AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749140099
Éditeur : Le Cherche midi (21/08/2014)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :
" La paralysie faciale a déformé ses traits. Pour parler de lui, il convient de trouver un ton objectif, ce qui n'est pas si facile. Il est sourd de l'oreille gauche, le préciser est déjà entrer en lui comme par effraction. Il n'est plus jeune, loin s'en faut, et son esprit commence à vagabonder. " Ni plainte ni complainte dans ce roman cru et nu où l'auteur fait corps avec son personnage pour tenir une chronique où le scalpel de l'humour noir découpe à vif humeurs ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
nadejda
  13 octobre 2014
Ce dernier livre de Jean-Claude Pirotte est un magnifique et douloureux hommage à la littérature et à la vie qu'il va falloir quitter un jour. Il aura jusqu'au bout, sauvé son désir d'écrire et de lire au sein des souffrances, de l'extrême épuisement dû à la progression de son cancer et des traitements éprouvants qu'il a subi.
Les livres ont protégé son enfance, ils l'auront accompagné durant son adolescence, sa longue cavale et jusqu'à la fin.

C'est avec une grande lucidité qu'il nous écrit une dernière fois alors que le suivi de sa maladie l'a contraint à quitter la maison de Saint Léger dans l'Aube où il vivait avec sa compagne pour revenir à Namur, la ville où il est né.

« Partout où il posait son bagage les livres l'entouraient, c'était une famille encombrante dont les membres ne cessaient de proliférer. Or, sans cette famille, il se sentait perdu, incomplet, mutilé.
(…) Aujourd'hui que le cancer l'assigne à résidence dans cette ville où il est né par un caprice du hasard, quelques rangées de livre le rassurent sur son destin. » p 49
Il nous offre au fil des pages un florilège des livres qui l'ont toujours accompagné et lui rappellent des lieux où il a vécu : Lisbonne avec la Ballade de la plage aux chiens de José Cardoso Pires, Joubert « le tant aimé, qu'il convient de relire sans cesse, (…) non pour oublier, mais pour se retrouver » et Nerval et Maurice de Guérin, Montaigne, « La Vigie » de Marcel Arland, Gaston Bachelard, Pablo Neruda, « La Relique » de Henri Thomas, « La Tradition de minuit » de Mac Orlan, le « journal » de Stendhal etc…
La vie ce sont aussi les malades qu'il côtoient à l'hôpital : 
« Le partage de la maladie défie le sentiment de solitude. Une humanité affligée, composée de toutes les couches sociales, se défend contre la terreur en partageant une intimité de hasard. Elle s'accorde quelques heures d'oubli des raisons pour lesquelles elle se trouve rassemblée.
(…) Et je vis là quelques moments d'un oubli bienheureux en écoutant cet homme, ou cette femme, parler d'une vie sans fards. Une telle confiance inattendue le bouleverse. L'humanité malade est riche de confidences et d'espoir, alors même que rôde la mort.
(…) Il fait bien partie de la communauté fraternelle des cancéreux » p 70 71
Cet ultime voyage avec un écrivain que l'on aime, désormais disparu est bouleversant mais procure un apaisement et un regain de force pour ne pas se laisser gagner par le pire des cancers celui que Pirotte nomme « le cancer de l'esprit » qui l'avait entraîné, quelques années auparavant, vers « les ténèbres de la dépression »
et « Les métastases de l'esprit devaient avoir inspiré celles du corps. La conscience diffuse d'un autre mal avait soudain réveillé en lui, paradoxalement, l'envie de vivre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          447
coco4649
  04 avril 2018
 
 
Ce dernier texte de Jean-Claude Pirotte invite le lecteur
à ce voyage sur la corde raide des plis et replis d'une mort
prévue.
Le vieil homme atteint d'une longue maladie soliloque.
L'écrivain Pirotte passe du " il " premier chapitre au " je"
dès le second chapitre dévoilant ainsi qu'il s'agit d'un auto-
portrait.
Rien de morbide ni de complaisant dans ce livre qui se
donne pour un roman et qui révèle en réalité des passages
philosophico-poétiques sur la souffrance et sur la condition
précaire de l'individu.
Pirotte cite Joseph Joubert :
  " En effet, note Joubert, je ressemble en beaucoup
de choses au papillon. Comme lui j'aime la lumière,
comme lui j'y brûle ma vie, comme lui j'ai besoin pour
déployer mes ailes que dans la société il fasse beau
autour de moi et que mon esprit s'y sente environné
et comme pénétré d'une douce température, celle de
l'indulgence. J'ai besoin que les regards de la faveur
luisent sur moi."
Nous trouvons également des réflexions sur le retour
à l'enfance non dénué d'une lucidité certaine.
Jean-Claude Pirotte devient son propre scribe.
" Portrait craché " constitue un Véritable Ode à la littérature.
À noter également le regard justement acerbe de J-C Pirotte
sur notre société, de la place qu'y occupe l'informatique
considéré comme nouveau moyen d'aliénation de l'humain,
de la fascination de l'écran et du clavier dont est victime le
plus grand nombre.
Cette littérature soigne, apaise, désennuie, et permet,
dans la mesure de l'mpossible, de tenir la dragée haute à la
souffrance.
Pirotte cite Joseph Joubert :
  " En effet, note Joubert, je ressemble en beaucoup
de choses au papillon. Comme lui j'aime la lumière,
comme lui j'y brûle ma vie, comme lui j'ai besoin pour
déployer mes ailes que dans la société il fasse beau
autour de moi et que mon esprit s'y sente environné
et comme pénétré d'une douce température, celle de
l'indulgence. J'ai besoin que les regards de la faveur
luisent sur moi."
L'humour ‒ glaçant certes ‒ n'est jamais absent :
" L'homme est d'une maigreur que nous qualifierons
d'intéressante, la cortisone l'ayant privé – ou quasiment –
de ses muscles, il reste un squelette bien dessiné, qui
conserve une peau juste un peu fripée aux articulations."
Et le livre s'achève par ces lignes bouleversantes sur le
silence et l'absence car il s'agit alors :
" d'accueillir la mort et en quelque sorte de lui faire place nette ".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
PascalOlivier
  29 février 2016
Connu du grand public pour sa chronique poétique publiée chaque mois dans le magazine Lire, le poète, se sachant condamné par le cancer, revient sur ses journées cernées par la maladie, la solitude et la littérature dans l'éprouvant Portrait craché. Là aussi, mais par brides brusques et sans vernis, l'auteur plonge dans sa mémoire et fait remonter à la surface des moments de vie qui compterons dans sa construction intime. Déchirant de désespoir, jusqu'à l'insoutenable, Portrait craché est écrit avec beaucoup d'amertume et de tristesse, mais n'en recèle pas moins de vibrants hommages à l'amitié, la vérité et surtout à la poésie. Jean-Claude Pirotte souille de sa plume cette société techno-moderne, crache à la figure de l'économie, de la raison et de la machine, et oppose à cette déshumanisation programmée le coeur, l'esprit et la vérité poétique.
Commenter  J’apprécie          30
jmb33320
  04 juin 2018
Il vaut mieux avoir le moral au beau fixe pour entamer ce roman (très proche d'un récit autobiographique) car il y est beaucoup question de la maladie (cancer) et de la mort qui approche. le narrateur lutte contre sa déchéance physique, se bat au maximum pour grappiller quelques mois, quelques années peut être. Il y a l'enfance, présente encore et toujours, et la littérature comme planche de salut. Oui, ce roman pousse le lecteur dans ses retranchements sur un sujet qu'il est légitime d'éviter mais j'ai trouvé paradoxalement une sorte de joie de vivre assez présente malgré les souffrances et le corps qui lâche petit à petit... Ce texte est paru dans la collection Romans au Cherche-Midi, en 2014, année de la mort de Jean-Claude Pirotte.
Commenter  J’apprécie          10
celine85
  07 mars 2015
Il s'agit de son ultime roman posthume (l'auteur est décédé en mai 2014), ce qui rend émouvant ça lecture qui sonne comme un testament.
Il nous parle de son parcours de soins, des agressions que subit son corps (paralysie faciale…, des difficultés des gestes du quotidien mais sans se plaindre, sans vouloir apitoyer le lecteur. Il utilise l'humour noir.
Il nous dévoile l'importance des mots, des livres pour lui : « Les mots contre des maux », « les livres sont des analgésiques », « la pauvreté s'efface devant la richesses des livres »
Livre touchant, bouleversant.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   13 octobre 2014
C’est dans les livres, et avec les livres, que j’ai vécu, dit-il encore, dit-il toujours. La révélation de l’enfance n’a rien perdu de son étrange luminosité. De cela au moins il tient la certitude. Les livres le relient à tous les passés mémorables, et ce qu’il a négligé de lire constitue un avenir, car les livres font échec au temps. Les voies de la découverte, en dépit de l’âge, ne cessent de s’ouvrir à sa curiosité. Aussi physiquement diminué soit-il, l’univers de la lecture ne cesse de s’ouvrir à lui, ménageant en dépit des avanies du destin les portes dérobées d’une intime jouissance. p 37
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
nadejdanadejda   13 octobre 2014
Les couloirs de l'hôpital sont remplis de poètes qui s'ignorent. Un espoir désolé marque les visages. L'essentiel est dans tous les regards, mais manque la connaissance.
L’intuition de la mort est là, mais toujours couverte d’un voile. Or, sans la perspective ancrée en soi de la fin dernière, la poésie n’aurait aucun sens. C’est à la mort que nous parlons quoiqu’il arrive. Mais sa présence nous hausse au-dessus de nous-mêmes, et rend la vie plus précieuse. p 79 80
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
nadejdanadejda   13 octobre 2014
Il faut mourir un jour. Cela aussi, à condition d’y arrêter sa pensée, est rassurant. Le scandale serait celui d’une vie interminable, dégradante et dénuée du moindre attrait, de l’heureuse incertitude qui fait de la surprise devant un instant de beauté le prix d’un moment, et la valeur de la mémoire. Or, le voici désarçonné de constater combien l’idée même du cancer devient vivifiante. Enfin l’ennemie ou l’amie la mort se déclare et le rassure. Il est mortel et conserve le droit de lutter pour la vie. p 179
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   04 avril 2018
 
 
      ...accueillir la mort et en quelque sorte de lui
faire place nette.

p.191
Commenter  J’apprécie          141
coco4649coco4649   04 avril 2018
 
 
  La mort telle que je la concevais enfant était mon
amie. Elle le reste, je l’avais presque oublié. Mais elle
ne se trouve pas à l’endroit où on la cherche. Elle n’a
pas quitté l’enfance et c’est dans l’enfance qu’il faut la
retrouver et renouer avec elle.
  La saluer chaque matin comme la seule vieille
connaissance avec qui nous pourrons longtemps encore
jouer à cache-cache. La mort n’est pas adulte, elle
est une jeune fille avec qui partager les plus sombres
secrets, mais aussi les joies les plus inattendues. Survivre
est un miracle quotidien.»

p.136-137
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean-Claude Pirotte (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Pirotte
Jean-Claude Pirotte lit des extraits de "Blues de la racaille"
Arbois, la nuit du dimanche au lundi 10 au 11 février 2008, le poète Jean-Claude Pirotte lit des extraits de "Blues de la racaille", poème paru en 2005 à la Table Ronde. Contre tous les Sarkozysmes. entretien vidéo réalisé par Aymen Hacen (poète tunisien résidant à Lyon)
autres livres classés : fin de vieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature belge

Quel roman Nicolas Ancion n'a-t-il pas écrit?

Les ours n'ont pas de problèmes de parking
Nous sommes tous des playmobiles
Les Ménapiens dévalent la pente
Quatrième étage

15 questions
54 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre