AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christophe Balaÿ (Traducteur)
ISBN : 2843044804
Éditeur : Zulma (07/05/2009)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 133 notes)
Résumé :
Romancière, traductrice ("Alice au pays des merveilles", poésie japonaise...), nouvelliste hors pair, Zoyâ Pirzâd, née en 1952, fait partie des auteurs iraniens qui font sortir l'écriture persane de ses frontières et l'ouvrent sur le monde.
Dans "le Goût âpre des kakis", Zoyâ Pirzâd explore avec subtilité, lucidité, tendresse et une certaine nostalgie les chassés-croisés de la vie amoureuse.
Une quête que l'on retrouve et qu'on a déjà pû apprécier dans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
viou1108
  03 novembre 2016
Challenge ABC 2016-2017
Les cinq nouvelles de ce recueil ont pour thème commun le couple, l'amour et leurs illusions. Il ne s'agit pas de couples avec amour éternel, grandes déclarations enflammées tout en roses et violettes, mais de couples au quotidien, égarés dans leur routine, sombrant dans la défaite. Mal assortis, mal construits, ils sont étouffants, toxiques, engluant les partenaires dans les traditions, le qu'en-dira-t-on, la pression familiale. L'homme marié bon gré mal gré, poussé par sa mère, trompant sa femme, et celle-ci qui devient spécialiste des taches et des produits détachants pour surnager dans cet océan de morosité. La femme qui voudrait faire carrière quand son mari ne la voit pas autrement que comme mère au foyer, et cette autre, fée du logis accomplie pour conquérir son époux exigeant, et l'admiration réciproque de ces deux femmes lorsqu'elles se rencontrent lors de la vente d'un appartement. Celle qui rêve d'une vie bien réglée et qui pourtant épouse un écrivain, artiste fantaisiste, distrait et jamais ponctuel. Et puis parfois, ce sont les hommes qui provoquent la sympathie du lecteur, menés par le bout du nez par leur femme ou leur mère. Enfin, la vieille dame veuve qui habite dans une maison trop grande pour elle et qui s'attache à son jeune locataire, mais pas à sa fiancée...
A Téhéran, dans les années 60 (si j'ai bien compris), la tradition est malmenée par la modernité naissante. Les femmes aussi, hésitant entre la sécurité du foyer (impliquant la dépendance financière vis-à-vis de leur mari) et une vie plus libre mais plus incertaine. Les obsessions (pour les taches, le ménage, la ponctualité, la carrière, la stérilité, la poussière, l'argent, le rêve américain) trahissent les malaises qui rongent ces couples.
Dans un style épuré fait de dialogues ou de texte continu, avec de nombreux flash-backs qui ne nuisent pas à la fluidité des récits, Zoyâ Pirzâd écrit les histoires d'hommes et de femmes qui ne sont pas sur la même longueur d'ondes et ne veulent pas toujours s'en rendre compte, et qui, avec un certain fatalisme, vont droit dans le mur. Un thème banal mais universel, traité avec beaucoup de subtilité et de douceur.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Mimeko
  25 juin 2018
Au travers de cinq nouvelles, Zoyâ Pirzâd, nous invite dans l'intimité des iraniens et plus particulièrement dans les relations de couples. Des couples mariés par amour comme Leila et Ali, mais les incartades du mari et les reproches sur le ménage vont pousser Lila vers une obsession des taches jusqu'à en devenir la grande spécialiste pour les éliminer. Simine, elle, est la parfaite femme d'intérieur mais son mari Majid, intellectuel ayant étudié aux Etats-Unis ne la tient pas réellement en grande estime, les deux femmes vont faire brièvement connaissance quand l'une visite l'appartement de l'autre, devinant chacune leur vie de couple insatisfaisante.
Ce recueil est une radiographe intéressante de la société iranienne, Zoyâ Pirzâd s'attache à décrire les situations courante de la vie de couple, les complicités, les périodes de tendresse suivies des petites infidélités ou l'absence de respect. mais les nouvelles restent assez égales dans leur style, et, après quelques semaines, je n'ai conservé que peu de souvenirs de cette lecture...Seules deux nouvelles sortent véritablement du lot car elles entremêlent les personnages et les couples des deux récits. Mon souvenir de cette lecture est un aperçu des variations tantôt réalistes, tantôt désenchantées sur le couple, dans l'Iran des années soixante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Moan
  29 octobre 2012
"Le goût âpre des kakis"nous transporte en Iran à travers cinq nouvelles.
- Dans la première, une femme est obsédée par les taches.
- Dans la seconde, deux femmes vont se croiser à l'occasion de la vente de leur appartement.
- Dans la troisième, Taraneh , fiancée à monsieur Naghavi durant une année, va épouser Morad nettement plus imprévisible.
- L'harmonica raconte les relations entre Hassan et monsieur Kamali travaillant tous les deux dans un restaurant et le changement depuis le mariage de Kamali.
- Pour finir "Le goût âpre des kakis":une femme ne se sent pas en sécurité dans sa maison depuis la mort de son mari et prend un locataire.
Ces cinq nouvelles ont un point commun : le couple tiraillé entre tradition et modernité.
Zoyâ Pirzâd a reçu le Prix Courrier International du meilleur livre étranger en 2009.
J'ai apprécié ce livre pour son écriture et sa porte ouverte sur l'Iran.
Commenter  J’apprécie          190
Xav93140
  11 mai 2019
Touchant, tendre, subtil, féministe ce petit recueil de nouvelles dans une société iranienne qui me demeure toujours aussi mystérieuse mais qui n'est déjà plus l'image archaïque et oppressante que nos si médiocres médias nous renvoient.
Des nouvelles sur le couple, des premiers émois à la rupture ou ces compromis pour continuer cahin-caha. Sur le temps qui file et ceux qu'on enterrent, sur la vieillesse et la solitude.
Mais avec une plume toute en légèreté, descriptions emplies d'odeurs et saveurs de Téhéran, clins d'oeil sur la bêtise des hommes et la ténacité des femmes.
Exotique et rafraîchissant.
Commenter  J’apprécie          169
ninamarijo
  08 août 2014
Ces nouvelles iraniennes sont colorées, parfumées, fleuries et musicales. Nous entrons dans l'intimité des maisons, des couples, au coeur de la vie de la société iranienne.
J'ai découvert l'écriture subtile, tout en finesse, poétique et intimiste de Zoyâ Pirzâd. Un véritable régal on est touché au coeur de l'âme.
Commenter  J’apprécie          182

