AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266282505
Éditeur : Pocket (16/08/2018)
  Existe en édition audio
4.19/5   424 notes
Résumé :
Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste, elle fuit en Nouvelle-Calédonie.
À Nouméa, les journées sont rythmées par la monotonie, le racisme ordinaire et les baignades dans le lagon. Lucie grandit ; Mona bovar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (161) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 424 notes

Sebthocal
  12 novembre 2018
« La vérité romanesque d'un destin »
Evelyne Pisier, sa vie, son oeuvre. de l'Indochine à la France, en passant par Cuba. Son père pétainiste, Olivier Duhamel, Fidel Castro et Bernard Kouchner. Et l'amitié avec son éditrice, qui terminera son livre.
Malgré une plume souvent trop simpliste et manquant de nuances, le charme opère et on se laisse vite emporter.
Lecture agréable.
Lu en octobre 2018.
Commenter  J’apprécie          1260
palamede
  19 février 2018
« C'est fou. Quand on te répète en permanence qu'il y a des races et que ce sont elles qui fondent les rapports humains… Quand la religion est partout, qu'on t'élève dans l'antisémitisme, la haine des protestants, des homos, des métèques… Comment as-tu fait ? Et ta mère ? Ta mère ! Elle a grandi avec ces idées-là, elle les a partagées avec son mari… Et puis la rupture. C'est inouï. Comment avez-vous fait pour vous affranchir de tout ça ? » Évelyne me ressert un verre de vin en souriant : C'est tout l'objet du livre, non ?  »
Evelyne avait donc un père, haut fonctionnaire en Indochine puis à Nouméa, qui a élevé ses enfants dans l’exécration de l'autre. Un maurassien, pétainiste, antisémite, raciste, machiste, dont les idées détestables vont conduire sa femme et ses filles — dans la mouvance de mai 68 — vers le militantisme féministe et l'engagement politique d'extrême-gauche. Un engagement fort, dictant tous les instants de la vie d'Evelyne — pendant ses études à la Sorbonne elle va plusieurs fois à Cuba rencontrer Castro (et devenir une de ses maîtresses) — même si plus tard, alors qu'elle est professeur agrégée de lettres, devenue moins révolutionnaire, elle épouse Bernard Kouchner 😁.
La vie d'Evelyne Pisier (et de sa mère) symbolise une époque de la lutte des femmes pour leur liberté ; un moment où des idées progressistes en modifiant, entre autres, la place et le rôle des femmes, ont transformé la société en profondeur. Racontée avec chaleur et admiration par son amie éditrice, faute d'avoir pu le faire elle-même, une vie d'aventures et de combat, passionnante.
Challenge MULTI-DÉFIS 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          822
celdadou
  28 décembre 2017
Ce roman va rester gravé dans ma mémoire, je ne sais pas si ma critique sera à la hauteur du livre que je viens de refermer.
Cette biographie, ET SOUDAIN LA LIBERTÉ, écrite par Evelyne Pisier avant d'être achevée par son éditrice Caroline Laurent suite au décès d'Evelyne. Caroline ne laisse pas tomber le chef d'oeuvre et poursuit le récit comme si les deux femmes étaient toujours en contact.
Les femmes sont mises en avant et on verra tout ce qu'elles ont fait pour avoir des droits, travailler, se battre pour la légalité de l'avortement.
Evelyne, Lucie dans ce roman biographique est mise en relief avec sa mère Mona. On dirait deux histoires semblables mais à des époques différentes. Toutes les deux se battront pour la même chose, les droits de la femme et auront une relation très particulière avec les hommes ..et pas n'importe lesquels.
Lucie est né à Hanoi, son père un partisan du régime de Vichy antisémite, homme détestable dont Mona est folle amoureuse.
De leur union naitra Lucie, le petit Pierre et une soeur qui n'est pas évoquée dans le livre.
Entre les divorces, les remariages, les amants ….leur histoire ne cessera jamais vraiment.
Lucie a une image paternelle très négative, elle déteste son père, n'a pas d'empathie pour lui , elle le considère comme un monstre , elle le déteste .
Lucie va briller dans les études, et avec ses amis va s'engager dans les luttes communistes …. Elle ira jusqu'à CUBA ou elle va rencontrer Fidel et avoir une relation passionnelle avec lui.
Il lui propose de rester avec elle …
Cet amour est impossible et Mona lui conseille de ne pas faire la même chose qu'elle …. Il faut terminer les études.
La similitude entre les deux femmes est déconcertante et Caroline Laurent va retracer tout dans les moindres détails.
Je vous recommande ce roman, c'est une autobiographie très intéressante
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          789
Kittiwake
  03 mars 2020
C'est un cadeau immense et délicat qu'Evelyne Pisier offre à sa nouvelle amie Caroline Laurent, juste avant de titrer sa révérence. Caroline se retrouve détentrice des souvenirs et des secrets d'une femme au destin hors norme. C'est à elle d'en faire un récit, le plus fidèle possible, avec les contraintes de discrétion souhaitées, et en comblant les vides sans interpréter plus qu'il ne se doit.
C'est ainsi qu'en plus de la trame historique qui lui a été confiée, Caroline Laurent nous confie les difficultés d'une telle entreprise, augmentées du chagrin d'un abandon involontaire.
Les relations particulières de l'éditrice, rédactrice liée par une affection profonde à sa confidente laissent entrevoir le désarroi de l'absence et les éternelles questions de ce qui doit ou non être livré.
Quand au destin d'Evelyne Pisier, il a de quoi étonner, surprendre, et fait d'elle une réelle héroïne de roman d'aventure. On y croise des people aussi célèbre que Fidel Castro ou Bernard Kouchner, et bien d'autres!
En filigrane de ce récit mouvementé, qui débute dans les geôles indochinoises, et se poursuit en France, en Nouvelle-Calédonie, ou à Cuba, se dessine le parcours atypique d'une future militante féministe, dont le combat a débuté assez tôt, lorsque dans on plus jeune âge elle été confronté au machisme outrancier de son propre père. C'est aussi en réaction à celui-ci, qu'elle adhère à des valeurs humanistes, qui rejettent la haine de la différence.

Après quelques difficultés de lecture au départ, en raison des identités fluctuantes des personnages, entre réalité et fiction, le récit m'a vraiment séduite, et convaincue.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          681
Afleurdelivres
  01 mars 2019
Grandiose!
Point de départ : un manuscrit.
Le projet d'un récit autobiographique, celui d'Evelyne Pisier, cette femme d'exception, agrégée de droit public, écrivaine, politologue, féministe engagée, révolutionnaire.
Puis vient la rencontre. Pas de ces rencontres superficielles, non, une de celles qui modifient le cours de votre vie. Un coup de foudre amical entre elle et son éditrice Caroline Laurent avec laquelle elle décide de co-écrire le livre afin qu'il devienne fiction. Tout bascule avec la disparition soudaine d'Evelyne alors que le roman est inachevé. Son amie devra en poursuivre seule son écriture.
Et c'est une parfaite réussite, avec une plume d'une beauté inouïe elle nous offre des récits enchâssés : d'une part on accompagne la trajectoire intergénérationnelle de femmes combatives (Évelyne et sa mère) issues d'un milieu conservateur, aux idées rétrogrades, sous domination patriarcale, vers une lente émancipation en adéquation avec les luttes de leur époque (avortement, homosexualité…)
D'autre part la genèse du roman avec les questionnements incessants de la jeune éditrice, son angoisse de ne pas être à la hauteur, de trahir malgré soi. Et surtout une remontée à la surface par un jeu de miroirs de certains de ses souvenirs personnels lesquels font écho à leur tour au propre vécu du lecteur.
Le récit couvre une période de plus d'une cinquantaine d'années et on voyage de Saigon (guerre d'Indochine, emprisonnement d'Evelyne et sa mère dans le camp de concentration d'Hanoï) à Cuba (E. Pisier a été la maîtresse de Fidel Castro) en passant par Nouméa et la France de mai 68.
Des destins de femmes fortes qui, de petits en grands combats, scient lentement les uns après les autres les barreaux qui font obstacles à la liberté, strient la vision de l'avenir et opacifient le champs des possibles pour aller vers une libération qui brisera les carcans, déliera les corps et les langues.
Il est aussi question d'amours passionnels, d'aliénation à l'autre.
Une véritable lumière, une pulsion de vie traverse ce roman : Évelyne ? Oui Évelyne, vivante.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          563


critiques presse (3)
LeFigaro   25 octobre 2017
Cette éditrice parisienne a achevé d'écrire le roman autobiographique d'Évelyne Pisier, décédée brutalement. C'est l'une des révélations de la rentrée littéraire.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox   08 septembre 2017
Une fois ce livre achevé, on le repose délicatement, comme on le ferait avec un breuvage fort et apaisant.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LePoint   04 septembre 2017
Évelyne Pisier a été l'amante du Líder Máximo dans les années 1960. Un roman vrai écrit avec son éditrice, Caroline Laurent, raconte sa vie flamboyante.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (125) Voir plus Ajouter une citation
SebthocalSebthocal   07 novembre 2018
Dans le premier jet du manuscrit d'Évelyne, alors qu'elle raconte ses quinze ans et sa rentrée de première, on peut lire : « Finis les uniformes, et merci enfin pour le droit au pantalon ! » 1956. Les filles s'affranchissent doucement.
J'ai été stupéfaite d'apprendre que la loi de 1800 interdisant « le travestissement des femmes » n'a été abrogée qu'en 2013. « Toute femme désirant s'habiller en homme, disposait l'article, doit se présenter à la préfecture de police pour en obtenir l'autorisation. » Seules exceptions à la règle, la femme qui « tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d'un cheval ».
J'ai toujours porté des pantalons. J'ai toujours connu ma mère en pantalon. Les filles de ma génération peuvent-elles imaginer un monde où « le travestissement des femmes » était considéré comme un délit ?

Page 177, Les Escales, 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          780
SebthocalSebthocal   06 novembre 2018
« C'est fou. Quand on te répète en permanence qu'il y a des races et que ce sont elles qui fondent les rapports humains... Quand la religion est partout, qu'on t'élève dans l'antisémitisme, la haine des protestants, des homos, des métèques... Comment as-tu fait ? Et ta mère ? Ta mère ! Elle a grandi avec ces idées-là, elle les a partagées avec son mari... Et puis la rupture. C'est inouï. Comment avez-vous fait pour vous affranchir de tout ça ? » Évelyne me ressert un verre de vin en souriant : « C'est tout l'objet du livre, non ? »

Page 99, Les Escales, 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
palamedepalamede   21 février 2018
J’ai été stupéfaite d’apprendre que la loi de 1800 interdisant « le travestissement des femmes » n’a été abrogée qu’en 2013. « Toute femme désirant s’habiller en homme, disposait l’article, doit se présenter à la préfecture de police pour en obtenir l’autorisation. » Seules exceptions à la règle, la femme qui « tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ». 
Commenter  J’apprécie          454
palamedepalamede   17 février 2018
Versailles, monolithe de grandeur, d’églises et d’ennui. Tout était lisse et bien rangé ; au moins à Paris y avait-il du monde dans les rues, des cafés bruyants, des femmes en pantalon. Versailles, années cinquante, ce sont des vieilles et des jeunes qui paraissent vieilles, des mangeuses d’hosties, de petits messieurs à cravate, des expatriés fatigués qui en appellent à la France et à Dieu. 
Commenter  J’apprécie          400
palamedepalamede   09 février 2018
Certains éditeurs sont des contemplatifs. Doigts longs et fins de sélénite ; esprit apaisé ; jardin zen et râteau miniature. J’appartenais à l’autre famille, celle des éditeurs garagistes, heureux de plonger leurs mains dans le ventre des moteurs, de les sortir tachées d’huile et de cambouis, d’y retourner voir avec la caisse à outils. 
Commenter  J’apprécie          321

Videos de Evelyne Pisier (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Evelyne Pisier
La jeune Caroline Laurent nous raconte ici la genèse de son roman, écrit avec Evelyne Pisier. Primé plusieurs fois, dédicacé dans de nombreuses villes en France, Et soudain la liberté ! est un roman qui parle à tous les générations de femmes.
autres livres classés : indochineVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1204 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..