AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Editions Les Escales (31/08/2017)

Note moyenne : 4.42/5 (sur 145 notes)
Résumé :
Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste, elle fuit en Nouvelle-Calédonie.
À Nouméa, les journées sont rythmées par la monotonie, le racisme ordinaire et les baignades dans le lagon. Lucie grandit ; Mona bovar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (103) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  19 février 2018
« C'est fou. Quand on te répète en permanence qu'il y a des races et que ce sont elles qui fondent les rapports humains… Quand la religion est partout, qu'on t'élève dans l'antisémitisme, la haine des protestants, des homos, des métèques… Comment as-tu fait ? Et ta mère ? Ta mère ! Elle a grandi avec ces idées-là, elle les a partagées avec son mari… Et puis la rupture. C'est inouï. Comment avez-vous fait pour vous affranchir de tout ça ? » Évelyne me ressert un verre de vin en souriant : C'est tout l'objet du livre, non ?  »
Evelyne avait donc un père, haut fonctionnaire en Indochine puis à Nouméa, qui a élevé ses enfants dans l’exécration de l'autre. Un maurassien, pétainiste, antisémite, raciste, machiste, dont les idées détestables vont conduire sa femme et ses filles — dans la mouvance de mai 68 — vers le militantisme féministe et l'engagement politique d'extrême-gauche. Un engagement fort, dictant tous les instants de la vie d'Evelyne — pendant ses études à la Sorbonne elle va plusieurs fois à Cuba rencontrer Castro (et devenir une de ses maîtresses) — même si plus tard, alors qu'elle est professeur agrégée de lettres, devenue moins révolutionnaire, elle épouse Bernard Kouchner 😁.
La vie d'Evelyne Pisier (et de sa mère) symbolise une époque de la lutte des femmes pour leur liberté ; un moment où des idées progressistes en modifiant, entre autres, la place et le rôle des femmes, ont transformé la société en profondeur. Racontée avec chaleur et admiration par son amie éditrice, faute d'avoir pu le faire elle-même, une vie d'aventures et de combat, passionnante.
Challenge MULTI-DÉFIS 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          722
celdadou
  28 décembre 2017
Ce roman va rester gravé dans ma mémoire, je ne sais pas si ma critique sera à la hauteur du livre que je viens de refermer.
Cette biographie, ET SOUDAIN LA LIBERTÉ, écrite par Evelyne Pisier avant d'être achevée par son éditrice Caroline Laurent suite au décès d'Evelyne. Caroline ne laisse pas tomber le chef d'oeuvre et poursuit le récit comme si les deux femmes étaient toujours en contact.
Les femmes sont mises en avant et on verra tout ce qu'elles ont fait pour avoir des droits, travailler, se battre pour la légalité de l'avortement.
Evelyne, Lucie dans ce roman biographique est mise en relief avec sa mère Mona. On dirait deux histoires semblables mais à des époques différentes. Toutes les deux se battront pour la même chose, les droits de la femme et auront une relation très particulière avec les hommes ..et pas n'importe lesquels.
Lucie est né à Hanoi, son père un partisan du régime de Vichy antisémite, homme détestable dont Mona est folle amoureuse.
De leur union naitra Lucie, le petit Pierre et une soeur qui n'est pas évoquée dans le livre.
Entre les divorces, les remariages, les amants ….leur histoire ne cessera jamais vraiment.
Lucie a une image paternelle très négative, elle déteste son père, n'a pas d'empathie pour lui , elle le considère comme un monstre , elle le déteste .
Lucie va briller dans les études, et avec ses amis va s'engager dans les luttes communistes …. Elle ira jusqu'à CUBA ou elle va rencontrer Fidel et avoir une relation passionnelle avec lui.
Il lui propose de rester avec elle …
Cet amour est impossible et Mona lui conseille de ne pas faire la même chose qu'elle …. Il faut terminer les études.
La similitude entre les deux femmes est déconcertante et Caroline Laurent va retracer tout dans les moindres détails.
Je vous recommande ce roman, c'est une autobiographie très intéressante
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          659
isabelleisapure
  20 décembre 2017
Il aura fallu quatre mains, deux coeurs et une belle amitié pour écrire ce roman magnifique et vibrant.
Vibrant comme l'étincelle de la passion qui habite ces pages.
Vibrant comme l'amour qui lie une mère à sa fille.
Vibrant comme l'amitié qui uni Evelyne Pisier à son éditrice Caroline Laurent.
Vibrant comme une promesse tenue par-delà la mort.
Beaucoup de belles critiques ont été faites sur cette histoire envoûtante, je n'y rajoute donc que mon ressenti personnel.
J'ai été bouleversée par ce roman qui n'en est pas vraiment un. L'écriture est magnifique.
Je me suis laissée emporter par cette fougue romanesque. Je me suis laissée bercer par le destin de ces deux femmes.
J'ai suivi avec passion ces parcours de vies hors du commun, dignes des plus grandes sagas familiales.
J'ai voyagé en Indochine, en Nouvelle Calédonie ou encore à Cuba.
J'ai vécu à travers ces pages des évènements majeurs qui ont forgé le vingtième siècle : l'émancipation de la femme, le droit à l'avortement, Mai 68, la libération des moeurs.
Mais, j'ai surtout lu un roman magnifique et inoubliable.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
tynn
  06 octobre 2017
Tout commence par un coup de foudre d'amitié entre Caroline, jeune éditrice et Evelyne Pisier, écrivaine et politologue. Une rencontre professionnelle pour engager un travail éditorial sur un manuscrit en biographie de plusieurs décennies familiales, depuis la fin de l'Indochine jusqu'à nos jours. Un roman devait naitre du témoignage et des souvenirs...
Et brutalement, Evelyne décède, laissant Caroline en charge posthume de finaliser un travail commencé à quatre mains.
Voici un livre qui m'a happée d'emblée. C'est un objet insolite, qui met en miroir les souvenirs d'Evelyne mis en fiction, les instants de partage des deux femmes dépassant le cadre de l'édition, et le parcours personnel de Caroline, en écho de la vie de son aînée.
Et l'alchimie fonctionne parfaitement. Tout est fluide, se mêle et se complète avec de judicieuses digressions, sans qu'on puisse préférer une partie à une autre.
Il faut dire aussi que le matériau romanesque est incroyable: entre l'Indochine, Nouméa, Cuba, une mère et une fille s'émancipent d'un schéma bourgeois en participant aux enjeux majeurs de société: la fin de l'empire colonial, l'indépendance (voire la libération) de la femme, le divorce, la contraception, l'avortement, le sida, l'engagement politique.
Un parcours de rigueur et de volonté, de résistance et liberté, ainsi qu'un bel exemple de transmission de mère à fille, construit sur les douleurs de l'expérience et par une relation fusionnelle, dans ce qu'elle peut apporter de plus riche.
Magnifique. Un vrai coup de coeur!
Rentrée Littéraire 2017
Remerciements à NetGalley
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
Lolokili
  14 mai 2018
Point n'était besoin de romancer l'existence déjà si romanesque d'Evelyne Pisier (sœur d'une certaine Marie-France, pour les ceusses qui s'en souviennent), intellectuelle française aux multiples facettes, gracieuse enfant née dans les années quarante au cœur de l'Indochine en guerre.
Témoin, victime ou militante engagée, bercée par l'émergence des mouvements féministes, elle aura mené son émancipation au rythme des grands basculements du siècle dernier, de la seconde guerre mondiale à Mai 68 en passant par la révolution cubaine ou la décolonisation.
Ça nous fait un pitch plus que concis, je sais, et c'est exprès. Car le destin peu ordinaire d'Evelyne et de sa famille mérite que l'on s'attarde en détail sur cette autobiographie romancée et non sur un résumé forcément réducteur.
Avant de mourir soudainement l'année dernière, l'auteure avait fait promettre à Caroline Laurent, sa jeune éditrice et amie, d'achever son roman. Au cas où…
Il en résulte aujourd'hui cet intéressant travail à deux voix où les réflexions de Caroline se mêlent au passionnant témoignage d'Evelyne. Un cheminement conjoint vers la liberté, dans la touchante connivence d'une amitié par-delà l'au-delà.

Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432

critiques presse (3)
LeFigaro   25 octobre 2017
Cette éditrice parisienne a achevé d'écrire le roman autobiographique d'Évelyne Pisier, décédée brutalement. C'est l'une des révélations de la rentrée littéraire.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox   08 septembre 2017
Une fois ce livre achevé, on le repose délicatement, comme on le ferait avec un breuvage fort et apaisant.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LePoint   04 septembre 2017
Évelyne Pisier a été l'amante du Líder Máximo dans les années 1960. Un roman vrai écrit avec son éditrice, Caroline Laurent, raconte sa vie flamboyante.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (80) Voir plus Ajouter une citation
ConstanceFarrugiaConstanceFarrugia   13 juin 2018
Le temps, uni à la volonté, se révélait un allié fabuleux. « Mais pour que ça marche, il faut arriver le premier. Et premier en tout : à l’école, aux examens, aux rendez-vous. »
Commenter  J’apprécie          00
secondosecondo   10 juin 2018
Elle glissa un baiser sur sa joue, aspirant une dernière fois le parfum d'ambre et de gâchis.
Commenter  J’apprécie          00
secondosecondo   05 juin 2018
De biographie, Evelyne avait choisi la fiction, paradis de l'imaginaire, qui est trahison, peut-être, liberté assurément.
Commenter  J’apprécie          10
palamedepalamede   21 février 2018
J’ai été stupéfaite d’apprendre que la loi de 1800 interdisant « le travestissement des femmes » n’a été abrogée qu’en 2013. « Toute femme désirant s’habiller en homme, disposait l’article, doit se présenter à la préfecture de police pour en obtenir l’autorisation. » Seules exceptions à la règle, la femme qui « tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ». 
Commenter  J’apprécie          404
palamedepalamede   17 février 2018
Versailles, monolithe de grandeur, d’églises et d’ennui. Tout était lisse et bien rangé ; au moins à Paris y avait-il du monde dans les rues, des cafés bruyants, des femmes en pantalon. Versailles, années cinquante, ce sont des vieilles et des jeunes qui paraissent vieilles, des mangeuses d’hosties, de petits messieurs à cravate, des expatriés fatigués qui en appellent à la France et à Dieu. 
Commenter  J’apprécie          380
Videos de Evelyne Pisier (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Evelyne Pisier
Payot - Marque Page - Evelyne Pisier - Et soudain, la liberté
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
558 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .