AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de tynn


tynn
16 décembre 2015
Renée et le soldat, tous deux silencieux devant l'âtre... L'image qui restera.

Mathias est allemand, soldat d'une armée en déroute.
Il a épargné la petite fille, bien qu'elle soit juive.
Dans les derniers combats des Ardennes, il a déserté, tuant même un autre soldat "vert de gris" pour sauver la petite d'une exécution sommaire.

Situation joliment ubuesque: le coup de foudre d'affection fait prendre tous les risques au grand taiseux polyglotte pour rester avec l'enfant, jusqu'à s'infiltrer en soldat canadien, dans une ferme perdue au milieu des combats où se terrent des habitants effrayés et une section de GI épuisés.

Ca commençait fort bien.
Insolite et rugueux, un contexte décalé dans une situation de guerre connue mais prise à contre pied. Et c'est là que ça s'est gâté, par perte de crédibilité. La psychologie des personnages est plutôt bien vue mais les situations sont irréelles, incongrues. Comment croire qu'un soldat allemand isolé, qui cherche à sauver sa peau, envisage de s'encombrer d'une gamine? Pour un guerrier affuté tel que présenté, c'est quand même surprenant. Même sa culpabilité ne tient pas la route. La rédemption semble impossible. Sans compter que cette petite a des réactions bien matures pour son âge, même si les drames forment le caractère.
Et je passe en grimaçant sur d'autres scènes au cours d'une nuit de Noël où la joie éphémère d'une crèche improvisée cohabite avec le drame de pulsions bassement humaines.

Je suis donc le poil à gratter dans un concert d'éloges dans les critiques publiées. J'assume. J'ai lu sans déplaisir mais en perdant un peu mon temps. Reste pourtant des très beaux moments de tendresse entre le loup et l'agneau.
Commenter  J’apprécie          434



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (36)voir plus