AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749158112
Éditeur : Le Cherche midi (23/08/2018)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 90 notes)
Résumé :
Hiver 1663. Armand, marquis de Canilhac, est prêt à tout pour retrouver le saphir entrevu au cou de cette jeune Amérindienne, croisée dans un salon parisien. Il a reconnu la pierre que portait son frère Loup. Loup, trahi par Armand vingt ans plus tôt, condamné aux galères, et que tout le monde croit mort.
Hanté par son passé, le marquis embarque avec son fidèle Valère pour la Nouvelle-France. Le vent gonfle les voiles, et les images du Gévaudan natal ressurgi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  21 août 2018
Dépaysement total avec ce beau roman !
Armand ronronnait dans sa vie médiocre, lorsqu'un saphir, entre-aperçu lors d'une soirée, vient heurter sa mémoire et déclencher la remontée des souvenirs. Il connaît cette pierre, elle appartenait à son frère Loup et elle est portée par une belle et mystérieuse jeune femme qu'il n'a fait qu'apercevoir elle-aussi. Par sa faute son frère a été condamné aux galères et il le croyait mort.
Alors, rongé par le remords, il décide de partir à sa rechercher, accompagné de Valère, son domestique. Su le bateau, se trouve une jeune femme Antoinette qui fait le voyage en même temps que lui : « le navire transporte en Nouvelle France quelques Filles du roi, ces orphelines destinées à épouser des colons et à peupler le pays. » P 19
C'est une belle histoire de jalousie entre deux frères, Loup et Armand, l'un légitime, l'autre non, l'un brillant, l'autre en retrait et doit se contenter d'être dans l'ombre de celui qui prend toute la lumière, l'un chouchou des parents, l'autre devant se contenter des miettes. de quoi entretenir rancune et jalousie et aboutir à la trahison pour récupérer des terres et un titre de noblesse.
Après une traversée mémorable, Armand découvre le nouveau continent. Ensuite, le roman aborde celui qu'on nomme « Vieille Epée », un blanc qui vit comme les Amérindiens, en harmonie avec la Nature. On a vite compris qui il était vraiment…
Dans ce roman, Emmanuelle Pirotte évoque de fort belle manière la jalousie entre frères, les vieilles rancunes dans les familles, les secrets, la trahison et aussi la culpabilité, le remords, le désir de se racheter. Et il se déroule dans des contrées, des paysages fabuleux, immenses, où les Français, les Anglais, les Hollandais se disputent pour mettre la main dessus et détruisant la civilisation amérindienne.
L'Église en prend aussi pour son grade.
Tous les personnages sont attachants, (presque tous), en particulier Valère, le valet surnommé par les Indiens « Celui-qui-n'aime-pas-les-Robes-Noires » et plus tard Héron Pensif et ses relations avec Armand. Personnage truculent, sensible, attiré par les hommes dont il admire le corps parfait, par rapport à ceux du Vieux Continent. « Ils étaient d'une beauté ébouriffante aux yeux de Valère. »
En parallèle, l'auteure évoque le destin de ces femmes, les Filles du Roi, des orphelines qu'on envoie pour épouser des émigrés, pour mettre encore mieux la main sur le pays. On ne peut pas dire qu'elles auront un destin simple et heureux ! elle choisit d'aborder ce thème à travers le personnage d'Antoinette, une battante, pleine d'énergie et fort sympathique.
« Nous autres, Filles du roi, ne sommes ici qu'en tant que ventres sur pattes, destinés à porter de quoi peupler ce continent. Il ne s'agit pas de romances ni de carte du Tendre, voyez-vous » P 65
Emmanuelle Pirotte explore aussi la différence des cultures, des coutumes, la manière de considérer la Nature, la colonisation par l'homme blanc. J'ai adoré leurs noms : « Croisée des Chemins », « Oeil Eclair », « Loutre Opulente », « Feuille d'Erable » qui sont en eux-mêmes des invitations au voyage.
Les descriptions sont splendides, entraînent le lecteur, le font rêver. Durant cette lecture, j'ai beaucoup pensé au « Comte de Montecristo » de Dumas, pour la réflexion sur la jalousie et la vengeance, mais aussi à Jack London… L'écriture est belle, le rythme rapide…
Bref, j'ai fait un beau voyage avec une belle histoire, et si vous voulez passer un très bon moment, foncez ! ce pavé de 602 pages se dévore avec enthousiasme !
Merci à la FNAC, qui m'a permis de découvrir un beau roman et une auteure dont le style m'a beaucoup plu !
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8010
nadiouchka
  25 août 2018
Pour cette rentrée littéraire 2018, un livre étonnant :
Emmanuelle Pirotte, connue comme scénariste mais aussi pour deux précédents romans encensés par les critiques, publie cette fois : « Loup et les Hommes », son troisième ouvrage.
Mais est-ce un simple roman ? A sa lecture j’y ai trouvé plusieurs thèmes : l’amour fraternel – l’aventure – un voyage – de l’amour fraternel mais aussi celui d’êtres de chair et de sang – la splendeur de la nature – la découverte des terres Indiennes du Nouveau-Monde – des intrigues – de la vengeance – la mort… Alors, autant dire que c’est un roman-fleuve, une épopée grandiose et époustouflante. D’ailleurs, malgré les 604 pages qui composent ce livre, je n’ai jamais été lassée. J’ai été transportée à la suite d’Armand, marquis de Canilhac, partant avec Valère, son valet, à la recherche de son demi-frère, Loup.
Au fait, pourquoi ce prénom ? La réponse de Loup est la suivante :
« Menou disait que les loups s’étaient chargés de mon éducation. J’y ai cru quand j’étais enfant. J’étais comme Romulus, promis à un avenir glorieux. Je sais bien, aujourd’hui que je connais mieux l’animal dont je porte le nom, qu’il ne se soucierait pas d’un petit d’homme plus que d’un souriceau. Il en ferait un bon repas, voilà tout, et il aurait raison. La Croisée prétend que parfois les loups peuvent agir comme des humains. » (p.282).
D’ailleurs, à sa naissance, quand on le présente à sa mère  :
« Voici votre fils, madame. Il s’appelle « Loup ». » (p.25)
On embarque donc avec Armand sur le Saint-Jean-Baptiste qui « transporte en Nouvelle-France quelques Filles du roi, destinées à épouser des colons ». (p.19). La traversée est rude et des plus inconfortables. Enfin, Armand, Valère et des Onnontagués, accompagnés par des soldats, embarquent pour le fleuve Richelieu sur un canot où l’Indien à la proue affirme que « C’est un beau jour pour voyager sur le Chemin qui marche ». (p.171) et en route pour l’Aventure, la grande, la terrible.
Pendant ma lecture, j’ai vu défiler tout ce que décrit l’auteure, comme si je regardais un film. Peut-être est-de du à son talent de scénariste qu’elle met ici en jeu ?
On trouve également du nature writing dans les descriptions des paysages grandioses.
Rencontres également avec des personnages multiples de ces terres indiennes. Je ne vais en citer que quelques uns car ils sont vraiment nombreux et chacun a son caractère bien spécial. On y voit par exemple une magnifique Amérindienne, « Naiekow, droite et fière et dont la taille dépasse celle d’Armand. Autour d’elle plane un grand mystère. On rencontre aussi, entre autres, Aigle Tranquille - Loutre Opulente – La Croisée des Chemins (un chaman) – Cerf Agile (un Huron) – Vieille Épée (on verra plus tard de qui il s’agit mais je ne le dévoilerai pas). Et je m’arrête là car ils sont extrêmement nombreux et ont chacun une importante place dans ce récit où règnent la démesure et des guerres ou des batailles. Mais ce n’est pas comparable à un western, c’est encore mieux que ça.
Malgré la rudesse de la vie dans ces milieux sauvages, l’écrivaine a ajouté beaucoup de tendresse et de poésie.
Ne pouvant pas (et ne voulant pas) en raconter trop, il m’est tout de même possible de dire que j’ai lu un extraordinaire page-turner avec ce roman historique plein de passions. C’est un voyage fantastique dans ces contrées lointaines des années 1660. Mais pas que…
L’histoire de Loup est très surprenante : il est magnifiquement beau, très courageux et peut-être a-t-il trouvé sa voie avec ces Indiens ?
N’oublions pas le mystère qui rode autour de Naiekowa (et par voie de conséquence avec Loup) et grande est la surprise de découvrir leur véritable identité.
Là c’est moi qui laisse planer l’imagination.
Pour parler de ce livre, les mots et les superlatifs me manquent ou alors j’y mettrais trop de points d’exclamation…
Ce fut une magnifique découverte, un réel plaisir.
Emmanuelle Pirotte a su y mêler toutes sortes de multiples sentiments, c’est vraiment envoûtant de vivre tout cela dans une nature grandiose toujours présente, où l’on partage le quotidien des Indiens, leurs traditions, l’intrigue tumultueuse et pleine de rebondissements.
En page 63, j’ai relevé ces quelques vers tellement touchants :
« Je vis, je meurs, je me brûle et me noie ;
j’ai chaud extrême en endurant froidure ;
la vie m’est trop molle et trop dure.
J’ai grands ennuis entremêlés de joie ».
Ce ne sont pas les mots de la fin du livre mais ils démontrent bien la part de poésie.
Ma conclusion personnelle est que j’ai été très touchée par ce récit, je l’ai vécu avec tous les personnages et je tiens à féliciter Emmanuelle Pirotte pour ce superbe moment de lecture.
Un livre à lire et à savourer à sa juste valeur.
Merci à la Fnac pour cet envoie et pour qui j’ai respecté la consigne de ne pas publier avant aujourd’hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          451
kitou94170
  18 juin 2020
Quel roman magnifique ! Avec « La femme révélée » de Gaëlle Nohant, voici mon deuxième coup de coeur de cette année ! C'est une plongée vertigineuse au milieu de paysages grandioses et de la nature à l'état brute que nous offre Emmanuelle Pirotte dans son « Loup et les hommes » !
Un pavé de 600 pages diront certains, pour moi un dépaysement total et une aventure fantastique digne de Jacq London, dans le Québec du XVII siècle.
Hivers 1663. Armand, Marquis de Canilhac, croise Brune, une jeune Amérindienne dans un salon parisien. Au cou de la jeune fille, il entraperçoit un magnifique saphir. Hypnotisé par la pierre précieuse, il croit reconnaitre la pierre que portait son frère, Loup, qu'il a trahi vingt plus tôt, condamné aux galères et qu'il croit mort. Hanté par son passé et par sa trahison, intrigué par cette jeune Amérindienne d'une beauté fulgurante, Armand décide de partir à la recherche de son frère en s'embarquant sur le « Saint-Jean-Baptiste » avec son fidèle valet, Valère : Destination le Nouveau Monde et les terres lointaines de l'Iroquoisie peuplées de tribus indiennes.
Son but : retrouver Loup et obtenir son pardon.
Commence pour les deux hommes un long voyage semé d'embuches. La traversée est rude et des plus inconfortables. Alors, Armand s'épanche, explique à Valère les raisons de ce voyage. Replongeant dans son passé, nous découvrons ce frère autant haï qu'aimer. Petit à petit, se dessine le portrait de Loup : Enfant trouvé et adopté, adoré par sa mère adoptive, il devient un homme ambivalent. A la fois, doux et violent, bon et méprisant, capable du pire comme du meilleur.
Loup trop beau, trop brave, pour Armand, l'enfant non désiré, le mal aimé, au physique ingrat et au caractère faible à l'opposée de son frère.
Écoutant patiemment son maitre, Valère plus qu'un valet devient son confident et son ami.
Arrivés non sans mal de l'autre côté de l'Atlantique à Québec, les deux hommes découvrent cette « Nouvelle-France », vaste territoire oublié de Dieu, rempli de Sauvages barbares et sanguinaires, tant décriée dans leur pays. Là, ils retrouvent Brune la jeune Amérindienne qui de ce côté du monde se prénomme Naiekowa. Qui est-elle ? Quelle est son lien avec Loup ? Ce frère tant espéré est-il toujours en vie ? Qui est « Vieille Epée » ce blanc devenu un indien Iroquois et vivant en totale harmonie avec la nature ?
A la seconde où Armand monte sur le bateau, Emmanuelle Pirotte nous invite à embarquer avec lui. Nous voici en train de voguer vers cette terre hostile à la rencontre de ces peuplades indiennes, leurs coutumes, croyances et usages. Nous découvrons émerveillés la nature sauvage et dangereuse de terres plus ou moins hospitalières parsemées de grands espaces et de paysages magnifiques. Surtout, nous découvrons la destruction inexorable de l'Iroquoisie et de la culture amérindienne par l'homme blanc prêt à tout pour agrandir son territoire, notamment à travers l'évangélisation systématique des indiens par ceux qu'ils nomment « les robes noires ».
Mais c'est également une grande histoire d'amour fraternel dépeinte par la romancière, véritable conteuse possédant une écriture digne des plus grands auteurs de roman d'aventure et d'un réalisme fulgurant.
Loup et les hommes est à la fois une grande fresque romanesque, un roman d'aventure intense bref une épopée grandiose et époustouflante dans laquelle Emmanuel Pirotte nous invite avec elle à sonder le fond des âmes. Un pur bonheur de lecture que je vous invite à découvrir.
Ayant déjà profondément aimé « Today we live » son premier roman, Emmanuelle Pirotte m'a littéralement conquise et enthousiasmée avec « Loup et les Hommes ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          423
Ogrimoire
  20 août 2018
Ce livre m'attirait. Et puis ? Je ne savais en réalité pas bien à quoi m'attendre. On est en 1663, sous le règne de Louis XIV, mais l'histoire fait des aller-retour avec le règne précédent, de Louis XIII, vingt ans plus tôt.
Très rapidement, on part avec Armand et Valère, son valet, sur un bateau, à destination de l'Iroquoisie. Là, ils rencontrent Antoinette, une jeune femme qui part pour une autre vie, comme « fille du roi », ces jeunes femmes qui partaient épouser des colons dans les colonies.
Une fois arrivés de l'autre côté de l'Atlantique – si vous êtes sensibles au mal de mer, attention, la traversée est décrite d'une telle façon que vous risquez d'avoir mal au coeur… -, Armand parvient à retrouver la trace de Brune, qui, de ce côté de l'océan, est plus connue sous son nom local, Naiekowa. Antoinette se marie. Tout est alors en place.
Le caractère épique de ce roman peut alors se révéler. Chacun des personnages va alors devoir s'avancer et affronter son destin. Tour à tour, on va découvrir l'histoire de chacun, toutes les brisures, les cassures, les souffrances surmontées mais pas forcément dépassées. Chacun va devoir se positionner, face à cette nature sauvage, parfois douce, parfois cruelle.
Mais de quoi est-il donc question ? D'amour, de vie, de violence, de trahison, mais aussi – surtout ? – de non-dits. Parce que, finalement, tous ces personnages ne se sont jamais parlé. Ils n'ont jamais su partager leurs espoirs, leurs sentiments, leurs ressentis. Et Emmanuelle Pirotte parvient à nous faire aimer tour à tour tous les protagonistes de cette histoire, alors qu'aucun n'a été irréprochable, chacun a eu, à un moment ou un autre, une attitude discutable. Mais ils sont tous humains. Profondément, radicalement, viscéralement humains. Et rien que cela, cela les rend attachants.
Et puis… l'auteure nous emporte vers ces Indiens et leur culture qui nous reste tellement étrangère. C'est peut-être l'élément le plus caricatural, mais la façon dont elle nous donne à comprendre que la façon dont les Indiens et les européens considèrent la torture, par exemple, est incroyablement différente. Elle insiste à un moment sur le fait que nous, européens, employons la torture pour briser, pour humilier, alors que chez les Indiens, elle est une façon de donner l'occasion à l'ennemi de prouver sa valeur. C'est très compliqué à exprimer, mais Emmanuelle Pirotte le fait par petites touches, et c'est absolument brillant !
J'ai déjà eu l'occasion de dire ici que, ce qui pour moi est l'essence de la littérature, c'est la quête. Quête d'un personnage qui, sans le savoir, sans être un super-héros, va devoir affronter le destin, son destin. Ce livre est en quelque sorte l'incarnation de cette idée. Armand, Antoinette, Valère, Naiekowa, Vieille Épée : chacun va devoir faire face, comme il peut, à ce qui fait d'eux des êtres humains, faillibles, mais capables aussi de rédemption…
Vous l'aurez compris, je vous recommande chaudement la lecture de ce livre… en espérant que, vous aussi, vous serez sensibles au souffle épique qui s'en dégage ! Et que, comme moi, vous vibrerez aux aventures de ces personnages !
Lien : https://ogrimoire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
tynn
  06 décembre 2018
Sous le règne de Louis XIV, prendre la mer pour aller coloniser les contrées des grands lacs nord-américains s'apparentait à une seconde vie, tant le projet était sujet à risques. La région se partageait entre une colonisation européenne disparate et des peuplades indiennes aux luttes ancestrales fratricides.
Ce long voyage est entamé par Armand de Canilhac sur les traces d'un frère aîné tombé en disgrâce royale. Ce frère solaire, à la fois adoré et détesté, et dont le destin est lié à la trahison du plus jeune et à l'immense culpabilité associée.
Où est Loup de Canilhac? Est-il vivant? Et qu'a pu être sa vie après sa condamnation aux galères?
Quelques indices entraînent un petit homme sans envergure vers des aventures extrêmes, accompagné de son valet, croisant la route d'un bon nombre de petites gens contraintes à devenir colons.
Ce fut une belle lecture au parfum de « madeleine de Proust » pour moi qui ai dévoré à l'adolescence des thématiques historiques, de cape, d'épée et de flibuste.
C'est le livre d'aventures par excellence avec grands bateaux à voiles, colonies américaines, terres vierges et guerres indiennes. Mais la composante introspective des personnages apporte une profondeur au récit. C'est un beau sujet concernant la complexité des sentiments fraternels, doublé d'une immersion dans la culture indienne, faite de croyances, de spiritualité et de violence extrême.
On peut parfois lui reprocher d'être un peu long mais c'est un livre qui renouvelle brillamment le genre et qui ressuscite un passé à la fois épique et douloureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   05 septembre 2018
Dans le grand calme qui régnait sur le fleuve, les Indiens entonnèrent un chant, qui déconcerta Valère par son caractère monocorde. Mais peu à peu il se surprit à apprécier les phrases mystérieuses psalmodiées par les voix rauques, les notes tendues qui s’amplifiaient en s’élevant pour se perdre dans les cimes des arbres des berges. Quand le chant mourut, l’Indien à la proue du canot dit quelque chose à ses compagnons, que Leroy traduisit par :
« C’est un beau jour pour voyager sur le Chemin qui Marche ».
P.171
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
nadiouchkanadiouchka   02 avril 2019
On dit qu’au-dessus de nous, loin vers le nord, s’étend une immensité gelée comme celle que je vois en rêve. Des Anishinabe m’ont un jour parlé de cet endroit. Le silence qui t’enveloppe y est si intense qu’il t’enveloppe comme les bras aimants d’une femme sans âge. La nuit est d’une beauté impossible à décrire, rassurante et gorgée de mystère. L’aube radieuse te dit que tu es jeune et que la vie t’attend : la nuit du nord t’invite à entreprendre ton voyage vers l’ouest avec la sérénité de la montagne. Aucun Blanc n’a jamais atteint ce pays.
P.298/299
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
TheWindTheWind   08 avril 2019
Naiekowa...Cela évoquait le bruit de la rivière, le nom d'une fleur de marais, la pluie d'été qui dégouline des feuilles...Quelque chose en rapport avec l'eau.
Le lendemain matin, avant d'embarquer, Leroy vint vers Armand et lâcha :
"Si ça vous intéresse, Naiekowa veut dire le Grande Vaniteuse, ou l'Orgueilleuse, enfin, une femme forcément forte en gueule, quoi..."
Commenter  J’apprécie          180
Eve-YesheEve-Yeshe   25 août 2018
Valère était vaincu. Ces coquins d’hommes en soutane parvenaient d’un regard à vous accabler de culpabilité. En leur dissimulant des choses, vous aviez l’impression que c’était à Dieu que vous faisiez des cachotteries. Cela faisait des siècles qu’ils faisaient danser le pauvre monde et ce n’était pas encore aujourd’hui que cela allait cesser. P 106
Commenter  J’apprécie          190
nadiouchkanadiouchka   25 octobre 2018
Mais cette femme sang-mêlé avait pourtant bien aidé les Français… » Valère avait pensé à voix haute.
Oui, en effet, mais elle reste iroquoise et du peuple le plus hostile aux Français, les Agniers…
Ce mot jeta un froid. Les Agniers, une branche de la confédération des Cinq-Nations iroquoises, était aussi la plus belliqueuse et la plus cruelle.
P.144
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Emmanuelle Pirotte (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuelle Pirotte
A l'occasion du salon "Le livre sur la place" à Nancy, rencontre avec Emmanuelle Pirotte autour de son ouvrage "D' innombrables soleils" aux éditions Le Cherche Midi . Rentrée littéraire Septembre 2019.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2343108/emmanuelle-pirotte-d-innombrables-soleils
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : amour fraternelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2051 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..