critiques presse (1)
Lexpress   05 juillet 2012
Pas d'intrigues spectaculaires dans ces récits, mais des gestes furtifs, des tremblements de tchadors, et des rêves de délivrance qui s'esquissent par-delà les murailles d'une nation immobile.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
paullichinelpaullichinel   19 mars 2016
Morad s'assit devant la tombe de Sadegh Hedayat.
Au bout d'une demi-heure,Taraneh eut froid. Plusieurs fois elle eut envie de dire " on s'en va ? " mais elle se souvint de Jean qui répétait toujours à Minouche : " Ce que vous faites de pire, vous les femmes, c'est de tanner les hommes ! Si les femmes comprenaient que les hommes ont parfois besoin de solitude, le monde serait plus supportable ! "
Elle se leva, s'éloigna de Morad pour lire les noms et les dates de naissance et de mort sur les pierres tombales. Elle parvint jusqu'à la tombe de Marcel Proust dont Morad lui avait parlé maintes fois et dont Minouche disait que si elle apprenait le français, c'était pour pouvoir lire ses oeuvres dans leur langue d'origine...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Xav93140Xav93140   07 mai 2019
Avant de s'endormir, Mahnaz eut un pincement au coeur : "Je me suis encore couverte de ridicule."
Plud tard, Framaraz lui avait dit : "Quand je t'ai vue allongée par terre, avec cet air si drôle, j'ai pensé qu'il fallait que je t'aide, pas seulement à ce moment-là mais toute la vie."

(page 46 ; L'appartement)
Commenter  J’apprécie          90
MimekoMimeko   25 juin 2018
Ils avaient décoré leur trois-pièces selon le goût de Faramarz. Le minimum de meubles, et aucun bibelot. Comme disait Faramarz : "ça te fera moins de ménage". L'après-midi, quand il rentrait du bureau, il faisait le tour de toutes les pièces. Lorsqu'il ne se savait pas observé par Mahnaz, il passait un doigt sur les tables et les bras des fauteuils.
"L'appartement".
Commenter  J’apprécie          62
ninamarijoninamarijo   16 mars 2014
Cette maison était sa dote. Une maison aux vastes pièces lumineuses, protégées par des persiennes, avec son large escalier en colimaçon qui s'élançait depuis le hall d'entrée jusqu'aux chambres à coucher du premier étage. Le sous-sol était organisé autour d'une vasque au centre de laquelle se tenait un ange au regard étonné tourné vers la cour, jonchée d'un fin gravier. Celle-ci gravitait aussi autour d'un bassin entouré d'un massif d'églantines, de roses rouges et d'un plaqueminier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MimekoMimeko   26 juin 2018
Monsieur Naghavi ne voyait pas d'un bon œil que les femmes aillent chez le coiffeur. "Pure perte de temps et d'argent, disait-il. Sans compter les mille et une sottises que les femmes y profèrent".
"Le père Lachaise".
Commenter  J’apprécie          82
Videos de Zoyâ Pirzâd (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Zoyâ Pirzâd
Courrier international reçoit le groupe folk Girbig et l'auteure iranienne Zoya Pirzad au musée du Jeu de paume à Paris pour la remise du prix Courrier international du meilleur livre étranger 2009 "Le goût âpre des kakis"
autres livres classés : littérature iranienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les François en littérature

François de Moncorbier, orphelin de père, est confié par sa pauvre mère à un chapelain qui assure son éducation. En dépit des soins de son tuteur et de ses études à la Faculté des Arts de Paris, le chenapan est bientôt poursuivi pour meurtre. Sa crainte, justifiée, de la potence lui inspire une célèbre ballade.

La ballade des Dames du temps jadis
La ballade de la geole de Reading
La ballade des Pendus
La ballade des Gens heureux

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thèmes : prénoms , vers , roman , anthologiesCréer un quiz sur ce livre
.. ..