemark. Enseignants et élèves forment une communauté, quasi une secte aux dire d'une autre pièce rapportée, et si cette appellation est formulée avec humour, il n'en reste pas moins que la narratrice se sent fortement décalée et peine à créer des liens d'amitié avec une population trop laconique à son goût.
Expansive, peinant à obtenir son permis de conduire, jeune mère analysant avec acuité et humour les perturbations engendrées par cette naissance, nous la suivons dans ses tribulations, le tout ponctué par les lettres drolatiques et les réponses hautes en couleurs qu'elle fournit en tant qu'"oracle" dans le journal local, sorte de courrier du coeur, emploi que lui a procuré la directrice de son mari. L'écriture de chansons satiriques lui permet aussi de tenir le coup  dans cet univers si étrange à ses yeux.
Le point de vue décalé, fin et plein d'humour, l'écriture alerte et les personnages croqués à ravir font de cette lecture un pur délice. J'ai surligné à tour de bras et j'ai déjà hâte de voir traduit un autre roman de cette autrice .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          44


critiques presse (1)
LeMonde   28 juin 2022
Sans héros ni suspense, l'écrivaine danoise embarque son lecteur dans la douceur quotidienne d'une école communautaire du Jutland. « Le Pays des phrases courtes », métaphysique et hilarant.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
NatachaBMNatachaBM   15 juin 2022
L’idée générale selon laquelle il faut regarder la peur en face est fausse. La vérité c’est qu’il faut envisager d’autres directions, sinon on finit par la suivre, cette peur.
Commenter  J’apprécie          00
motspourmotsmotspourmots   09 mai 2022
Tu penses en prose, les gens ici sont plus concis. Tels des haïkus, dix-sept syllabes, la nature plus le présent.
Commenter  J’apprécie          40
Cassiopee42Cassiopee42   08 mai 2022
C'est une phase que toutes les pièces rapportées doivent traverser, dit-elle en me tendant un biscuit un peu moisi. Pourquoi ? je demande. Pour apprendre à vivre avec, dit la directrice.
Commenter  J’apprécie          10
KaodizeKaodize   19 mai 2022
J'ai toujours fait plus âgée. Cela me rendait fière quand j'étais enfant, c'était pratique quand j'étais adolescente, et maintenant je m'en moque. Cela me contrarie beaucoup qu'on puisse penser que j'ai envie d'avoir l'air plus jeune, d'être perçue comme un produit alimentaire avec une date de péremption. C'est étrange d'être une femme.
Commenter  J’apprécie          00
KaodizeKaodize   19 mai 2022
Il est devenu évident que lorsque nous devons agir en tant que parents nous nous mettons à parler comme si nous jouions une pièce de théâtre ou passions un examen.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : littérature danoiseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
131 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre