AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266222384
Éditeur : Pocket (04/10/2012)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 74 notes)
Résumé :
Avant, Papa et maman s'aimaient, mes soeurs jumelles étaient heureuses et moi, Jamie, j'avais une vraie famille. Depuis l'explosion, maman est partie, papa baisse les bras, Jasmine essaie de ne plus ressembler à Rose et moi, j'essaie de me souvenir d'elle mais ce que je préfère, c'est rêver que je suis Spiderman, jouer au foot, aller chez ma copine Sunya et traîner avec mon chat. Je sais qu'un jour on recommencera à être heureux.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  08 avril 2013
Observé de l'extérieur, ce phénomène est frappant, dérangeant : pourquoi/comment certains parents se détachent-ils de leurs autres enfants lorsqu'ils en ont perdu un ? Certes, la douleur les rend forcément moins disponibles, mais il apparaît parfois que les présents ont moins d'importance qu'avant, et moins de valeur que l'enfant perdu. Pourquoi "choisir" le RIEN, parce qu'on n'a plus le TOUT ?… Dans ce cas, il semble difficile pour le reste de la fratrie de ne pas haïr le défunt dont le décès, après avoir tout dévasté, continue à tout envahir... Ce roman n'apporte pas de réponse à ces interrogations, mais il en donne un exemple désolant, terrifiant, révoltant.
Le décès de Rose a détruit sa famille : son père a sombré dans l'alcoolisme, sa mère a fui avec un homme confronté à un deuil comparable. Il reste pourtant Jasmine, soeur jumelle de la disparue, et James, le petit frère. Ils sont devenus invisibles, quantités négligeables. La victime est sacralisée, elle éclipse tout, tout le monde. On ne touche pas à ses affaires, ses cendres trônent sur la cheminée, le père leur voue un culte.
L'auteur nous présente le quotidien de ce moignon de famille cinq années après le drame, à travers le regard de James, dix ans. C'est un petit garçon qui souffre - de l'absence effective de sa mère, de celle de son père (bien là mais toujours ivre), de son isolement à l'école, de la cruauté des autres gamins à son égard… Seuls la tendresse de sa soeur aînée, son chat et une camarade de classe également mise à l'écart illuminent son quotidien.
Le début du roman m'a plu et émue, grâce au réalisme de la parole de l'enfant - les auteurs ont vite fait de tomber dans le niais lorsqu'ils optent pour ce type de narration, mais ici le ton est crédible. le garçon m'est apparu naïf, sage et même drôle en dépit de sa détresse.
Hélas, malgré la dureté des situations et la façon crue dont elles sont exposées, j'ai rapidement eu l'impression de lire un roman pour jeunes adolescents assez convenu (deuil, amitié salvatrice entre deux isolés…). Sourires et émotion ont fait place à un agacement croissant, a fortiori lorsque les cinquante derniers pages m'ont engluée dans un abominable sirop.
(Avis : entre 2 et 3 étoiles)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
mariecesttout
  26 mars 2014
"Ma soeur Rose vit sur notre cheminée. Enfin, juste en partie. Trois de ses doigts, son coude droit et sa rotule ont été enterrés dans un cimetière à Londres. Maman et Papa ont eu une grosse dispute quand la police a retrouvé dix morceaux de son corps. Maman voulait une tombe sur laquelle elle pouvait se rendre, papa voulait une crémation et répandre les cendres dans la mer. En tout cas, c'est ce que Jasmine m'a dit. Elle se souvient mieux que moi. Je n'avais que cinq ans quand c'est arrivé..."
C'est au départ un roman écrit pour être lu par des ados ( 12-15 ans). D'après ce que j'ai compris, il a été republié à l'intention de tous les publics, son titre m'avait attirée. Donc Rose, la grande soeur de Jamie, a été tuée dans un attentat terroriste à Londres, cette mort brutale faisant, comme souvent, voler en éclats l'équilibre familial. Tout est raconté à travers les yeux d'un enfant de dix ans , qui ne se souvient que très peu de sa soeur, et qui comprend très mal pourquoi tous ses proches sont encore si malheureux et se déchirent autant.
Même si c'est un roman dans lequel il y a de temps en temps quelques facilités tire-larmes, je l'ai trouvé finalement assez émouvant tant il fait bien ressentir le besoin qu'ont les enfants de mots mis sur des sentiments qu'ils n'éprouvent pas eux-mêmes, et leur volonté farouche ( jusqu'à un certain âge..) de toujours essayer de recoller les morceaux de leur univers familial.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Sanguine
  09 octobre 2014
Il y a des livres dont le simple titre me donne hyper envie ! Souvent, ils restent un long moment dans ma wish-list parce qu'il faut que je digère ma folie et que je me demande si j'ai vraiment envie de les lire ou si c'est juste un coup de coeur titresque. de temps en temps, je les vire de ma wish mais régulièrement, il y a des petits coquins qui se glissent dans ma PAL pour un temps plus ou moins long ... C'est ce qui est arrivée à ce livre d'Annabel Pitcher dont le titre est tout de même intriguant non ?

Avant, Papa et Maman s'aimaient, mes soeurs jumelles étaient heureuses et moi, Jamie, j'avais une vraie famille.
Depuis l'explosion, Maman est partie, Papa baisse les bras, Jasmine essaie de ne plus ressembler à Rose et moi, j'essaie de me souvenir d'elle mais ce que je préfère, c'est rêver que je suis Spiderman, jouer au foot, aller chez ma copine Sunya et traîner avec mon chat.
Je sais qu'un jour on recommencera à être heureux.

J'avais extrêmement envie de lire ce livre depuis que je l'ai reçu dans une commande amazon du mois dernier, il n'est donc pas resté très longtemps à m'attendre dans ma bibliothèque. J'ai en fait profité du Challenge Au fil des saisons pour le coller dans la catégorie "livre qui nous fait envie depuis trop longtemps".

C'est l'histoire d'une famille qui a éclaté suite au décès de Rose lors d'un attentat perpétré à Londres, on ne sait pas exactement en quelle année l'histoire se déroule. Nous faisons la connaissance de Jamie, le cadet de la fratrie qui vit avec sa soeur Jasmine (qui était la jumelle de Rose) et son père depuis que leur mère a quitté le domicile familial.

L'histoire nous est racontée par Jaimie et j'ai trouvé que du coup, le vocabulaire et le style du livre étaient un peu simplet. Ceux d'un petit garçon ni plus ni moins ... ça ne m'a pas forcément gênée mais je dois dire que je ne m'attendais pas à ça. On partage les joies et les peines quotidiennes de cet enfant. Mais le livre met vraiment le doigt sur la reconstruction de la cellule familiale suite à la perte d'un enfant. On se rend compte du mal être du père (qui en plus se fait larguer par son épouse ... nouvelle couche de déprime quoi !) et on voit combien ce comportement rejaillit sur celui des enfants. C'est un point de vue intéréssant d'autant que l'auteure ne fait pas de cadeaux à ses personnages.

Mais il n'empêche que je suis un peu restée sur ma faim. Au final, il ne se passe pas grand chose pendant ces 224 pages, je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages (ni même Jaimie alors que j'aurai cru ...) et j'ai trouvé le style un peu trop banal à mon goût. Reste une belle et douloureuse histoire familiale qui peut être sympa à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lali
  23 août 2013
Ma soeur vit sur la cheminée. le titre est révélateur. On comprendra tout de suite qu'elle est dans une urne. le reste, nous l'apprendrons au fil des pages. Que Rose est morte il y a cinq ans. Qu'elle avait une soeur jumelle. Qu'elle était au mauvais endroit au mauvais moment. Comme d'autres, ce jour-là, victimes d'un acte terroriste. Que ses parents ne se sont jamais remis de leur chagrin et qu'ils viennent de se séparer. Que la mère vit maintenant avec un autre homme, que le père a emmené ses enfants loin de Londres, croyant ainsi les éloigner du danger par ceux qui ont détruit la vie de sa famille.
Tout cela nous est raconté par Jamie. Il avait cinq ans au moment du drame et il se ne se rappelle presque pas sa soeur décédée. Comment pourrait-il avoir le même chagrin qu'a son père à la vue de l'une? Comment pourrait-il empêcher son père de boire? Comment pourrait-il faire en sorte que sa mère le visite alors qu'elle semble l'avoir oublié à jamais? C'est à tout cela que se voit confronté Jamie en même temps qu'au cas de conscience que soulève son amitié avec Sunya dont l'orientation religieuse est la même que celle de ceux qui ont revendiqué l'attentat et que Jamie a promis à son père de ne pas fréquenter. Mais quand on est tout seul, peut-on accepter d'être encore plus seul quand on s'attire l'ire et les moqueries des uns alors qu'une main se tend?
Jamie raconte, se questionne, s'inquiète, se demande souvent ce qu'il soit taire, comment il doit agir, s'il peut encore rêver et ce que ferait Superman (son héros) à sa place. Un roman qui n'est pas parfait, mais un des rares destinés aux jeunes qui soulèvent la question du racisme engendré par le terrorisme. Un roman dont le héros n'est pas sans rappeler le héros du film de Lasse Hallström, Ma vie de chien, qui se comparait au chien Laika alors que Jamie se compare à un poisson rouge.
Un livre dont on ne peut sortir tout à fait intact.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Taylor
  20 décembre 2012
J'ai tout de suite été prise par le récit de ce petit garçon. Comment faire pour vivre voire survivre après la mort tragique d'une petite fille de 10 ans lors d'un attentat.
C'est toute la question de ce livre : la douleur des parents a été trop forte, sa soeur jumelle essaie d'exister pour elle-même et Jamie, le petit dernier voudrait bien être triste mais comme il le souligne : « Comment être triste de la perte de quelqu'un alors que l'on a aucun souvenir de lui ? »
Tout ce qui lui importe c'est que tout le monde soit heureux comme avant, sauf que rien ne sera jamais comme tel.
La perte d'un être cher est ici décrite par les yeux d'un enfant tour à tour drôle et émouvant, ce récit aura pu être très lourd mais finalement il passe très bien.
Jamie semble un peu en marge de cette famille car il était tout petit quand le drame s'est produit et ne comprend pas toujours pourquoi les siens réagissent de cette manière alors il s'invente un monde où il est Spiderman (son héros) et devient ami avec une petite fille qu'il ne devrait pas fréquenter selon son père. C'est vrai que ce n'est pas toujours facile de vivre avec l'omniprésence d'un mort : les restes de sa soeur demeurent dans une urne sur la cheminée. Cette urne est très importante pour son papa et parfois même au détriment des vivants.
Je me suis prise d'affection pour ce petit garçon et lire son désarroi m'a profondément attristée. Une scène en particulier m'a fait monter les larmes d'un seul coup.
En somme un très beau roman que j'ai découvert grace à mes copinautes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Ricochet   12 janvier 2012
Ce récit écrit à la première personne du singulier est captivant, les émotions vécues par les personnages sont tangibles et très réalistes. Annabel Pitcher décrit avec beaucoup de sensibilité cette tragédie familiale contemporaine sans jamais basculer dans le pathos, ce qui n'empêchera certainement pas les larmes de couler à la lecture de passages particulièrement prenants.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   07 avril 2013
Grand-mère dit "Les gens veulent toujours ce qu'ils ne peuvent pas avoir" et je crois bien que c'est vrai. Papa veut que Rose soit en vie et que Jas ait dix ans et pourtant il m'a, moi. J'ai le bon âge mais pas le bon sexe, Jas a le bon sexe mais pas le bon âge, et Rose a le bon âge et le bon sexe mais elle est morte. Parfois, grand-mère dit "Il y a des gens qui ne sont jamais contents". (p. 131)
Commenter  J’apprécie          190
orbeorbe   20 avril 2012
Il ne va probablement pas le faire alors je ne vais pas encore lui dire au revoir. Je dirai au revoir s'il se sépare vraiment des cendres de Rose et s'il les disperse dans la mer. Il y a deux ans il m'a demandé de toucher l'urne et de murmurer mes dernières paroles et je me suis senti bête parce que je savais bien qu'elle ne pouvait pas m'entendre. Et je me suis senti encore plus stupide quand je l'ai retrouvée sur la cheminée, le lendemain, et que mes adieux n'avaient servi à rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
CielvariableCielvariable   20 mai 2014
Ma soeur Rose vit sur notre cheminée. Enfin, juste en partie. Trois de ses doigts, son coude droit et sa rotule ont été enterrés dans un cimetière, à Londres. Maman et papa ont eu une grosse dispute après que la police a retrouvé dix morceaux de son cops. Maman voulait une tombe sur laquelle elle pourrait se rendre, papa voulait une crémation et répandre les cendres dans la mer. En tout cas, c'est ce que Jasmine m'a dit. Elle se souvient mieux que moi. Je n'avais que cinq ans quand c'est arrivé. Jasmine avait dix ans, elle était la jumelle de Rose. Elle l'est toujours d'après maman, qui a mis des lustres à accepter que Jasmine change quelque chose à ses cheveux ou à son style vestimentaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ZilizZiliz   07 avril 2013
Un jour [avec ma soeur], à Noël, on s'est disputés très fort à cause du Scrabble et j'ai tapé sur sa tête avec la planche de jeu et elle a essayé de fourrer les lettres dans mon pull. (p. 47)
Commenter  J’apprécie          130
ZilizZiliz   07 avril 2013
[James, 10 ans]
J'ai levé les yeux au ciel et j'ai levé mon majeur, juste au cas où Dieu aurait été en train de me regarder. Je n'aime pas qu'on m'espionne. (p. 66)
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Annabel Pitcher (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annabel Pitcher
Vidéo de Annabel Pitcher
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1055 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
.. ..