AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782844949905
336 pages
Éditeur : Editions De Borée (10/09/2009)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Riche propriétaire d'un vignoble réputé, Rodolphe de Beauvoir-Lacoste paie de sa santé fragile les frasques des années passées. Pendant la période des vendanges, victime d'un malaise, il est assisté en urgence par sa gouvernante, aidée d'une étudiante venue comme saisonnière. Les soins que lui prodigue la jeune fille touchent le malade et suscitent son intérêt. Mais que cachent les bonnes paroles et l'attitude pateline de cette belle inconnue ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
domdu84
  25 octobre 2011
Romain de terroir, se déroulant dans les années 60, un vignoble, des saisonniers, un maître du domaine, une gouvernante.
Florine recherche son père, pour se venger, car elle est le fruit d'un viol.
Ensuite, cette jeune fille très instruite et intelligente va tirer les ficelles pour arriver à ses fins.
La suite n'est certes pas de sa faute mais elle y a contribué grandement.
Roman qui se lit rapidement, sans trop se casser la tête et qui est sobre.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
domdu84domdu84   25 octobre 2011
Les femmes avaient déjà dans l'esprit le travail qui les attendait comme à chaque retour à la maison : la pile de linge sale, les journées de repassage et parfois le mari intempérant et brutal.
Château-Brezon n'était qu'une étape, un arrêt parmi d'autres, et les soucis allaient recommencer après quelques jours où les repas étaient tout prêts trois fois par jour et où on ne se préoccupait pas du ménage.
Quant aux hommes, après ce temps de vendanges sans chef d'atelier, sans contremaître sur le dos, sans ordres ni remarques, libres au grand air, pouvant discuter sans craindre le geste maladroit face aux lames d'une machine ou d'un outil, ils avaient en général goutté cet entracte dans leur vie plus sereinement que les femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
domdu84domdu84   24 octobre 2011
Ces petits malheurs, ces coups, ces entailles, ces "tours de reins", les yeux qui brûlent à cause d'un début de conjonctivite due au soleil, ne donnaient pas lieu à des arrêts dans le travail. Chacun était conscient que les 30 francs par jour plus la prime éventuelle en fin de vendanges obligeaient à une activité permanente. Quand l'un d'eux rechignait à l'ouvrage, le regard des autres en disait long. Il y avait émulation mais aussi l'amour-propre. Pas question qu'une femme ait un meilleur rendement qu'un homme....
Il fallait donc résister, être dur au mal, serrer les dents, oublier ses contractures et, en toutes circonstances, faire bonne figure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
domdu84domdu84   24 octobre 2011
Les remorques de vendanges arrivaient régulièrement dans la cour.
L'attelage s'engageait sur un plan incliné, s'enfilait par une large porte et une fois le chargement déposé, Albert repartait sans attendre poster le tracteur de façon à recevoir à nouveau le contenu des hottes des porteurs. Et les rotations se succédaient.
Le vieux Massey-Harris rouge, pétaradant et fumant, était toujours bon pour le service. Chaque soir, Albert était quand même bien obligé de le garer en haut de la cour, face à la pente pour, le lendemain matin, faciliter son départ tout en démarrant directement en seconde - si ce dernier voulait bien, cependant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
domdu84domdu84   25 octobre 2011
Auprès du Berliet c'était l'effervescence, la bonne humeur régnait : la prime promise avait été versée.
Les conversations allaient bon train...
"Alors, on se voit en octobre à l'usine aux champignons....Je dois y être le 6.
- Moi, je pars aux châtaignes d'ici quinze jours. Ça me changera de la vigne !"
Et ainsi selon les besoins du ménage, les grossesses, l'état de santé, régulièrement les uns, épisodiquement pour les autres, la vie continuait, simple et contraignante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
domdu84domdu84   19 octobre 2011
Le Berliet transportant l'équipe de vendangeurs arriva vers 20 heures.
En habitué, sitôt le porche franchi, le chauffeur tourna sur la droite pour aller stationner devant la grange et fermait le coté est de la cour du Château Brezon, domaine de M. Rodolphe de Beauvoir-Lacoste, propriétaire récoltant.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : saisonniersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
280 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre