AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707146823
128 pages
Éditeur : La Découverte (01/09/2005)
4.07/5   30 notes
Résumé :
Depuis dix ans, la bourgeoisie a connu des bouleversements liés notamment au pouvoir grandissant de la finance sur l’industrie, la politique et les médias. Quelles en sont les conséquences sur les différentes formes de richesse, l’argent, la culture, les relations sociales et le prestige qui caractérisent cette classe sociale ?
Les modes de vie des grands bourgeois ont-ils changé ? Dans quelles conditions leurs positions dominantes se reproduisent-elles de g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Colchik
  30 avril 2021
Le couple Pinçon-Charlot, anciens chercheurs au CNRS, s'est fait une spécialité de l'étude de la classe dominante en publiant des ouvrages tels que Grandes Fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France, Les Ghettos du Gotha, Comment la bourgeoisie défend ses espaces, le Président des riches. Enquête sur l'oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy, etc.
Dans ce précis de sociologie, largement nourri des apports de leurs collègues, ils synthétisent la réflexion sur les évolutions récentes qu'a connu la grande bourgeoisie tant sur la place qu'elle occupe dans le milieu économique, que sur ses relais de pouvoir traditionnels (réseau social, sociabilité, formation, médias) ou ses accointances avec les institutions politiques.
Les lecteurs familiers de certains concepts sociologiques (les notions de capital culturel, symbolique, social, d'endogamie…) retrouvent des analyses largement diffusées dans les études sociales. Des encadrés viennent illustrer les propos des auteurs, souvent rédigés avec verve et acidité, dans le style des Pinçon-Charlot, qui ne font pas mystère de leur proximité avec la gauche anti-capitaliste.
Un ouvrage de vulgarisation accessible tout en étant très solide dans ses références.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Lybertaire
  18 avril 2012
Si la lutte des classes n'existe plus au sens marxiste, la bourgeoisie est la seule classe sociale à avoir conscience de soi, de ses intérêts et de ses limites.
La bourgeoisie et la noblesse accumulent et entretiennent les capitaux économique, social et symbolique. En tant que dernière classe au sens marxiste, la bourgeoisie se mobilise par un travail collectif pour préserver et transmettre ses richesses à l'intérieur du groupe : les mariages endogamiques et la cooptation définissent les frontières de la classe.
Ayant conscience de leur appartenance, les bourgeois et les nobles n'ont de cesse de se retrouver entre eux, d'abord parce qu'il est agréable de se trouver parmi les personnes qui nous ressemblent, et d'autre part parce qu'il s'agit d'entretenir le capital social et affirmer chaque jour cette appartenance. À ce titre, les cercles (le Cercle du Bois de Boulogne, le Cercle de Deauville, le Jockey club, le Polo de Paris…), les rallyes qui réunissent les jeunes en vue de créer des alliances amoureuses, les activités culturelles (l'opéra, les ventes aux enchères pour les philistins), les activités sportives (le ski, le golf, la chasse à courre en Afrique) et les lieux de villégiature (les résidences privées ultra surveillées dans le monde, ou l'île Moustique…) sont autant d'occasions de multiplier les liens qui tissent le réseau bourgeois.
Toutefois, les bourgeois manifestent aussi leur mobilisation cohabitant dans les mêmes quartiers (les 6e, 8e et 16e arrondissements de Paris) et les mêmes lieux de villégiatures. L'internationalisation (par les nurses étrangères, les écoles d'élite et les études) est aussi source de mobilisation, puisque, à travers le monde entier, on se retrouve entre soi et on cultive des intérêts communs ; cette internationalisation explique par ailleurs la facilité avec laquelle la bourgeoisie s'adapte à la mondialisation.
Les nouveaux riches, les hommes d'affaire, les « parvenus », singent les étiquettes et les protocoles de la classe sociale ; mais la noblesse et la bourgeoisie se définissent par leur ancienneté davantage que par la richesse. Elles veillent à occulter, en toute discrétion, les possessions matérielles au profit des qualités personnelles des individus qui composent le groupe, et à gommer leur dépendance au système économique : « Si nous sommes riches, c'est parce que nous avons des qualités nobles, et ce n'est pas par l'exploitation des autres classes qui travaillent pour nous assurer des rentes. » Dans le même sens, les chefs d'entreprise tentent d'acquérir de ce capital symbolique en installant leurs sièges sociaux dans les quartiers bourgeois de Paris, ce qui n'est pas sans incommoder les bourgeois qui sont dépossédés de leur lieu de vie.
L'intégralité de la critique sur mon blog :
http://www.bibliolingus.fr/sociologie-de-la-bourgeoisie-michel-pincon-et-monique-pincon-charlot-a80136718
Lien : http://www.bibliolingus.fr/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Jubibu
  14 février 2020
Synthétique et bien construit, le livre permet d'appréhender simplement l'univers de la bourgeoisie de façon large. On y apprend que cette classe sociale possède une forte consciente d'elle-même et de ses intérêts et dont le maître mot est : la solidarité.
Commenter  J’apprécie          30
Gromovar
  25 octobre 2010
François Hollande considère qu'à partir de 4000 € mensuel (par personne, par ménage, il ne sait pas trop) on est riche. Pour l'aider à relativiser la notion, ce petit livre nous invite à visiter en détail la grande bourgeoisie, là où 4000 € est le budget tabac.
Etude sociologique très classique, mais très bien faite, d'un groupe social particulier (les auteurs parlent ici de classe sociale, je dirai pourquoi après), elle met l'accent (dans une approche très bourdieusienne) sur les méthodes qu'utilise la grande bourgeoisie pour convertir ses diverses formes de capital (économique, culturel, social, symbolique) et, surtout, pour les entretenir.
Lien : http://quoideneufsurmapile.b..
Commenter  J’apprécie          40
claudia
  22 juin 2017
depuis vingt ans on se plaît à répéter que le marxisme est mort, il est une classe sociale qui est, elle, bien vivante : la bourgeoisie. C'est le grand mérite des deux sociologues de s'être penchés depuis une dizaine d'années sur cet objet de recherche, peu étudié par les sociologues français qui se sont davantage intéressés à la classe ouvrière ou aux problèmes sociaux.
Lien : https://blogentresoi.wordpre..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LybertaireLybertaire   10 avril 2012
Ainsi l’idéologie libérale a annexé la logique méritocratique. Le travail reste bien la valeur fondamentale, et la fortune finit par être perçue comme résultant de l’effort. Ces sondages montrent, au moins, que, dans les médias, règne une hégémonie de la pensée dite unique : une conception de la société qui a trouvé sa fin dans le triomphe du marché. Ce qui au fond est marxiste : si les classes sociales ont disparu, si la bourgeoisie et le prolétariat ne sont plus antinomiques, l’histoire est bien terminée, au moins celle qui aurait eu la lutte des classes pour ressort. Il reste que la bourgeoisie existe bien encore comme classe, étant la seule aujourd’hui à exister objectivement et subjectivement, les inégalités demeurant au sein des pays développés, et s’étant même accrues entre pays riches et pays pauvres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LybertaireLybertaire   14 avril 2012
Cette idéologie de la concurrence et de la loi du marché permet de mettre en avant, sous les apparences formelles d’une égalité des chances dans la compétition, l’idée d’une société méritocratique sachant récompenser l’effort et donc sélectionner les meilleurs. Comme si tous les concurrents étaient placés sur la même ligne de départ, comme si l’héritage, sous toutes ses formes, ne faussait pas radicalement la course, les derniers partis s’épuisant, au mieux, à simplement tenter de contenir les écarts de départ.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LybertaireLybertaire   14 avril 2012
Il s’agit de passer de la domination économique à la domination symbolique, c’est-à-dire d’une domination matériellement fondée à une domination ancrée aussi dans les représentations et les mentalités et pour cela beaucoup plus solidement assise. Cette métamorphose des rapports de domination est essentielle à leur reproduction puisqu’il s’agit d’aboutir à l’intériorisation par les dominés des excellentes raisons qui font des dominants ce qu’ils sont. Les dominés participent alors eux-mêmes à leur domination en reconnaissant celle-ci comme bien fondée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ColchikColchik   30 avril 2021
Des revues comme Gala ou Point de vue ont un lectorat majoritairement populaire, or elles consacrent une surface rédactionnelle très importante à célébrer les princes et les personnes titrées.
Commenter  J’apprécie          10
claudiaclaudia   22 juin 2017
« aucun groupe social ne présente à ce degré, unité, conscience de soi et mobilisation »
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Michel Pinçon (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Pinçon
« Macron, c?est moi en mieux », confiait Nicolas Sarkozy en juin 2017. En pire, rectifient Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Huit ans après « le Président des riches », les sociologues de la grande bourgeoisie poursuivent leur travail d?enquête sur la dérive oligarchique du pouvoir en France. Au-delà du mépris social évident dont témoignent les petites phrases du président sur « ceux qui ne sont rien », les auteurs documentent la réalité d?un projet politique profondément inégalitaire. Loin d?avoir été un candidat hors système, Emmanuel Macron est un enfant du sérail, adoubé par les puissants, financé par de généreux donateurs, conseillé par des économistes libéraux. Depuis son arrivée au palais, ce président mal élu a multiplié les cadeaux aux plus riches : suppression de l?ISF, flat tax sur les revenus du capital, suppression de l?exit tax, pérennisation du crédit d?impôt pour les entreprises? Autant de mesures en faveur des privilégiés qui coûtent un « pognon de dingue » alors même que les classes populaires paient la facture sur fond de privatisation plus ou moins rampante des services publics et de faux-semblant en matière de politique écologique. Mettant en série les faits, arpentant les lieux du pouvoir, brossant le portrait de l?entourage, ce livre fait la chronique édifiante d?une guerre de classe menée depuis le c?ur de ce qui s?apparente de plus en plus à une monarchie présidentielle.
À découvrir ? « le Président des ultra-riches. Chronique du mépris de classe dans la politique d?Emmanuel Macron », la nouvelle enquête du couple de sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot : https://bit.ly/2Hsdvro
Février 2019 - Zones éditions
+ Lire la suite
>Groupes sociaux>Classes sociales>Classes moyennes et intellectuels (33)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre