AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782377311064
136 pages
Éditeur : Sarbacane (05/09/2018)

Note moyenne : 3.19/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Le temps d'une nuit, Fabio, jeune garçon timide des quartiers Sud de Rio, Joana, jeune femme libre et solaire, Erika, la belle touriste allemande, et Cacique, petit gars malin des quartiers Nord vont se croiser, se parler et se fondre tour à tour, dans la foule qui peuple Lapa dès le coucher du soleil : petits dealers, travestis, fils de famille...
Lapa, quartier bohème, bruyant et fourmillant, à la frontière entre les quartiers riches du Sud de Rio et les q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Bdotaku
  15 juin 2019
La première page condense les représentations stéréotypées que l'on se fait de Rio : la plage d'Ipanema au sable fin encadrée de montagnes, un soleil de plomb, une fille gracieuse en bikini et des cocktails aux agrumes… Mais elle est déceptive : ce cliché est littéralement balayé : la jeune vacancière en maillot prend une photo de ce paysage de carte postale à l'aide de son instax mini et l'accroche sur le panneau d'entrée de son auberge de jeunesse : un tel tableau « pour touristes » ne sera pas celui que dressera pour le lecteur l'auteur franco brésilien Nicolaï Pinheiro.
Il se focalise sur Lapa, lieu frontière, à la jonction des quartiers Nord et Sud, et ses lieux emblématiques : l'aqueduc, les escaliers Selaron, la salle de concert du Circo Voador... Grâce à Joanna la jeune réceptionniste de l'auberge et à son ami Fabio, deux jeunes issus des quartiers sud, qui deviennent les guides d'un soir d'Erika la jeune allemande ; grâce aussi à Cacique, un jeune homme des quartiers nord qui se joint au trio, nous découvrons un Rio nocturne, plus interlope, plus menaçant, plus authentique et plus drôle parfois. La temporalité resserrée (la majorité de l'album se déroule le temps d'une soirée), et la multiplicité des intrigues crée une tension: on trouve à la fois le côté festif de la capitale dans l'emploi de couleurs chaudes notamment mais on éprouve aussi l'impression d'un danger qui rôde comme le souligne le personnage de Fabio sorte d'alter ego de l'auteur ( qui lui a d'ailleurs donné ses traits ) : « je sais pas, j'avais l'impression qu'il y avait tout le temps un… comme un danger qui rôdait, autour de nous […] t'as pas senti ça ? Comme si à tout instant ça pouvait basculer ». Cette dualité est d'ailleurs magnifiquement rendue sur la couverture où se détache à la fois le trio des jeunes gens insouciants descendant les escaliers en couleurs vives et des silhouettes inquiétantes, dans les tons noirs, démesurées par le cadrage en contre-plongée au premier plan et démultipliées à l‘arrière-plan.
Au début de son ouvrage précédent, « La drôle de vie de Bibow Bradley », Pinheiro mettait une playlist pour accompagner la lecture de l'ouvrage. Ici, pas besoin de titres de samba, la bande son est extrêmement travaillée : on entend au fil des cases du Pagode et les percussions des concerts en plein air près des escaliers Selaron, mais aussi la musique électro du Circo Voador, les dialogues de télénovelas, les paroles machistes des titres de funk qui cartonnent à la radio, et les sirènes stridentes de la police.
Tout cela participe à réelle une immersion dans l'atmosphère de la ville en en rendant le côté trépidant mais sert également de lien entre les différentes scènes et saynètes. En effet, le livre est véritablement orchestré : à la manière d'un Arthur Schnitzler dans « La Ronde » (ou d'un Max Ophuls dans le film qui en a été adapté), l'auteur met en scène le quatuor et une douzaine de seconds rôles croisés au fil de leurs pérégrinations.
Les histoires et les perspectives se font écho, se déploient, se croisent, se précisent l'une et l'autre (on entend ainsi des dialogues téléphoniques « des deux côtés »). Une simple silhouette figurante d'une saynète (la mystérieuse femme au tatouage au serpent par exemple) est mise soudainement en lumière pendant quelques pages grâce à un art consommé du montage parallèle, de la variation, et de la rupture de construction. On découvre, de cette façon, différentes facettes des personnages et de la ville. Certains thèmes graves (la montée de l'extrémisme et la nostalgie de la dictature militaire) sont ainsi abordés mais sans dogmatisme ; même les personnages les plus caricaturaux tels les malfrats d'opérette et le policier militaire sont à la fois grotesques et profondément humains parce qu'ils incarnent la bêtise mais aussi la solitude et sont finalement victimes du déterminisme social. Tous les personnages sont plus complexes qu'ils ne paraissent. On ressent à la fois l'énergie des protagonistes mais aussi leurs failles et leurs hésitations, tout particulièrement dans les gros plans des visages. L'album acquiert ainsi une réelle densité et rend justice à la fois à la complexité de la mégalopole mais également à celle de ses habitants. Une fois, l'album refermé, on a envie de s'y replonger pour tenter d'en repérer toutes les subtilités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MCanard
  14 janvier 2019
A l'heure où l'extrémiste de droite Jair bolsonaro vient de prendre ses fonctions de président de la république fédérative du Brésil, il est indispensable de lire "Lapa la nuit", roman graphique de Nicolaï Pinheiro, jeune scénariste/dessinateur franco-brésilien.
Né l'année de la fin de la dictature militaire, Nicolaï Pinheiro doit sans aucun doute amèrement regretter que son pays de naissance ait porté au pouvoir cet ex-militaire nostalgique de la junte. C'est en tout cas ce qu'on peut penser en lisant sa BD, récit hanté par de vieux hauts gradés rêvant de coups d'état dans des restaurants de luxe et élevant leurs enfants dans la haine de l'Autre.
Lapa est un quartier de Rio où les jeunesses dorées et défavorisées se rencontrent et se mélangent dans les fêtes nocturnes. En choisissant ce lieu, Pinheiro veut montrer du Brésil l'image d'un pays dans lequel les communautés, ethniques, culturelles, sociales savent aussi cohabiter, se mêler, et dans lequel la violence est une possibilité, pas une fatalité. Fabio dit vers la fin de la nuit : " Je sais pas, j'avais l'impression qu'il y avait tout le temps un… comme un danger qui rôdait, autour de nous. " Avec ses mots à lui, il exprime ce que ressent aussi le lecteur immergé dans cette nuit brésilienne : une tension permanente, des potentiels intenses qui tourbillonnent, générés par l'énergie, le dynamisme, la force, la vivacité des protagonistes. A chaque instant, tout semble pouvoir également devenir formidable ou horrible.
"Lapa la nuit" est un tour de force narratif, mais ça ne saute pas forcément aux yeux - et ça fait partie de la performance.
Parce qu'une fois le livre refermé, Fabio et Joana, deux amis issus des quartiers sud aisés de Rio, Cacique, venu de la partie nord, défavorisée, de la ville et Erika, belle allemande de passage, plus une douzaine de seconds rôles, se seront croisés et recroisés à Lapa, ce creuset où tous les possibles bouillonnent. Et jamais le lecteur n'aura perdu le fil, mélangé les trames, et aucune figure du récit n'aura été négligée, aucune ambiance ou nuance sacrifiée ; et tout aura été mené avec une aisance élégante, sans effets de manche, avec une fluidité dansante, musicale. L'auteur aura réussi à impliquer le lecteur dans une relation ludique avec son récit choral grâce à l'orchestration parfaite de chassés croisés, d'errances et de retrouvailles, de dialogues téléphoniques mis en scène aux deux bouts du fil, de valses hésitations.
Dessiné dans une ligne claire sensuelle qui fait la part belle aux visages (grâce auxquels s'exprime toute la richesse du melting-pot brésilien), avec des cadrages qui appuient les dialogues, des couleurs chaudes et franches, "Lapa la nuit" est une ode pleine de charme au Brésil grâce à laquelle Nicolaï Pinheiro parvient à éloigner le lecteur des clichés les plus éculés sur son pays de naissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
meprenpapourmoi
  14 janvier 2019
Lapa la nuit est une BD où de nombreux destins s'entremêlent, dans le quartier central de Rio. Lapa est un quartier festif où se rejoignent les pauvres qui y habitent et les riches qui y vont pour s'encanailler. Les couleurs utilisées sont chaudes comme la nuit que vont passer nos protagonistes: sexe, drogue et samba... On comprends mal les liens qui unissent ces différents personnages: de la femme allemande que tout le monde regarde comme un bout de viande, au général à la retraite, au policier vulgaire ou encore Cacique le gars du quartier. On va les suivre dans leur déambulation dans ce quartier entre écoeurement ou attachement jusqu'à ce moment T ...
Cette bande dessinée présente un Rio actuel avec les conservateurs d'un côté et les "modernes-progressistes" de l'autre : cela nous saute aux yeux avec l'élection de Bolsonaro il y a peu de temps dont on a tant parlé ces derniers temps.
Même si cette bande dessinée est d'actualité, des choses m'ont gêné : la vulgarité est omniprésente, des personnages sont répugnants .
En bref, une histoire d'actualité mais parfois grossières, à ne pas mettre en toutes les mains...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Erik_
  22 décembre 2020
Lapa la nuit nous entraîne dans un quartier assez mal famé de Rio de Janeiro au Brésil. Je ne goûte guère à ces ambiances de drogue, de prostitution et de dépravation morale. C'est presque à la limite de l'obscène pour certaines scènes. Mais bon, cela existe et on ne peut en faire abstraction.
C'est comme un récit chorale avec divers personnages qui s'entrecroisent surtout la nuit dans ce quartier bohème. Il y a surtout cette touriste allemande qui semble être attirée par ce quartier pour d'obscures raisons. On s'attachera surtout à Fabio, le jeune garçon timide.
J'ai beaucoup aimé le dessin réaliste aux couleurs chaudes qui met en valeur une certaine ambiance propre à ces lieux. Pour autant, au niveau du scénario, je me suis ennuyé à cette lecture qui multiplie les sous-intrigues.
On peut découvrir à travers cet album une autre facette de Rio, loin de son carnaval et de ses belles plages, c'est à dire loin des clichés et de la carte postale.
Commenter  J’apprécie          10
ChroniquesMartiennes
  25 novembre 2018
À Rio, la nuit, les gens de tous âges se croisent à Lapa : quartier bohème, bruyant et fourmillant, à la frontière entre les quartiers riches du Sud et les quartiers populaires du Nord. Un endroit où tous les chemins se rencontrent, l'endroit de tous les possibles. le temps d'une nuit, Fabio, Joanna, Cacique et Erika vont s'y perdre et s'y fondre…
Lapa la nuit c'est avant tout une BD au graphisme chaud et coloré qui rend particulièrement bien l'ambiance et la vie de ces quartiers où la jeunesse vient s'enivrer, flirter, danser, dealer, chanter ou flâner. le temps d'une nuit, le lecteur suit ces personnages en quête de fête, de joie, d'amourettes de passage. Des personnages dont on sait peu de choses finalement, qui se dévoileront au fil de l'histoire. Plus les pages défilent, plus la tension monte (qu'elle soit nerveuse ou sexuelle). Quelque chose va se produire cette nuit, quelque chose de gros, de spécial. On le sait, on le sent dès les premières cases sans pouvoir dire si ça aura un impact positif ou négatif.
Une BD vraiment intéressante, qui présente Rio et la jeunesse brésilienne avec un oeil frais et honnête. Un graphisme convaincant et des personnages très réalistes. J'ai pris beaucoup de plaisir à la lire mais il m'a tout de même manqué quelque chose pour qu'elle dépasse le stade de « bonne lecture ». Peut-être la gestion de la tension pêche-t-elle vers la fin ? Ou qu'à l'image de ces fêtards on fatigue sur la fin ?
Quoi qu'il en soit, une BD qui, sitôt refermée, donne envie d'aller découvrir ce quartier vivant et hétéroclite. Une bonne lecture qui nous emporte dès les premières pages.
Lien : https://leschroniquesviennen..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
BulledEncre   27 novembre 2018
Après l’excellent La drôle de vie de Bibow Bradley, Nicolaï Pinheiro nous emmène cette fois ci dans son pays natal et dans sa ville où il est né. Il confirme son talent tant en dessin que dans le scénario.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   19 octobre 2018
Loin de la carte postale, Lapa la nuit n'en demeure pas moins une déclaration d'amour à un quartier et ses habitants. Un album qui donne envie de prendre son sac à dos et d'aller voir tout cela de ses yeux, un verre à la main.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   27 août 2018
Sexe, drogue et samba, visitez Rio le temps d'une nuit où tout est possible. Une plongée éblouissante dans le Rio moderne, sous la plume du talentueux Nicolaï Pinheiro.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BdotakuBdotaku   15 juin 2019
« je sais pas, j’avais l’impression qu’il y avait tout le temps un… comme un danger qui rôdait, autour de nous […] t’as pas senti ça ? Comme si à tout instant ça pouvait basculer » (Fabio à Joanna)
Commenter  J’apprécie          00
boumabouma   18 janvier 2019
En fait, toi, tu fais semblant d'être bête... quand ça t'arrange...
Commenter  J’apprécie          10
Erik_Erik_   22 décembre 2020
La drogue c'est comme une femme. Elle ne te pardonnera pas si tu dépasses la mesure avec elle.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Nicolaï Pinheiro (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolaï Pinheiro
"Lapa la nuit" de Nicolaï Pinheiro (Sarbacane, 2018) fait partie du prix Hors les murs 2019.
Copyright : La chaîne normande et Fred Sendon de la librairie Au grand nulle part à Rouen.
autres livres classés : brésilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les romans graphiques incontournables

Quel héros de bande dessinée commence ses aventures par une ballade en mer salée?

Tintin
Corto Maltese
Mortimer
Peter Pan

7 questions
76 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman graphiqueCréer un quiz sur ce livre